vendredi 27 avril 2018

Irak +15 : Le mal accumulé de tous les crimes

En écartant les avertissements sur le fait qu’il était sur le point de déclencher une apocalypse au Moyen-Orient, George W. Bush a lancé une attaque non provoquée contre l’Irak les 19 et 20 mars 2003, induisant les conséquences auxquelles nous devons faire face aujourd’hui, écrit Nat Parry.
Robert Jackson, le procureur général des États-Unis au procès des criminels de guerre nazis de Nuremberg, a jadis dénoncé la guerre d’agression comme étant « la plus grande menace de notre temps ». Alors qu’une grande partie de l’Europe était en ruine, il a déclaré en 1945 que « déclencher une guerre d’agression… n’est pas seulement un crime international : c’est le crime international suprême qui ne diffère des autres crimes de guerre que par le fait qu’il contient en lui-même le mal accumulé de tous les crimes ».

L’invasion de l’Irak de mars 2003 était un acte d’agression
en violation du droit international.
S’agissant de l’invasion de l’Irak par les États-Unis il y a 15 ans aujourd’hui, le mal accumulé de l’ensemble est difficile à concevoir pleinement. Les estimations des coûts de la guerre varient, mais les chiffres couramment cités évaluent le coût financier pour les contribuables américains à plus d’un billion de dollars, le coût en vies en Irak par centaines de milliers et le nombre de soldats américains morts à près de 5 000. De plus, 100 000 Américains ont été blessés et quatre millions d’Irakiens ont été chassés de leurs foyers en tant que réfugiés.
Aussi stupéfiants que soient ces chiffres, ils sont loin de décrire le coût réel de la guerre ou l’ampleur du crime qui a été commis en la lançant les 19 et 20 mars 2003. Outre le coût en sang et en richesses, le coût pour les principes fondamentaux de la justice internationale, la stabilité géopolitique à long terme et les impacts sur le système politique américain est tout aussi considérable.
Les leçons apprises et oubliées
Bien que, pendant un certain temps, il semble que les leçons de la guerre aient été largement comprises et aient eu des effets tangibles sur la politique américaine – les démocrates, par exemple, ont pris le contrôle du Congrès lors des élections de mi-mandat de 2006 sur la base d’un sentiment anti-guerre croissant dans tout le pays et Barack Obama a battu Hillary Clinton dans les primaires de 2008 sur la base des vues opposées des deux candidats sur la guerre en Irak – l’establishment politique a, depuis lors, véritablement balayé ces leçons sous le tapis.
L’une de ces leçons, bien sûr, était que les proclamations de la communauté du renseignement devraient être traitées avec une grande prudence. Dans la préparation de la guerre avec l’Irak il y a une décennie et demie, il y a eu ceux qui ont rejeté les renseignements politisés et « triés sur le volet » que l’administration Bush utilisait pour convaincre le peuple américain de la nécessité d’aller en guerre, mais pour la plupart, les médias et l’establishment politique ont répété ces allégations sans faire preuve de la diligence requise pour confirmer en toute indépendance les assertions ou même appliquer les principes de base de la logique.
Par exemple, alors même que les inspecteurs en désarmement de l’ONU, dirigés par le diplomate suédois Hans Blix, se retrouvaient les mains vides alors qu’ils agissaient sur les conseils de la communauté du renseignement américain, peu de gens dans les médias grand public étaient prêts à en tirer la conclusion logique que le renseignement était erroné (ou que l’administration Bush mentait). Au lieu de cela, ils ont supposé que les inspecteurs de l’ONU étaient tout simplement incompétents ou que Saddam Hussein était vraiment bon pour cacher ses armes de destruction massive.
Pourtant, bien qu’ils aient été induits en erreur en 2002 et 2003, les Américains d’aujourd’hui font preuve de la même crédulité à l’égard de la communauté du renseignement lorsqu’elle affirme que « la Russie a piraté les élections de 2016 », sans en apporter la preuve. Les libéraux, en particulier, ont accroché leur chariot à l’enquête menée par le conseiller spécial Robert Mueller, qui est largement salué comme un modèle de vertu, alors que la vérité est que, en tant que directeur du FBI sous l’administration Bush, il a été le catalyseur clé de l’histoire des ADM utilisée pour lancer une guerre illégale.
