jeudi 23 mai 2019

USA vs Chine. Attaquer Huawei n'est pas une victoire dans la guerre technologique


Cette entreprise chinoise est une reine de l'échiquier technologique, mais Pékin demandera simplement à ses petits génies d'atteindre le prochain niveau.

C’est une guerre géopolitique, géoéconomique, froide jusqu’à présent, mais maintenant sur le point de descendre au niveau glacial. La stratégie de sécurité nationale des États-Unis l’énonce sans équivoque. La Chine est un concurrent stratégique et doit être maîtrisée à tous les niveaux: économique, militaire et surtout technologique.

Why capturing Huawei is no victory in tech war 
Entrez dans l'offensive concertée actuelle, allant de la 5G à l'IA, en passant par les mouvements visant à empêcher la mondialisation 2.0. Ajoutez à cela une pression maximale dans le monde entier pour empêcher les pays d'adhérer à l'initiative «Nouvelles routes de la soie» ou Belt and Road Initiative (BRI), concept de politique étrangère organisateur pour la Chine dans un avenir prévisible et feuille de route stratégique pour l'intégration eurasienne jusqu'en 2049 .
La rivalité technologique entre les États-Unis et la Chine sur la 5G et d’autres secteurs s’intensifie. Image: iStock
Tout est interconnecté; guerre commerciale de l’administration Trump, Google bloquant Huawei contre le système d’exploitation Androïd amélioré, la diabolisation de Belt and Road. Tout repose sur le contrôle des chaînes d'approvisionnement mondiales et de l'infrastructure technologique.
Huawei n'est pas un pion mais la reine de l'échiquier de la guerre des technologies. Dans un environnement où les entreprises informatiques chinoises grimpent rapidement dans le classement des brevets scientifiques, Huawei est déjà le premier parmi ses pairs. Des connaissances techno-scientifiques à la recherche appliquée et aux solutions de marché créatives, China Tech représente une «menace» concertée pour la technologie américaine. C’est le cœur de l’affrontement géopolitique et géoéconomique entre l’hégémon et la superpuissance en devenir.
Les pressions exercées sur l'Allemagne, le Royaume-Uni et l'Italie, par exemple, sur la base d'un concept flou «d'agression économique», ne forceront pas ces pays industrialisés à se défaire de Huawei, car ils peuvent tirer parti du leadership de Huawei sur la 5G pour créer leur propre système «intelligent» ou villes sûres.
La fragmentation des chaînes d'approvisionnement mondiales - comme le souhaite l'administration Trump - ne la coupe pas non plus, l'interdépendance règne toujours. Quelque 22% des produits Huawei contiennent des composants américains et la puce Snapdragon d'American Qualcomm est intégrée à la plupart des smartphones chinois.
Ce qui compte le plus, c’est la manière dont le Made in China propose des offres globales créatives, privilégiant la valeur ajoutée pour les entreprises, dans la mesure où il cible une masse de clients mondiaux, privés et professionnels. Ce processus est au cœur de Made in China 2025, qui vise à dissocier la technologie occidentale et à faire de la Chine un leader mondial de l'IA, des services cloud, de l'Internet des objets (IoT), de l'automatisation industrielle 4.0, de la biotechnologie et de l'aérospatiale. Adieu la fabrication en série à faible coût. Bonjour au nuage de technologies émergentes.
Asianomics’ est la voie à suivre
Dans «Les super-puissances de l'intelligence artificielle: la Chine, la Silicon Valley et le Nouvel Ordre mondial», le capital-risque Kai-Fu Lee, fort de plusieurs décennies d'expérience des deux côtés de la filière technologique, montre de manière concluante que la technologie "créera un fossé entre les superpuissances de l'intelligence artificielle et le reste du monde, et peut diviser la société en classes "imitant" la science fiction dystopique. "
Les États-Unis et la Chine sont déjà des superpuissances de l'IA car, outre les laboratoires les plus talentueux de recherche, ils peuvent compter sur «une large base d'utilisateurs et un écosystème dynamique d'entreprise et de capital-risque».
En Eurasie, suivant l'empreinte de la BRI, la Chine est tenue de régner sur la 5G et l'IA, de l'Asie du Sud-Est à l'Asie du Sud-Ouest et jusqu'en Afrique.
Cela laisse l’Europe de l’Ouest comme le principal champ de bataille géoéconomique, sur Internet et les services Internet, à conquérir par Huawei et d’autres sociétés de technologie chinoises. Il est toujours important de se rappeler que la grande majorité des soi-disant «alliés» des États-Unis - notamment en Asie, mais aussi dans de vastes régions d'Europe - négocient ou investissent davantage avec la Chine qu'avec les États-Unis.
La 5G établira un nouveau paradigme technologique en robotique appliquée à la production industrielle, à la chirurgie à distance, aux nouvelles solutions de transport axées sur l'IA, à la logistique de la distribution et à de nombreux autres domaines spécialisés. Pensez, par exemple, aux conteneurs maritimes engagés dans une communication autonome - dans un écoulement libre d'interconnexion à grande vitesse.
Dans ce nouvel environnement, Huawei est plus économe, moins cher, plus innovant et ses produits consomment moins d’énergie. Ajoutons à cela que les entreprises chinoises souhaitent expérimenter des opérateurs de télécommunications, par exemple en investissant dans des centres de recherche et des laboratoires en Europe, tels que le Huawei Transparency and Cyber ​​Security Center à Bruxelles.
Non seulement la Chine, mais l’Asie dans son ensemble est en train de devenir le moteur privilégié du développement technologique du XXIe siècle. Bienvenue donc à «Asianomics».
Cela signifie que Huawei, même attaquée par le gouvernement américain et repoussée par Google, n'aura aucun problème à trouver d'autres fournisseurs chinois et asiatiques. En fait, comptez sur Beijing pour rallier avec force toutes les grandes entreprises chinoises du secteur des technologies afin de développer toutes les technologies de composants qui font encore défaut à la Chine. Les précédents abondent. Jetons un coup d’œil à l’un des plus importants.
Innover ou mourir
En septembre 2014, le Premier ministre Li Keqiang s'est adressé au «Summer Davos» chinois à Tianjin pour expliquer en quoi l'innovation technologique était essentielle pour créer de la croissance et moderniser l'économie chinoise.
Ces discours consistent généralement en une litanie somnolente de jargons et d’exhortations. Mais cette fois, Li a proposé un nouveau slogan sans précédent: «Entrepreneuriat de masse et innovation de masse». Et cela est rapidement devenu le cri de ralliement d'un processus dirigé par le gouvernement visant à promouvoir les écosystèmes de démarrage et à soutenir l'innovation technologique.
En juillet 2015, le Conseil d’État de la Chine - qui élabore toutes les grandes politiques qui comptent - a publié une directive majeure; désormais, tout le monde devrait rejoindre le mouvement «Entrepreneuriat et innovation de masse». L’objectif était de créer des milliers d’incubateurs technologiques, de zones d’entreprenariat et de «fonds directeurs», soutenus par Beijing, afin de séduire davantage de capital-risque privé, parallèlement à des politiques fiscales sexy et à la simplification des permis gouvernementaux nécessaires pour créer une entreprise.
C'est comme ça que ça marche en Chine. Le gouvernement central peut fixer les objectifs principaux. Mais la mise en œuvre est totalement locale - comme chez des milliers de maires et de responsables locaux. Ces personnes ne sont promues au sein de la vaste bureaucratie que par la performance. Et les examinateurs sont bien sûr de grosses pointures dans le département des ressources humaines du Parti communiste chinois. Il est donc facile d’imaginer la frénésie lorsque Pékin se fixe des objectifs clairs. Allez-y, sinon disparaissez dans l'oubli de votre carrière.
C’est exactement ce qui va se passer ensuite. Pékin dira à China Tech d’atteindre le niveau supérieur. Quiconque a visité le centre d'expériences technologiques frénétique de Shenzhen sait ce que cela signifie. La répression américaine contre Huawei va inévitablement se retourner contre l’Amérique.
Huawei a maintenant accéléré la mise en œuvre commerciale de son propre système d'exploitation, qui sera complètement adapté aux marchés mondiaux. Leur plan B est maintenant le plan A - avec la vengeance en prime. Ne sous-estimez jamais le pouvoir des conséquences imprévues. Huawei brisant le monopole de facto de Google pourrait bien être au coin de la technologie.
Pepe Escobar 21/5/2019

