jeudi 16 mai 2019

American Pravda: Comment Hitler a sauvé les alliés, par Ron Unz


Il y a quelques années, je lisais les mémoires de la Seconde Guerre mondiale de Sisley Huddleston, journaliste américaine vivant en France. Bien qu’oublié depuis longtemps, Huddleston était l’un de nos plus éminents correspondants à l’étranger et il avait publié des douzaines de ses principaux articles dans The Atlantic Monthly , The New Republic et Harpers , alors qu’il était l’auteur de dix-neuf livres. Compte tenu de cette notoriété, ses relations personnelles ont largement pénétré dans les élites. L’un de ses amis les plus anciens et les plus proches est William Bullitt, ambassadeur des États-Unis en France, qui avait précédemment ouvert notre première ambassade soviétique sous FDR.

La crédibilité de Huddleston semblait irréprochable, raison pour laquelle j’ai été si choqué par son récit personnel de Vichy en temps de guerre, totalement contraire à ce que j’avais absorbé dans mes manuels d’introduction à l’histoire. Même si j’avais toujours eu l’impression que le régime collaborationniste de Pétain possédait peu de légitimité, ce n’était pas du tout le cas. Des majorités presque unanimes des deux chambres du parlement français dûment élu avaient élu le maréchal âgé malgré ses craintes personnelles, le considérant comme le seul espoir de la France d’un sauveur national unificateur après la défaite écrasante du pays contre Hitler en 1940.

Bien que les sympathies de Huddleston soient à peine avec les Allemands, il a noté la justesse scrupuleuse dont ils faisaient preuve après leur victoire écrasante, une politique qui a continué tout au long des premières années de l’occupation. Et bien qu’il ait à quelques reprises rendu de petits services au mouvement naissant de la Résistance, lorsque le débarquement de 1944 en Normandie et le retrait allemand qui s’ensuivit ouvrirent les portes du pouvoir aux forces anti-Pétain, ils se lancèrent dans une orgie de saignées idéologiques. sans précédent dans l’histoire française, dépassant de loin le tristement célèbre règne de la terreur de la Révolution française, avec peut-être plus de 100.000 civils massacrés sommairement sur la base de peu ou pas de preuves, souvent pour régler leurs comptes personnels.
Tandis que je cherchais à mettre en balance le témoignage de Huddleston avec le récit traditionnel de la France en temps de guerre, j’avais toujours pleinement accepté, la plupart des facteurs semblaient aller en sa faveur. Après tout, ses compétences journalistiques étaient impeccables et, en tant qu’observateur direct et très bien connecté des événements qu’il a relatés, ses déclarations comptaient certainement pour beaucoup. Entre temps, il est apparu que la plupart des textes narratifs qui dominaient nos livres d’histoire avaient été construits une génération plus tard environ par des écrivains vivant de l’autre côté de l’océan Atlantique, dont les conclusions auraient pu être considérablement influencées par le cadre idéologique noir et blanc cela était devenu rigoureusement inscrit dans les universités d’élite américaines.

Cependant, je ne pouvais pas m’empêcher de remarquer une faille béante dans le récit de Huddleston, une erreur si grave qu’elle mettait en doute toute sa crédibilité en tant que journaliste. Vers le début de son livre, il consacre une page environ à mentionner que, dans les premiers mois de 1940, les Français et les Britanniques se préparaient à lancer une attaque contre l’Union soviétique neutre, utilisant leurs bases en Syrie et en Irak pour des raisons stratégiques. L’offensive à la bombe visait à détruire les champs de pétrole de Staline à Bakou dans le Caucase, l’une des principales sources de ce produit vital dans le monde.
