jeudi 16 mai 2019

USA. Direction plein Sud


Des droits de douane de 25 % en hausse sur les marchandises chinoises entrant aux États-Unis. Si vous pensez à mettre un terme à l’économie holographique de l’Amérique, c’est bien joué. Pendant une trentaine d’années, c’est ainsi que cela a fonctionné : La Chine nous a envoyé un volume massif de produits finis et nous les avons payés avec un volume massif de bons du Trésor américain à des taux d’intérêt toujours plus bas. Une belle affaire pour nous le temps que ça a duré. C’est du moins ce qu’il semble. Finalement, la Chine s’est rendue compte de l’escroquerie et a commencé à liquider ses obligations américaines pour acheter de l’or et d’autres biens immobiliers comme des droits miniers et des terres agricoles en Afrique, du pétrole iranien et des installations portuaires dans des endroits stratégiques du monde.

Aujourd’hui, la Chine a manifestement conçu une politique visant à se dissocier autant que possible du racket commercial perdant avec nous (les USA) et à remplacer le marché américain par des nouvelles clientèles partout où elle peut en conquérir dans le reste du monde. L’initiative des Routes de la soie visant à relier physiquement la Chine à l’Asie centrale (et au-delà) par des lignes de chemin de fer et des autoroutes à travers certains des terrains les plus interdits sur terre était une partie frontale du plan, que nous avons (malheureusement) financé en achetant tout ce qu’ils ont envoyé ici pendant des décennies, et en leur donnant le temps pour terminer ce projet colossal.
Image associée
L’achat de tous ces grille-pains bon marché, ces chaises longues, ces baskets, ces vis, ces réveils, ces maillets de croquet… eh bien, tout ce que vous voulez, c’est qu’il n’était pas rentable pour l’Amérique de faire la même chose, avec tout notre stupide attachement sentimental aux salaires syndicaux, nos journées de travail de huit heures et nos règlements contre la pollution, Nous avons donc progressivement laissé les lumières s’éteindre et les toits s’effondrer, et nous avons intensifié l’économie « financiarisée », avec Wall Street qui a parié sur les largesses de la Réserve fédérale dans un univers alternatif de bonneteau en utilisant des dérivés multicouches sur des promesses de remboursement de prêts (qui ont peu de chances d’être remboursés un jour).
Deux Amériques en ont résulté : la hipsterocratie des élites côtières et les déplorables suicidaires du centre. La hipsterocratie se nourrit des hallucinations fabriquées de l’économie holographique, c’est-à-dire de la production d’images, de psychodrames télévisés, de récits médiatiques, de concours de statut, de campagnes de relations publiques, de machinations de cabinets d’avocats, de cérémonies de remise de prix et autres systèmes de signes pour maintenir l’illusion que l’économie financiarisée a tout sous contrôle alors que nous transformons notre monde en nirvana du plaisir à la pointe des technologies, et d’un progrès sans fin.
Pendant ce temps, dans les États du centre, les hologrammes ne se vendent plus très bien. Personne n’a les moyens de les payer, pas même ceux qui sont liés aux empires néo-féodaux de Wal-Mart et d’Amazon. Les enfants continuent de naitre, bien qu’il soit presque impossible pour un homme de subvenir à leurs besoins, et de plus en plus, les pères se retirent tout simplement de la scène. Les femmes fermentent dans le désespoir des familles monoparentales. Les enfants deviennent de plus en plus sauvages à chaque génération. Toutes les possibilités économiques restantes sont réorientées vers les usines de rachat des emprunts de compagnies financières établies sur les côtes loin de là. Même la culture d’aliments à partir de la terre a été convertie il y a longtemps en un agro-pastoralisme fondé sur des pratiques sans avenir. Et maintenant, le temps de ce printemps est en train d’étouffer l’agitation et d’entraîner les fermes corporatisées vers la faillite.
Les deux Amériques ont transformé un système politique autrefois viable en un tribunal pour divorces et, au cours des trois dernières années, cette négociation n’a donné lieu qu’à des griefs et à de l’animosité mutuels. La hipsterocratie, ivre de bière artisanale, a concentré sa production d’hologrammes sur un opéra extravagant de mélodrame racial et sexuel et sur la campagne incroyablement malhonnête visant à calomnier le champion des déplorables, M. Trump. Si elle avait été conçue à l’origine pour détourner les déplorables de leurs situation économique dramatique, elle a en fait réussi à concentrer leur énergie décroissante dans une colère furieuse et vertueuse contre ceux qui ont obéré leur avenir.
Au moment où j’écris ces lignes, les marchés boursiers se sont ouverts sur le début d’une très mauvaise semaine, apparemment en réaction à l’échec des négociations commerciales de M. Trump. Lorsque ces marchés s’orientent résolument vers le sud, en baisse, Wall Street et sa filiale Hipster sur East River se retrouvent réduits à leur propre enfer de déplorabilité. Le réalignement qui émergera de ce désordre impie sera la surprise de nos vies.
Par James Howard Kunstler – Le 6 mai 2019 – Source kunstler.com
Pour lui, les choses sont claires, le monde actuel se termine et un nouveau arrive. Il ne dépend que de nous de le construire ou de le subir mais il faut d’abord faire notre deuil de ces pensées magiques qui font monter les statistiques jusqu’au ciel.
Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

4 commentaires:

  1. Une belle vision!

    Pas beaucoup de monde en Europe et en Afrique comprennent le jeu que le Souverainiste Trump joue contre les mondialistes du monde entier! Poutine le comprend! C'est pour cette raison que ces deux là sont tellement discrédités par cet empire satanique!

    Va voir sur you tube la chaîne Radio Québec qui parle entres autres de Trump et de la panique actuelle des mondialistes face à l'éveil des peuples du monde entier; sa vision est excellente!

    Merci Generic

    RépondreSupprimer
  2. Finalement le monde ne tourne qu'autour du profit, l'accaparition des biens, et la montée en puissance du pouvoir absolu d'un groupe qui mène le monde vers sa disparition, on rend le citoyen du monde abruti et servile, dénudé de toute morale, juste un esclave de la jouissance instantanée en acceptant tous les vices, et que sa vie se termine avec une chimiothérapie et enfin un trou dans le sol pour lequel il a économisé durant toute sa vie puisqu'il est censé payer sa tombe même après sa mort

    RépondreSupprimer
  3. l'Afrique doit se reveiller car ces dirrigeants corrompus et complexés n'ont aucune vision malgrés toutes ces richesses humaines,minières,agricole et géopolitique.

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.