lundi 6 mai 2019

Une nouvelle étude remet en cause l'histoire d'Israël


Une nouvelle enquête sur les suites de Mesha suggère que le roi Balak, le dirigeant moabite qui, selon la Bible, aurait tenté de maudire les Israélites, aurait été un personnage historique. Cela a des implications dans la chronologie de l'histoire de l'ancien Israël.

Résultat de recherche d'images pour "stèle de mesha"L’étude publiée dans le Journal de l’Institut d’archéologie de l’Université de Tel-Aviv et menée par l’archéologue Israël Finkelstein et l’historien Nadav Naaman, tous deux de l’Université de Tel-Aviv, en collaboration avec l’expert de la Bible, Thomas Romer de L’Université de Lausanne, propose une nouvelle lecture de l’une des sections les plus sombres de la stèle Mesha.
La recherche est basée sur de nouvelles images à haute résolution d'une photographie de la stèle prise peu de temps après sa découverte et qui, dans certains cas, a conservé les anciennes lettres mieux que l'inscription originale.
Ceci est dû au fait que les habitants ont cassé la pierre peu de temps après sa découverte et, bien que la majeure partie ait été réassemblée, certaines pièces manquent encore. Actuellement, la pierre est au musée du Louvre, en France.
Selon des études antérieures, l'un des noms gravés sur la pierre était celui de la maison de David, dynastie royale qui régnait sur le royaume d'Israël.
Résultat de recherche d'images pour "stèle de mesha"Cependant, la nouvelle analyse réfute cette interprétation et propose que le nom situé dans un fragment illisible de la ligne 31 soit celui du roi Balak, rival de Mesha (qui a donné le nom de la stèle) pour la suprématie de Moab. Les Moabites étaient un peuple sémitique qui vivait à l'Est de la mer Morte, dans la Jourdanie actuelle, et qui s'est affronté à plusieurs reprises avec le peuple d'Israël.
Cette étude est importante car elle nous permet de comprendre le territoire de Judah et de Moab et leurs processus d'expansion, ajoutés à l'histoire de Jérusalem au 9ème siècle avant JC, a expliqué Finkelstein.
Dans la Bible, Balak apparaît beaucoup plus tôt dans l'histoire des Hébreux, apparemment plusieurs siècles avant l'époque de Mesha.
Selon les Écritures saintes, quarante ans après l'Exode, lorsque les Israélites, toujours guidés par Moïse, émergent du désert pour se rendre à la Terre promise, ils passent par Moab. Effrayé par la grande foule, le roi Balak engage un prophète voyant, nommé Balaam, pour maudire les Hébreux.
Si la nouvelle interprétation de la stèle Mesha est correcte, cela signifierait que Balak existait réellement. Cependant, cela montrerait également que l'épisode biblique dans lequel il apparaît est de nature anachronique et mythologique.
Ce serait une autre confirmation que le texte sacré a été écrit des siècles après les événements allégués qu’il raconte et que ses auteurs ont un penchant pour prendre des personnages historiques connus pour ensuite les projeter à un autre moment et les transformer en récits et en paraboles pour leur propre théorie.
Selon les chercheurs, en laissant de côté la lecture de la Maison de David, nous écartons le fait que le royaume de Juda a vaincu celui de Moab, ce qui peut être significatif pour l'histoire ancienne d'Israël.
La pierre de basalte noire connue sous le nom de Mesha est un monument découvert il y a 150 ans dans le désert de la Transjordanie. C'est une source d'informations importante sur l'histoire de l'ancien Israël et a permis de débattre de l'exactitude de la Bible.
Dans le texte, datant de la deuxième moitié du neuvième siècle avant notre ère, le roi moabite Mesha se vante de vaincre le royaume du nord d'Israël et sa divinité, YHWH. Ceci est la première référence biblique supplémentaire au tétragramme, ou YHWH, le nom avec lequel Yahweh apparaît dans l'Ancien Testament.
L'inscription témoigne également de l'historicité de plusieurs figures bibliques, dont Mesha lui-même (énuméré dans 2 Rois 3: 4), ainsi que le roi israélite Omri et son fils Achab.

Source : New study calls into question the history of Israel

VOIR AUSSI :
Hannibal GENSÉRIC

2 commentaires:

  1. J'ai sans doute lu trop rapidement votre texte car je n'ai pas saisi si les inscriptions de la stèle présentée émanait de Moab, donc était moabite. Si j'expose mon doute c'est parce que, malgré ma vision déclinante, je reconnais indéniablement l'alphabet phénicien qu'il m'arrive d'utiliser pour correspondre avec mes enfants lorsqu'ils sont en voyage scolaire. Il n'y a aucun doute sur l'origine phénicienne, j'en déchiffre presque tout de la première image malgré son état mais ces lettres sont très lisibles dans l'ensemble. Pour l'image du dessous, c'est beaucoup plus compliqué.
    Même si l'hébreu en est issu et que la prononciation de chaque caractère est quasiment identique à ce phénicien du premier âge du fer, la différence est abyssale. Ce n'est absolument pas de l'hébreu, mais du PHENICIEN.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, c’est sans doute du phénicien. En tapant « la stèle Mesha » sur Google, vous trouverez en images plusieurs agrandissements de cette stèle.
      Vous pouvez aussi voir, dans ce blog :
      - Parenté linguistique punico-arabe https://numidia-liberum.blogspot.com/2012/06/parente-linguistique-punico-arabe.html
      - Langue du Maghreb https://numidia-liberum.blogspot.com/2011/06/qui-parle-arabe-dans-le-monde-arabe.html
      Ce qui explique comment, quelques milliers d’arabes ont pu « conquérir » une région comptant des millions d’habitants. En réalité, compte tenu de la proximité linguistique ci-dessus expliquée, les Arabes ont été perçus comme des cousins et non comme des ennemis comme les Romains quelques siècles auparavant (les guerres puniques ont été longues et extrêmement brutales). Les punico-berbères ont tellement résisté à Rome que celle-ci a commis le premier génocide historiquement prouvé. https://numidia-liberum.blogspot.com/2014/03/le-genocide-est-une-vieille-tradition.html

      Supprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.