De toute évidence, toutes les organisations militaires produisent une multitude de plans d’urgence hypothétiques couvrant toutes les situations et tous les opposants possibles, mais Huddleston avait en quelque sorte mal interprété ces possibilités ou rumeurs. Selon lui, le bombardement de l’Union soviétique par les Alliés devait commencer le 15 mars, mais a été initialement retardé et reprogrammé pour diverses raisons politiques. Quelques semaines plus tard, les divisions de panzers allemands balayaient la forêt des Ardennes, encerclaient les armées françaises et capturaient Paris, mettant fin au bombardement planifié de la Russie par les Alliés.
Étant donné que l’URSS a joué le rôle principal dans la défaite de l’Allemagne, une attaque précoce des Alliés sur la patrie soviétique aurait certainement changé le résultat de la guerre. Bien que les fantasmes bizarres de Huddleston aient eu raison de lui, il n’a cependant pas eu tort de s’écrier: «Quelle évasion! »
L’idée que les Alliés s’apprêtaient à lancer une importante offensive contre l’Union soviétique quelques mois seulement après le début de la Seconde Guerre mondiale était évidemment absurde, une notion si ridicule que rien ne laissait présager que la rumeur longtemps démentie s’était infiltrée les textes d’histoire standard que j’avais lus sur le conflit européen. Mais, pour Huddleston, s’être toujours accroché à de telles croyances insensées, même plusieurs années après la fin de la guerre, de grandes questions se posaient quant à sa crédibilité ou même à sa santé mentale. Je me demandais si je pouvais me fier à un seul mot, dit-il à propos d’autre chose.
Cependant, peu de temps après, j’ai été surpris par un article publié en 2017 dans The National Interest , un périodique éminemment respectable. La courte pièce portait le titre descriptif « Dans les premiers jours de la Seconde Guerre mondiale, la Grande – Bretagne et la France avaient prévu de bombarder la Russie. » Le contenu m’a absolument sidéré, et la crédibilité de Huddleston est maintenant pleinement établie et la crédibilité de mes manuels d’histoire standards également démolie. Je suis allé de l’avant et me suis largement inspiré de son compte pour mon long article intitulé “American Pravda: la France d’après-guerre et l’Allemagne d’après-guerre”.

Je ne me considère pas comme un spécialiste de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale, mais je me sentais au départ profondément embarrassé d’avoir passé toute ma vie dans l’ignorance de ce tournant décisif dans l’énorme conflit. Cependant, une fois que j’ai lu attentivement cet article sur national Interest, ma honte s’est rapidement dissipée, car il était évident que l’auteur, Michael Peck, ainsi que ses éditeurs et lecteurs, n’étaient pas non plus au courant de ces faits enfouis de longue date. En effet, l’article avait été publié pour la première fois en 2015, mais il a été republié quelques années plus tard en raison de l’énorme demande de lecteurs. Autant que je sache, cet essai de 1100 mots constituait la première et la seule fois où les événements mémorables décrits avaient attiré l’attention du public de façon significative au cours des soixante-dix années qui ont suivi la fin de la guerre.
La discussion de Peck a énormément enrichi les brèves remarques désinvoltes de Huddleston. Les hauts commandements français et britannique avaient préparé leur énorme offensive de bombardiers, l’ opération Pike , dans l’espoir de détruire les ressources pétrolières de la Russie, et leurs vols de reconnaissance secrets  avaient déjà survolé Bakou, photographiant les emplacements des cibles visées. Les Alliés étaient convaincus que la meilleure stratégie pour vaincre l’Allemagne était d’éliminer ses sources de pétrole et d’autres matières premières vitales. La Russie étant le principal fournisseur de Hitler, ils ont décidé que la destruction des gisements de pétrole soviétiques semblait une stratégie logique.
Cependant, Peck a souligné les erreurs graves de ce raisonnement. En réalité, seule une petite fraction du pétrole de Hitler provenait de Russie. L’impact réel d’une campagne, même totalement couronnée de succès, aurait été faible. Et bien que les commandants alliés étaient convaincus que des semaines de bombardement continu – représentant apparemment la plus grande campagne de bombardement stratégique au monde à ce jour – élimineraient rapidement toute la production de pétrole soviétique, les événements ultérieurs de la guerre laissèrent penser que ces projections étaient extrêmement optimistes, avec des perspectives beaucoup plus grandes et des attaques aériennes plus puissantes infligeant généralement beaucoup moins de destructions permanentes que prévu. Les dommages subis par les Soviétiques n’auraient donc probablement pas été considérables et l’alliance militaire totale qui en résultait entre Hitler et Staline aurait sûrement annulé l’issue de la guerre.