VOIR AUSSI

USA/Chine. Arrestation illégale d’une grande dirigeante d’entreprise chinoise. Le dessous des cartes

USA vs Chine. Une petite visite à Guanzhou

Les USA kidnappent une grande responsable d’entreprises chinoise. En représailles, la Chine abat deux avions militaires américains

Ce que vous devez savoir sur Google

 

Traduction : Hannibal Genséric

2 commentaires:

  1. D'après les infos en ma possession les puces qualcomm, intel et broadcom des USA sont désormais non fournies à la CHine via HUAWEI.

    Certes, les terres rares comme les puces seront développées , avec un certain délai, dans l'Eurasia et l'Oceania de Orwell. Mais cela devrait plutôt effrayer les internautes cultivés que les réjouir. Ni Eurasia, Ni Oceania ne sont sympas dans le roman 1984 d'ORWELL

    Je ne m'habitue pas aux propagandistes technophiles imbéciles béats ignorant les mises en garde du XX° siècle (Orwell, Huxley, Ellul). Ni les USA ni la CHINE, quel que soit le vainqueur de cette guerre technologique ne nous emmènent vers un avenir radieux.

    Ce monde est déjà mort et c'est du rêve qu'on nous vend là : la Peste , le Typhus, les staphylo refont surface un peu partout... ça c'est la réalité de la Mondialisation.

    Allô Quoi !?

    RépondreSupprimer
  2. Malhereusement les chinois promettent detre encore plus cons, depourvus de toute morale et imagination, et demoniaques que des satanistes sionistes... la releve de la folie furieuse par un peuple qui en volant des brevets et espionnant les autres fourmis saute plusieurs etapes de developpement, est assuree...(singes avec des
    alumettes)

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.