mercredi 22 mai 2019

USA/Iran : Trump face à un dilemme cornélien


Entre un durcissement des pressions et une levée partielle ou complète des sanctions anti-iraniennes, le choix reste difficile pour les États-Unis. Une fois avoué, il leur serait peut-être plus facile de vivre avec leur échec. Dans une note parue dans le journal libanais Al-Binaa, l’expert en stratégie militaire et général de brigade à la retraite de l’armée libanaise, Amin Hoteit, s’intéresse à cette question. Les lignes qui suivent sont un résumé de son texte.

Les tensions actuelles entre l’Iran et les États-Unis ne doivent pas être considérées comme étant une dispute éphémère. Ces différends puisent leurs racines dans les tout premiers jours de la victoire de la Révolution islamique.
Le bourbier auquel sont aux prises aujourd’hui les États-Unis est beaucoup plus sérieux qu’ils auraient pu l’imaginer. Et cette situation est due à deux facteurs :
– Premièrement, la guerre économique américaine contre l’Iran s’est soldée par un échec, tandis qu’un coup de fil des Iraniens se fait toujours attendre à la Maison-Blanche. Cela montre que les Iraniens font fi des exigences trop élevées de Donald Trump et ses assistants.
– Deuxièmement, les États-Unis craignent qu’une intervention militaire contre l’Iran ne leur apporte pas les résultats escomptés. Cette peur, cette vive préoccupation, pousse les États-Unis à poursuivre leur guerre économique contre Téhéran. Et la persistance de cette situation provoque une nouvelle inquiétude pour les États-Unis : ils craignent à présent que le contrôle des évolutions dans la région puisse facilement leur échapper.
Si les Américains entraient dans une nouvelle guerre au Moyen-Orient, leur défaite serait certaine. Pire encore, tous les intérêts des États-Unis dans la région pourraient partir en fumée.
D’autre part, les États-Unis savent très bien que si les tensions avec l’Iran restent irrésolues, la donne moyen-orientale deviendra hyper-dangereuse pour leurs alliés dans la région. Un effet domino pourrait donc entraîner la chute des alliés moyen-orientaux des États-Unis. C’est dans de telles conditions que les Européens disent ne pas être prêts à adhérer à une décision américaine de déclencher la guerre contre l’Iran, tandis que l’Égypte aussi a, à son tour, quitté le projet américain de l’OTAN arabe.
Les Américains se sont aperçus aujourd’hui qu’une confrontation avec l’Iran serait tout sauf facile, que ce soit sur le plan militaire ou économique.
Pour éviter d’infliger de plus grandes pertes à leurs alliés et, surtout, pour empêcher l’effondrement de leur politique moyen-orientale, les États-Unis doivent faire aujourd’hui un choix difficile, un peu comme un épicier qui voit se détruire la rentabilité de son petit commerce. La meilleure chose à faire, pour Washington, serait de reconnaître avec courage ses erreurs ainsi que l’échec de ses politiques.
« Ghadir », le fantôme du golfe Persique
L’Iran est parmi les rares pays ayant une capacité de tir en immersion. Les puissances étrangères ayant envoyé des navires dans la région auraient raison de s’inquiéter de leur sécurité. « Ghadir » est un sous-marin iranien capable de se déplacer comme un fantôme au fond du golfe Persique et de frapper l’ennemi sans être localisé. Un article paru sur le site de l'agence IRNA s'attarde sur les caractéristiques du sous-marin Ghadir.
Deux sous-marins de type Ghadir ont rejoint la marine iranienne en novembre 2018. ©IRNA
Deux sous-marins de type Ghadir ont rejoint
la marine iranienne en novembre 2018. ©IRNA
Ghadir est un sous-marin léger et très efficace dans les eaux peu profondes, ayant fait preuve d’une grande utilité dans les eaux du golfe Persique, de la mer d’Oman et du détroit d’Hormuz.
Sa grande performance en plongée et en montée et sa capacité de se détacher du quai en seulement 30 secondes fait de Ghadir un sous-marin idéal pour mener ses opérations.
Ghadir est en plus capable de larguer des torpilles depuis deux endroits conçus sur sa proue.
Parmi d’autres privilèges de ce sous-marin furtif de 15 tonnes, l’on pourrait citer sa capacité de déplacement rapide, d’interception des submersibles de surface et sous-surface, de localisation des cibles militaires et de transport des commandos marins. Sans oublier que le sous-marin Ghadir est capable de se maintenir sous l’eau pendant une durée de temps convenable et idéale pour mener des opérations.
Utilisant un moteur diesel-électrique, Ghadir est un sous-marin silencieux et l’un des plus difficiles à identifier par l’ennemi. Il profite, en plus, d’un système Sonar de petite taille, [Sonar étant l’acronyme anglais du système de détection fondé sur la réflexion des ondes sonores], d’un capteur de contrôle de profondeur automatique et des systèmes de guidage pouvant fonctionner en mode manuel, hydraulique ou encore automatique.
Ghadir est doté d’un système sophistiqué de largage de torpilles à haute précision ainsi que de systèmes de télécommunication à fabrication 100% nationale, assurant sa liaison avec d’autres unités de submersibles et d’aviation maritime ainsi qu’avec des centres de commandement. Cela constitue un point fort pour assurer un échange d’informations en toute sécurité, lorsqu’il s’agit de mener des opérations asymétriques et de mutualiser les capacités opérationnelles des unités impliquées.
Ghadir, capable de larguer aussi des missiles de croisière
Depuis peu, les sous-marins Ghadir iraniens ont acquis également une capacité de largage de missiles de croisière ; ce qui leur assure une capacité renforcée à frapper de grands navires, voire, le cas échéant, des cibles situées sur les côtes. La marine de la RII a démontré cela pour la première fois lors des manœuvres « Velayat-97 » du février 2019.
Source : Presstv

1 commentaire:

  1. Reconnaître ses erreurs n'a jamais été un signe de faiblesse. Bien au contraire.La grande Amérique sortirait renforcée et estimée par ses amis, et encore plus respectée par ceux qu'elle considère comme ses ennemis, dans une telle sage perspective. L'économie d'une guerre dans un tel contexte international serait très bénéfique pour le monde entier, et en premier lieu aux US.

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.