Mais, bien que le recul nous permette de reconnaître les conséquences désastreuses de ce plan de bombardement malheureux, nous ne devrions pas être trop sévères pour les dirigeants politiques et les stratèges de l’époque. La technologie militaire était en pleine mutation et les faits qui semblaient évidents en 1943 ou 1944 étaient beaucoup moins clairs au début du conflit. Sur la base de leur expérience de la Première Guerre mondiale, la plupart des analystes estimaient que ni les Allemands ni les Alliés n’avaient l’espoir de percer rapidement sur le front occidental, alors que les Soviétiques étaient soupçonnés d’être une puissance militaire faible.
De plus, certaines des conséquences politiques les plus profondes d’une attaque alliée contre l’Union soviétique auraient été totalement inconnues des dirigeants français et britanniques qui l’avaient envisagée. Bien qu’ils soient certainement conscients des puissants mouvements communistes dans leur propre pays, tous étroitement alignés sur l’URSS, il n’est apparu que de nombreuses années plus tard que la haute direction de l’administration Roosevelt était alourdie par de nombreux agents pleinement fidèles à Staline, comme allait le prouver la publication des Decrypts de Venona dans les années 1990. Ainsi, si les forces alliées étaient soudainement entrées en guerre contre les Soviétiques, l’hostilité totale de ces personnalités influentes aurait considérablement réduit les perspectives futures d’assistance militaire américaine substantielle, sans parler d’une éventuelle intervention dans le conflit européen.
Ainsi, si, pour une raison quelconque, les Allemands avaient retardé de quelques semaines leur attaque contre la France en 1940, l’attaque imminente des Alliés aurait amené les Soviétiques à la guerre de l’autre côté, assurant leur défaite. Il semble indéniable que l’action fortuite de Hitler a sauvé par inadvertance les Alliés des conséquences désastreuses de leurs plans stupides

Bien qu’explorer les implications dramatiques de l’éclatement d’une guerre alliée entre les Soviétiques en 1940 puisse être un exemple intrigant d’histoire alternative, cet exercice intellectuel n’a guère de pertinence pour notre monde d’aujourd’hui. Bien plus important est ce que le récit révèle sur la fiabilité du récit historique standard que la plupart d’entre nous avons toujours accepté comme réel.
La première question à examiner était de savoir si les preuves de l’attaque envisagée par les Alliés contre les Soviétiques étaient aussi solides que le suggérait l’ article sur l’ intérêt national . Les informations sous-jacentes provenaient d’ Opération Pike , publiée en 2000 par Patrick R. Osborn dans une série académique intitulée Contributions in Military Studies . J’ai donc récemment commandé le livre et je l’ai lu pour évaluer les affirmations remarquables formulées.
Bien que relativement sèche, la monographie de 300 pages documente méticuleusement son cas, l’essentiel des documents étant extraits d’archives officielles et d’autres archives gouvernementales. Il ne semble pas y avoir le moindre doute sur la réalité des événements décrits, et les dirigeants alliés ont même déployé de nombreux efforts diplomatiques pour engager la Turquie et l’Iran dans leur projet d’attaque contre l’Union soviétique.