Mueller a certifié au Congrès que « l’Irak est arrivée en tête de ma liste » des menaces à la sécurité intérieure des États-Unis. « Comme nous l’avons déjà dit à cette commission », a dit Mueller le 11 février 2003, « le programme d’ADM de l’Irak constitue une menace évidente pour notre sécurité nationale ». Il a averti que Bagdad pourrait fournir des armes de destruction massive à Al-Qaïda pour mener une attaque catastrophique aux États-Unis.
A l’époque Mueller a suscité des critiques, y compris de la part de Coleen Rowley, lanceur d’alerte du FBI, pour avoir fait le lien entre l’Irak et Al-Qaïda, qui a réclamé que le FBI produise toutes les preuves qu’il avait sur ce lien supposé.
Aujourd’hui, bien sûr, Mueller est salué par les démocrates comme étant le meilleur espoir de faire tomber la présidence de Donald Trump. George W. Bush a également bénéficié d’une revalorisation de son image grâce en grande partie à ses critiques publiques de Trump, la majorité des démocrates voyant maintenant le 43e président d’un œil favorable. De nombreux démocrates ont également adopté la guerre d’agression – souvent exprimée dans la rhétorique sous l’appellation « interventionnisme humanitaire » – comme leur option préférée pour faire face aux défis de la politique étrangère tels que le conflit syrien.
Lorsque le Parti démocrate a choisi Clinton comme candidate en 2016, il est apparu que les démocrates avaient également embrassé sa volonté d’utiliser la force militaire pour obtenir un « changement de régime » dans des pays considérés comme une menace pour les intérêts américains – qu’il s’agisse de l’Irak, de l’Iran ou de la Syrie.
En tant que sénatrice de New York pendant la préparation de l’action militaire contre l’Irak, Mme Clinton a non seulement voté pour autoriser l’invasion américaine, mais elle a aussi soutenu avec ferveur la guerre – qu’elle a appuyée avec ou sans l’autorisation du Conseil de sécurité de l’ONU. Le discours qu’elle a prononcé au Sénat le 10 octobre 2002 en faveur d’une action militaire a encouragé les mêmes mensonges que ceux utilisés par l’administration Bush pour renforcer le soutien à la guerre, affirmant par exemple que Saddam Hussein avait « donné aide, réconfort et refuge aux terroristes, y compris les membres d’Al-Qaïda ».
Hillary Clinton plaidant
en faveur d’une action
militaire le 10 octobre 2002.
« Si rien n’est fait », dit-elle, « Saddam Hussein continuera d’accroître sa capacité de mener une guerre biologique et chimique et continuera d’essayer de mettre au point des armes nucléaires. S’il réussit dans cette entreprise, il pourrait modifier le paysage politique et sécuritaire du Moyen-Orient, ce qui, comme nous le savons tous trop bien, affecte la sécurité américaine. »
Clinton a maintenu son soutien à la guerre alors même qu’il était devenu évident que l’Irak n’avait en fait aucune arme de destruction massive – le casus belli principal pour la guerre – ne refroidissant son enthousiasme qu’en 2006, lorsqu’il est devenu clair que la base démocratique s’était résolument tournée contre la guerre et que sa position de faucon mettait en danger ses chances pour l’investiture à la présidence en 2008. Mais huit ans plus tard, les démocrates avaient apparemment tourné la page et son soutien à la guerre n’était plus considéré comme une cause de disqualification pour la présidence.
L’une des leçons à retenir aujourd’hui, surtout au moment où les États-Unis se préparent à d’éventuels affrontements avec des pays comme la Corée du Nord et la Russie, est la facilité avec laquelle l’administration Bush a réussi, en 2002-2003, à convaincre les Américains qu’ils étaient menacés par le régime de Saddam Hussein, à quelque 11 200 kilomètres de distance. Les affirmations concernant les armes de destruction massive de l’Irak étaient fausses, et beaucoup l’ont dit en temps réel – y compris le nouveau groupe Veteran Intelligence Professionals for Sanity, qui émettait régulièrement des mémorandums au président et au peuple américain pour démentir les mensonges promus par la communauté du renseignement américain.
Mais même si les allégations concernant les stocks présumés de l’Irak étaient vraies, il n’y avait toujours aucune raison de supposer que Saddam Hussein était sur le point de lancer une attaque surprise contre les États-Unis. En effet, alors que les Américains étaient presque convaincus que l’Irak menaçait leur sécurité, c’est en fait le gouvernement américain qui menaçait les Irakiens.
