vendredi 17 mai 2019

Allô, au secours, Madame Shoah

Un « survivant d’Auschwitz » admet avoir menti au sujet de tout pour « garder vivant le souvenir » de l’holocauste.  Joseph Hirt a déclaré avoir tout inventé de l’histoire selon laquelle jeune enfant il aurait été envoyé dans le camp d’Auschwitz où il aurait rencontré le médecin nazi Josef Mengele, cela pour « garder vivant le souvenir » de l’Holocauste. 
Patrick Balkany évoque lui aussi l'holocauste auquel aurait survécu son père, pour exiger de la justice française de le laisser tranquille, arguant du fait que, juste après la guerre, son père, un juif hogrois (genre Sarkozy ou Soros)  aurait fait fortune grâce au marché noir, à une époque où les goys français crevaient la dalle.

Un homme de Pennsylvanie qui a prétendu pendant des années s’être échappé d’Auschwitz, avoir rencontré la star de l’athlétisme Jesse Owens et le médecin nazi Josef Mengele, a avoué vendredi qu’il avait tout inventé.
« Je vous écris aujourd’hui pour m’excuser publiquement du mal que j’ai causé à quiconque parce que je me suis inséré dans les descriptions de la vie à Auschwitz », a écrit Joseph Hirt, 86 ans, dans une lettre envoyée cette semaine à son journal local, LNP.
« Je n’y étais pas prisonnier. Je n’avais pas l’intention d’atténuer ou d’éclipser les événements qui s’y sont vraiment produits en prétendant faussement avoir été personnellement impliqués. »
« J’avais tort. Je demande pardon », a-t-il ajouté. « J’ai décidé à ce moment-là de faire tout ce qui était en mon pouvoir pour empêcher la perte de la vérité sur la vie (et la mort) en temps de guerre à Auschwitz. »
Pendant des années, M. Hirt a prononcé des discours publics dans des écoles partout aux Etats-Unis au sujet de son expérience de la Seconde Guerre mondiale, y compris la fuite de sa famille juive de Pologne à Belgrade.
Mais il a aussi dit aux gens qu’il avait été arrêté par les nazis, envoyé au camp de concentration d’Auschwitz et rencontré Mengele, le médecin SS qui torturait les prisonniers du camp de concentration.
Hirt a prétendu s’être échappé sous une clôture électrique au camp.
Il a ajouté un prologue et un épilogue extraordinaires à l’histoire, disant qu’il a vu Adolf Hitler tourner le dos à Jesse Owens aux Jeux olympiques de Berlin en 1936 et qu’il a rencontré Eleanor Roosevelt et Owens après son arrivée aux Etats-Unis.
Plus tôt cette année, Andrew Reid, professeur d’histoire à New York, s’est méfié de l’histoire de Hirt et a écrit une réfutation de nombreux points de Hirt.
Les noms des victimes et des survivants des camps de concentration sont accessibles au public, et il n’existe aucune trace de Hirt à Auschwitz ou ailleurs.
Hirt (montrant son faux tatouage sur la photo ci-dessus) a admis dans sa lettre qu’il avait tatoué le numéro de camp du survivant d’Auschwitz Primo Levi, l’auteur et chimiste reconnu, sur son avant-bras gauche :
« En aucun cas une tentative de prendre son identité, mais un effort pour incorporer son symbole comme un moyen de se souvenir de lui. »
Reid a également constaté que l’histoire de l’évasion de Hirt ne correspondait pas aux dossiers du camp, que Mengele n’est arrivé au camp qu’après l’évasion présumée, et d’autres mensonges, erreurs et revendications farfelues dans le récit de Hirt.
C’était un garçon polonais de six ans et il était extraordinairement peu probable qu’il s’approche d’Hitler aux Jeux olympiques, par exemple, et le biographe d’Owens a découvert que le rebut était probablement une invention, peut-être associée à l’histoire d’un autre sprinter noir.
Hirt n’est pas le premier à fabriquer ou à exagérer une histoire sur l’Holocauste. Herman Rosenblat, un survivant polonais, a embelli ses mémoires de 1993 et en a composé quelques parties entièrement.
A l’époque, l’historien Ken Waltzer écrivait dans la Nouvelle République qu’il était alarmé par la rapidité avec laquelle les gens acceptaient l’histoire. 
Source :  http://plumenclume.org/blog/452-allo-madame-shoah
Holocauste business

« Monsieur le Président,
j’ai horreur de la corruption !
Je suis croyant ! »
Lors de son récent procès actuel pour corruption et autres malversations, Patrick Balkany a sorti de sa poche quelques notes.
Il a souhaité faire une petite explication préliminaire. Il déroule son récit qui est l’histoire de son père, Guyla Balkany. « Un Hongrois qui a fui le nazisme », commence-t-il. Résistant puis déporté, son père aurait ensuite fait fortune à la sortie de la guerre en s’associant avec un autre Hongrois « pour la vente du matériel américain du camp Philipp Morris du Havre ». 
Selon lui, une partie des fonds provenant de la vente du matériel militaire aurait été transférée en Suisse par son père, l’autre lui servant à monter des magasins de prêt à porter. « On est issus, ma femme et moi, de familles riches, martèle le maire de Levallois. Pour vous dire qu’on ne fait pas de la politique pour gagner de l’argent »… Balkany veut dire que  le fisc n’a pas à vérifier d’où provient sa fortune, il se considère intouchable  en raison de l’holocauste, ça sert aussi à ça, la Shoah.
Puis l’autre manie de son père, « c’était comme ça à l’époque, à la sortie de la guerre », était celle « de tous les Français, qui ont toujours eu un bas de laine sous le matelas » : le goût pour les espèces et les … lingots d’or, le tout planqué en Suisse. « C’est petit un lingot, détaille Patrick Balkany. Et c’est anonyme. Le coffre de mon père en contenait beaucoup. Ça valait 5.500 francs pendant longtemps et aujourd’hui, dans les 30.000 euros ». Donc les espèces, les billets de 500 euros retrouvés jusque dans ses peignoirs dans les années 2010, proviendraient à l’entendre des lingots familiaux… « Je vous le dis, M. le président, semble presque s’excuser Patrick Balkany, les espèces il fallait bien les dépenser ». 
La salle rit une nouvelle fois. Elle est remplie à craquer de goys antisémites !

De simples bungalows:

De misérables tentes:


Ube mini villa  à Marrakech :



Hannibal GENSÉRIC
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.