lundi 6 mai 2019

Inefficacité des sanctions américaines: La Russie et la Chine continuent de coopérer avec l’Iran


La Russie poursuivra sa coopération dans le domaine de l'énergie nucléaire avec l'Iran, malgré les menaces de sanctions américaines, a déclaré samedi le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Ryabkov. De son côté, la Chine a augmenté ses importation de pétrole d'Iran et du Venezuela.

Vendredi, les États-Unis ont averti qu'ils pourraient imposer des sanctions à quiconque fournirait de l'aide pour agrandir la centrale nucléaire iranienne de Bushehr.
Résultat de recherche d'images pour "centrale de bushehr Iran"
La Russie et l'Iran ont signé un traité pour la construction des deuxième et troisième réacteurs de l'usine.
"Aucune menace de sanctions supplémentaires ne viendra entraver notre coopération légitime mutuellement bénéfique avec l'Iran", a déclaré Ryabkov.
Le diplomate a ajouté que la Russie, comme l'Iran, avait "une grande expérience" dans la vie sous les sanctions américaines.
«Nous accepterons les menaces avec confiance et ne céderons pas à ce chantage. Nous élargirons et développerons progressivement notre coopération avec l'Iran, y compris dans le domaine de l'énergie nucléaire, en totale conformité avec le droit international et les lois nationales de nos pays », a déclaré le vice-ministre des Affaires étrangères.
L'Iran a signé un accord avec la Russie pour la construction du premier projet Bushehr, Bushehr 1, en 1992. En 2004, les pays avaient signé un traité prévoyant la construction des deuxième et troisième réacteurs de l'usine.
Résultat de recherche d'images pour "centrale de bushehr Iran"
L’Iran pourra utiliser l’uranium fourni par la Russie et sous surveillance internationale, comme il le fait pour le réacteur qui fonctionne déjà à Bushehr.
La surveillance internationale empêchera Téhéran d’avoir accès au combustible irradié dont le plutonium peut être séparé, a ajouté le communiqué.
Les sanctions liées à cette centrale nucléaire font partie d’un ensemble de mesures plus large qui, selon le secrétaire d’État Mike Pompeo, visait à couper la voie aux armes nucléaires iraniennes.
De janvier à mars, les importations chinoises de pétrole en provenance d'Iran et du Venezuela ont considérablement augmenté. Les experts estiment que la Chine tente d'aider ses partenaires dans le contexte des sanctions américaines, mais il y a encore une autre raison.
Au premier trimestre de 2019, le volume de pétrole transporté par les pétroliers d'Iran vers la Chine a augmenté de 78%, passant de 431.100 à 767.200 barils par jour. Au Venezuela, le volume a encore augmenté, de 193%, passant de 84 200 à 246 800 barils par jour, selon le portail TankerTrackers.
Selon des analystes russes, l’achat actif de pétrole par les Chinois en Iran et au Venezuela est lié à la volonté de Beijing de soutenir ses partenaires dans le contexte de pressions américaines.

«Marché gris»: l’Iran promet d’exporter son pétrole malgré les sanctions américaines
Comme les États-Unis ont supprimé les exemptions qui permettaient à huit pays d’acheter du pétrole iranien malgré l’embargo imposé par Washington depuis novembre, l’Iran a décidé d’écouler son brut sur le «marché gris», annonce l'agence Irna, se référant au vice-ministre iranien du Pétrole.
L'Iran entend écouler son pétrole sur le «marché gris» pour échapper aux sanctions américaines qu'il juge illégales, a déclaré dimanche le vice-ministre iranien du Pétrole, Amir Hossein Zamaninia, cité par l'agence Irna. «Nous avons mobilisé toutes les ressources du pays et nous vendons du pétrole sur le marché gris.
« Il ne s'agit pas de contrebande mais d'une réaction à des sanctions que nous considérons comme injustes et illégales», a expliqué le responsable. Et à compter de ce mois de mai, la Chine, l'Inde, la Turquie, le Japon, la Corée du Sud, Taïwan, l'Italie et la Grèce seront exposés à des sanctions américaines s'ils continuent d'acheter du brut iranien.
 
Hannibal GENSÉRIC

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.