dimanche 8 avril 2018

Erdogan fera-t-il le jeu de Moscou et de Téhéran ?


Le sommet du 4 avril à Ankara a été largement dominé par les deux temps forts de ces derniers mois en Syrie : la victoire de l’armée syrienne et de ses alliés dans la Ghouta orientale et la prise d’Afrin par la Turquie.

Le journal russe RBK Daily revient sur ce sommet et écrit :
La libération de la Ghouta reste à cet égard un grand tournant, car elle ouvre la voie à l’effondrement des groupes terroristes dans le sud-ouest et le nord de Hama. Tout porte à croire que les fronts de combat se divisent désormais en plusieurs parties : 1) le centre culturel et commercial de la Syrie contrôlé par l’État, soit 60 pour cent du territoire qui abrite 80 pour cent de la population ; 2) les régions placées sous l’emprise turque ; 3) celles que contrôlent les Kurdes de Syrie ; 4) et enfin une zone située sur la rive est de l’Euphrate et à proximité de Raqqa sur lesquelles les Américains imposent leur contrôle.
Pour l’État syrien, ces trois zones sont sous occupation étrangère et devront être libérées. Et justement c’est en raison de cette situation particulière que le partenariat de la Turquie avec la Russie et l’Iran est bien moins transparent que l’alliance irano-russe. À vrai dire, l’Iran et la Russie pourront ne pas être d’accord dans de nombreux dossiers comme celui des relations avec Riyad ou Tel-Aviv, mais en Syrie, leurs relations vont au-delà d’un simple partenariat et sont devenues une réelle alliance stratégique. Ce qui n’est pas le cas des liens que les deux puissances entretiennent avec la Turquie, dans la mesure où Ankara est un membre actif de l’OTAN.
Il va sans dire que la Turquie entretient d’étroits liens avec des groupes armés en Syrie. Et puis le poids d’Ankara ne cesse de s’accroître à mesure que l’Arabie saoudite perd du terrain. Tout cela n’incite pas la Russie à voir en Turquie un allié et ce n’est pas uniquement en raison de sa présence active au sein de l’OTAN. Depuis le début de la guerre, l’Iran et la Russie se sont battus dans le même camp, ce qui n’a jamais été réellement le cas des Turcs.
L’Iran, la Turquie et la Russie main dans la main face aux États-Unis. ©AFP
Mais pourquoi la Russie a-t-elle fait preuve d’une extrême tolérance envers la Turquie au cours de son offensive à Afrin ?
La Russie espère que cette tolérance pourra déboucher sur une victoire stratégique.  
Comment cela ?
Après avoir été violemment défaits à Afrin, les Kurdes devraient finir par entendre raison et accepter de négocier avec Damas. Dans ce cas, ils n’auront plus besoin des Américains. L’aile sud de l’OTAN ne saura résister à un tel choc et c’est sur cela que misent l’Iran et la Russie. Rien qu’à voir cet effondrement, le jeu en valait bien la chandelle pour Ankara.

De son côté, le Jerusalem Post a consacré un rapport à la rencontre à Ankara entre les présidents iranien, turc et russe et l’a qualifiée de victoire remportée face à Washington.
Téhéran, Ankara et Moscou sont sur le point d’atteindre leurs objectifs en Syrie alors que Washington n’a pas encore pris une décision définitive sur le maintien de ses forces et bases dans ce pays, a écrit le journal israélien. 
« L’Iran n’est pas le seul pays à ressentir cette victoire, la Turquie et la Russie ont elles aussi la même impression », a estimé le Jerusalem Post, qui a publié un rapport sur la rencontre tripartite à Ankara des présidents iranien, turc et russe.
« Cette rencontre portait sur une trêve durable, sur le retour de la paix et de la stabilité en Syrie et sur le respect de la souveraineté, de l’indépendance, de l’unité et de l’intégrité de ce pays », a écrit le Jerusalem Post en allusion à la réunion tripartite entre Rohani, Erdogan et Poutine.
« Cette unité entre la Russie, l’Iran et la Turquie contraste avec les divergences au sein de l’administration Trump. Alors que le président américain évoque un retrait de Syrie, le Pentagone se prépare à faire tout le contraire », a ajouté ce quotidien israélien, avant de poursuivre : « Cela veut dire que dans des conditions où ce qui se passe en Syrie aura des impacts sur toute la région, les alliés des États-Unis, comme l’Arabie saoudite et Israël, joueront un rôle moins important dans l’avenir de la Syrie. »

Hannibal GENSERIC

1 commentaire:

  1. 4TH UPDATE...BREAKING NEWS, FALSE FLAG CHEMICAL ATTACK IN SYRIA...

    http://prophecyinthemaking.blogspot.it/

    RépondreSupprimer

Les commentaires provenant d'"inconnus" (Unknown) ne seront pas pris en compte.