jeudi 19 avril 2018

Capture d'un pédophile des Nations Unies qui a fuité la vidéo d'Hillary Clinton en train de tuer un enfant


Un nouveau rapport du Service de renseignement étranger (SVR) russe révèle qu'au cours des deux dernières semaines, le président Donald Trump a personnellement envoyé le directeur de la CIA, Mike Pompeo, en République fédérale démocratique du Népal pour une réunion secrète avec le guide suprême de la République populaire démocratique de Corée (RPDC) Kim Jong-un. La face cachée mission de Pompeo auprès de la Corée du Nord est en de superviser personnellement la capture du haut conseiller des Nations Unies,
Peter John Dalglish, qui, juste avant d’être appréhendé, et  en désespoir de cause, a libéré sur le Web Sombre ou "toile sombre",  ce qui est décrit comme un "snuff film" [1] montrant Hillary Clinton et son « bras droit » Huma Abedin torturant et assassinant un enfant.Vidéo

Selon ce rapport, dimanche dernier (15 avril), le SVR a contacté ses homologues de la CIA pour leur fournir des informations de suivi par satellite et de renseignement électromagnétique montrant que Pompeo, directeur de la CIA, et Kim Jung-un, chef de la Corée du Nord avaient voyagé au Népal au cours de cette dernière quinzaine. En effet, le Népal entretient depuis longtemps de bonnes relations aussi bien avec les États-Unis qu’avec la Corée du Nord, et sa neutralité internationale était le choix le plus évident pour le prochain sommet entre le Président Trump et Kim Jung-un. Donc les États-Unis et la Corée du Nord faisaient une «galop d'essai» avec cette rencontre.
Lorsque les responsables du SVR ont demandé à leurs homologues de la CIA pourquoi le directeur Pompeo supervisait personnellement une opération menée par la police népalaise (BIC) pour capturer le fugitif international Peter John Dalglish (alors qu'il rencontrait le leader coréen), les Américains ont brusquement coupé cette "conversation" avec le SVR.
Mais, dans les trois heures qui ont suivi, le directeur du SVR, Sergey Naryshkin a reçu un appel personnel du directeur Pompeo, lui déclarant que le président Trump avait a ordonné un arrêt immédiat de toute autre sanction contre la Russie [2] en échange de permettre aux Américains de gérer cette "question extrêmement délicate" et Moscou a accepté. C’est alors que les États-Unis ont admis que Pompeo avait effectivement rencontré Kim Jung-un mais dont le lieu de réunion était censé être la Corée du Nord, pas le Népal où il s'était réellement produit.
Quant à l '«extrême question délicate» dont s'occupent le président Trump et le directeur Pompeo, ce reportage détaille la capture de l'un des fugitifs les plus secrets du monde, Peter John Dalglish, décrit comme un humanitaire canadien, conseiller en chef aux Nations Unies et fondateur de l'organisation caritative Street Kids International qui, quelques semaines après la victoire éclatante du président Trump sur Hillary Clinton, a soudainement révoqué son enregistrement caritatif canadien le 15 décembre 2016. Puis, trois jours plus tard le 18 décembre 2016, Dalglish est apparu au Népal.
Avec les «actifs» du renseignement du SVR entretenant des «constats» continus sur Peter John Dalglish depuis son arrivée au Népal fin décembre 2016, note ce rapport, aucune action n'a été menée contre lui par les Américains, à part sa surveillance par la CIA. Mais cela a changé il y a quelques semaines, fin mars, quand une équipe avancée de la CIA est arrivée au Népal à des fins inconnues.
Peter John Dalglish (à gauche) pédophile fugitif international
avec le premier ministre canadien Justin Trudeau (à droite
)
