mercredi 21 avril 2021

Les Juifs célèbrent le 200e anniversaire de la naissance de Baudelaire en se plaignant de son ʺ antisémitisme rageur ''

Les juifs ont choisi de fêter le 200e anniversaire de la naissance du poète français, lCharles Baudelaire, en se plaignant de ses nombreux commentaires «antisémites» tout en exprimant néanmoins avec regret leur profonde admiration pour son génie de poète. Selon le chercheur Brett Bowles, Charles Baudelaire, né il y a 200 ans le 9 avril 1821, était un antisémite déchaîné. Dans un article de 2000, Bowles notait que dans «Mon cœur mis à nu», un livre d'observations fragmentaires publié à titre posthume, l'auteur de la collection «Les fleurs du mal» déclarait: «Ce serait bien d'organiser un complot pour exterminer la race juive.

 

"Exterminez la race juive": L'idée  n'était pas si nouvelle en Europe. Ce n'était pas non plus la propriété exclusive de l'Allemagne nazie. Le philosophe juif français Derrida a cité avec désapprobation le critique juif allemand Walter Benjamin, qui s'est grandement inspiré des écrits de Baudelaire sur l'art, la littérature et la vie urbaine moderne .
Comme Claude Pichois, Benjamin était enclin à donner à Baudelaire un laissez-passer pour son commentaire d'extermination, le rejetant comme une simple «farce» ou un «humour vulgaire (une gauloiserie)».
Ces experts
savaient que Baudelaire, habitué aux exagérations frénétiques, appelait également à l'anéantissement de tous les Belges, entre autres.

Pourtant, les biographes ont souligné l'histoire selon laquelle Baudelaire avait une maîtresse juive nommée Sarah [1], surnommée Louchette. Après la rupture de leur relation, il écrivit des poèmes et des lettres blessés, pour la plupart non destinés à être publiés, sur les Juifs, dont certains étaient ses connaissances personnelles.

Le critique Mario Praz a observé que la jolie femme aux yeux fermés est une convention poétique de la littérature italienne, connue sous le nom de la bella guercia. Pourtant, la «Louchette» juive de Baudelaire a peut-être vraiment existé, et dans son premier poème «Ma maîtresse n'est pas un lion illustre» [2], il l'a défendue alors qu’elle se vendait comme prostituée.

Les biographes laissent entendre que Baudelaire a peut-être emprunté de l'argent pour aider à sortir Sarah / Louchette de la prostitution. Pourtant, après que la relation se soit effondrée, le poète a montré des signes de moins tolérance envers les Juifs.

L'une de ses cibles était son éditeur Michel Lévy , qui, avec son frère Calmann, dirigeait une entreprise influente qui publiait la plupart des auteurs français importants de la fin des années 1800. La liste de Lévy comprenait Dumas, Balzac, Hugo, Sand, Flaubert, Stendhal et Nerval.

Lévy a payé aux auteurs un peu plus que les tarifs en vigueur du jour , ce qui n'a pas empêché les plaintes de Flaubert, qui le méprisait comme un «Un youtre qui ne lâche pas ses piastres ». Pourtant, l'historien de l'édition Jean-Yves Mollier a montré que Lévy était juste avec ses écrivains, du moins selon les normes de son temps. Baudelaire n'était pas d'accord, écrivant à sa mère en mars 1858 pour décrire son éditeur comme un « Juif imbécile (mais très riche).

Sept ans plus tard, Baudelaire écrivit une lettre pour se plaindre au critique Sainte-Beuve que Lévy n'avait pas fait parvenir à ce dernier une copie de son dernier livre, car " cet éditeur, qui appartient à la race qui a crucifié Notre-Seigneur, était naturellement tout à fait capable d'économiser sur le coût d'une copie, à votre dépens . "

«Les Fleurs du Mal» de 1867 contient un autre flash-back poétique de sa relation avec Louchette, mais avec une nouvelle aura négative qui est capturée dans sa première ligne: «Une nuit que j'étais près d'une affreuse Juive. ».

Au lieu de valoriser Sarah / Louchette comme dans le poème précédent, Baudelaire la dénonce désormais comme «chair achetée». Dans le même volume, un autre poème a finalement été ajouté, «Les sept vieillards» qui décrit, parmi les habitants grotesques d'une rue de Paris, un homme juif avec une barbe pointue comme une épée, qui boitille avec une canne, le faisant ressembler à un «Juif quadrupède estropié ou à trois pattes  [3]

Il a été observé que ce caractère peu attrayant peut être une allusion à la légende antisémite du Juif errant . Ce personnage aurait provoqué Jésus sur le chemin de la Crucifixion et a été maudit de marcher sur la terre jusqu'à la seconde venue.