Loin de constituer une menace imminente pour les États-Unis, en 2003, l’Irak était un pays qui avait déjà été dévasté par une guerre menée par les États-Unis une décennie plus tôt et par des sanctions économiques dévastatrices qui ont causé la mort de 1,5 million d’Irakiens (entraînant la démission de deux coordonnateurs humanitaires de l’ONU qui ont qualifié les sanctions de génocidaires).
Menaces et fanfaronnades
Bien que l’invasion n’ait officiellement commencé que le 20 mars 2003 (toujours le 19 mars 2003 à Washington), les États-Unis menaçaient explicitement d’attaquer le pays dès janvier 2003, le Pentagone ayant rendu publics les plans d’une campagne de bombardement dite de « choc et terreur ».
« Si le Pentagone s’en tient à son plan de guerre actuel », a rapporté CBS News le 24 janvier, « un jour de mars, l’armée de l’air et la marine lanceront entre 300 et 400 missiles de croisière sur des cibles en Irak. C’est plus que le nombre de ceux qui ont été lancés pendant les 40 jours de la première guerre du Golfe. Le deuxième jour, le plan prévoit le lancement de 300 à 400 autres missiles de croisière. »
Un fonctionnaire du Pentagone a averti : « Il n’y aura pas un seul endroit sûr à Bagdad ».
Ces menaces publiques semblaient être une forme d’intimidation et de guerre psychologique, et étaient presque certainement en violation de la Charte des Nations Unies, qui stipule : « Tous les Membres s’abstiennent, dans leurs relations internationales, de recourir à la menace ou à l’emploi de la force contre l’intégrité territoriale ou l’indépendance politique de n’importe quel État, ou de toute autre manière incompatible avec les buts des Nations Unies ».
Au début de l’invasion de l’Irak par les États-Unis en 2003, le président George W. Bush a ordonné à l’armée américaine de mener une attaque aérienne dévastatrice sur Bagdad, connue sous le nom de « choc et terreur ».
L’attaque « choc et terreur » prônée par le Pentagone a commencé par des bombardements limités les 19 et 20 mars, alors que les forces américaines tentaient sans succès de tuer Hussein. Les attaques se sont poursuivies contre un petit nombre de cibles jusqu’au 21 mars, date à laquelle la campagne principale de bombardements a commencé. Les forces américaines ont effectué environ 1 700 sorties aériennes, dont 504 à l’aide de missiles de croisière.
Pendant l’invasion, les États-Unis ont également largué quelque 10 800 bombes à fragmentation sur l’Irak, bien qu’ils aient prétendu que seule une fraction de ce nombre avait été utilisée.
« Le Pentagone a présenté une image trompeuse, pendant la guerre, de la proportion d’armes à sous-munitions utilisées et des pertes civiles qu’elles causaient », a rapporté USA Today à la fin de 2003. Malgré les affirmations selon lesquelles seulement 1 500 armes à sous-munitions avaient été utilisées, ne faisant qu’une seule victime civile, « en fait, les États-Unis ont utilisé 10 782 armes à sous-munitions », dont beaucoup ont été tirées dans les zones urbaines entre la fin mars et le début avril 2003.
Les bombes à fragmentation ont tué des centaines de civils irakiens et laissé derrière elles des milliers de bombes non explosées qui ont continué de tuer et de blesser des civils durant des semaines après la fin des combats.
(En raison de l’effet indiscriminé de ces armes, leur utilisation est interdite par la Convention internationale sur les armes à sous-munitions, que les États-Unis ont refusé de signer.)
Tentant de tuer Hussein, Bush a ordonné le bombardement d’un restaurant résidentiel irakien le 7 avril. Un seul bombardier B-1B a largué quatre bombes de 2 000 livres à guidage de précision. Les quatre bombes pénétrant dans le bunker ont détruit le bâtiment cible, le bloc restaurant Al Saa et plusieurs structures environnantes, laissant un cratère de plus de 18 mètres et un nombre inconnu de victimes.
Les dineurs, y compris les enfants, ont été déchiquetés par les bombes. Une mère a trouvé le torse de sa fille, puis sa tête tranchée. Les renseignements américains ont plus tard confirmé que Hussein n’était pas là.
Résistance et torture
Il était évident, quelques semaines après l’invasion initiale, que l’administration Bush avait mal jugé la question cruciale de savoir si les Irakiens allaient se battre. Ils ont opposé une résistance plus forte que prévu, même dans les villes du sud de l’Irak, comme Umm Qasr, Basra et Nasiriya, où le soutien de Hussein était considéré comme faible, et peu après la chute du régime le 9 avril, lorsque l’administration Bush a décidé de dissoudre l’armée irakienne, cela a contribué à déclencher une insurrection anti-américaine dirigée par de nombreuses personnalités militaires irakiennes.
