samedi 1 juin 2019

ISIS au Khorasan: le Pakistan dans les trois prochaines années


Les experts en relations publiques et en opérations psychologie savent que le meilleur moyen de «faire passer un message» est de le mettre dans la bouche d'un porte-parole peu séduisant. C’est pourquoi la cabale de banquiers [1] propriétaire de l’Occident, terrorisée par la prohibition de l’usure par l’islam, a regroupé la notion d’unification des pays à majorité musulmane dans un seul califat, un projet soutenu par les deux tiers des musulmans du monde, et l'a apposé sur le  drapeau de leurs propres mercenaires brutaux et drogués.
Les banksters ont réussi à semer le chaos dans tout l'Orient musulman. Mais le projet Califal et la destruction éventuelle de l’Empire de l’Usure ne disparaîtront pas.
----------------------------------------------------------------------------
 «Le point crucial de la guerre mondiale contre le terrorisme est que des agences de renseignement telles que la CIA, le MI6 et le Mossad ont pris l’idée pacifique du califat de l’islam et l’ont faussement confiée à leurs mercenaires (Kharijites [2]) pour la qualifier de « terrorisme ». Cette stratégie vise au départ à retourner le monde contre l’islam et à utiliser les kharijites comme prétexte pour déstabiliser et désintégrer davantage les derniers États-nations musulmans forts afin d’améliorer la sécurité d’Israël ».
Les 11 et 15 mai 2019, l'Etat islamique a déclaré ses provinces en Inde et au Pakistan après avoir revendiqué des attaques au Cachemire occupé par l'Inde et au Baloutchistan ( au Pakistan). Selon l’israélien SITE Intelligence Group, ISIS participe à des opérations en Afghanistan depuis 2015. Pourquoi le groupe israélien SITE deviendrait-il le premier groupe à diffuser des images d'ISIS? Quel est leur agenda plus large? Pourquoi sont-ils en Afghanistan et revendiquent-ils des provinces en Inde et au Pakistan? À quoi ressemblera l'avenir de l'Asie du Sud avec la montée en puissance de l'Etat islamique à Khorasan et au Hind? Quelles sont les implications stratégiques et l'impact sur le Pakistan? Comment leurs armes sont-elles transportées d'Irak et de Syrie en Afghanistan? Que devrait-on faire pour maintenir la carte actuelle de l’Asie du Sud? Comme il n’existe aucun précédent pour analyser le rôle de la tromperie et du secret dans les relations internationales afin de clarifier la réalité, l’analyse suivante repose sur une approche d’enquêtes et de prédictions afin d’expliquer ces questions de recherche.
ISIS: Service de renseignements secret israélien
Premièrement, cette question ne peut être comprise par aucun moyen si l’on ne sait pas qui a créé l’ISIS et comment ils sont armés et financés de manière sophistiquée pour atteindre des objectifs stratégiques par le biais d’une guerre hybride. Selon un rapport citant un ancien officier de la US National Security Agency et dénonciateur Edward Snowden, le nom du chef du soi-disant État islamique Abou Bakar Al-Baghdadi est Elliot Shimon [3], un agent qualifié du Mossad travaillant en coordination avec les services secrets américains. , Renseignements britanniques et Mossad israélien.
Selon les services de renseignements iraniens, "le plan est de pénétrer dans le cœur militaire et civil des pays déclarés comme une menace pour Israël afin de les détruire pour faciliter, par la suite, la prise de contrôle de l'État sioniste sur toute la région du Moyen-Orient pour établir « le Grand Israël » ". La Defense Intelligence Agency (DIA) est l’une des 16 agences de renseignement militaires américaines. Un document divulgué obtenu par Judicial Watch contient les informations suivantes. La DIA écrivit le 12 août 2012 dans les termes suivants: «Il est possible d'établir une principauté salafiste déclarée ou non déclarée dans l'est de la Syrie. C'est précisément ce que souhaitent les puissances qui soutiennent « l'opposition » afin d'isoler le régime syrien ».