Pourtant, ces références dans les écrits de Baudelaire n'ont pas découragé des générations de lecteurs et d'écrivains juifs qui le considéraient comme une influence fondamentale pour leur propre écriture en yiddish et en hébreu .

L'un d'eux était le moderniste Moyshe-Leyb Halpern (1886-1932). Comme l'a noté le critique Julian Levinson, Halpern, en tant qu'immigrant de Galice, était rédacteur pour le quotidien de gauche new-yorkais Morgen Freiheit, qui le vantait comme un «grand poète de la classe ouvrière».

Sur les traces de l'historien littéraire yiddish Eliezer Greenberg, Levinson dépeint Halpern comme le «Baudelaire Yiddish», dans ses évocations puissamment poétiques des horreurs urbaines

Même plus tôt, comme Ziva Shamir de l'Université de Tel-Aviv l'a souligné, l'imagerie de Baudelaire du poète comme un vagabond urbain aliéné avait eu un impact sur la littérature hébraïque moderne.

Plus tard, les poètes israéliens, de Nathan Alterman à Lea Goldberg, afficheront des influences baudelairiennes….

Pourtant, aucun n'a été plus marqué par Baudelaire que le poète hébreu contemporain Dory Manor, qui a traduit plusieurs volumes des vers du Français ces dernières années. …
L'influence de Baudelaire sur Manor a été si écrasante qu'un autre poète, Nathan Zach, a qualifié Manor d '«épigonique» (un imitateur de second ordre) .

Pourtant, de telles querelles littéraires ne doivent pas effacer ce que les œuvres de Baudelaire ont représenté pour les créateurs juifs d'avant-garde , comme la chorégraphe Ida Rubinstein et le poète canadien Irving Layton.

Comme c'est le cas avec de nombreux «grands» écrivains européens, les Juifs ont souvent une relation d'amour-haine avec eux - et dans le cas de Baudelaire, ils sont manifestement attirés par ce qu'ils perçoivent comme ses qualités «juives» - il était un citadin cosmopolite, dégénéré moral et fornicateur débauché - et a élevé cette vie dépravée en une forme d'art.

Mais là encore, ils doivent affronter aussi «l'antisémitisme» banal de Baudelaire - qui, bien sûr, n'était pas propre à Baudelaire, car de nombreux grands écrivains français étaient des antisémites «notoires» comme Voltaire [4] et Céline [5].

Cela rend littéralement les Juifs fous lorsqu'ils découvrent des écrivains et des artistes qu'ils admirent énormément, exprimer des sentiments «antisémites» - comme si les deux qualités devaient être mutuellement exclusives.

Mais étant donné que des écrivains aussi célèbres et admirés  que Shakespeare , Charles Dickens , Roald Dahl et F.Scott Fitzgerald ont tous commis le «péché» de dépeindre les Juifs comme n'étant pas des parangons de vertu - les Juifs auraient peut-être compris maintenant que "les gentils" ne partagent pas nécessairement la même vision idéalisée des Juifs qu'ils ont d'eux-mêmes.

Les Juifs ont admis dans une étude qu'ils ont eux-mêmes menée que plus les gens sont éduqués, plus ils sont susceptibles d'avoir des opinions antisémites - alors peut-être qu'il y a quelque chose à dire. [6]

Peut-être que les Juifs devraient sérieusement envisager la possibilité qu'être un antisémite soit une condition préalable pour être un grand écrivain ou artiste - ce qui expliquerait pourquoi il y a eu si peu de grands artistes juifs en général.

Au lieu de cela, des écrivains juifs de second ordre comme le dramaturge David Mamet reprochent aux Anglais de ne pas apprécier son «génie» - tentant pathétiquement de les salir comme «intrinsèquement antisémites».

Il faut se demander comment tous ces grands artistes européens ont trouvé le temps d'écrire - étant donné leur insatiable «soif d'assassiner des juifs», comme l'a dit l'écrivaine juive Tuvia Tenenbom .

Se pourrait-il que les Juifs soient maudits pour être comme le rival de Mozart, Antonio Salieri - qui pouvait reconnaître «la voix de Dieu» dans la musique de Mozart mais était complètement incapable de créer une telle musique lui-même - le laissant amer et hypocrite?