Le président Bush s’adresse à la nation à bord de l’USS Abraham Lincoln
le 1er mai avec la bannière « mission accomplie » derrière lui.
Malgré l’atterrissage triomphant de Bush le 1er mai sur un porte-avions et son discours devant une bannière géante « Mission accomplie », il semblait que l’effondrement du gouvernement baasiste n’avait été que la première étape de ce qui allait devenir une longue guerre d’usure. Après la dissolution des forces conventionnelles irakiennes, l’armée américaine a commencé à remarquer, en mai 2003, une vague croissante d’attaques contre les occupants américains dans diverses régions du « Triangle sunnite ».
Il s’agissait notamment de groupes d’insurgés tirant avec des fusils d’assaut et des roquettes sur les troupes d’occupation américaines, ainsi que de l’utilisation croissante d’engins explosifs improvisés sur les convois américains.
Anticipant peut-être une longue et pénible campagne d’occupation et de contre-insurrection, les avocats de l’administration Bush, dans un mémorandum de mars 2003, ont élaboré des doctrines juridiques pour justifier certaines techniques de torture, offrant des justifications juridiques « qui pourraient rendre un comportement spécifique, par ailleurs criminel, non illégal ».
Ils ont fait valoir que le président ou quiconque agissant sur les ordres du président n’était pas lié par les lois américaines ou les traités internationaux interdisant la torture, affirmant que la nécessité « d’obtenir des renseignements vitaux pour la protection de milliers de citoyens américains » remplaçait toute obligation de l’administration en vertu du droit interne ou international.
« Afin de respecter l’autorité constitutionnelle inhérente au président dans la gestion d’une campagne militaire », a déclaré la note de service, les interdictions américaines contre la torture « doivent être interprétées comme inapplicables aux interrogatoires menés en vertu de l’autorité de son commandant en chef ».
Une victime de la torture américaine à la célèbre prison d’Abu Ghraib.
Voir :
Pour diriger la CIA, Trump choisit une tortionnaire sadique
Au cours de l’année suivante, il est apparu que la torture avait été largement utilisée en Irak pour la « collecte de renseignements ». Le journaliste d’investigation Seymour Hersh a révélé dans The New Yorker en mai 2004 qu’un rapport classifié de 53 pages rédigé par le général Antonio Taguba concluait que la police militaire de la prison d’Abu Ghraib était pressée par des agents des services de renseignement cherchant à briser les Irakiens avant l’interrogatoire.
« De nombreux cas d’abus sadiques, flagrants et criminels injustifiés ont été infligés à plusieurs détenus », a écrit Taguba.
Ces actes, autorisés aux plus hauts niveaux, constituaient de graves violations du droit international et national, notamment de la Convention contre la torture, de la Convention de Genève relative au traitement des prisonniers de guerre, ainsi que de la loi américaine sur les crimes de guerre et du Statut de la torture.
Ils ont peut-être aussi joué un rôle dans la montée du groupe terroriste EI, dont les origines ont par la suite été retracées jusqu’à une prison américaine en Irak surnommée Camp Bucca. Ce camp était le lieu d’abus répétés contre les prisonniers...
Les armes de destruction massive de l’Amérique
Outre la torture et l’utilisation de bombes à fragmentation, les crimes contre le peuple irakien au fil des ans comprenaient des massacres de masse, des empoisonnements à long terme et la destruction des villes.
Il y a eu l’attaque de Falloujah en 2004, où le phosphore blanc – interdit par le droit international – a été utilisé contre des civils. Il y a eu le massacre de Haditha en 2005, au cours duquel 24 civils non armés ont été systématiquement assassinés par les marines américains. Il y a eu en 2007 le massacre dit du « Meurtre Collatéral » révélé par WikiLeaks en 2010, dépeignant le meurtre aveugle de plus d’une douzaine de civils dans la banlieue irakienne de New Baghdad – y compris deux journalistes de Reuters.