Il convient de noter ici que cela a été écrit avant la venue d’ISIS sur la scène mondiale. Clairement, ISIS est un groupe non gouvernemental contrôlé et bien orchestré qui est au centre de la stratégie américano-israélienne de guerre hybride au Moyen-Orient. L'un des indicateurs empiriques est que l'Etat islamique n'a jamais attaqué l'État d'Israël. Jérusalem, tout au long de 1400 ans de l’histoire de l’islam, est restée au centre du califat. Pourquoi ISIS n'a jamais lancé d'opérations contre le régime sioniste d'Israël? Les preuves suggèrent qu'ISIS est effectivement un «service de renseignement secret israélien» qui utilise «l'idéologie kharijite» contre les États-nations musulmans pour mener à bien son «projet du Grand Israël».
ISIS-K: Les Kharijites du Khorasan
La position officielle du Pakistan sur ISIS est claire et nette. il n'y a pas d'empreinte d’ISIS au Pakistan. Mais pourquoi l’Etat islamique revendique-t-il la responsabilité d’attaques terroristes au Pakistan? 
Premièrement, l’analyse de la menace par le Pakistan depuis 2001 montre clairement que la guerre mondiale menée par les États-Unis contre le terrorisme est un canular. En réalité, il s’agit d’une guerre moderne contre le monde musulman qui vise à redessiner la carte du Grand Moyen-Orient afin de renforcer la sécurité de l’État d’Israël. Le Pakistan est le seul pays musulman à posséder des armes nucléaires et à dissuader l'État d'Israël. Ainsi, la dénucléarisation du Pakistan à travers une guerre de cinquième génération est essentielle pour Israël. Il est intéressant de noter qu'il y a cinq ans, en mai 2014, Obama avait annoncé que les opérations militaires américaines en Afghanistan prendraient fin en décembre 2014. L'analyse de la menace pakistanaise laissait clairement entendre que cette décision était simplement destinée au spectacle. S'ils se retiraient vraiment de l'Afghanistan, ils remplaceraient leur armée par des mercenaires pour continuer la subversion contre les talibans afghans et contre le Pakistan.
Deuxièmement, il est tout à l'honneur des forces armées pakistanaises et des services de renseignement que des mercenaires tels que «Tahreek-e-Taliban Pakistan» (TTP) et ses cercles interne et externe aient été complètement contrecarrés par des opérations basées sur le renseignement. Mais les États-Unis, l'Inde et Israël, par le biais de leurs agences de renseignement voyouses, ont coupablement changé le nom de TTP en ISIS-K afin de poursuivre leur stratégie de guerre hybride contre les Talibans afghans et contre le Pakistan. Le principal analyste pakistanais de la défense, Zaid Hamid, a récemment émis l'hypothèse selon laquelle "Abu Bakar Al-Baghdadi pourrait déjà être en Afghanistan", ce qui constitue une situation alarmante pour la sécurité du Pakistan. Il existe des explications plausibles à ce phénomène, notamment des rapports sur la manière dont des mercenaires et des armes d'Irak et de Syrie ont été transportés en Afghanistan par le biais d'hélicoptères mystères de la coalition américaine.
Image associée
Troisièmement, ISIS utilise l'acronyme «ISIS-K». Que signifie maintenant «K»? Il représente "Khorasan". Khorasan était l’ancienne dénomination du territoire qui comprenait l'Afghanistan, le Pakistan (à l'exception des provinces du Pendjab et du Sindh) et le nord de l'Iran. Ce territoire a été identifié par le biais d’une étude menée par le Dr Israr Ahmed, éminent érudit islamique au Pakistan. ISIS-K affirme que, dans le but de restaurer la province du Khorasan pour son califat, les régimes de l'Afghanistan et du Pakistan sont qualifiés de «Murtadd» (renégats, non musulmans) et que l'obligation religieuse de faire la guerre à ces États-nations est une obligation religieuse. La phase finale d’Isis-K consiste à affaiblir les talibans afghans par une guérilla et à lancer des opérations contre le Pakistan depuis l’Afghanistan.