Et c'est peut-être pourquoi l'acteur juif F.Murray Abraham était parfaitement adapté pour capturer l'état maudit de Salieri dans le film Amadeus : Vidéo

Source : Jews Celebrate 200th Anniversary Of Baudelaire’s Birth By Complaining About His ‘Raging Antisemitism’

April 19, 2021

NOTES de H. Genséric

[1] Dans Les Fleurs du Mal , voici ce qu’il disait de Sarah, courtisane qu’il fréquenta quand il avait vingt ans :

Une nuit que j’étais près d’une affreuse Juive,
Comme au long d’un cadavre un cadavre étendu,
Je me pris à songer près de ce corps vendu
À la triste beauté dont mon désir se prive.

Il lui arrive, au cours de ses conflits avec l’éditeur Michel Lévy, de faire allusion à la religion de son interlocuteur, « ce juif imbécile (mais très riche) », qui, en plus, semble faire alliance avec le notaire Ancelle, son conseil judiciaire, qui tient les cordons de sa bourse depuis les frasques de ses vingt ans et par qui il se sent persécuté (C, I, 488-489).

 [2] Sarah la louchette :

Je n’ai pas pour maîtresse une lionne illustre

Je n’ai pas pour maîtresse une lionne illustre :
La gueuse, de mon âme, emprunte tout son lustre ;
Invisible aux regards de l’univers moqueur,
Sa beauté ne fleurit que dans mon triste cœur.

Pour avoir des souliers elle a vendu son âme.
Mais le bon Dieu rirait si, près de cette infâme,
Je tranchais du Tartufe et singeais la hauteur,
Moi qui vends ma pensée et qui veux être auteur.

Vice beaucoup plus grave, elle porte perruque.
Tous ses beaux cheveux noirs ont fui sa blanche nuque ;
Ce qui n’empêche pas les baisers amoureux.
De pleuvoir sur son front plus pelé qu’un lépreux.

Elle louche, et l’effet de ce regard étrange
Qu’ombragent des cils noirs plus longs que ceux d’un ange,
Est tel que tous les yeux pour qui l’on s’est damné
Ne valent pas pour moi son œil juif et cerné.

Elle n’a que vingt ans ; — la gorge déjà basse
Pend de chaque côté comme une calebasse,
Et pourtant, me traînant chaque nuit sur son corps,

Ainsi qu’un nouveau-né, je la tette et la mords,

Et bien qu’elle n’ait pas souvent même une obole
Pour se frotter la chair et pour s’oindre l’épaule,
Je la lèche en silence avec plus de ferveur
Que Madeleine en feu les deux pieds du Sauveur.

La pauvre créature, au plaisir essoufflée,
A de rauques hoquets la poitrine gonflée,
Et je devine au bruit de son souffle brutal
Qu’elle a souvent mordu le pain de l’hôpital.

Ses grands yeux inquiets, durant la nuit cruelle,
Croient voir deux autres yeux au fond de la ruelle,
Car, ayant trop ouvert son cœur à tous venants,
Elle a peur sans lumière et croit aux revenants.

Ce qui fait que de suif elle use plus de livres
Qu’un vieux savant couché jour et nuit sur ses livres,
Et redoute bien moins la faim et ses tourments
Que l’apparition de ses défunts amants.

Si vous la rencontrez, bizarrement parée,
Se faufilant, au coin d’une rue égarée,
Et la tête et l’œil bas comme un pigeon blessé,
Traînant dans les ruisseaux un talon déchaussé,

Messieurs, ne crachez pas de jurons ni d’ordure
Au visage fardé de cette pauvre impure
Que déesse Famine a par un soir d’hiver,
Contrainte à relever ses jupons en plein air.

Cette bohème-là, c’est mon tout, ma richesse,
Ma perle, mon bijou, ma reine, ma duchesse,
Celle qui m’a bercé sur son giron vainqueur,
Et qui dans ses deux mains a réchauffé mon cœur.

[3] Dans Les Sept Vieillards , poème des Tableaux parisiens , le vieil homme rencontré dans la ville, et qui se multiplie de manière effrayante, est un avatar du Juif errant, mythe romantique, condamné à marcher toujours après avoir refusé de désaltérer Jésus durant le Calvaire.
Tout à coup, un vieillard dont les guenilles jaunes
Imitaient la couleur de ce ciel pluvieux,
Et dont l’aspect aurait fait pleuvoir les aumônes,
Sans la méchanceté qui luisait dans ses yeux,
M’apparut. On eût dit sa prunelle trempée
Dans le fiel ; son regard aiguisait les frimas,
Et sa barbe à longs poils, roide comme une épée,
Se projetait, pareille à celle de Judas.
Il n’était pas voûté, mais cassé, son échine
Faisant avec sa jambe un parfait angle droit,
Si bien que son bâton, parachevant sa mine,
Lui donnait la tournure et le pas maladroit
D’un quadrupède infâme ou d’un juif à trois pattes.