Il y a aussi l’héritage tragique du cancer et des malformations congénitales causés par l’utilisation massive d’uranium appauvri et de phosphore blanc par l’armée américaine. A Falloujah, l’utilisation d’uranium appauvri a entraîné des malformations congénitales chez les nourrissons 14 fois plus élevées que dans les villes japonaises visées par les bombes atomiques américaines à la fin de la Seconde Guerre mondiale, à Hiroshima et à Nagasaki. Notant les malformations congénitales à Falloujah, le journaliste d’Al Jazeera Dahr Jamail a déclaré à Democracy Now en 2013 :
« Et continuant sur Falloujah, parce que j’avais écrit à ce sujet un an auparavant, je suis donc revenu dans cette ville durant ce voyage ; nous assistons à une crise absolue de malformations congénitales du nouveau-né… Je veux dire, c’est extrêmement difficile à regarder. Il est extrêmement difficile d’en témoigner. Mais c’est une chose à laquelle nous devons tous prêter attention, en raison de la quantité d’uranium appauvri utilisée par l’armée américaine lors de ses deux attaques brutales contre la ville en 2004, ainsi que d’autres munitions nocives comme le phosphore blanc, entre autres. »
Un rapport envoyé à l’Assemblée générale des Nations Unies par le Dr Nawal Majeed Al-Sammarai, ministre irakien de la condition féminine, a déclaré qu’en septembre 2009, sur les 170 naissances à l’hôpital général de Falloujah, 75 pour cent étaient difformes. Un quart d’entre eux sont morts au cours de leur première semaine de vie.
L’utilisation d’uranium appauvri par les militaires a également provoqué une forte augmentation des leucémies et des malformations congénitales dans la ville de Najaf, qui a connu l’une des actions militaires les plus graves lors de l’invasion de 2003, le cancer devenant plus fréquent que la grippe selon les médecins locaux.
À la fin de la guerre, un certain nombre de grandes villes irakiennes, dont Fallujah, Ramadi et Mossoul, avaient été réduites à l’état de décombres et, en 2014, un ancien directeur de la CIA a admis que la nation irakienne avait été pratiquement réduite à néant.
« Je pense que l’Irak a pratiquement cessé d’exister », a déclaré Michael Hayden, notant que le pays était fragmenté en de multiples parties qu’il n’a pas vu « se recomposer ». En d’autres termes, les États-Unis, en utilisant leur propre arsenal d’armes de destruction massive, ont complètement détruit une nation souveraine.
Conséquences prévisibles
Parmi les effets de ces politiques, on peut citer la croissance prévisible de l’extrémisme islamique, avec une estimation nationale du renseignement – représentant le consensus des 16 services d’espionnage au sein du gouvernement américain – qui avertissait en 2006 que toute une nouvelle génération de radicalisme islamique serait générée par l’occupation de l’Irak par les États-Unis. Selon un responsable américain du renseignement, le consensus était que « la guerre en Irak a aggravé le problème global du terrorisme ».
L’analyse relevait que plusieurs facteurs sous-jacents « alimentent la propagation du mouvement djihadiste », y compris « des griefs enracinés, tels que la corruption, l’injustice et la peur de la domination occidentale, conduisant à la colère, l’humiliation et un sentiment d’impuissance » et « un sentiment anti-américain omniprésent parmi la plupart des musulmans, que les djihadistes exploitent tous ».
Mais plutôt que d’entraîner des changements substantiels ou des revirements dans les politiques américaines, la stratégie approuvée à Washington semblait être de doubler les politiques qui avaient échoué et qui avaient donné naissance à des groupes djihadistes radicaux. En fait, au lieu de se retirer de l’Irak, les États-Unis ont décidé d’envoyer 20 000 soldats en 2007. Et ce, malgré le fait que l’opinion publique était résolument opposée à la guerre.
Un sondage Newsweek au début de l’année 2007 a révélé que 68 % des Américains s’opposaient à cette vague et, dans un autre sondage réalisé juste après le discours de Bush sur l’état de l’Union en 2007, 64 % ont déclaré que le Congrès n’était pas assez ferme dans sa contestation de la conduite de la guerre par l’administration Bush.
27 janvier 2007 marche sur Washington
Environ un demi-million de personnes ont marché sur Washington le 27 janvier 2007, avec des messages pour le 110e Congrès nouvellement assermenté pour « tenir tête à Bush », exhortant le Congrès à réduire le financement de la guerre avec le slogan « Pas un dollar de plus, pas une mort de plus ». Une combativité croissante s’est également manifestée dans le mouvement anti-guerre avec cette manifestation marquée par des centaines de manifestants franchissant les cordons de police et chargeant le Capitole.
