vendredi 13 avril 2018

USA. Bolton et Mattis se chamaillent sur la Syrie


• Le gouvernement syrien et le Hezbollah auraient évacué des armes dans des endroits clés
• Il a déplacé des avions vers une base exploitée par les Russes
• Le cabinet britannique a accepté de participer à une action militaire contre la Syrie
• Le conseiller américain à la sécurité nationale, John Bolton, et le secrétaire à la Défense, James Mattis, se querellent sur la stratégie en Syrie, Mattis privilégiant une approche plus prudente
• Les États-Unis, la France et la Grande-Bretagne élaborent de vastes plans de frappes
• Une lecture d'une conversation téléphonique jeudi entre le président Trump et le Premier ministre britannique, Theresa May, suggèrent que l'action militaire pourrait être dans quelques jours, et non dans quelques heures.

Les derniers rapports de Syrie indiquent que la Syrie et le Hezbollah ont évacué les armes pouvant être des cibles potentielles, après que CNBC ait révélé que les États-Unis avaient sélectionné 8 cibles, dont deux aérodromes, un centre de recherche et une usine présumée d'armes chimiques. Les responsables américains ont dit à un journaliste qu'ils étaient "assez confiants" que le régime syrien avait été à l'origine d'une attaque au gaz dans une banlieue de Damas tenue par les rebelles.
La Syrie a entrepris de protéger sa force aérienne en déplaçant ses avions vers une base exploitée par la Russie et dotée de moyens de défense sophistiqués, selon le    WSJ. Ce média, le Wall Street Journal rapporte également que les États-Unis, la France et la Grande-Bretagne sont en train d'élaborer un vaste plan militaire, tandis que le président Trump a déclaré jeudi aux journalistes: "Nous examinons très sérieusement cette situation, nous verrons ce qui se passera, nous verrons ce qui se passera, c'est dommage que le monde nous mette dans une position comme celle-là. "
La décision du cabinet britannique pour soutenir l'action militaire contre le gouvernement syrien, un jour après Theresa May a déclaré qu'elle était prête à frapper "même sans approbation parlementaire." ajoute à la tension dans la région.
Par ailleurs, le conseiller à la sécurité nationale récemment nommé, John Bolton, et le secrétaire à la Défense, James Mattis, se seraient heurtés concernant la stratégie en Syrie, selon Kate Brannen, fellow du Conseil de l'Atlantique.
Mattis et Dunford (le président du Joint Chiefs of Staff) seraient «préoccupés par la gestion de l'escalade et la prévention du retour de flammes sur les troupes américaines», tandis que John Bolton est très excité par la perspective d'un changement de régime comme le veulent les Juifs et les néocons.
"Nous essayons d'arrêter le meurtre de personnes innocentes, mais, sur le plan stratégique, comment empêcher que cela ne dégénère, ", a déclaré Mattis au Comité des forces armées jeudi.
Mattis a déclaré que le but des États-Unis en Syrie est de vaincre l'Etat islamique, non de "s'engager dans la guerre civile". Mais en se référant à l'utilisation d'armes chimiques, Mattis a déclaré que "certaines choses sont simplement inexcusables et nécessitent une réponse, selon Bloomberg
Le Wall St. Journal  rapporte que Mattis "a porté ces inquiétudes directement à la Maison Blanche jeudi, où la secrétaire de presse de la Maison Blanche, Sarah Huckabee Sanders, a déclaré que l'équipe de sécurité nationale n'était pas d'accord sur une réponse."
Il y a exactement deux semaines, Mattis a rencontré Bolton,  disant au moustachu qui sent-la-mort «J'ai entendu dire que tu étais en fait le diable incarné, et je voulais te rencontrer. »
Il n'est pas difficile d'imaginer quelles étaient leurs positions respectives. Je ne pense pas que les généraux, Mattis et Dunford, soient nécessairement opposés aux frappes (pourquoi le feraient-ils, c'est leur travail), mais ils s'inquiètent de la possibilité très réelle de conséquences pour leurs troupes. Ils sont presque certainement en train de plaider pour des frappes beaucoup plus limitées qui seraient d'abord délimitées avec les Russes.
Le va-t-en guerre de la Sécurité nationale, Bolton, dit probablement à Trump d'ignorer la peur du général et de supposer simplement que les Russes reviendront sur leur parole et ne riposteront pas, même si certains de leurs hommes sont tués. Que Bolton le croit réellement, on peut en douter. Par contre il espère bien que les Russes riposteraient, de telle sorte qu’une guerre mondiale éclate, et que, croit-il, la Russie soit détruite. Il mouille à cette idée fantasmagorique.
Encore une fois, il faut souligner que les militaires américains ne sont pas les pires dans ce cas (ils le sont rarement, à l'exception de la Force aérienne et des Forces spéciales). C'est le chickenhawk (pouletfaucon : une personne qui se prononce en faveur de la guerre, mais a évité d’effectuer le service militaire actif) Bolton, et ses semblables dans les think-tanks et le Département d'Etat (traditionnellement) qui sont les plus extrêmistes.

