vendredi 17 mai 2019

Les oligarques algériens auraient-ils participé au financement de la campagne électorale d’Emmanuel Macron ?

Alors qu’une guerre sans merci fait rage à Alger entre les différents clans à coup d’intox et d’informations parfois fantaisistes, Paris demeure au centre d’intérêt des uns et des autres. La France constitue en effet un enjeu de taille dans une course à la survie entre les « survivants » du clan Bouteflika-Mediène et les réseaux du nouvel homme fort du pays, le général Ahmed Gaïd Salah.

Selon des informations recueillies à Alger par Maghreb-intelligence, le candidat Emmanuel Macron aurait bénéficié, lors de sa campagne pour les dernières élections présidentielles françaises, d’un financement de 7 millions d’euros en provenance d’hommes d’affaires algériens. Les principaux bailleurs de fonds seraient des oligarques algériens proches du régime déchu d’Abdelaziz Bouteflika. Selon nos sources, il s’agirait essentiellement de la famille Kouninef et du controversé ancien patron du FCE, Ali Haddad aujourd’hui incarcérés.
Pour participer à la campagne électorale d’Emmanuel Macron, les Haddad et Kouninef auraient utilisé leurs réseaux parisiens qui comptent plusieurs personnalités politiques françaises. Les noms de Jean-Louis Guigou et de sa femme Elisabeth Guigou, très proches de Haddad, ainsi que celui de Yasmina Benguigui et de plusieurs membres influents du Medef sont évoqués par nos sources. Des membres du patronat français auraient établi des connexions entre les oligarques algériens et l’entourage du candidat Macron. À signaler enfin que seul Issad Rebrab, la plus grosse fortune en Algérie, ne serait pas passé par Said Bouteflika pour contribuer à la campagne de Macron. Le patron de Cevital se serait appuyé sur les réseaux de son ami et conseiller François Touazi, devenu aujourd’hui l’un des plus proches conseillers d’Emmanuel Macron.
Gaïd Salah remet en cause les intérêts français


Le pouvoir militaire à l’œuvre en Algérie a ordonné à la wilaya d’Alger d’annuler l’accord tripartite avec la région Ile-de-France et les ateliers Jean Nouvel pour la réhabilitation de la casbah d’Alger, classée depuis 1992 par l’Unesco patrimoine mondial de l’humanité. Les Turcs qui s’étaient proposés compte tenu de leur expertise en architecture mauresque ont été également éconduits.
Finalement le projet de rénovation de la casbah d’Alger a été confié à « des experts cubains » qui jouissent, d’après la presse algérienne, d’une longue expertise dans le domaine.
Il faut rappeler que la signature de l’accord tripartie avec la France avait fait, en décembre 2018, l’objet d’un grand tapage médiatique.
Bouchouareb dans le viseur
Autre pique lancée par Gaïd Salah à la France, la convocation par la brigade de recherche de la gendarmerie de Bab Jedid, de l’ancien ministre algérien de l’Industrie et des Mines Abdeslam Boucouareb ne devrait pas tarder. En s’en prenant à un homme politique très proche d’Emmanuel Macron, le patron de l’armée voudrait faire comprendre aux autorités françaises que c’est lui le patron à Alger.
Abdeslam Bouchouareb, l’ancien ministre de l’Industrie qui incarnait le « Hibz França » (le « Parti de la France ») et à ce titre était un interlocuteur régulier pour Emmanuel Macron, doit être entendu par la gendarmerie pour rendre des comptes su sa gestion passée comme ministre très contesté de l’Industrie.
Détesté par les uns, adulés par les autres, Abdeslam Bouchouareb ne laisse aucun algérien indifférent. Le fis de la commune d’Aïn-Mlila située dans la Wilaya (Préfecture) d’Oum-El-Bouaghi dans le pays chaoui, a grimpé les échelons à un rythme effréné. Tout a débuté par une réussite indéniable dans le secteur agro-alimentaire algérien, des marchés  florissants dans une économie qui importe encore la majorité de ses produits alimentaires, notamment le blé, l’huile et le sucre.
Durant les années 80, Bouchouareb se lance dans la fabrication des chips et pommes mousselines. Classiquement, le businessman exploite les réseaux dont il dispose au sein de l’institution militaire, qui  à l’époque contrôle étroitement la distribution des marchés. Or, coup de chance, les deux frères d’Abdeslam étaient officiers dans l’Armée. Le premier, feu le colonel Slimane Bouchouareb, était directeur central du Personnel et de la Justice Militaire (DPJM) au ministère de la Défense Nationale. Le second, feu le colonel Karim Bouchouareb, était un haut cadre de la Sécurité Militaire, l’ancêtre du DRS, sous le rêgne  du général Betchine.
Sources : Maghreb-Intelligence  et Mondafrique

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.