vendredi 3 mai 2019

ADIEU DOLLAR - La Russie est le plus gros acheteur d'or au premier trimestre de 2019


Au cours du premier trimestre de 2019, la Banque de Russie a acheté plus d'or que tout autre pays, afin de réduire sa dépendance au dollar américain, a rapporté le World Gold Council (WGC). La Russie a de nouveau été le plus gros acheteur, ajoutant 55,3 tonnes au premier trimestre. Le montant total des réserves d’or dans le pays est donc de 2.168 tonnes (19% des réserves totales), indique le rapport.
D'autre part,  l'année dernière, plusieurs pays, dont la Turquie, l'Allemagne et les Pays-Bas, ont retiré leur or stocké aux États-Unis et d'autres États envisagent la même chose.

Pour la quatrième année consécutive, la Russie augmente ses réserves de 200 tonnes supplémentaires dans le cadre de sa campagne de dédollarisation, souligne le document.
La Chine figure également parmi les plus gros acheteurs puisqu'elle a acheté 33 tonnes d'or au premier trimestre.
Les pays ont augmenté leurs réserves d’or de 145,5 tonnes au premier trimestre, soit une augmentation de 68% par rapport à la même période en 2018.
En janvier, il a été signalé que la Russie figurait parmi les cinq plus grands pays au monde avec les plus grandes réserves d'or en acquérant 8,8 millions d'onces de ce métal en 2018.
D'une manière générale, en 2018, le pays eurasien a augmenté ses réserves d'or de 14,9%, pour atteindre 67,9 millions d'onces, soit environ 2.112 tonnes, selon les données publiées par la Banque centrale de Russie.
Selon Reuters, cet exploit a permis à la Russie de remplacer la Chine à la cinquième place de la liste des pays disposant des réserves d'or les plus importantes. En décembre 2018, les réserves du pays asiatique atteignaient 59,6 millions d'onces.
Actuellement, la Russie suit les États-Unis, l'Allemagne, la France et l'Italie dans la liste.
Résultat de recherche d'images pour "réserves d'or mondiales"
Une source de l'industrie aurifère russe, préférant rester anonyme, a déclaré à Reuters que les sanctions occidentales avaient poussé la Banque centrale russe à augmenter ses réserves d'or.
Selon l'interlocuteur de l'agence, l'or est l'actif le plus sûr car il ne peut être ni gelé ni inscrit sur une liste noire. En outre, la Russie vise à «diversifier» ses actifs en dollars américains.
Auparavant, la banque centrale de Russie avait annoncé une réduction significative de son actif en dollars entre juin 2017 et le même mois en 2018.
La Russie est le troisième producteur mondial d'or. En 2017, le pays eurasien a augmenté sa production de métal précieux de 6%.
Résultat de recherche d'images pour "producteurs d'or 2018 dans le monde"
Pourquoi les pays retirent-ils leurs réserves d'or stockées aux États-Unis?
Pendant des décennies, de nombreux pays ont stocké leurs réserves d’or aux États-Unis. Mais la situation change. L'année dernière, plusieurs pays, dont la Turquie, l'Allemagne et les Pays-Bas, ont retiré leur or stocké aux États-Unis et d'autres États envisagent la même chose.
Il  y a une dizaine d'années, quelque 60 pays avaient leurs réserves d'or aux États-Unis, principalement pour assurer la sécurité de leurs réserves en cas de guerre et pour accroître leurs liquidités, car les plus importantes transactions aurifères sont réalisées sur le New York Mercantile Exchange (NYMEX).
Stocker de l’or aux États-Unis a permis de réduire les coûts de transport, qui sont très élevés dans le cas des métaux précieux en raison de l’assurance coûteuse, et les États-Unis ont décidé de ne les payer que dans une situation économique ou politique exceptionnelle. Le fait qu’en 2018, la Turquie, l’Allemagne et les Pays-Bas aient retiré leur or stocké aux États-Unis et que l’Italie envisage cette mesure, cette situation pourrait bien se présenter.