Selon le rapport, les analystes du SVR ont enregistré une "augmentation significative" des communications sur le  "dark web" émanant de la maison de Peter John Dalglish, qui ont culminé, au cours de la première semaine d'avril, quand il a libéré, sur la «toile noire» un code de fichier vidéo nommé Frazzledrip - qui contient une scène de Hillary Clinton et de son assistante principale, Huma Abedin, qui enlèvent la peau du visage d'une jeune fille et la portent sur leurs propres visages pour terrifier la fille, ensuite la Clinton et la Abedin tuent l'enfant et boivent son sang.
Pour expliquer pourquoi Peter John Dalglish avait posté ces vidéos démoniaques et inhumaines d'Hillary Clinton sur le "dark web", conclut ce rapport, c’était dans un effort pour faire chanter le "Deep State" afin d'arrêter sa capture par les forces de la CIA fidèles au président Trump. mais ses efforts n'ont pas abouti car les forces de police népalaises d'élite, sous la surveillance du directeur Pompeo, l'ont capturé avec succès, tout en sauvant les deux filles qu'il avait emprisonnées chez lui .
Le premier "effet d'entraînement" de cette capture, est le pion du "Deep State", le sénateur Mitch McConnell ,, qui, étonnamment, a vite retourné sa veste, et a donné à Trump le "feu vert" pour congédier le conseiller spécial Robert Muller [3] – ce qui, sans doute, se transformera bientôt en un "tsunami" engloutissant, et détruisant  le «Deep State» pour toujours - et dont la preuve de cette réalité peut être vu dans la peur enragée et psychotique maintenant affiché sur une base horaire par le courant dominant américain «Deep State» l'establishment des médias de propagande dont les attaques sur Trump sont devenues si déséquilibrées, elles sont maintenant aux frontières des aliénés.
"Quand quelqu'un vous défie, ripostez. soyez brutal, soyez dur. "
Président Donald Trump
-----------------------------------------------------------------------------------------------------
Les États-Unis ont dit à l'ambassade russe qu'aucune nouvelle sanction ne viendra
La rivalité naissante entre le conseiller économique de Trump, Larry Kudlow et l'ambassadrice auprès des Nations Unies, Nikki Haley, pour savoir si Haley a connu un moment de "confusion momentanée" quand elle a révélé que les États-Unis planifiaient plus de sanctions contre la Russie pourrait finalement se dissiper.
Selon  Bloomberg : S'exprimant sous couvert d'anonymat, un responsable du ministère des Affaires étrangères a déclaré à BBG qu'un responsable américain avait informé l'ambassade russe qu'aucune nouvelle sanction ne serait prise, contredisant les propos de Nikki Haley de dimanche.
Mardi, le conseiller économique de la Maison Blanche, Larry Kudlow, a déclaré aux journalistes que "des sanctions supplémentaires sont à l'étude", mais il a ajouté que Haley avait "pris les devants" en les discutant publiquement.
Bien sûr, les États-Unis ont imposé des sanctions à des douzaines de magnats et de compagnies russes au début de ce mois, mesures qui ont été les plus punitives depuis que les États-Unis ont imposé des sanctions économiques à la Russie il y a quatre ans.
L'un des hommes d'affaires les plus puissants de Russie, le milliardaire Oleg Deripaska, a été le plus durement touché et les actions de son géant de l'aluminium Rusal ont plongé de 70% à Hong Kong depuis que les États-Unis l’ont coupé le système dollar. [4]
De retour aux États-Unis, des signaux contradictoires de Washington ont provoqué un essor des marchés ces derniers jours. Lorsque les agences de presse russes officielles ont signalé la notification américaine mercredi, le rouble est passé de la monnaie du marché émergent la moins performante à la meilleure dans la première heure du marché de Moscou.

NOTES
[1] Le snuff movie, ou parfois snuff film, est un terme désignant une vidéo ou un long-métrage mettant en scène la torture, le meurtre, le suicide ou le viol d'une ou plusieurs personnes. Dans ces films clandestins, la victime est censée ne pas être un acteur mais une personne véritablement tuée ou torturée.


