jeudi 26 avril 2018

Bilan annuel 2017 des bombardements US

43 938 bombes sur 7 pays: score de 2016 «pulvérisé»
En 2017, première année de l’administration Trump, les bombardements US ont affecté 7 pays (comme en 2016). Ces 7 pays bombardés en 2017, sans déclaration de guerre, sont les mêmes qu’en 2016 : la Syrie, l’Irak, l’Afghanistan, le Yémen,  la Somalie, la Libye, le Pakistan. (classés dans l’ordre du nombre de bombes «reçues»).

S’agissant de la Syrie et de l’Irak, dans l’opération «Inherent Resolve», les USA (et leurs alliés, dont la France) ont largué 39 577 bombes en 2017, soit 30 % de plus qu’en 2016 (30 700) et 600 % de plus qu’en 2014 (6 292). Si l’objectif affiché de «lutte contre le terrorisme» est bien l’objectif réel en Syrie, ce dont un vrai spécialiste de cette affaire peut douter, le lecteur ne peut que constater que la coalition occidentale ne se met à combattre vraiment ce terrorisme qu’au moment ou la coalition Syrie-Russie-Iran-Hezbollah l’a déjà quasiment vaincu ..…. Cette coalition occidentale combattait six fois moins le terrorisme en 2014 qu’aujourd’hui, au moment où il aurait été fort utile de le combattre vraiment……
 