[4] Le dictionnaire philosophique portatif, écrit par Voltaire en 1764, attaque les juifs dans des termes d’une extrême violence dans une trentaine d’articles sur six cent quatorze. On peut y lire « Vous ne trouverez en eux qu’un peuple ignorant et barbare, qui joint depuis longtemps la plus sordide avarice à la plus détestable superstition et à la plus invincible haine pour les peuples qui les tolèrent et qui les enrichissent ».

Son antijudaïsme est largement exprimé dans deux de ses livres : « Essais sur les mœurs des Nations » et son « Dictionnaire philosophique portatif ».

Citations tirées du Dictionnaire philosophique portatif :

Article "Abraham" : "Tous les royaumes de l’Asie étaient très florissants avant que la horde vagabonde des Juifs possédât une ville, des lois et une religion fixe. Lors donc qu’on voit un rite, une ancienne opinion établie en Égypte ou en Asie, et chez les Juifs, il est bien naturel de penser que le petit peuple nouveau, ignorant, grossier, toujours privé des arts, a copié, comme il a pu, la nation antique, florissante et industrieuse."

Article "Anthropophage" : "Les Juifs anthropophages ? C’eût été la seule chose qui eût manqué au peuple de Dieu pour être le plus abominable peuple de la terre."

Article «Juifs» : "Vous ne trouverez en eux qu’un peuple ignorant et barbare, qui joint depuis longtemps la plus sordide avarice aux plus détestables superstition et haine pour tous les peuples qui les tolèrent et qui les enrichissent. Il ne faut pourtant pas les brûler."

Article «Job» : "Leur profession fut le brigandage et le courtage ; écrivains par hasard."

Article «Tolérance» : "Le juif, un peuple barbare, égorgeant sans pitié tous les habitants d’un malheureux pays sur lequel il n’a pas plus de droit qu’il n’en a sur Paris ou Londres."

Article « Salomon » : «Nous avons les Juifs en horreur mais voulons que ce qui a été écrit par eux et recueilli par nous porte l’empreinte de Dieu. Il n’y a jamais eu contradiction si palpable… Un peuple ignorant et barbare, qui joint depuis longtemps la plus sordide avarice à la plus détestable superstition, et à la plus invincible haine pour tous les peuples qui les tolèrent et qui les enrichissent. Il ne faut pourtant pas les brûler

Citations tirées de l'édition 1805 de l' Essai sur les Mœurs et l'esprit des Nations

"Si nous lisions l'histoire des Juifs écrite par un auteur d'une autre nation, nous aurions peine à croire qu'il y ait eu en effet un peuple fugitif d'Égypte qui soit venu par ordre exprès de Dieu immoler sept ou huit petites nations qu'il ne connaissait pas ; égorger sans miséricorde les femmes, les vieillards et les enfants à la mamelle, et ne réserver que les petites filles ; que ce peuple saint ait été puni de son Dieu quand il avait été assez criminel pour épargner un seul homme dévoué à l'anathème. Nous ne croirions pas qu'un peuple si abominable (les Juifs) eut pu exister sur la terre. Mais comme cette nation elle-même nous rapporte tous ses faits dans ses livres saints, il faut la croire."

(Tome 1, page 158-159)

"Toujours superstitieuse, toujours avide du bien d'autrui, toujours barbare, rampante dans le malheur, et insolente dans la prospérité, voilà ce que furent les Juifs aux yeux des Grecs et des Romains qui purent lire leurs livres."

(Tome 1, page 186)

"Si Dieu avait exaucé toutes les prières de son peuple, il ne serait restés que des Juifs sur la terre ; car ils détestaient toutes les nations, ils en étaient détestés ; et, en demandant sans cesse que Dieu exterminât tous ceux qu'ils haïssaient, ils semblaient demander la ruine de la terre entière."

(Tome 1, page 197)

" N'est-il pas clair (humainement parlant, en ne considérant que les causes secondes) que si les Juifs, qui espéraient la conquête du monde, ont été presque toujours asservis, ce fut leur faute ? Et si les Romains dominèrent, ne le méritèrent-ils pas par leur courage et par leur prudence ? Je demande très humblement pardon aux Romains de les comparer un moment avec les Juifs."