En outre, ces derniers temps, ces pays ont émis des doutes sur la capacité des États-Unis à conserver correctement l’or des autres pays.
Selon le département du Trésor américain, les États-Unis continuent de détenir 261 millions d'onces d'or. Cependant, la dernière vérification de ces réserves remonte aux années 1960. Après cela, toutes les tentatives de mener une nouvelle inspection ont été bloquées par le Congrès, ce qui est tout à fait bizarre.
Il y a ceux qui supposent que les Américains utilisent l'or étranger dans leur propre intérêt: ils le louent aux banques qui l’utilisent pour contrôler le prix du métal précieux.
 «Cela soulève une question: Washington est-il prêt à restituer à tout moment tout or n’appartenant pas aux États-Unis? Pour éviter ce risque, de plus en plus de pays retirent leur or », a expliqué un analyste.
La vague de retraits a commencé en 2012, lorsque le Venezuela a décidé de retirer aux États-Unis la totalité de ses 160 tonnes d'or, d'une valeur de neuf milliards de dollars. A cette époque, le président Hugo Chavez avait déclaré qu'il était nécessaire de renvoyer les lingots au Venezuela pour ne pas devenir otages du chantage de type maffieux de Washington. Cette prédiction du président vénézuélien s'est réalisée en 2018: la Banque d'Angleterre a refusé au président vénézuélien Nicolas Maduro de lui remettre 1,2 milliard de dollars en lingots d'or.
En 2014, la Banque centrale des Pays-Bas a retiré 20% de ses réserves d'or à New York (à cette époque, 50% des réserves néerlandaises étaient détenues aux États-Unis), arguant qu'il était imprudent et inadéquat d'économiser la moitié des réserves d'or au même endroit. Cependant, les analystes ont raison: le pays continue de retirer son or basé des États-Unis afin de ne pas dépendre des actions imprévisibles du président américain Donald Trump.
La Deutsche Bundesbank, la banque centrale allemande, a également lancé un programme de retrait de son or américain en 2012. De plus, en avril 2018, la Turquie a retiré 27,8 tonnes de son or stocké aux États-Unis.
Les causes du reflux d'or étranger des comptes d'épargne américains sont évidentes: hausse des taux d'intérêt américains, pression sur l'Euro et d'autres devises, augmentation des risques géopolitiques et guerres commerciales déclenchées par Washington.
Dans ce contexte, l’économie mondiale tente de réduire sa dépendance à l’égard du dollar américain et les paris sur l’or sont des actifs sûrs et ne reposent plus sur les États-Unis: Washington, qui a de plus en plus recours à la pression financière, pourrait simplement geler les actifs des pays  « insoumis » ou « qui ne plaisent pas » aux États-Unis.
Hannibal GENSERIC

2 commentaires:

  1. Je ne comprend pas pourquoi vous avez indiqué la France avant l'Italie, si bien qu'il est le contraire. Avec le lapsus freudien du journaliste France 2 sur Leonardo da Vinci "genie francais", est-ce que aussi le votre est un lapsus du meme genre ou bien un inguerissable complexe de superiorité tipiquement francais, vis à vis du monde entier, mais particulierement de l'Italie?
    Je vous signale que cet orgueil demesuré (tant plus grave car il est en tres bonne partie inconscient) qui caracterise les Francais en general et qui est toujours present, meme dans les plus petites choses, est en train finalement de detruire la France et les Francais, sans meme que vous vous en rendez compte. Je conseil à vous et à vos compatriotes un bain ou une douche d'humilité, au moins hebdomadaire, car l'orgueil est une souillure tres dangeureuse pour le salut de l'ame.

    RépondreSupprimer
  2. Il s'agit d'une erreur de ma part. En effet, le scéma et correct, l'Italie dépasse la France
    États-Unis
    8133.50
    Allemagne
    3369.70
    Italie
    2451.80
    France
    2436.00
    Russie
    2119.20
    Chine
    1864.30
    Suisse
    1040.00

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.