mercredi 22 mai 2019

Ce que vous devez savoir sur Google


Le nom de la société holding de Google, ALPHABET, (ALEPH ~ BET)    signifie    que Google est la propriété du Mossad.

Après des éloges sans précédent pour l’industrie israélienne de la technologie, Eric Schmidt, président-directeur général de Google, a rencontré Benjamin Netanyahou en 2015 avec des éloges à gogo, mais les raisons pour lesquelles ils se sont rencontrés et les détails de la réunion n’ont pas été rendus publics.

 
Car lorsque le président de Google, Eric Schmidt, a déclaré lors d'une conférence à Tel-Aviv en juin 2015 que les centres de développement de Google en Israël figuraient parmi les "bureaux les plus efficaces du monde", il ne fait aucun doute que le Mossad, l'agence de renseignement israélienne, était et est encore profondément (comme dans l'état profond) impliqué.
(Il ne fait aucun doute que le Mossad / CIA, par le biais de ses propres sociétés de financement et d’investissement technologiques incorporées, ainsi que par le biais de diverses sociétés écrans acheminent de l’argent sale et propre dans les investissements d’Alphabet / Google.)
Ce qui est intéressant, c’est que dans  la même année 2015, où Schmidt et Netanyahou se sont rencontrés que Google a créé Alphabet en tant que société mère du conglomérat à holdings multiples dans un processus de restructuration et d’incorporation en deux étapes délicat dans lequel elle s’est retrouvée avec «l’enfant». (Alphabet) étant le parent de la «mère» (Google) maintenant incorporée en tant que filiale.
Les deux fondateurs de Google, Larry Page et Sergey Brin, ont assumé des rôles de «dirigeants» dans la nouvelle société, mais ont, en réalité, été déchargés de toute fonction opérationnelle.
Page et Brin ont tous deux été remplacés par une marionnette évidente - un Indien de souche facilement contrôlé par le Mossad et le lobby juif international, Sundar Pichai - qui a été nommé nouveau Président directeur général de Google fin 2015.
Tous les projets financiers de Google ont été transférés à Alphabet. Google a conservé ses activités principales: «Recherche, Annonces pub, Cartes, Applications, Android, et son outil phare de propagande, YouTube, complété de ses flaggers officiels (et ses autres amis tribalistes juifs), la Ligue anti-diffamation. ADL et le SPLC.[NdT. Flagger : en informatique accorder un flag (une valeur de type vrai ou faux) à quelque chose.]
En tant qu’étudiants à Stanford University en 1994, Sergey Brin et Larry Page ont créé une application unique d'exploration de pages Web et de classement des pages.
Ce qui était remarquable, c’est que leur création a été financée par l’initiative Massive Digital Data Systems, parrainée par la NSA, la CIA et le directeur du renseignement central, [càd: le Mossad], afin de favoriser la recherche innovante en matière de technologie de l’information.
À l’évidence, c’est un maître du Mossad, le professeur Jeffrey Ullman, qui agissait de concert avec un agent de la CIA / Mossad, Rick Steinheiser, qui avait organisé le financement du moteur de recherche de Brin et de Page.
Stanford était lié à des projets de recherche militaire secrets depuis des décennies et était le lien et le moteur entre la Silicon Valley d’une part,  et le Pentagone et la CIA d’autre part.
La création du projet Massive Digital Data Project (MDDS) destiné à financer des informaticiens à Stanford. Ce projet permet  à la communauté du renseignement (CIA / Mossad) de disposer d’une méthode toute prête permettant de suivre des personnes et des groupes en ligne… c’est ainsi que  Google est né. Voir toute l'histoire ici.
Son partenaire stratégique, le Mossad, souhaitait de plus en plus entrer en contact avec les Juifs friqués de la Silicon Valley - (quatrième plus grande communauté juive aux États-Unis) - qui dominent le monde de la haute technologie et s'emparent de leur propre technologie tout en élargissant son réseau via la cyber-science .
Le professeur Jeffrey Ullman et Rick Steinheiser de la CIA, associés à de nombreux projets parrainés par le Pentagone, ont rendu hommage à la technologie pionnière des moteurs de recherche de Brin et Page et ont poursuivi un objectif à long terme: contrôler l’autoroute de l’information.
LA PORTE DE LA CONNAISSANCE est maintenant entre les mains des Juifs, étant donné que le Mossad est le propriétaire réel et  caché de Google, le principal moteur de recherche du monde.
Google, avec ses censeurs juifs officiels, la Ligue anti-diffamation (administrée par la juive Eileen Hershenov) et le SPLC, décide de ce que vous êtes autorisé à savoir et que vous ne devez pas savoir.
Voulez-vous savoir comment les Juifs contrôlent Hollywood à l’aide de Google? Vous ne le saurez jamais.
Pourquoi ne pas apprendre comment les Juifs mènent un nettoyage ethnique génocidaire des Palestiniens en Israël? Oubliez cela aussi.
Mais si vous souhaitez voir comment l'avortement est promu et avancé, Google fournit des résultats de recherche de pointe pour le meurtre de l'enfant à naître et du nouveau-né.
Et si vous souhaitez pratiquer l'homosexualité, le lesbianisme, changer de genre et pratiquer toutes les formes de déviance sexuelle, alors Google est votre solution.
Comme Joseph Sobran l'a souligné il y a des années, cette entreprise de la communauté juive mondiale est une destruction de la civilisation chrétienne, qui, historiquement, est hostile à l'idéologie juive.
Et cette idéologie raciste juive, via Google [NdT Youtube, Facebook et la plupart des grands médias], est gravée dans le cerveau de chaque goy.
Par  Brother Nathanael Kapner May 21, 2019
Traduction : Hannibal Genséric

1 commentaire:

  1. J'adore Brother Nathanael... Il n'est pas très pointu en Théologie mais il déménage en Géopolitique d'ISRAEL et ses liens avec l'Apocalypse...
    Et puis l'humour juif ...malgré sa conversion au Christianisme orthodoxe.

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.