mardi 17 avril 2018

Frappes sur la Syrie : quels résultats ? Quelles conséquences ?


Le général (2S) Dominique Delawarde a bien voulu livrer pour les lecteurs de Breizh-info son analyse  «à chaud» des résultats et des conséquences des frappes opérées en Syrie par les USA, la France et le Royaume uni. « Cette analyse, prévient-il, s’extrait volontairement des communiqués officiels des trois pays coalisés USA-UK-FR, dont on peut penser qu’ils ne sont pas totalement objectifs. Elle devra être affinée dans les prochains jours, voire les prochaines semaines. »
Examinons les faits.
Deux versions de la frappe et de ses résultats ont été diffusées:
La version russe :
Le ministère de la Défense russe dit avoir détecté 103 missiles air-sol ou de croisière dont 71 auraient été interceptés par la défense anti aérienne-syrienne.
La défense anti aérienne russe n’est pas intervenue (ce que confirment les trois pays agresseurs).
L’état-major russe donne la liste des cibles suivantes avec le nombre de missiles tirés et interceptés.
– 4 missiles auraient visé la zone de l’aéroport international de Damas : tous interceptés
– 12 missiles auraient visé l’aéroport militaire de Al-Dumayr: tous interceptés
– 18 missiles auraient visé l’aéroport militaire de Baly: tous interceptés
– 12 missiles auraient visé l’aéroport militaire de Shayarat : tous interceptés
– 9 missiles auraient visé l’aéroport militaire de Mezzeh : 5 interceptés
-16 missiles auraient visé l’aéroport militaire de Homs : 13 interceptés
– 30 missiles auraient visé diverses cibles dans les zones de Barzah et de Jaramani : 7 interceptés
Cette version russe appelle six observations :
1 – 2 missiles détectés au départ se seraient perdus en route…
2 – Le nombre de missiles interceptés dans toutes les zones aéroportuaires fortement équipées en défense sol air syrienne serait impressionnant. Ce serait même une première dans l’histoire de la défense anti-aérienne. Un tel résultat de 70 % de missiles interceptés impliquerait évidemment que cette défense ait bénéficié d’un soutien russe en matière de renseignement (data tracking), voire de guerre électronique, sans que les Russes n’aient eu à tirer un seul missile (ce qui est confirmé par le trio USA, UK, France). Il faut savoir que les missiles de croisière guidés par GPS sur la majeure partie du vol, passe sur un système interne en phase finale et deviennent vulnérables au système de guerre électronique russe. Ce système permet de ralentir la vitesse du missile considérablement et en fait une proie facile pour la défense antiaérienne.
3 – Si le résultat donné dans la version russe est le bon (70 % de missiles interceptés), les résultats de cette frappe sont tout simplement catastrophiques pour les trois agresseurs car cela signifie qu’avec intervention des S400 russes, aucun missile US-UK-FR, si intelligent et moderne soit-il, n’aurait atteint sa cible et que la plupart n’aurait même jamais atteint le territoire syrien.
4 – Le fait que la Russie n’ait pas activé sa défense antiaérienne pour détruire au plus loin, et peu après leur départ, les missiles tirés vers la Syrie signifie, sans le moindre doute, que la Russie avait été prévenue de la frappe et/ou qu’elle avait reçu des assurances qu’aucune de ses installations ne seraient visées. Sans doute avait-elle même reçu la liste des cibles pour évacuer d’éventuels soldats russes qui se seraient trouvés à proximité, les occidentaux souhaitant, à tout prix éviter un engrenage.
5 – Le fait, confirmé par les occidentaux, qu’il n’y ait eu aucune victime, montre à l’évidence que Bachar, lui aussi, a pu faire évacuer toutes les personnes menacées très en dehors du cercle d’efficacité des missiles. Il était donc, lui aussi, prévenu. Si les zones visées étaient vraiment sensibles (entrepôts chimiques selon la version occidentale), elles étaient forcément gardées jour et nuit dans un pays en guerre. Si aucune perte humaine n’est à déplorer, il n’y a que deux solutions : soit ces zones n’étaient pas sensibles et il n’y avait personne pour les garder (simple hangar de ferme ou installation désaffectée depuis longtemps (version russe) rebaptisé dépôt chimique par les occidentaux pour les besoins de la frappe) soit le personnel de garde avait été évacué sur préavis.