S’agissant de l’Afghanistan, dans les opérations «Freedom’s Sentinel» et «Resolute Support» sensées lutter contre le terrorisme, les USA ont largué 4 361 bombes en 2017, soit 320 % de plus qu’en 2016 (1 337) et 465 % de plus qu’en 2015 (937).  Cette hausse importante traduit, à l’évidence, l’échec d’une intervention conduite dans ce pays depuis plus de quinze ans…… Le terrorisme n’y est toujours pas vaincu, bien au contraire……
S’agissant du Yémen, 126 frappes ont été répertoriées en 2017, en augmentation de 360 % par rapport à 2016 (35). Au delà des déclarations officielles, on peut se demander si ces frappes ne sont pas appliquées en soutien des forces saoudiennes (alliées des occidentaux) contre les révolutionnaires yéménites plutôt que contre des terroristes de DAESH ou d’Al Qaida qui se trouveraient au Yémen…….
S’agissant de la Somalie, 35 frappes ont été répertoriées en 2017 en augmentation de 250% par rapport à 2016 (14).
S’agissant de la Libye, on constate une forte réduction du niveau des frappes : 8 frappes en 2017, à moins de 10 bombes par frappe, contre 496 bombes en 2016.
S’agissant du Pakistan, 5 frappes ont été répertoriées en 2017 contre 3 en 2016. Elles sont généralement appliquées dans la zone frontalière avec l’Afghanistan.
Ce bilan 2017 appelle les remarques suivantes :
1 – L’énorme majorité de ces frappes a été appliquée en Syrie, sans l’accord du pays qui en a été victime et, bien sûr, sans accord de l’ONU et sans déclaration de guerre. Ces frappes ne répondaient pas à une agression de la Syrie contre les pays de la coalition occidentale. Ces frappes ont donc été  appliquées en seule et stricte application du «droit du plus fort ». Elles répondent, dans ce cas, à la définition de crime d’agression selon la législation internationale onusienne.
2 – Les USA et leurs vassaux complices (UK et FR) n’ont absolument rien réglé avec la forte augmentation du nombre des frappes. Le niveau des tensions n’a jamais été aussi élevé dans le monde depuis bien longtemps. On peut se demander si ces ingérences tous azimuts de la coalition occidentale ne rajoutent pas de la guerre à la guerre, et ne vont pas finir par conduire à un embrasement généralisé à force de vouloir créer le «chaos constructif», cher à l’ex-secrétaire d’état américaine Condolezza Rice et aux néoconservateurs US.
A toutes fins utiles, chacun peut visionner la vidéo (2 minutes, sous titre français) de l’interview du candidat TRUMP sur CNN en 2016 condamnant la contre-productivité des ingérences étrangères en Irak, Libye et Syrie. Chacun peut réaliser à quel point les promesses électorales de Trump sont aujourd’hui bafouées sur ce sujet précis.
https://www.youtube.com/watch?v=4PXqqPMWM9Y
3 –  On ne peut que s’étonner que nos brillants «experts» en géopolitique qui interviennent très souvent dans nos médias mainstream et/ou main-team (US, UK, FR), ne daignent pas consacrer quelques minutes pour commenter les éventuelles conséquences et les coûts (financier, vague migratoire, terrorisme hexagonal…etc..) de ces ingérences répétées, accrues, et le plus souvent désastreuses dans les affaires du monde sous des prétextes de plus en plus douteux, voire fabriqués et pour défendre des intérêts qui ne sont pas vraiment ceux de nos trois pays……
4 – On ne peut que se réjouir de l’existence d’un contre pouvoir solide et sérieux, représenté par la Russie de Poutine, aux ingérences et abus permanents d’une «coalition occidentale» dont les trois leaders (USA-UK-FR), ignorant superbement le reste du monde, s’autoproclament, à eux seuls, «communauté internationale» et cherchent, par la force des bombes, par la duplicité, le mensonge et la guerre de l’information (affaire Skripal, multiplication des attaques au gaz sous faux drapeau en Syrie) à imposer leur loi (et leurs intérêts, mais surtout ceux de leurs alliés) au reste du monde.
5 – On ne peut que se réjouir du discours et des révélations de Poutine du 1er mars 2018, et de sa réélection pour 6 ans le 18 mars, ces deux événements étant susceptibles de modérer sérieusement les ardeurs bellicistes de la «bande des trois»……..
6 – On ne peut que se réjouir du fiasco de la «frappe spectacle» du 14 avril 2018  en Syrie qui a montré de manière éclatante qui était et restait le véritable maître du jeu, aujourd’hui, sur le théâtre moyen-oriental. On peut avoir l’espoir de voir le terrorisme (que nous instrumentalisons et soutenons depuis 5 ans dans ce pays), vaincu par le seul gouvernement légitime et laïc, représentant une écrasante majorité du peuple syrien, avec l’aide de ses alliés.
7 – Pour ceux qui ne sauraient toujours pas ce que les Occidentaux font en Syrie, je recommande de visionner cette vidéo de 7 minutes (sous titrée en français) du général US Clark, ancien commandant en chef de l’OTAN.
8 – Pour ceux enfin qui voudraient creuser les attaques sous faux drapeau et les coups tordus dans l’histoire contemporaine, et qui auraient un peu plus de temps, je recommande la lecture du livre paru fin 2017: «Les guerres illégales de l’OTAN», sous la plume de l’historien suisse Daniele  Ganzer aux éditions Demi Lune. S’appuyant sur 728 pièces à conviction, dont des archives déclassifiées de l’administration US, des délibérations de l’ONU, des témoignages des principaux acteurs, l’historien chercheur décrit, à travers l’exemple de 13 pays, comment les fondements de l’ONU ont été sapés et la légalité internationale bafouée à de nombreuses reprises de 1953 à 2018. C’est un livre à proposer en lecture aux va-t-en guerre pour les aider à réfléchir sur le bien-fondé des nobles causes que nous croyons défendre.
Source pour les bombardements: Statistiques publiées par le «Combined Forces Air Component Commander 2012-2017» Airpower Statistics
Par le Général (CR) Dominique Delawarde
Source : Réseau international

2 commentaires:

  1. delanda y cartogo... ou comme quelque chose comme ça
    il faut détruire washington non pas militairement mais par des moyens économiques pour la disloquer et l"éclater en micros états
    sinon ...le monde courra à la première et... DERNIERE guerre nucléaire qui détruira le monde entier
    il faut agir vite
    Européens peuples et politiciens réveillez-vous... vous êtes la future chair à canon du premier déclenchement de la fournaise

    RépondreSupprimer
  2. Trump est sous controle, comme Bush l'a été. De là à imaginer que ce pouvoir de l'ombre (US naturalisés) provoquent sciemment l'immigration suite aux guerres qu'ils provoquent, il n'y a qu'un pas. De même ça devient évident que s'ils parviennent à créer une crise économique grave les troubles sociaux et raciaux qui vont se produire en Europe vont "donner le droit" aux "USA" d'intervenir en Europe selon leur procédé habituel, diviser pour mieux reigner. Il ne serait pas étonnant que certains gouvernements,l'extrème gauche, les antifas et certains de la racaille ou des musulmans fanatiques soient payés pour préparer le terrain et semer la discorde alors que la masse de toutes nationalités, religions ou appartenance politique préfèreraient simplement vivre en paix. Il faut des sanctions contre les "USA" et tous ses collabos.

    RépondreSupprimer