Bien qu’il y ait eu d’autres protestations à grande échelle quelques mois plus tard pour marquer le sixième anniversaire de l’invasion, y compris une marche sur le Pentagone dirigée par des vétérans de la guerre en Irak, au cours de l’année suivante, les activités du mouvement anti-guerre n’ont cessé de décliner. Si la fatigue peut expliquer une partie du déclin de l’appui aux mobilisations de masse, une grande partie du déclin peut aussi s’expliquer par la montée en puissance de la candidature de Barack Obama. Des millions de personnes ont canalisé leurs énergies dans sa campagne, dont beaucoup étaient motivées par l’espoir qu’il représentait un véritable changement par rapport aux années Bush.
L’un des avantages d’Obama par rapport à Clinton dans les primaires démocrates était qu’il avait été l’un des premiers opposants à la guerre en Irak alors qu’elle avait été l’un de ses partisans les plus bruyants. Cela a amené de nombreux électeurs américains à croire en 2008 qu’ils avaient élu quelqu’un qui pourrait freiner une partie de l’aventurisme militaire américain et mettre rapidement fin à l’engagement des États-Unis en Irak. Mais ce n’était pas le cas. La mission de combat a traîné jusqu’au début du premier mandat du président Obama.
La guerre, la guerre et encore plus de guerre
Après ses échecs médiatisés en Irak, les États-Unis se sont tournés vers la Libye, renversant le gouvernement de Mouammar Kadhafi en 2011 en utilisant des milices armées impliquées dans des crimes de guerre et soutenues par la puissance aérienne de l’OTAN. Suite à l’éviction de Kadhafi, ses caches d’armes ont fini par être transférées aux rebelles en Syrie, ce qui a alimenté la guerre civile dans ce pays. L’administration Obama s’est également intéressée à déstabiliser le gouvernement syrien et a commencé à fournir des armes qui tombaient souvent entre les mains d’extrémistes.
La CIA a formé et armé des unités rebelles dites « modérées » en Syrie, seulement pour voir ces groupes changer de camp en s’alliant à des brigades islamistes comme l’EI et le Front al-Nosra, affilié à Al Qaeda. D’autres se sont rendus à des groupes extrémistes sunnites, et les armes fournies par les États-Unis se sont probablement retrouvées dans les arsenaux des djihadistes ou ont parfois tout simplement été abandonnées ou ont tout bonnement disparu.
Au-delà de la Syrie et de la Libye, M. Obama a également élargi les engagements militaires des États-Unis dans des pays comme le Yémen, la Somalie et le Pakistan, et a envoyé une vague de troupes en Afghanistan en 2009. Et malgré le retrait tardif des forces américaines d’Irak, les dernières troupes américaines ayant finalement quitté l’Irak le 18 décembre 2011, M. Obama a également présidé à une augmentation importante de l’utilisation des frappes de drones et des guerres aériennes conventionnelles.
Au cours de son premier mandat, M. Obama a largué 20 000 bombes et missiles, nombre qui a atteint plus de 100 000 bombes et les missiles largués au cours de son deuxième mandat. En 2016, dernière année de la présidence d’Obama, les États-Unis ont largué près de trois bombes toutes les heures, 24 heures sur 24.
Le président Obama annonce le dernier bombardement de l’Irak
le 10 septembre 2014.
M. Obama a également eu la distinction de devenir le quatrième président américain d’affilée à bombarder la nation irakienne. Critiqué pour avoir permis la montée de l’EI dans le pays, Obama a décidé de revenir sur sa décision antérieure de se désengager de l’Irak, et en 2014, il a recommencé à bombarder le pays. S’adressant au peuple américain le 10 septembre 2014, le président Obama a déclaré que « L’EI représente une menace pour le peuple irakien et syrien, ainsi que pour le Moyen-Orient au sens large, y compris pour les citoyens, le personnel et les installations américains ».
« Si rien n’est fait, poursuit-il, ces terroristes pourraient constituer une menace croissante au-delà de cette région, y compris pour les États-Unis. Bien que nous n’ayons pas encore détecté de complot spécifique contre notre patrie, les dirigeants de l’EI ont menacé l’Amérique et nos alliés ».
Bien sûr, c’est clairement le résultat de la mise en garde exprimée par de nombreuses voix invitant à la prudence en 2002 et 2003, lorsque des millions d’Américains sont descendus dans la rue pour protester contre l’invasion imminente de l’Irak. Et, pour être clair, ce n’était pas seulement la gauche anti-guerre qui poussait à la retenue – des personnalités de l’administration et les paléo-conservateurs exprimaient aussi des inquiétudes.