6 – Un autre fait troublant qui amène à s’interroger, est le constat que dès le lendemain, quelques heures après la frappe sur les «présumés dépôts chimiques» détruits, des civils curieux, venus aux nouvelles, se déplaçaient sans le moindre effet de protection et ne semblaient pas, le moins du monde, inquiets ou indisposés… Cela donne une idée de la dangerosité des produits chimiques présumés, forcément disséminés par les frappes…
2ème version: celle du Pentagone donnée en conférence de presse
Les forces US et alliées auraient tiré 105 missiles sur les installations présumées contenir des armes chimiques de l’armée syrienne. (Ce chiffre est quasiment le même que les 103 détectés par les russes). Les moyens suivants auraient été utilisés :
  • Le USS Monterey CG61 a tiré 30 missiles Tomahawk à partir de la mer rouge.
  • Le USS Laboon DDG58 a lancé 7 missiles Tomahawk à partir de la mer rouge.
  • Le USS Higgins DDG76 a lancé 23 missiles Tomahawk à partir du Golfe Persique.
  • Le USS John Warner SSN785 a lancé 6 missiles Tomahawk à partir de la Méditerranée.
  • La frégate française LANGUEDOC a lancé 3 missiles navals mer-sol SCALP EG à partir de la Méditerranée.
  • Les bombardiers stratégiques B-1B ont lancé 19 missiles de croisière air-sol AGM-158 JASSM.
  • Les chasseurs britanniques Typhoon and Tornado ont lancé 8 missiles de croisière air-sol Storm Shadow/SCALP EG .
  • Les 5 Rafales and 4 Mirages français ont lancé 9 missiles de croisière air-sol StormShadow/SCALP EG.
Selon le Pentagone, l’attaque n’aurait visé que trois cibles:
  • 76 missiles – sur le Centre de recherche et de développement de Barzah
  • 22 missiles – sur le site de stockage de Him Shinshar
  • 7 missiles – “sur le bunker de stockage d’armes chimiques de Him Shinshar
Bien sûr, selon le Pentagone et les états-majors français et britanniques, tous les missiles auraient atteints leur cible… et aucun n’aurait été intercepté (normal pour des missiles intelligents…). A l’appui de leurs affirmations, les Américains ont montré des photos «satellite» dans le cadre d’un «Battle Damage Assessment» (Estimation des dommages après frappe). En décembre 98, lors de l’opération Desert Fox, les Américains avaient frappé l’Irak et fourni ce type de photos «satellite». Notre satellite français très précis avait donné des résultats très différents des leurs… Ils avaient été surpris de notre savoir faire qui les prenait en flagrant délit de mensonge. Si la partie moyens engagés – nombre de missiles tirés est très probablement juste, et confirmée par les Russes, la partie cibles visées – résultats des tirs paraît peu crédible pour les raisons suivantes :
Le centre de Barzah sensé avoir été frappé par 76 missiles n’est que très partiellement détruit ainsi qu’en atteste les photos prises au sol sur le site. Avec 76 missiles sur une aussi petite emprise, il aurait dû être pulvérisé, il n’en est rien. Rappelons que les Russes disent de ce centre qu’il était désaffecté depuis plusieurs années, ce qui expliquerait l’absence de victimes civiles : affirmation que j’ai personnellement tendance à croire.
Il est possible que la coalition cherche à dissimuler d’éventuels échecs de frappes sur les aéroports militaires en limitant les objectifs aux trois installations qui ont été touchées par quelques missiles. On peut ainsi affirmer que «tous les objectifs ont été touchés».
Cette coalition à trois a trop menti au cours des années précédentes pour pouvoir être crédible aujourd’hui (Timisoara, couveuse du Koweït, armes de destruction massives de Saddam, Goutha 2013, affaire Skripal, Goutha avril 2018). Je me souviens personnellement des mensonges quotidiens de Mr Jamie Shea, porte parole de l’OTAN, sur les fausses pertes Serbes au Kosovo de mars à mai 1999. L’Otan déclarait plus de 800 matériels majeurs détruits au 78 ème jour de bombardement. En réalité, le comptage effectué après le cessez le feu faisait état d’une petite trentaine… Tous les MIG déclarés détruits à Pritina au premier jour de la guerre (une vingtaine) sont sortis des souterrains et ont décollé tranquillement en direction de Belgrade au moment du cessez le feu…*