ISIS-H: Les Kharijites de Hind
L’Inde utilise le modèle mondial de la fausse « lutte antiterroriste » américano-israélienne depuis 2001 au Cachemire. La stratégie consistait à décrire les efforts des combattants de la liberté du Cachemire comme du " terrorisme ". Maintenant, avec l'essor de la mission Hinduvta et le but de RSS, BJP et Bajrang Dal (etc.) de restaurer leurs anciens territoires Akhand Bharat (Hind) (Afghanistan, Pakistan, Cachemire, Sri Lanka, Bangladesh, Népal, Bhoutan, Maldives, etc. .) ils ont lancé ce projet en Asie du Sud. L'auteur, Sabtain Ahmed Dar, a rédigé un rapport d'enquête sur les «attentats à la bombe perpétrés au Sri Lanka», au cours duquel des centaines de chrétiens innocents ont été tués. Cet article concluait que l'Inde était impliquée dans cette attaque sous faux drapeau. L’Inde a officiellement lancé son projet Hinduvta en Asie du Sud en utilisant le modèle mondial de lutte antiterroriste américano-israélien pour qualifier les musulmans de terroristes. L'Inde continuera à utiliser ses mandataires, tels que TTP, et le rebaptisera «ISIS-H» (H pour Hind) pour créer davantage de faux drapeaux en Inde afin de poursuivre la guerre contre l'Islam et le Pakistan, tout comme ils ont renommé TTP en Afghanistan ISIS-K pour combattre les talibans afghans.
Le Pakistan dans les trois prochaines années
Premièrement, l’armée américaine et sa coalition sont déjà en Afghanistan et sa marine est dans le golfe Persique pour menacer l’Iran, tandis que la marine indienne patrouille déjà dans la mer d’Arabie. Le Pakistan ne peut pas se permettre de prendre parti dans le conflit entre l'Iran et les États-Unis. Cela pourrait en réalité s'avérer être un affront contre le Pakistan, car si le Pakistan choisissait de se ranger de côté de l'Iran, il donnerait une chance à ses adversaires de menacer le Pakistan. Le Pakistan doit rester neutre dans tous les conflits dirigés par l’axe américano-israélien dans le monde musulman afin de prévenir les conflits ethno-sectaires.
Deuxièmement, les stratèges du Pakistan n’ont engagé la Chine que dans le domaine économique. Je pense que s’ils autorisent les bases militaires ou navales chinoises au Pakistan, cela ouvrira de nouveaux chapitres du conflit entre le Pakistan et les États-Unis. Et en cas d'affrontement militaire entre la Chine et les États-Unis, le Pakistan deviendra probablement la «Pologne de l'Asie du Sud» déchirée entre les capitalistes et les communistes. Les décideurs politiques pakistanais devraient également se demander: le Pakistan peut-il faire confiance à la «Chine communiste» dans une guerre?
Troisièmement, une intervention militaire de la Russie en Afghanistan pourrait également être un désastre pour la politique étrangère du Pakistan à l’égard de l’Afghanistan. Pourquoi? Cela permettrait aux États-Unis et à leur coalition de poursuivre leurs opérations en Afghanistan. Selon un rapport récent, "une branche de l'Etat islamique a rassemblé environ 5 000 militants dans le nord de l'Afghanistan, à la frontière des républiques post-soviétiques d'Asie centrale". Il est fort probable que les États-Unis, par le biais de leur guerre par procuration, tentent de provoquer l'intervention militaire russe en Afghanistan pour la deuxième fois de l'histoire. Le plan est clair et limpide, les sionistes veulent faire de l’Afghanistan «la Syrie de l’Asie du Sud».
Quatrièmement, il n'y aura pas de paix en Asie du Sud tant que l'Inde et ses mandataires seront actifs en Afghanistan. Pour vaincre l’Inde en Afghanistan, le Pakistan doit reconnaître officiellement la réalité des talibans afghans. Les talibans afghans sont la seule force capable d’écraser l’Inde en Afghanistan.
Cinquièmement, le Pakistan doit éliminer les mouvements anti-État et à financement étranger tels que le Mouvement Pachtoun Tahafouz (PTM). Mon analyse de la menace suggère clairement qu'à l'avenir, ISIS-K tentera de former secrètement une alliance politique avec PTM afin de soutenir ses opérations terroristes contre l'armée pakistanaise à Khyber Pakhtunkhwa. Ainsi, il est fort possible que ISIS-K devienne l’aile militaire de PTM dans les prochaines semaines.
Enfin, la liberté de mouvement des Cachemiriens est menacée par le fait que RAW (la CIA indienne) est en train de renommer le mouvement national des combattants de la liberté du Cachemire en «Mouvement Kharijite». C'est la raison principale pour laquelle ils ont lancé le projet ISIS-H en Asie du Sud. De même, ISIS-H soutenu par RAW sera probablement utilisé contre les Sikhs du Pendjab pour détruire le Mouvement Khalistan en qualifiant de terroristes les Musulmans et les Pakistanais. Le même modèle peut être appliqué aux maoïstes, aux naxalites et aux tamouls pour protéger les intérêts nationaux de l'Inde. Le Pakistan doit soutenir les mouvements nationaux et éliminer tous les mouvements kharijites afin de contrerla guerre hybride contre l’Inde.
Si l'Etat islamique ISIS n'est pas écrasé en Afghanistan, il transformera les musulmans en rebelles contre leurs États-nations respectifs, comme c’est le cas en Tunisie, Libye, Égypte, Syrie, Irak, Yémen, Soudan, dans lesquels les clones d’ISIS (salafistes, Frères Masulmans, etc.). C’est exactement ce qu’Israël a souhaité depuis deux décennies. Cette stratégie hybride servira simultanément le lien CIA-Mossad pour le grand projet israélien au Moyen-Orient et servira RAW pour son projet Hinduvta en Asie du Sud. Ainsi, l’Afghanistan, l’Iran et le Pakistan se trouvent au carrefour de leur histoire et de grandes épreuves sont à venir pour eux. Une politique étroitement liée à la sagesse politique, diplomatique et militaire est nécessaire si le Pakistan veut sauvegarder la carte actuelle de l’Asie du Sud.
Par Sabtain Ahmed Dar
étudiant chercheur  en relations internationales du département de science politique de l'Université du Pendjab au Pakistan. Il est spécialisé dans les affaires pakistanaises et la géopolitique, en particulier la stratégie américaine au Moyen-Orient et en Asie du Sud.
NOTES d’Hannibal Genséric
[2] Les groupes et organisations, ayant exploité le penchant religieux chez l'ensemble des musulmans, sont diversifiés. Ils ont déformé les versets coraniques portant sur le djihad, en les écartant de leur contexte et de la condition historique d'après lesquels ces versets ont été révélés et qui sont relatifs le plus souvent à des événements précis.
Les groupes radicalisés (ou islamistes sunnites)  ont manipulé ces versets pour réaliser des intérêts matériels et politiques, n'ayant aucun trait à la tolérance ni à la modération de l'Islam. Les Khārijites (Khawārij) demeurent, historiquement), le premier mouvement politique ayant exploité la religion pour former une opposition politique. Leurs idées ont été réinvitées dans les écrits des  takfiristes de l'époque moderne, comme Daech, Al-Qaïda et les Frères musulmans.
[4] Le nationalisme hindou qui exerce aujourd’hui son influence sur la société indienne revient de loin. L’arrivée au pouvoir du BJP, le parti du Premier ministre Narendra Modi, ne constitue en effet que l’une des multiples manifestations de l’hindutva (« hindouité »), courant idéologique et raciste qui plonge ses racines dans l’histoire du sous-continent, l’accompagnant tout au long d’un XXe siècle agité, entre indépendance, nationalisme, sectarisme exacerbé  et religion.
Hannibal GENSÉRIC

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.