Le principal objectif des Alliés était d’éliminer le flux de matières premières nécessaires en Allemagne, mais leurs objectifs étaient également plus généraux. La collectivisation forcée de l’agriculture soviétique dans les années 1930 avait entraîné l’abattage généralisé d’animaux de ferme, qui ont ensuite été remplacés par des tracteurs nécessitant de l’essence. Les dirigeants alliés estimaient que s’ils parvenaient à éliminer les réserves de pétrole soviétiques, la pénurie de carburant qui en résulterait conduirait à un effondrement de la production agricole, entraînant probablement une famine qui risquerait d’éloigner le pouvoir du régime communiste. Les Alliés avaient toujours été intensément hostiles aux Soviétiques, et l’opération envisagée portait en réalité le nom d’un certain colonel Pike, un officier britannique décédé mort entre des mains bolchéviques au Caucase lors d’une précédente intervention militaire vingt ans plus tôt.
Cette planification antisoviétique s’est rapidement accélérée après l’attaque brutale de Staline sur la minuscule Finlande fin 1939. La résistance férocement inattendue de la Finlande a conduit les puissances occidentales à expulser l’URSS de la Société des Nations en tant qu’agresseur flagrant, et à susciter de larges demandes d’intervention militaire les élites politiques et le grand public, des propositions sérieuses étant envisagées pour envoyer plusieurs divisions alliées en Scandinavie pour combattre les Russes au nom des Finlandais. En effet, pendant une grande partie de cette période, l’hostilité des Alliés semble avoir été beaucoup plus grande envers les Soviets que contre l’Allemagne, malgré l’état de guerre nominal contre celle-ci, les sentiments français étant particulièrement forts. Comme un élu britannique l’a fait remarquer,
Les Alliés avaient l’intention d’utiliser les forces polonaises en exil dans leur combat terrestre contre les Soviétiques, provoquant peut-être même un soulèvement polonais contre les occupants communistes détestés de leur pays. Osborn note que si la nouvelle de ce plan avait été divulguée à Staline, cela pourrait expliquer pourquoi il a signé à ce moment-là les ordres officiels enjoignant au NKVD d’exécuter immédiatement les 15 000 officiers et policiers polonais qu’il détenait déjà en tant que prisonniers de guerre. connu sous le massacre de Katyn Forest, qui est l’une des pires atrocités de la guerre du monde.
Tous ces plans militaires et discussions internes des Britanniques et des Français étaient entièrement secrets à l’époque, et leurs archives restèrent scellées aux historiens pendant de nombreuses décennies. Mais dans l’ouverture de son récit fascinant, Osborn explique qu’après le déplacement des armées allemandes victorieuses vers Paris en 1940, le gouvernement français a tenté de détruire ou d’évacuer tous ses dossiers diplomatiques secrets. Un train plein de ce matériel très sensible a été capturé par les forces allemandes. 100 miles de Paris, y compris le compte rendu complet des plans d’attaque de l’URSS. Dans l’espoir d’obtenir un coup de force de propagande internationale, l’Allemagne publia bientôt ces documents essentiels, fournissant à la fois des traductions anglaises et des copies fac-similées des originaux. Bien qu’il soit difficile de savoir si ces révélations ont bénéficié d’une couverture médiatique significative à l’époque, Staline a sûrement pris conscience de cette confirmation détaillée des informations qu’il avait déjà reçues en morceaux de son réseau d’espions communistes bien placés, ce qui a certainement renforcé sa méfiance à l’égard de l’Occident. L’histoire aurait aussi rapidement été connue de tous les observateurs bien informés, expliquant pourquoi Huddleston était si confiant de mentionner avec désinvolture l’attaque projetée par les Alliés dans ses mémoires de 1952.