USA. Une Vidéo montrant Bill Clinton violant une gamine de 13 ans plonge la course présidentielle dans le chaos

Hannibal GENSERIC

7 commentaires:

  1. J'ai bcp de mal avec ce genre d'articles, ça fait des lustres qu'on en entend parler et franchement, détruire le deepstate, je n'y crois pas une seule seconde !
    Quand aux sanctions, si cela continue, que restera t'il comme possiblités aux russes si ce n'est de faire une guerre à mort contre ses abrutis d'américhiens qui profitent de leur monnaie de singe encore debout pour humilier, détruire et piller tous les pays de cette putain d'planète.......quand aura t'on enfin la paix avec ces pourritures de yankees bordel, quand pourra t'on entrevoir un avenir serain et stable pour nos enfants, quand la russie fera t'elle ce qu'il faut pour stopper cette hémorragie ? A tjs reculer, elle fait preuve de faiblesse et bcp de journalistes le soulignent ! Ils parlent de la possibilité de livrer des S300 aux syriens av de faire marche arrière, ils font un pas en avant et deux en arrière ! Que veut vraiment la russie au final, se faire respecter en subissant encore combien de temps ces sanctions, espère t'elle vraiment sortir indemne de cette spirale financière ou plongera t'elle à nouveau dans le sombre souvenir des années 90 !!!!! C'est fou d'être aussi puissant militairement et si faible face au sanctions qui saigne la russie doucement mais sûrement ! Pourquoi avoir fait volte face en syrie sachant tout ça, cela en valait-il la peine au fond ? Les actions de Poutine laisse perplexe et franchement m'inquiète !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que les Russes savent parfaitement ce qu'ils font. Ce ne sont pas eux qui ont l'air ridicules. L'état dans lequel est la Syrie aujourd'hui n'a plus rien à voir avec l'état de la Syrie il y a 5 ans. L'Empire est en train de s'effondrer, ses mensonges le rattrapent et il est de plus en plus acculé. Poutine ne veut simplement pas que vous et moi, nous nous retrouvions en orbite solaire en tant que carcasses fumantes radioactives.

      Supprimer
  2. franchement je commence à douter de la capacité des russes à défendre leur intérêt en Syrie. rien ne prouve que les 71 missiles sur 100 ont été réellement abattus. De plus, les s300 ou s400 n'ont jamais fait leur preuve sur le terrain.
    Les attaques occidentales vont continuer dans rythme plus accéléré.

    RépondreSupprimer
  3. C'est vrai que cette patience peut-être déroutante, mais contenir la bête sans passer par la case guerre chaude et destruction de tout est peut-être ce qu'il y a de mieux pour tout le monde. Le temps joue en faveur des Russes, des Iraniens, de la Chine...L'air de rien ils viennent quand même de marquer des points. Le trio a tout fait pour ne pas toucher les soldats Russes et iraniens. Il y a donc désormais du côté du bloc où le soleil se meurt la crainte de déclencher la 3e guerre mondiale et surtout de la perdre.Le discours du premier mars a donc été intégré. Le renforcement de la Syrie paraît la meilleure option pour le moment. Fortifier le territoire, rendre les bombardements risqués et coûteux. Renforcer l'allié, le laisser agir plutôt que de faire à sa place. C'est un modèle de coopération beaucoup plus souple et plus exportable en terme politique et moins cher en terme économique. Un modèle qui ne cherche pas à soumettre l'allié mais à le rendre plus fort, autonome et fier de son combat. Il a appartient aux syriens de se battre pour libérer leur pays et à personne d'autre et la fierté qui naîtra de la victoire sera le socle de l'avenir et pendant des générations. Laisser les syriens agir par eux-mêmes, tout en restant derrière prête à intervenir est un grand cadeau que la Russie a fait aux Syriens et à leur Président plus légitime que jamais.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'adhère d'autant TOTALEMENT à ton propos que j'ai la même analyse.
      Je dirais aux auteurs des deux précédents posts que la Russie SAIT ce qu'elle fait, et que pour pour cela elle est doté des meilleurs stratèges qui soient. Ce n'est pas elle, la Russie, qui "recule" et risque de "s'effondrer" mais les 3 fauteurs de merde occidentaux USraéliens/France/GB, semeurs de chaos planétaire et pilleurs devant l’Éternel.

      Supprimer


  4. Pour comprendre l'attitude russe je conseille la lecture régulière du Saker: http://lesakerfrancophone.fr/quel-prix-lhumanite-devra-t-elle-payer-pour-leffondrement-de-lempire


    RépondreSupprimer
  5. ..et si finalement il y a une complicité tacite?donc un simulacre de bombardement qui n'a pas eu lieu?

    RépondreSupprimer