(Tome 1, page 226)

"Si ces Ismaélites [les Arabes] ressemblaient aux Juifs par l'enthousiasme et la soif du pillage, ils étaient prodigieusement supérieurs par le courage, par la grandeur d'âme, par la magnanimité : leur histoire, ou vraie ou fabuleuse, avant Mahomet, est remplie d'exemples d'amitié, tels que la Grèce en inventa dans les fables de Pilade et d'Oreste, de Thésée et de Pirithous. L'histoire des Barmécides n'est qu'une suite de générosités inouïes qui élèvent l'âme. Ces traits caractérisent une nation.

On ne voit au contraire, dans toutes les annales du peuple hébreu, aucune action généreuse. Ils ne connaissent ni l'hospitalité, ni la libéralité, ni la clémence. Leur souverain bonheur est d'exercer l'usure avec les étrangers ; et cet esprit d'usure, principe de toute lâcheté, est tellement enracinée dans leurs coeurs, que c'est l'objet continuel des figures qu'ils emploient dans l'espèce d'éloquence qui leur est propre. Leur gloire est de mettre à feu et à sang les petits villages dont ils peuvent s'emparer. Ils égorgent les vieillards et les enfants ; ils ne réservent que les filles nubiles ; ils assassinent leurs maîtres quand ils sont esclaves ;ils ne savent jamais pardonner quand ils sont vainqueurs : ils sont ennemis du genre humain. Nulle politesse, nulle science, nul art perfectionné dans aucun temps, chez cette nation atroce."

(Tome 2, page 83)

" Lorsque, vers la fin du quinzième siècle, on voulut rechercher la source de la misère espagnole, on trouva que les Juifs avaient attiré à eux tout l'argent du pays par le commerce et par l'usure. On comptait en Espagne plus de cent cinquante mille hommes de cette nation étrangère si odieuse et si nécessaire. (...)

Les Juifs seuls sont en horreur à tous les peuples chez lesquels ils sont admis (...).
On feignait de s'alarmer que la vanité que tiraient les Juifs d'être établis sur les côtes méridionales de ce royaume long-temps avant les chrétiens : il est vrai qu'ils avaient passé en Andalousie de temps immémorial ; ils enveloppaient cette vérité de fables ridicules, telles qu'en a toujours débité ce peuple, chez qui les gens de bon sens ne s'appliquent qu'au négoce, et où le rabbinisme est abandonné à ceux qui ne peuvent mieux faire. Les rabbins espagnols avaient beaucoup écrit pour prouver qu'une colonie de Juifs avait fleuri sur les côtes du temps de Salomon, et que l'ancienne Bétique payait un tribut à ce troisième roi de Palestine ; il est très vraisemblable que les Phéniciens, en découvrant l'Andalousie, et en y fondant des colonies, y avaient établi des Juifs qui servirent de courtiers, comme ils en ont servi partout ; mais de tout temps les Juifs ont défiguré la vérité par des fables absurdes. Ils mirent en œuvre de fausses médailles, de fausses inscriptions ; cette espèce de fourberie, jointe aux autres plus essentielles qu'on leur reprochait, ne contribua pas peu à leur disgrâce.
"

(Tome 5, page 74-76)

" Ils ont même été sur le point d'obtenir le droit de bourgeoisie en Angleterre vers l'an 1750 et l'acte du parlement allait déjà passer en leur faveur. Mais enfin le cri de la nation, et l'excès du ridicule jeté sur cette entreprise la fit échouer. Il courut cent pasquinades représentant mylord Aaron et mylord Judas séants dans la chambre des pairs. On rit, et les Juifs se contentèrent d'être riches et libres ; (...)