Après la barbarie hitlérienneL’invasion de l’URSS en juin 1941 a soudainement amené les Soviétiques à la guerre du côté des Alliés. Ces faits extrêmement embarrassants seraient naturellement tombés dans l’obscurité. Mais il semble assez étonnant qu’une telle amnésie «politiquement correcte» soit devenue si profondément enracinée dans la communauté de la recherche universitaire que pratiquement toutes les traces de cette histoire remarquable aient disparu pendant les six décennies qui ont précédé la publication du livre d’Osborn. Au cours de ces années, il se peut que plus de livres en langue anglaise aient été publiés sur la Seconde Guerre mondiale que sur tout autre sujet, mais il semble possible que ces dizaines de millions de pages ne contiennent pas un seul paragraphe décrivant les plans ambitieux des Alliés visant à attaquer la Russie au début jours de la guerre, peut-être même en quittant les remarques brèves de Huddleston en 1952 comme le récit le plus complet. Osborn lui-même note le «peu d’attention précieuse» accordée à cette question par des spécialistes de la Seconde Guerre mondiale, citant un article de journal universitaire de 1973 comme l’une des rares exceptions notables. Nous devrions être sérieusement préoccupés par le fait que des événements d’une telle importance monumentale ont passé plus de deux générations presque totalement exclues de nos archives historiques.
De plus, même la publication de l’étude universitaire abondamment documentée d’Osborn en 2000 semble avoir été presque complètement ignorée par les historiens de la Seconde Guerre mondiale. Considérons, par exemple, Absolute War, publié en 2007 par le célèbre historien militaire Chris Bellamy, un ouvrage de 800 pages dont les pages couverture brillantes le caractérisent comme le récit «faisant autorité» du rôle de la Russie soviétique dans la Seconde Guerre mondiale. L’index détaillé de 25 pages ne contient pas de liste pour «Bakou» et la seule référence visible aux préparatifs incontestables des Alliés pour attaquer l’URSS au début de 1940 est une phrase obscure unique paraissant 15 mois et 150 pages plus tard au lendemain de Barbarossa: « Mais le 23 juin, le NKGB a annoncé que le chef d’état-major de l’armée de l’air britannique, Sir Charles Portal, avait suggéré de câbler les commandements en Inde et au Moyen-Orient, leur ordonnant de cesser de projeter de bombarder les champs pétrolifères de Bakou, ce qui, craignait-il. , les révélations d’Osborn semblent avoir disparu sans laisser de trace jusqu’à ce qu’elles soient finalement remarquées et rendues publiques 15 ans plus tard dans The National Interest .
S’il est assez facile de comprendre pourquoi les historiens ont évité le sujet pendant les deux premières décennies qui ont suivi la fin de la Seconde Guerre mondiale, on pouvait raisonnablement espérer, une ou deux générations passées, voir une certaine réaffirmation de l’objectivité savante. L’opération Pike était de la plus haute importance pour le cours de la guerre, alors comment aurait-elle pu être presque totalement ignorée par pratiquement tous les auteurs sur le sujet? Les préparatifs des alliés au début de 1940 en vue de lancer la plus grande offensive stratégique contre l’Union soviétique de l’histoire du monde ne semblent pas être ce genre de détail ennuyeux et obscur qui serait rapidement oublié.
Même si la première génération de chroniqueurs de guerre l’a soigneusement exclue de leurs récits pour éviter tout embarras idéologique, ils devaient sûrement être au courant des faits, compte tenu de la publication allemande des documents. Et bien que leurs plus jeunes successeurs n’en aient pas fait mention dans les livres qu’ils ont étudiés, on s’attendrait à ce que leurs mentors leur aient murmuré de temps à autre quelques-uns des «secrets cachés de la guerre» laissés en dehors du récit standard. De plus, Osborn note que la discussion des faits a très rarement paru dans des revues académiques professionnelles, et l’on pourrait supposer qu’un seul cas de ce type se serait répandu comme une traînée de poudre au sein de l’ensemble de la communauté universitaire. Pourtant, même après la publication dans une série académique respectable du volume abondamment documenté d’Osborn, le silence restait absolument assourdissant. L’affaire deL’opération Pike montre que nous devons faire preuve d’une extrême prudence pour accepter l’exactitude et l’exhaustivité de ce que l’on nous a dit.