A chacun, bien sûr, de se faire son idée sur ces frappes. On peut toutefois noter un certain nombre de faits qui ne seront pas sans conséquences pour l’avenir :
1Cette frappe n’a pas affecté les forces armées syriennes qui s’en sortent intactes et vont pouvoir poursuivre la reconquête du territoire national dans les prochaines semaines. Mieux Bachar el Assad sort probablement grandi de cette affaire aux yeux d’une forte majorité de son peuple. Il restera l’homme qui a résisté sans faiblir à une coalition USA-UK-FR, ce qui n’est pas rien. Si élection il devait y avoir demain, il les remporterait sans coup férir avec des taux d’adhésion bien supérieur à ceux obtenus par Trump, May et Macron dans leurs pays respectifs.
2 – Parce que les 3 pays USA-UK-FR sont sensés avoir détruits les stocks d’armements chimiques présumés et le centre de fabrication lui aussi présumé, il va être difficile de monter une nouvelle accusation d’attaque au gaz dans les mois qui viennent.
3Les 3 coalisés n’ont pas pris le risque de s’attaquer à la Russie ni à l’Iran alors que ceux-ci étaient clairement désignés comme coresponsables de la «présumée attaque chimique». C’est un aveu de faiblesse. Ils ont montré par là qu’ils craignaient ces deux gros morceaux et préféraient s’en prendre au plus faible : la Syrie, ce qui ne les grandit pas.
4 – Comme il a été dit précédemment Trump a probablement fait un deal avec Poutine pour qu’il n’intervienne pas dans une frappe qui lui permettrait de sauver la face et de redorer son blason à quelques mois des élections de mi mandat. En échange, il a dû promettre de ne pas faire trop de dégâts et lui garantir qu’aucun soldat russe ne perdrait la vie. Mission accomplie. Les médias US vont pouvoir s’occuper pendant un certain temps de ces frappes dont le résultat militaire est pourtant dérisoire.
5Pour la première fois depuis 1945, la France est sortie de la légalité internationale en s’affranchissant du feu vert de l’ONU. Son image, comme celle de l’ONU d’ailleurs, n’en sortira pas nécessairement grandie…Lire à cet égard l’article paru sur le site Les crises» : «L’évaluation nationale» présentée par le gouvernement pour justifier les frappes est un document manifestement rédigé par un communicant et non par un organisme de renseignement. Il n’a strictement aucune valeur, comme celui de 2013 d’ailleurs. Notre ministre des Affaire étrangère fait dans le mauvais Colin Powell (et sa poudre de Perlin Pinpin) en présentant ce genre de document.
6 – Suite à ces frappes aériennes, les Russes disent envisager d’équiper l’armée syrienne en S300 pour lui permettre de se défendre encore mieux en cas de prochaine attaque. Ceci posera un vrai problème à ses adversaires potentiels, surtout lorsqu’elle aura terminé sa reconquête de l’Ouest syrien et qu’elle passera à l’Est de l’Euphrate.
7- Enfin et surtout, si la version russe de ces frappes était exacte, et elle pourrait fort bien l’être, l’OTAN aurait désormais un sérieux problème à résoudre car cela signifierait que la Russie est désormais capable de réduire à néant toute tentative de frappes occidentales du type de celle qui vient d’être conduite par les trois plus grandes puissances de l’OTAN agissant en coalition.
Il n’aura enfin échappé à personne que ces douze petits missiles que nous avons lancé sur des installations probablement désaffectées (pour ne fâcher personne) permettent de redorer à moindre frais (20 millions d’euros si l’on compte les missiles et les vols) l’image d’un président écornée par des difficultés d’ordre social (Notre-Dame-des-Landes, grèves à la SNCF, révoltes étudiantes).
Général (2S) Dominique DELAWARDE
https://www.breizh-info.com/2018/04/16/93911/frappes-syrie-quels-resultats-quelles-consequences-dominique-delawarde