Le général à la retraite Anthony Zinni, par exemple, qui a été envoyé au Moyen-Orient pour George W. Bush, a averti en octobre 2002 qu’en envahissant l’Irak, « nous sommes sur le point de faire quelque chose qui, dans cette région, allumera une mèche et nous regretterons le jour où nous avons commencé ». Brent Scowcroft, conseiller à la sécurité nationale de la première administration Bush, a déclaré qu’une frappe sur l’Irak « pourrait déclencher une apocalypse au Moyen-Orient ».
Peu importe, Bush était un joueur qui avait des tripes et qui avait pris sa décision, alors ces avertissements ont été écartés et l’invasion a eu lieu.
Campagne 2016
Lorsque le candidat présidentiel Donald Trump a commencé à démolir Bush au sujet de la guerre en Irak pendant les primaires de la campagne républicaine en 2015 et 2016, qualifiant la décision d’envahir l’Irak de « grossière erreur », non seulement il a gagné une partie du vote libertarien anti-guerre, mais il a aussi aidé à consolider son image d’outsider politique qui « dit les choses comme elles sont ».
Et après l’émergence d’Hillary Clinton en tant que candidate démocrate, avec ses antécédents de partisane enthousiaste de pratiquement toutes les interventions américaines et d’avocate d’une plus grande implication dans des pays comme la Syrie, les électeurs auraient pu être excusés d’avoir l’impression que le Parti républicain était maintenant le parti anti-guerre et que les démocrates étaient les faucons.
Comme l’a fait remarquer feu Robert Parry en juin 2016, « au milieu des réjouissances entourant le choix de la première femme comme candidate présumée d’un grand parti, les démocrates semblent avoir peu réfléchi au fait qu’ils abandonnaient une position de près d’un demi-siècle, en tant que parti plus sceptique quant à l’utilisation de la force militaire. Clinton est un faucon de guerre éhonté qui n’a montré aucune inclination à repenser ses attitudes pro-guerre ».
Manifestation contre la guerre à la Convention 2016 du DNC
(Convention Nationale Démocrate) – Scott Audette/Reuters
La faction anti-guerre au sein du Parti démocrate a été encore plus marginalisée pendant la Convention nationale démocrate lorsque les chants de « No More War » ont éclaté pendant le discours de l’ancien secrétaire à la Défense Leon Panetta. L’establishment démocrate a répondu avec des chants de « USA ! » pour noyer les voix en faveur de la paix et ils ont même éteint les lumières sur la section anti-guerre de la foule. Le message était clair : il n’y a pas de place pour le mouvement anti-guerre à l’intérieur du Parti démocrate.
Bien que de nombreux facteurs aient joué un rôle dans la victoire étonnante de Trump sur Clinton en novembre 2016, il n’est pas exagéré de spéculer que l’un de ces facteurs a été le sentiment anti-guerre persistant suite à la débâcle de l’Irak et d’autres engagements de l’armée américaine. Beaucoup de ceux qui en ont assez de l’aventurisme militaire américain ont pu succomber à la rhétorique quasi anti-interventionniste de Trump, tandis que d’autres ont pu choisir de voter pour un parti alternatif tel que les Libertariens ou les Verts, qui ont tous deux pris des positions fortes contre l’interventionnisme américain.
Nawar al-Awlaki,
une fillette de huit ans
tuée par un drone
américain le
29 janvier 2017.
Mais malgré les déclarations occasionnelles de Trump remettant en question la sagesse d’envoyer des militaires dans des pays lointains comme l’Irak ou l’Afghanistan, il se faisait aussi l’avocat des crimes de guerre tels que « flinguer les familles » des terroristes présumés. Il a exhorté les États-Unis à cesser d’être « politiquement corrects » dans leur façon de faire la guerre.
Ainsi, en fin de compte, les Américains ont été confrontés au choix entre un faucon démocrate néoconservateur intransigeant adepte du « changement de régime » et un interventionniste réticent qui voulait néanmoins donner une leçon aux terroristes en tuant leurs enfants. Bien que le néoconservateur ait finalement remporté le vote populaire, l’avocat des crimes de guerre a remporté le Collège électoral.

Après les élections, il s’est avéré que Trump était un homme de parole lorsqu’il s’agissait de tuer des enfants. Lors de l’une de ses premières actions militaires en tant que président, Trump a ordonné l’attaque d’un village du Yémen le 29 janvier 2017, qui a coûté la vie à 23 civils, dont un nouveau-né et une fillette de huit ans, Nawar al-Awlaki.