De telles conclusions ont des conséquences évidentes. Mon site Web a tendance à attirer un grand nombre de commentateurs, de qualité très variable. L’un d’eux, un immigré d’Arménie soviétique qui s’appelle «Avery», semble très bien informé et pondéré, bien qu’il soit extrêmement hostile aux Turcs et à la Turquie. Il y a quelques années, l’un de mes articles sur la Seconde Guerre mondiale a suscité un commentaire intrigant de sa part:
Lors de la bataille de Stalingrad, la Turquie, officiellement neutre mais coopérant en secret avec l’Allemagne nazie, avait rassemblé une énorme force d’invasion à la frontière de l’URSS (RSS d’Arménie). Si les Allemands avaient gagné à Stalingrad, les Turcs allaient envahir, foncer vers Bakou et rejoindre les forces allemandes sur place, en descendant de Stalingrad pour s’emparer des champs de pétrole.
Lorsque l’armée de Paulus fut encerclée et annihilée, les Turcs quittèrent rapidement la frontière pour se rendre à leur caserne.
Staline n’a jamais oublié la trahison turque et n’a jamais pardonné.
Lorsque l’Allemagne se rendit, Staline assembla d’énormes armées en RSS d’Arménie et en Géorgie. Le plan était d’envahir et de jeter les Turcs hors de la Turquie orientale / Arménie occidentale.
La détonation de deux bombes atomiques américaines a convaincu Staline de se retirer. Certains pensent que les États-Unis ont fait exploser les deux bombes non pas pour forcer la reddition du Japon, mais comme un message à Staline.
Interrogé, il a admis qu’il n’était au courant d’aucune référence dans une source occidentale, mais a ajouté :
C’était de notoriété publique en Arménie RSS d’où je suis originaire.
Les vétérans de la guerre de la Seconde Guerre mondiale, les anciens, en ont toujours discuté… ..s’assemblent plus de soldats de l’Armée rouge et de matériel militaire rassemblés près des frontières de la RSS d’Arménie et de la RSS de Géorgie qu’ils ne l’avaient jamais vue auparavant. Ensuite, ils étaient tous partis…
Dans des circonstances normales, peser le silence universel de tous les historiens occidentaux sur les affirmations informelles d’un commentateur anonyme qui s’appuierait sur les récits d’anciens combattants qu’il avait entendus ne serait guère difficile. Mais je me demande…
Les documents officiels examinés par Osborn montrent que les Britanniques ont déployé des efforts considérables pour engager les forces turques dans leur projet d’attaque contre l’URSS. Les Turcs ont échangé leurs idées jusqu’à ce que la Grande-Bretagne abandonne définitivement le projet après la chute de la France. Mais si les Turcs avaient fermement envisagé une telle aventure militaire en 1940, il semblerait tout à fait plausible qu’ils auraient été beaucoup plus pressés de le faire en 1942, compte tenu des énormes pertes déjà subies par les Soviétiques entre des mains allemandes, avec un très formidable allemand. l’armée s’approchant du Caucase.
Peu de temps après la guerre, la Turquie devint l’un des alliés les plus cruciaux de la Guerre froide contre les Soviétiques aux États-Unis, se voyant attribuer un rôle central dans l’établissement de la doctrine Truman et la création de l’OTAN. Toute allusion au fait que le même gouvernement turc aurait bien failli rejoindre l’Axe hitlérien et attaquer la Russie en tant qu’allié nazi quelques années auparavant aurait été extrêmement préjudiciable aux intérêts américains. De tels faits auraient été scrupuleusement exclus de toutes nos histoires de guerre.
Jusqu’à il y a quelques semaines, j’aurais probablement encore tendance à privilégier le front uni de tous les historiens occidentaux contre les remarques causales d’un seul commentateur anonyme sur mon site. Mais après avoir lu le livre d’Osborn, je pense maintenant que le commentateur anonyme est plus vraisemblablement correct. C’est un verdict personnel plutôt triste sur la crédibilité actuelle de notre profession historique.