CONCLUSION

Ainsi, le vrai perdant de l'attaque au missile pourrait bien être Israël, qui a lancé plus d'une centaine d'attaques aériennes contre les forces syriennes et leurs principaux alliés, l'Iran et le Hezbollah libanais, pendant la guerre civile syrienne. C'est parce que la Russie a maintenant reçu une justification appropriée pour moderniser le système de défense aérienne syrien avec leur système avancé S-300.
Cela rendra bientôt très difficile pour Israël d'intervenir dans la guerre civile syrienne, comme il l'a fait jusqu'au 10 février, date à laquelle l'un de ses jets a été abattu après une attaque sur un site iranien.
Cela signifie que l'Iran et le Hezbollah auront une plus grande capacité d'attaquer les milices restantes qui combattent le régime syrien afin de mettre fin à la guerre civile et de leur permettre de se rapprocher de la frontière israélienne. En fin de compte, cela fera pression sur Israël pour qu'il parvienne à un accord avec le régime d'Assad sur les questions non résolues avec la Syrie.
En outre, l'interception et la destruction de près de 70 % des missiles de la coalition américaine montre que tout État qui possède des défenses aériennes russes modernes peut résister au type d'attaque de missiles limités dont la Syrie a été témoin lors de la frappe syrienne.
Cela m'amène maintenant à ce qui aurait pu être l'objectif ultime derrière la frappe des missiles - montrer comment une frappe limitée similaire secrètement planifiée contre l'Iran serait vouée à l'échec !
L'Iran est perçu comme une menace majeure par Israël et l'Arabie saoudite.  
Depuis 2013, on craint qu'ils ne collaborent à une campagne militaire surprise contre l'Iran, destinée à entraîner les États-Unis dans le conflit, malgré l'accord de Genève de 2013 conclu pour limiter les programmes nucléaires de l'Iran. Le 17 novembre 2013, le Sunday Times a publié un article :
Avant ils étaient des ennemis jurés. Aujourd'hui, l'agence de renseignement du Mossad d'Israël travaille avec les autorités saoudiennes sur des plans d'urgence pour une éventuelle attaque contre l'Iran si son programme nucléaire n'est pas considérablement réduit... Dans le cadre de la coopération croissante, il est entendu que Riyad a déjà donné le feu vert aux avions israéliens pour qu'ils utilisent son espace aérien en cas d'attaque contre l'Iran. Les deux parties sont maintenant prêtes à aller beaucoup plus loin.
Le problème avec Israël et l'Arabie saoudite coopérant dans une attaque surprise pour détruire les installations nucléaires de l'Iran est que l'Iran dispose d'un système de défense aérienne récemment modernisé, fourni par la Russie, qui protège ses installations.
En juin 2016, la Russie a finalement livré son système de défense aérienne S-300, après un retard de 10 ans dû aux demandes des États-Unis. En mars 2018, les Iraniens ont testé avec succès le système, comme l'ont rapporté un certain nombre de médias qui ont montré qu'ils étaient maintenant opérationnels :
L'Iran a testé avec succès un système de défense aérienne S-300 sophistiqué, fourni par la Russie, a rapporté samedi l'agence de presse officielle de l'IRNA. L'exercice a eu lieu au cours d'un exercice militaire récent appelé Damvand, auquel ont assisté des commandants militaires supérieurs et des officiels, selon Tasnim.