Nawar était la fille du propagandiste d’Al-Qaïda et citoyen américain Anwar al-Awlaki, qui a été tué lors de l’attaque d’un drone américain au Yémen en septembre 2011.
L’agression normalisée
2017, première année au pouvoir de Trump, s’est avérée être l’année la plus meurtrière pour les civils en Irak et en Syrie depuis le début des frappes aériennes américaines sur les deux pays en 2014. Les États-Unis ont tué entre 3 923 et 6 102 civils au cours de l’année, selon un décompte du groupe de surveillance Airwars. « Les morts de non-combattants dues aux frappes aériennes et d’artillerie de la Coalition ont augmenté de plus de 200 % par rapport à 2016 », a noté Airwars.
Bien que ce pic quant au nombre de pertes civiles ait fait les gros titres, y compris dans le Washington Post, pour la plupart, les milliers d’innocents tués par les frappes aériennes américaines sont considérés comme des « dommages collatéraux ». Le carnage en cours est considéré comme parfaitement normal, suscitant à peine un commentaire de la part de la classe des experts.
Il s’agit sans doute de l’un des héritages les plus persistants de l’invasion de l’Irak en 2003, un acte d’agression militaire fondé sur de faux prétextes, qui a balayé les avertissements de prudence et violé de façon flagrante le droit international. Comme personne dans les médias ou dans l’administration Bush n’a jamais été tenu responsable pour avoir promu cette guerre ou l’avoir lancée, nous avons assisté à la normalisation de l’agression militaire à un niveau qui aurait été inimaginable il y a 20 ans.
Le président Bill Clinton a lancé la campagne
de bombardement de l’opération
Renard du désert le 16 décembre 1998.
En effet, je me souviens bien du bombardement de l’Irak qui a eu lieu en 1998 dans le cadre de l’opération Renard du désert de Bill Clinton. Bien qu’il s’agissait d’une campagne de bombardement très limitée, qui n’a duré que quatre jours, il y a eu d’importantes protestations contre ces opérations militaires. Je me suis joint à un piquet de quelques centaines de personnes devant la Maison-Blanche en tenant une pancarte faite à la main et portant l’inscription « INCULPEZ-LE POUR CRIMES DE GUERRE » – une référence au fait qu’à l’époque, le Congrès le mettait en accusation pour avoir menti au sujet d’une pipe.
Comparez cela à ce que nous voyons aujourd’hui – ou, plus exactement, ce que nous ne voyons pas aujourd’hui – en ce qui concerne le plaidoyer contre la guerre. Malgré le fait que les États-Unis sont maintenant engagés dans au moins sept conflits militaires, il y a peu de militantisme pour la paix ou même un débat national sur la sagesse, la légalité ou la moralité de la guerre. Peu de gens s’opposent même à son coût financier important pour les contribuables américains, par exemple le fait qu’une journée de dépenses pour ces guerres s’élève à environ 200 millions de dollars.
Il y a quinze ans, l’un des arguments du mouvement anti-guerre était que la guerre contre le terrorisme se transformait en une guerre perpétuelle sans frontières, sans règles et sans finalité. En d’autres termes, les États-Unis risquaient de se retrouver dans un état de guerre perpétuelle
Nous sommes maintenant clairement engagés dans cet état de guerre sans fin, ce qui est une réalité que même le sénateur Lindsey Graham a reconnu l’année dernière lorsque quatre soldats américains ont été tués au Niger. Prétendant qu’il ne savait pas que les États-Unis avaient une présence militaire au Niger, Graham – qui préside le Sous-comité du Sénat des États-Unis, les opérations à l’étranger et les programmes connexes – a déclaré que « c’est une guerre sans fin, sans frontières, sans limite de temps ou de géographie ».
Bien qu’il n’ait pas été clair pour déterminer s’il se lamentait ou s’il célébrait cette guerre sans fin et sans frontières, ses paroles devraient être considérées comme un avertissement de la position des États-Unis en ce 15e anniversaire de l’invasion américaine de l’Irak – dans une guerre sans fin, sans frontières, sans limites de temps ou de géographie.

Source : Nat Parry, Consortium News, 19-03-2018
Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr.

1 commentaire:

  1. Les USA sont comme un animal sauvage: " guerroyer pour vivre " Et comme la-bas on aime bien la vie ........on fera aussi la guerre tout le temps .

    RépondreSupprimer