Ces considérations importantes deviennent particulièrement pertinentes lorsque nous essayons de comprendre les circonstances entourant l’ opération Barbarossa , l’attaque de l’Allemagne contre l’Union soviétique en 1941, qui a constitué le point central de la guerre. Les historiens occidentaux ont toujours affirmé, tant à l’époque que pendant le demi-siècle qui a suivi, que l’assaut surprise avait capturé Staline, trop confiant dans sa confiance, et que le motif de Hitler était son rêve de créer le vaste empire allemand qu’il avait laissé entendre. dans les pages de Mein Kampf , publié seize ans plus tôt.
Mais en 1990, un ancien officier des services de renseignement de l’armée soviétique qui avait fait une défection à l’Ouest et vivait en Grande-Bretagne a lancé une grosse bombe. Écrivant sous le pseudonyme de Viktor Suvorov, il avait déjà publié un certain nombre de livres très respectés sur les forces armées de l’URSS, mais dans Icebreaker,il affirmait maintenant que ses recherches approfondies dans les archives soviétiques avaient révélé qu’en 1941 Staline avait Elle a rassemblé d’énormes forces militaires offensives tout au long de la frontière, se préparant à attaquer et à submerger facilement les forces de la Wehrmacht , beaucoup plus nombreuses et moins bien maîtrisées , conquérant rapidement l’Europe entière .
Comme j’ai résumé l’hypothèse Suvorov dans un article de l’année dernière:
Ainsi, comme dans notre récit traditionnel, nous voyons que dans les semaines et les mois qui ont précédé Barbarossa, la plus puissante force militaire offensive de l’histoire du monde s’est assemblée discrètement le long de la frontière germano-russe, préparant ainsi la ordre qui déchaînerait leur attaque surprise. L’armée de l’air non préparée de l’ennemi devait être détruite au sol dans les premiers jours de la bataille, et d’énormes colonnes de chars commenceraient à percer profondément, entourant et piégeant les forces adverses, réalisant ainsi une blitzkrieg classique.victoire et assurer l’occupation rapide de vastes territoires. Mais les forces préparant cette guerre de conquête sans précédent étaient celles de Staline, et son poids lourd aurait sûrement saisi l’Europe entière, probablement bientôt suivi du reste de la masse continentale eurasienne.
Puis, presque au dernier moment, Hitler réalisa soudainement le piège stratégique dans lequel il était tombé et ordonna à ses troupes lourdement surpeuplées et surmenées de se lancer dans une attaque surprise désespérée contre les Soviétiques qui se rassemblaient, les attrapant fortuitement au point même Les derniers préparatifs pour une attaque soudaine les avaient rendus les plus vulnérables, leur permettant ainsi d’arracher une victoire initiale majeure aux griffes de certaines défaites. D’énormes stocks de munitions et d’armes soviétiques ont été placés près de la frontière pour approvisionner l’armée d’invasion en Allemagne. Ceux-ci tombent rapidement entre les mains des Allemands, ce qui constitue un ajout important à leurs propres ressources, malheureusement insuffisantes.
Bien que presque totalement ignoré dans le monde anglo-saxon, le livre phare de Suvorov est rapidement devenu un best-seller sans précédent en Russie, en Allemagne et dans de nombreuses autres parties du monde, et avec plusieurs volumes de suivi, ses cinq millions d’exemplaires imprimés l’ont établi l’historien militaire le plus lu dans l’histoire du monde. Dans le même temps, les médias et les milieux universitaires de langue anglaise ont scrupuleusement maintenu le black-out complet du débat mondial en cours, aucune maison d’édition ne souhaitant même publier une édition anglaise des ouvrages de Suvorov jusqu’à ce qu’un éditeur de la prestigieuse Naval Academy Press lève enfin l’embargo près de deux Des décennies plus tard.
Bien que l’hypothèse Suvorov ait inspiré des décennies de débats universitaires féroces et ait fait l’objet de conférences internationales, elle a été scrupuleusement ignorée par nos auteurs anglophones, qui n’ont fait aucune tentative sérieuse de défendre leur récit traditionnel et réfutent la vaste accumulation de preuves convaincantes sur lesquelles reposent. c’est basé. Cela me porte à penser que l’analyse de Suvorov est probablement correcte.