Vous êtes frappés de cette haine et de ce mépris que toutes les nations ont toujours eus pour les Juifs. C'est la suite inévitable de leur législation : Il fallait, ou qu'ils subjugassent tout, ou qu'ils fussent écrasés. Il leur fut ordonné d'avoir les nations en horreur, et de se croire souillés s'ils avaient mangé dans un plat qui eût appartenu à un homme d'une autre loi. Ils appelaient les nations vingt à trente bourgades leurs voisines qu'ils voulaient exterminer, et ils crurent qu'il fallait n'avoir rien de commun avec elles. Quand leurs yeux furent un peu ouverts par d'autre nations victorieuses qui leur apprirent que le monde était plus grand qu'ils ne croyaient, ils se trouvèrent, par leur loi même, ennemis naturels de ces nations, et enfin du genre humain. Leur politique absurde subsista quand elle devait changer ; leur superstition augmenta avec leurs malheurs : leurs vainqueurs étaient incirconcis ; il ne parut pas plus permis à un Juif de manger dans un plat qui avait servi à un Romain que dans le plat d'un Amorrhéen ; ils gardèrent tous leurs usages, qui sont précisément le contraire des usages sociables. Ils furent donc avec raison traités comme une nation opposée en tout aux autres ; les servant par avarice, les détestant par fanatisme, se faisant de l'usure un devoir sacré. Et ce sont nos pères ! "

(Tome5, page 82-83)

[5] Céline n'a jamais renié ses pamphlets ni ses tendances antisémites :

"Albert Zbinden : "Disons le mot, vous avez été antisémite."

L.F. Céline : "Exactement. Dans la mesure où je supposais que les sémites nous poussaient dans la guerre. Sans ça je n'ai évidemment rien - je ne me trouve nulle part en conflit avec les sémites ; il n'y a pas de raison. Mais autant qu'ils constituaient une secte, comme les Templiers, ou les Jansénistes, j'étais aussi formel que Louis XIV. Il avait des raisons pour révoquer l'édit de Nantes, et Louis XV pour chasser les Jésuites... Alors voilà, n'est-ce pas : je me suis pris pour Louis XV ou pour Louis XIV, c'est évidemment une erreur profonde. Alors que je n'avais qu'à rester ce que je suis et tout simplement me taire. Là j'ai péché par orgueil, je l'avoue, par vanité, par bêtise. Je n'avais qu'à me taire... Ce sont des problèmes qui me dépassaient beaucoup. Je suis né à l'époque où on parlait encore de l'affaire Dreyfus. Tout ça c'est une vraie bêtise dont je fais les frais."
Entretien avec Albert Zbinden, 1957
"Ce sont les esprits pervers qui rendent la vie insupportable. Ils trouvent des intentions partout. Moi je me sens devenir si pervers que ça me tourne en folie raciste. Et pas qu’un petit peu ! Raciste 100 pour 100 ! autant que communiste, sans les Juifs ! À l’heure où nous sommes, dans les circonstances si tragiques, l’indifférence n’est plus de mise. Il faut choisir, il faut opter pour un genre de perversion, ça suffit plus de se dire méchant, il faut avoir une foi terrible, une intolérance atroce, y a pas beaucoup de choix, c’est l’aryenne ou la maçonnique, juive ou anti-juive. Ça va nous donner vingt ans de rigolade. Je ressens, tellement je suis drôle, des choses encore bien plus perverses. Des véritables sadismes. Je me sens très ami d’Hitler, très ami de tous les Allemands, je trouve que ce sont des frères, qu’ils ont bien raison d’être si racistes. Ça me ferait énormément de peine si jamais ils étaient battus. Je trouve que nos vrais ennemis c’est les Juifs et les francs-maçons. Que la guerre qui vient c’est la guerre des Juifs et des francs-maçons, que c’est pas du tout la nôtre. Que c’est un crime qu’on nous oblige à porter les armes contre des personnes de notre race, qui nous demandent rien, que c’est juste pour faire plaisir aux détrousseurs du ghetto. Que c’est bien la dégringolade au dernier cran de dégueulasserie."
extrait de "L'ÉCOLE DES CADAVRES
"
LOUIS FERDINAND CÉLINE

[6] Plus on est éduqué et intelligent, plus on est antisémite !

VOIR AUSSI :

Les juifs font interdire le nouveau blazer Armani

Fabriqué en Israël : le complot juif du 11/9 contre l'Amérique  - Entretien avec Victor Thorn

20 avril 2021
Il est vrai que le 11 septembre était un «travail interne» et que des éléments criminels aux États-Unis appartenant au gouvernement étaient indubitablement impliqués, comme le disent si souvent de nombreux auteurs et militants. Mais le 11 septembre était bien plus. C'était avant tout un "travail extérieur", finalement réalisé en Israël. 

 

Hannibal GENSERIC

 

2 commentaires:

  1. Aujourd'hui, la question ne devrait pas être: qui est un antisémite, mais qui avec une intelligence moyenne ne l'est pas?

    RépondreSupprimer
  2. C'est à croire qu'on glorifie le juif en disant des énormités sur lui.

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.