Comme beaucoup d'énigmes sur les motivations réelles entre le coup de missile limité de Trump contre la Syrie en réponse à un incident d'attentat sous faux drapeau largement démasqué, et sa déclaration de "Mission accomplie", il est très probable que l'objectif immédiat n'était pas d'approfondir l'implication militaire américaine.
Le but était d'aider à promouvoir la fin de la guerre civile syrienne en exposant à quel point les capacités de défense aérienne de la Syrie devenaient sophistiquées grâce à l'aide de la Russie. Cela neutralise rapidement la supériorité aérienne d'Israël dans la région et fera pression pour qu'il mette fin à son soutien secret aux groupes armés syriens qui combattent le régime d'Assad.
L'objectif stratégique réel, cependant, était de prévenir une attaque militaire surprise contre l'Iran par Israël et l'Arabie saoudite en révélant à quel point les systèmes de défense aérienne avancés de la Russie étaient devenus efficaces. L'Iran déployant maintenant des systèmes sophistiqués de défense aérienne S-300 autour de ses installations nucléaires et militaires, il serait futile pour Israël et l'Arabie saoudite de lancer une attaque surprise compte tenu de leurs technologies limitées en matière d'aviation et de missiles.
Par conséquent, au lieu que la frappe aux missiles syrienne soit la preuve que Trump a été coopté par Neocons dans une autre guerre au Moyen-Orient qui fait partie d'un programme d'État profond révélé au général Wesley Clark en 2001, le but réel semble faire partie d'un plan de la Maison-Blanche et du renseignement militaire qui vise à résoudre rapidement la guerre civile syrienne et à empêcher les actions militaires malhonnêtes contre l'Iran.

6 commentaires:

  1. Je ne pense pas que dans leur pays respectif, que ce soit May ou Macron sorte grandi de cette épreuve. La grande majorité de leur peuple les considérera comme des menteurs (qu'ils sont) et de bien piètres diplomates et dirigeants politiques. Qu'ils soient, par la suite la risée des autres états européens, ce ne sera que justice. Ils devraient être démis de leur position comme étant irresponsables et
    incapables de diriger le pays à la tête duquel ils sont. Ils sont effectivement lamentables car ils n'ont certainement pas pensé aux conséquences de leur comportement.

    RépondreSupprimer
  2. Bien dit, dans leur grande majorité les Français sont mis sur le faîte accompli et leurs dirigeants ne cessent de leur mentir. Nous subissons l’Union européenne que nous ne voulions pas, notre vote n’a pas été respecté. Nos différents présidents de la république de quelque bord qu’ils soient ne nous ont pas respectés. Donc les actions de nos hommes politiques sont une trahison du peuple Français.

    RépondreSupprimer
  3. Être élu avec 51% des votes de 50% des participants, ça ne doit pas être là démocratie. La petite minorité dirige la France.

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour à tous ;moi je suis offusqué de voir que la France se vante d'avoir frappé la syrie et son président macro et je voulais dire macaron et c'est même quoi macron s'indigne de ne pas avoir reçu le soutien armé des autres puissances européennes, il dit avoir frappé la syrie au nom de la communauté internationale pourtant l'on a vu 3pays( France; usa, et Gb) c'est dire maintenant qu'ils sont la new communauté internationale; il se vante aussi d'avoir aidé le peuple syrien pourtant ils ont manifesté hier contre ces frappes et ont soutenu leur président. Alors de quel civile parlait il donc?
    Aujourd'hui l'onu est en crise une telle attaque n'a pas été condamné; il faut vraiment réformer ce machin comme le disait De Gaulle en son temps; sinon le pire reste à venir et ce serait la 3eme guerre mondiale avec comme conséquence l'anéantissement de l'espèce humaine

    RépondreSupprimer
  5. cela est hors sujet et en meme temps sujet d'actus très grave : en plein centre des usa il y a un super volcan et qui se nomme : yellow stone et aussi la faille de san andréa et ailleurs aussi il y a de grand volcan , comme celui de toba ( zone sumatra ) , en afrique ( zone congo ) , à mexico et d'autres connu et inconnu et recement il y a eu une grande faille sur la terre ferme au kenya et qui annonce de très grand bouleversement mondial , alors en plus de cela il faut qu'il y aussi des docteur folamour , c'est , il n'y a pas de mot à décrire cela .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sans oublier qu'avec leur exploitation du gaz de schiste les américains foutent le bordel dans leur sous sol et augmentent considérablement les risques de tremblements de terre

      Supprimer