Il y a dix ans, un écrivain solitaire a attiré mon attention pour la première fois sur les recherches novatrices de Suvorov et, en tant qu’émigré esclave russe vivant en Occident, il n’était guère favorable au dictateur allemand. Mais il a clôturé sa revue avec une déclaration remarquable:
Par conséquent, si l’un de nous est libre d’écrire, de publier et de lire ceci aujourd’hui, il s’ensuit que, dans une partie non négligeable, notre gratitude doit aller à Hitler. Et si quelqu’un veut m’arrêter pour avoir dit ce que je viens de dire, je ne cache pas où je vis.


En ressuscitant une Allemagne prospère alors que presque tous les autres pays restaient enlisés dans la Grande Dépression, Hitler avait suscité des éloges de la part d’individus de tout le spectre idéologique. Après une visite prolongée en 1936, David Lloyd George, l’ancien Premier ministre britannique pendant la guerre, loua de manière complète le chancelier comme étant « le George Washington d’Allemagne », un héros national de la plus haute stature. Au fil des ans, j’ai vu des affirmations plausibles dire ici et là que dans les années 1930, Hitler était largement reconnu comme le leader national le plus populaire et le plus prospère au monde, et le fait qu’il ait été choisi comme l’ homme de l’année 1938 par Time Magazine pour soutenir cette croyance.
Seuls les Juifs internationaux étaient restés intensément hostiles à Hitler, scandalisés par ses efforts pour déloger la population juive allemande à 1% de la mainmise qu’ils avaient acquise sur les médias et les finances allemandes, et diriger le pays dans le meilleur intérêt de la majorité allemande à 99%. Un parallèle récent frappant a été l’énorme hostilité de Vladimir Poutine après avoir évincé la poignée d’oligarques juifs qui avaient pris le contrôle de la société russe et appauvri la majeure partie de la population. Poutine a tenté de pallier cette difficulté en s’alliant à certains éléments juifs. Hitler semble en avoir fait de même en approuvant le partenariat économique nazi-sioniste., qui jettent les bases de la création de l’État d’Israël et font de ce fait partie de la faction sioniste juive, petite mais en pleine croissance.
À la suite des attentats du 11 septembre, les néoconsultants juifs ont condamné l’Amérique à la désastreuse guerre en Irak et à la destruction du Moyen-Orient qui en a résulté, les têtes parlantes de nos téléviseurs affirmant sans cesse que «Saddam Hussein est un autre Hitler». , nous entendons régulièrement répéter le même slogan dans diverses versions modifiées, en nous disant que «Mouammar Kadhafi est un autre Hitler» ou «Mahmoud Ahmadinejad est un autre Hitler» ou «Vladimir Poutine est un autre Hitler» ou même «Hugo Chavez est un autre Hitler. . »Au cours des dernières années, nos médias américains ont été assaillis sans répit en affirmant que« Donald Trump est un autre Hitler ».
Au début des années 2000, j’ai évidemment reconnu que le dirigeant de l’Iraq était un tyran sévère, mais j’ai ri de la propagande absurde des médias, sachant parfaitement que Saddam Hussein n’était pas Adolf Hitler. Mais avec la croissance constante d’Internet et la disponibilité des millions de pages de périodiques fournies par mon projet de numérisation, j’ai été assez surpris de découvrir aussi progressivement qu’Adolf Hitler n’était pas un Adolf Hitler.
Il ne serait peut-être pas tout à fait correct de prétendre que Franklin II Roosevelt cherchait à échapper à ses difficultés intérieures en organisant une grande guerre européenne contre l’Allemagne nazie prospère et pacifiste d’Adolf Hitler. Mais je pense que cette image est probablement un peu plus proche de la réalité historique réelle que l’image inversée que l’on trouve plus communément dans nos manuels.


Source :
American Pravda: How Hitler Saved the Allies
• May 13, 2019

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.