 "Si ces frappes débutent, cela pourrait se terminer tragiquement et il est impossible de prédire le résultat - c'est la nature des actions militaires", a déclaré le sénateur russe Frants Klintsevich dans une interview téléphonique, ajoutant qu'il n'y a "pas de fous" parmi les militaires. Conseillers, "Ce sont des professionnels qui ne sont pas populistes et savent à quoi cela pourrait conduire."
De son côté, Vassily Nebenzia, ambassadeur de Russie auprès de l'ONU, a annoncé jeudi que la guerre risquait de dégénérer au-delà de la Syrie en raison de la présence militaire russe.
"Nous ne pouvons exclure aucune possibilité [de guerre entre la Russie et les États-Unis] malheureusement parce que nous avons vu des messages qui sont émis de Washington », a déclaré M. Nebenzia. Dans une tentative de règlement diplomatique, la Russie a demandé vendredi au Conseil de Sécurité d'ouvrir une réunion d'urgence, appelant le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, à informer le Conseil, selon le Wall Street Journal. Par ailleurs, l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) a annoncé samedi qu'elle envoyait une équipe d'enquêteurs en Syrie pour collecter des échantillons sur le site de l'attaque chimique présumée le week-end dernier.
Source : Bolton And Mattis Feud Over Syria Strike As Assad Evacuates Weapons


Un hacker découvre la preuve que l'attaque bidon aux armes chimiques en Syrie est une mise en scène

Les photographies obtenues par un hacker sur des sites terroristes islamistes prouvent que la prétendue "récente attaque chimique" en Syrie a été mise en scène par des terroristes soutenus par les Etats-Unis, la France et la GB afin de justifier de nouvelles attaques contre la Syrie.

Blackstoneintel.com rapporte: 
Le groupe affilié à Al-Qaïda, Jaish al-Islam, a admis avoir utilisé du chlore gazeux pour massacrer des dizaines de personnes à Alep. Ce même groupe a tué des civils à Douma.
Ensemble avec le faux groupe humanitaire, les Casques blancs (qui ont été capturés sur vidéo dans des scènes de mort dans le passé), les terroristes de Jaish El Islam (pauvre Islam, il est tombé bien bas) ont pris les cadavres des enfants et mis en scène les corps dans plusieurs endroits pour créer des photos de propagande pour le public - et d'accuser le président Bachar al-Assad et l'armée syrienne pour le crime.





Moscou fournit les preuves de la mise en scène de l'attaque présumée à Douma (vidéo)

Le ministère russe de la Défense a présenté, lors d'un briefing, les preuves attestant que l'attaque présumée dans la ville syrienne de Douma avait été mise en scène.
Le ministère russe de la Défense a réussi à retrouver les participants au tournage de la vidéo de l'attaque chimique présumée dans la ville syrienne de Douma et à recueillir leurs témoignages, a déclaré Igor Konachenkov, porte-parole du ministère russe de la Défense.
Selon lui, il s'agit de deux médecins qui travaillent dans un hôpital local, aux urgences. Igor Konachenkov a en outre fait savoir que la vidéo de l'attaque chimique présumée à Douma avait été filmée dans un hôpital local. Vidéo
D'après les dires du porte-parole de la Défense russe, les «victimes» de l'attaque présumée à Douma n'avaient pas de traces de l'attaque par produits chimiques toxiques. Ils ont confié au ministère russe de la Défense comment s'est fait le tournage de cette vidéo.
«Nous avons réussi à trouver les participants du tournage de cette vidéo et à les interroger. Aujourd'hui nous présentons l'interview de ces personnes. Les habitants de Douma ont raconté en détail comment s'est faite la mise en place du tournage et à quels épisodes ils ont eux-mêmes participé.»
Halil Ajij, étudiant en médecine qui travaille à l'hôpital central de Douma, aux urgences, a confié que, lorsque le 8 avril, un immeuble a été bombardé en ville et un incendie s'est déclaré à l'intérieur du bâtiment, ils ont apporté les premiers soins. C'est alors qu'un homme que Halil Ajij ne connaissait pas, s'est présenté et a dit qu'il s'agissait d'une «attaque avec des substances toxiques»:
«On a eu peur, des proches des blessés se sont mis à se verser de l'eau les uns sur les autres. Ceux qui n'avaient pas de formation médicale ont commencé à vaporiser dans la bouche des enfants un remède contre l'asthme. Nous n'avons vu aucun patient présentant des symptômes d'intoxication par des substances chimiques.»

Hannibal GENSERIC


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire