samedi 21 avril 2018

Le procès du super espion de la CIA pousse les États-Unis vers la guerre contre la Turquie


Selon le site WhatDoesItMean, la Turquie a massé des milliers de ses forces militaires autour de la ville syrienne de Manbij en préparation d'une attaque imminente contre cette zone illégalement occupée par les Américains, ce qui a conduit les États-Unis à promettre des représailles immédiates. Mais personne aux États-Unis ne sait que cette guerre entre deux alliés de l'OTAN n'a rien à voir avec la Syrie, mais elle est relative au procès en Turquie du plus puissant espion de la CIA nommé Andrew Brunson. Ce procès qui vient de commencer en Turquie a tellement terrifié le gouvernement de l'ombre américain "Deep State" que les trois quarts des sénateurs américains (qui ne sont jamais d'accord sur quoi que ce soit) se sont unis pour menacer le gouvernement turc si Brunson n'est pas immédiatement libéré.

Les médias turcs se félicitent de la capture du super espion de la CIA Andrew Brunson (en haut à gauche) qui a mené la tentative avortée du coup d'Etat en 2016 contre le président turc Recep Tayyip Erdoğan
En effet, les médias de propagande américains alignés "Deep State" ont longtemps décrit Andrew Brunson comme un simple missionnaire chrétien appartenant à l'Église évangélique presbytérienne (EPC)— - dont le membre le plus éminent est le directeur de la CIA, Mike Pompeo, dont l'obtention du titre de "Pasteur Rambo" était du aux découvertes faites à la suite du coup d'Etat manqué du 15 juillet 2016 contre le président turc Recep Tayyip Erdoğan qui a montré que Brunson aurait été le chef de la CIA en Turquie si la tentative de coup d'Etat avait été couronnée de succès, tout en sachant que la CIA assassinerait Brunson en prison si elle pensait qu'il ne serait pas déporté aux États-Unis.
Ce coup d'état avorté de 2016 contre le président turc Erdoğan, était dirigé par le général à la retraite John F. Campbell, ancien commandant des forces de l'OTAN en Afghanistan, et dont le budget de 2 milliards de dollars pour mener ce coup d'État a été canalisé par la CIA à travers des banques au Nigeria - et dont le but ultime était de renverser Erdoğan et de le remplacer par le leader terroriste radical Fethullah Gülen - dont les liens de longue date avec la CIA auraient alors placé la Turquie sous le contrôle total et les États-Unis - et l'un de ses «membres de haut niveau» est maintenant capturé est Andrew Brunson, un espion de la CIA.
Le seul Américain à tenter de mettre un terme à ce coup contre le président turc Erdoğan,  était le directeur de la DIA ( Defense Intelligence Agency), le général Michael Flynn, mais ses efforts l'ont mené à être évincé du pouvoir par le régime Obama-Clinton début 2014- mais qui, en voyant s'accélérer ces plans d'intrigue de coup d'État contre la Turquie, a obtenu une rencontre privée avec le président Poutine en décembre 2015 - et dont les informations se sont révélées critiques car elles permettaient aux services russes de prévenir Erdoğan juste avant son assassinat programmé par la CIA [1].
Le général Michael Flynn rencontre le président Poutine à Moscou le 10 décembre 2015 pour mettre en garde contre le coup d'Obama-Clinton contre la Turquie
Marqué par le "Deep State" et ses propagandistes médiatiques comme un "traître" pour avoir révélé à la Russie les faits sur le complot Obama-Clinton pour renverser le gouvernement démocratiquement élu de la Turquie et tuer son leader, le président Erdoğan, le général Flynn a immédiatement été victime de représailles de la part d'un  grand nombre de personnes qui l’ont accusé d’être une «marionnette» aux mains de la Turquie.  - avec la déclaration la plus scandaleuse qu'il ait été payé 15 millions de dollars par la Turquie afin de kidnapper Fethullah Gülen, le grand chef des terroristes islamistes, et le protégé de la CIA.
Mais, très vite le « Deep State » a réagi contre le Général Flynn, alors qu'il était en train de négocier cet échange d'espions et qu’il venait d’être nommé par le président Trump comme nouveau conseiller de sécurité nationale. Le Deep State est arrivé à ses fins en faisant virer le Général Flynn [2].
Depuis longtemps, on appelait ironiquement la CIA soit «Chrétiens In Action» Christians In Action, soit «Catholic Intelligence Agency»Catholic Intelligence Agency”, car la CIA a longtemps utilisé ses espions déguisés en missionnaires chrétiens et dont les anciens directeurs ont presque tous été exclusivement conservateurs enragés, catholiques romains.

Avec la plus grande conséquence de l'échec du coup d'Etat de la CIA contre le président Erdoğan en 2016, l'alliance émergente Russie-Turquie-Iran remodèle le Moyen-Orient, les leaders politiques et militaires turcs savent que les Américains les attaquent maintenant pour les détruire comme ils l'ont fait à tant d'autres - et dont les premières «ouvertures à la guerre» ont commencé l'année dernière quand les États-Unis n'ont jamais qualifié les élections présidentielles turques 2017 de justes, libres ou transparentes pour prétendre faussement que la Turquie est une «dictature» .
Ce mouvement maniaque est également suivi par les menaces américaines d'imposer des sanctions à la Turquie si elle ose acheter des systèmes de défense aérienne russes, et d'autres menaces de "graves conséquences" si la Turquie ne libère pas l'espion capturé Andrew Brunson. Mais la Turquie est bien préparée à faire face en entraînant les dizaines de milliers de terroristes islamiques placés sous leur contrôle en Syrie par les forces militaires russes qui, à un moment donné, peuvent se déchaîner. le plein pouvoir de contre toutes les forces américaines dans tout le Moyen-Orient entier. De plus, la Turquie frappe  le dollar américain en ordonnant simplement que tout son or détenu aux États-Unis lui soit retourné immédiatement.
Les Turcs savent que l’attaque  du 14 avril contre la Syrie a été le tournant vers la dégringolade de l'hégémonie américaine, et la fin du monde monopolaire - et comme le reste du monde entier - ont été choqués la semaine dernière les responsables des services secrets et de l’armée ont été contraints d'admettre devant le Congrès américain qu'ils avaient attaqué la Syrie sans avoir aucune preuve que ce pays avait commis un crime.
Quand est-ce que le peuple américain se réveillera-t-il au fait que son gouvernement a menti pour commencer à faire des guerres t qu'il a toujours perdues ?

NOTES





Hannibal GENSERIC

4 commentaires:

  1. Depuis longtemps je suis vos articles, je vois pour la première fois un article neutralisé contre la Turquie. Il faut bien suivre les pas d'erdogan avans etre juger. Car je vois que la politique Turc est préjugés dans 80% des articles publiés. N'oubliez pas que la guère contre le deep state se réalise avec poutine et Erdoğan et ça c'est fais au nom de l'humanité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. au nom de l'humanité...... tu fume quoi toi généralement, parceque pour le coup t as omis le fait que ton sultan magnifiée occupe illegalement une bonne partie du territoir syrien....en plus on se permet a ankara de feliciter le trium vira pour le bombardement ......toujours aussi illégal d'un pays souverain en l'occurence la syrie....en bref si erdogan voulait rendre service a l'humanité ...bah deja il commencerait par respecter le droit international comme.....la russie

      Supprimer
  2. L ’opinion publique aux Etats-Unis fut particulièrement
    sensibilisée par le sort du D r Paul Carlson, missionnaire-médecin américain, qui
    fut arrêté sous l’inculpation d’espionnage et condamné à mort par un « tribunal
    populaire ». Operation Para cdo Belge en 1964 au congo !

    RépondreSupprimer
  3. Dire qu'erdogan s'attaque au $ us parce qu'il a rapatrié 20 tonnes d'or est quand même ultra risible, pardon mais bon !!
    Concernant le coup d'état, c'est fort possible car c'est LA spécialité de la cia mais je n'ai pas confiance en erdogan, je n'ai pas oublié les milliers de camions qui transités vers la turquie ou encore le SU-25 ni le manque de respect qu'il a témoigné à la russie sur ce fait, son allégence aux us car c'était une collaboration pour pouvoir abattre l'avion comme ils l'avaient fait ! Même si erdo pourrait se sentir redevable à Poutine, tant qu'il restera ds l'otan, je n'aurai pas confiance ds ce type...................

    RépondreSupprimer