mercredi 18 avril 2018

S-300: Israël ne pourra plus pénétrer dans le ciel syrien


Un système de missiles S-300. ©Sputnik
Un système de missiles S-300. ©Sputnik
Le journal Raï al-Youm a écrit : « Les relations entre la Russie et Israël ne sont pas bonnes ces derniers temps, surtout depuis qu’Israël a attaqué l’aéroport militaire syrien T4, le 9 avril. On peut même dire que leurs relations sont à leur niveau le plus bas, d’autant plus que le ministère russe des Affaires étrangères a convoqué l’ambassadeur israélien en Russie et que Vladimir Poutine a mis en garde Benyamin Netanyahu contre le fait de prendre de nouvelles mesures pouvant l’accroître l’instabilité dans la région du Moyen-Orient. »
Le ministre israélien des Affaires militaires, Avigdor Lieberman, a déclaré hier, lundi 16 avril 2018, que le régime israélien n’accepterait jamais les limitations posées par Damas ou par un autre gouvernement de la région et qu’il continuerait comme bon lui semble ses actions en Syrie et ailleurs. Liebermann a même ajouté : « Le corps militaire israélien conservera sa pleine liberté, c’est-à-dire qu’il continuera ses attaques en Syrie. Parce qu’il ne laissera pas l’Iran établir sa présence militaire en Syrie et faire de ce pays une tête de pont pour lancer des attaques contre Israël. »
Pour le journaliste de Raï al-Youm, « il est plus que honteux que les autorités israéliennes protestent contre toute restriction à la violation de l’espace aérien et terrestre de la Syrie, même lorsque celle-ci vient d’une superpuissance comme la Russie, et qu’elles insistent pour continuer leurs attaques contre ce pays. Ce que les responsables israéliens n’ont pas compris, c’est que l’espace aérien syrien n’est plus un vaste champ libre pour leurs chasseurs et leurs missiles ».
Raï al-Youm ajoute qu’Israël a bien participé à l’invasion tripartite contre la Syrie qui a eu lieu samedi, que cette participation a consisté à fournir des renseignements et qu’Israël a même ouvert la voie aux agresseurs avec son attaque contre la base T4 du 9 avril qui a coûté la vie à 14 militaires syriens et iraniens et que cette agression israélienne entraînera de manière certaine des représailles de la part de Damas et de ses alliés. À cet égard, Raï al-Youm rapporte que Moscou vient d’annoncer qu’il ne lésinerait sur aucun moyen pour assurer la défense de la Syrie et que des S-300 pourraient être livrés prochainement à Damas.
« Lieberman et ses généraux ne savent peut-être pas que l’époque où les avions de chasse israéliens violaient librement l’espace aérien syrien et qu’ils bombardaient ce qu’ils voulaient est révolue. Depuis le début de cette année, l’armée de l’air syrienne a réalisé d’immenses progrès en résistant à toute attaque aérienne israélienne. On peut citer à cet égard trois événements, dont les plus importants sont la destruction du chasseur F-16 et l’interception de 71 missiles Tomahawk sur les 103 tirés samedi par la coalition tripartite », rappelle ce journal panarabe.
Enfin, Raï al-Youm conclut ainsi : « Israël est l’un de ceux qui ont le plus perdu dans l’attaque de samedi sur la Syrie. Parce qu’il ne pourra plus voler librement dans le ciel syrien sans être intercepté et que des missiles S-300 seront très bientôt à l’affût des bombardiers et missiles syriens. Et cela dans l’hypothèse où l’on met de côté une riposte [de l’autre camp]. »

 "La Russie veut faire capituler Israël"( ex-chef du Mossad)
Lundi 16 avril, le ministre israélien des Affaires militaires a menacé la Russie. L'intéressé affirmait à qui voulait entendre que la Russie n'a pas le droit de réduire le champ d'action israélien ni en Syrie ni nulle part ailleurs. À comprendre que la Russie devrait laisser à Israël la liberté d'agresser comme bon lui semble non seulement en Syrie, mais aussi dans toute la région. 
Dans la nuit de lundi à mardi, les Israéliens ont tiré neuf missiles contre deux aéroports militaires, celui d'al-Chayrat et d'al-Dumeir. La frappe n'a toujours pas été revendiquée par Israël, mais elle pourrait l'être dans les heures à venir. Après la défaite colossale que fut l'agression tripartie USA/France/Grande-Bretagne contre les "bâtiments vides" en Syrie, une confrontation Israël/Russie n'est plus à écarter, surtout que le président russe a déjà mis en garde Tel-Aviv contre toute tentative de déstabilisation en Syrie. 
L'ancien chef du Mossad, Ephraïm Halvey estime que les "risques d'une confrontation directe entre Israël et la Russie s'amplifient de minute en minute".
L'ancien chef du Mossad,
Ephraïm Halvey. ©AFP
Interrogé par la télévision israélienne sur la guerre à venir, Halvey est ainsi allé de son analyse : " Il se trouve que notre guerre aura lieu avec un grand pays qui s'est installé sur nos frontières nord, un pays qui s'est même renforcé et imposé à titre d'acteur décisif. Israël devra faire en sorte que son interaction avec ce pays ( la Russie, NDLR) ne débouche pas sur une confrontation militaire, mais quand bien même cette confrontation aurait lieu, Israël devra en sortir vainqueur". 
Le journaliste l'a ensuite interrogé sur la probabilité d'une guerre Israël/Russie et la réponse est loin d'être claire : " Je parle des conditions qui pourraient nous conduire à cette confrontation, laquelle pourrait placer face à face Israël et la Russie". 
Le journaliste a ensuite repris une idée largement véhiculée ces derniers jours par les autorités politiques en Israël et qui accuse la Russie " de chercher à faire capituler Israël". Cet ancien chef du Mossad a alors répondu sur un ton accusateur : " C'est la Russie qui est entrée en Syrie et y a déployé ses forces pour y rester longtemps. C'est encore elle qui s'est offert des bases permanentes en Syrie et je crois que la Russie n'a ni intérêt ni la volonté de voir son partenaire stratégique dans la région, à savoir, l'Iran, échouer". 
Dans la foulée des agences d'information ont fait état de la mise en ordre de bataille des troupes israéliennes au Golan occupé. 
Hannibal GENSERIC

2 commentaires:

  1. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer