dimanche 2 juin 2019

USA. Encore une victime de l'Holocauste


Cette victime, qui était alors professeur d'histoire à l'Université technique de l'Arkansas et âgée de 67 ans, a été revendiquée en 2005 par son collègue, un juif autoproclamé du nom de James L. Moses, qui avait informé le président de leur université que sa victime avait inclus trois livres qui «nient l'Holocauste» parmi neuf, parmi lesquels les étudiants participant à un séminaire d'histoire aux cycles supérieurs pourraient en choisir un à lire et à rapporter. En conséquence, sa victime, Michael Link, a dû retirer les volumes incriminés de sa liste et s'est vu refuser le mandat d'enseigner d'autres cours d'histoire aux cycles supérieurs pendant dix ans par la suite.
Dans sa défense dans les processus qui ont suivi, M. Link a expliqué qu'il souhaitait sensibiliser ses étudiants des cycles supérieurs à diverses opinions sur l'Holocauste et d'autres controverses historiques. En vain, à moins qu'il ne soit noté que M. Link n'a pas été effectivement licencié de l'université de la faculté dont il était membre depuis quarante ans. Les spécificités du crime du Dr Link, dans lesquelles il n’a ni endossé les volumes hérétiques ni demandé spécifiquement à quiconque de lire sont librement accessibles à quiconque disposant d’une connexion Internet. Paul Rassinier, un survivant français de plusieurs camps de concentration nazis, en a publié plusieurs commentaires dans sa langue maternelle, qui ont ensuite été combinés et traduits en anglais sous le titre Debunking the Genocide Myth,, (Démystifier le mythe du génocide), disponible en téléchargement gratuit pour tous ceux qui cliquent sur son titre.
Carlos W. Porter a procédé à une analyse approfondie des archives officielles du Tribunal militaire international de Nuremberg de l'après-guerre et en a publié un recueil intitulé "Made in Russia: The Holocaust," (Fabriqué en Russie: l'Holocauste), également disponible gratuitement, ainsi qu'un fichier complet à télécharger en un clic. Amazon.com a publié les deux livres pendant des décennies, mais les a supprimés le 7 mars 2017 sans explication officielle, ni les dizaines d'ouvrages similaires qu'ils ont retirés en même temps. [Voir Censure féroce. Amazon a interdit ces 9 ouvrages académiques remettant en cause certains aspects de «l’Holocauste». Pourquoi?] .
Avançons rapidement encore de 14 ans. Michael Link est mort depuis deux ans maintenant. L’administrateur de sa succession s'approche de son employeur depuis plus de cinquante ans avec un legs: 190.000 $ pour financer une bourse d’études pour un majeur en histoire méritante de sa dernière année, nommée en l'honneur de la mère du Dr Link et, bien entendu, du testateur lui-même. L’acceptation de cette générosité par l’université apparaît dans le journal de l’université, de même que toutes ces bienfaits.
Sarah Stein,, une professeure adjointe (juive) d’anglais à l’Université ATU, a souligné cet acte généreux. Elle a en quelque sorte une connaissance du crime commis par M. Link 14 ans plus tôt. Elle, ou ses (et le Dr Moses?)  acolytes zélés organisent une manifestation contre l’acceptation par leur université d’un legs baptisé du nom d'un… négationniste de l’Holocauste,  et d'un antisémite. Ils ont demandé à leur institution de rejeter «l'argent nazi» ou de changer le nom du fonds pour un autre nom qui nierait le négateur.
Le martyre est défini comme étant la mort dans la défense, ou l'affirmation d'une cause, ou même pour avoir été membre d'un groupe condamné. Michael Link n'a pas été martyrisé dans ce sens. Après plus de cinquante ans à la faculté de la seule université où il a toujours été membre du corps professoral, il est décédé au rang de simple professeur associé, mais ce n’est pas non plus un martyre. Mais ensuite, deux ans après sa mort, ses biens sont légués par testament, et… ils devraient le rejeter. Si cela ne serait pas un martyre, alors c’est quoi?
Son université, si elle n’était motivée que par des considérations pécuniaires, a jusqu’à présent résisté aux flatteries  de Jonathan Greenblatt, directeur national de l’ultra sioniste Anti-Defamation League, pour refuser les économies souillées de leur fidèle serviteur. Il semblerait que le bon docteur Link aurait pu douter de certains détails du récit de l'Holocauste, et aurait même pu les confier à l'un et à l'autre de ses connaissances personnelles. Et pour cela, peut-être l'opinion réfléchie d'un historien diplômé, son legs, ou du moins son nom, devrait-il être ignoré?
À l’appui de cette idée, je citerais une jeune manifestante s’exprimant contre le professeur libre. Elle a dit: «Onze millions de morts! Comment peut-on nier ça? » (Pourquoi pas 100 millions ?)
Comment en effet? Les collines du nord-ouest de l'Arkansas sont protégées contre toute discussion honnête sur l'Holocauste en tant qu'évènement historique. Et un historien qui travaillait était la clé pour les garder ainsi.
Post-scriptum:
M. James Moses est aujourd'hui professeur titulaire au département d'histoire de l'Université technique d'Arkansas. Il est à la faculté depuis près de 20 ans. Un rapport sur RateMyProfessors.com mentionne que certains des livres figurant sur ses listes de lecture (conseillés à ses pauvres étudiants, ) sont des romans.
Curieusement, la bourse du Dr Link a été nommée en l'honneur de sa mère, et sa notice nécrologique ne mentionne aucun conjoint ni enfant survivant, rappelant ainsi une autre victime célèbre de la persécution juive, Benedict Spinoza [1], qui a vécu et est mort de la sorte. Le paradoxe est le suivant : Benedict Spinoza, considéré comme le plus grand philosophe rationaliste du XVIIe siècle, était un juif banni qui fréquentait de près un groupe néerlandais religieux et philosophique ... Ou peut-être que la famille survivante du Dr. Link, s’il y en a une, se sent menacée…

[1] Un incroyant bien de son temps
Les études sur Spinoza soulignent souvent les importantes réminiscences de la communauté portugaise juive dans la constitution de sa pensée, que l'on décèle tant dans son vocabulaire que dans ses thèmes de réflexion et dans sa manière de les formuler. Selon Gebhardt, le philosophe aurait hérité de l'expérience des marranes [Voir : La conspiration des Illuminati date de l'expulsion des Marranes d'Espagne] ], juifs convertis de force par les Rois Catholiques, mais restés clandestinement fidèles à leurs croyances et à leurs coutumes, jusqu'au moment où ils purent s'échapper de la Péninsule et revenir au plus vite au judaïsme.
La conception de la religion (des religions) comme imposture, tromperie à la fois nécessaire et dommageable pour moraliser les peuples et les conduire à l'obéissance politique (mais aussi à justifier toutes formes de pouvoir tyrannique). Cela veut d'abord dire que l'on en parlait de plus en plus, et que l'on se servait des mots "athées", "libertins", "incrédules", pour incriminer des individus et des groupes. Ceux-ci, très généralement (Spinoza en est un parfait exemple), devaient s'en défendre, à la fois parce que ces accusations étaient très graves et – surtout – parce qu'il n'existait presque pas d'acceptions positives de ces notions polémiques et diffamatoires.
VOIR AUSSI :

Traduction / annotations : Hannibal GENSÉRIC

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.