samedi 24 avril 2021

Est-ce la désescalade dans le Donbass?

Il y a, parmi certains, un fort sentiment de soulagement: le ministre de la Défense Shoïgou a déclaré que les formations déployées par la Russie dans l'ouest de la Russie retourneront désormais à leurs bases régulières. Bien sûr, les Ukrainiens affirment qu'ils «ont dissuadé une attaque russe» tandis que les Russes disent que «l'Occident a compris le message». Est-ce le cas et, si oui, qui a raison?

Guerre du Donbass en Ukraine : « Une perspective de paix » ? 

Eh bien, je pense que nous pouvons écarter le non-sens Ukronazi. Personne, à l'exception des Ukrainiens eux-mêmes, ne croit sérieusement que la Russie a «baissé son froc», ne serait-ce que parce que détruire l'ensemble de l'armée ukrainienne prendrait moins d'une semaine à la Russie. En fait, les Ukrainiens le savent très bien, ils ne veulent pas tout simplement l'admettre.

Notez que si les Ukrainiens prétendent avoir dissuadé la Russie, la Russie ne prétend pas avoir dissuadé les Ukrainiens, mais la Russie a plutôt déclaré que l'ours russe rugissait assez fort pour dissuader l'Occident uni. Et là, nous avons un indice important sur ce qui s'est réellement passé.

Je soutiens cependant que les causes qui ont déclenché la décision initiale ukrainienne d'amener une importante force blindée directement sur la ligne de contact sont toujours présentes. En d'autres termes, rien n'a été résolu.

Voici ce qui s'est passé:
En réponse à la menace des Ukrainiens et des États-Unis / OTAN, la Russie a simplement démontré sa capacité à concentrer rapidement une force vraiment énorme (2 armées et 2 divisions aéroportées) le long de sa frontière. Elle a également redéployé la flottille caspienne dans la mer Noire, a amené de grands navires de débarquement et, en général, «a fait fléchir ses muscles militaires» pour transmettre un message clair aux Ukrainiens, aux Européens et aux États-Unis:

  • Aux Ukrainiens: attaquez le Donbass et vous mourrez ; quant à l'Ukraine, elle sera divisée en plusieurs nouveaux États successeurs.
  • Pour l'UE: si une guerre éclate, vous perdrez même la minuscule crédibilité qui vous reste et votre économie ne sera pas compétitive face aux États-Unis.
  • Aux États-Unis: si une guerre éclate, vous serez confrontés à un choix difficile: perdre la face ou lancer une guerre à grande échelle contre la Russie.

Oui, jusqu'à présent, cette stratégie s'est avérée très efficace. Les Ukrainiens étaient clairement terrifiés et l'UE n'a montré aucun enthousiasme pour cette guerre (sauf le Royaume-Uni, qui risque très peu, et les Polonais qui se spécialisent dans les décisions historiques stupides). Quant à «Sleepy Joe / Biden», il s'est rendu compte qu'une guerre à grande échelle contre la Russie était suicidaire.

Sommes-nous donc maintenant hors de la zone de danger?

Absolument pas. Il y a encore une chose que l'Occident est déterminé à accomplir: combattre la Russie jusqu'au dernier Ukrainien. Pour les néoconservateurs américains, voir les deux frères slaves s'entre-tuer est un vieux rêve devenu réalité. En outre, les États-Unis doivent encore mettre l'UE à genoux sur le plan économique pour la forcer à acheter de l'énergie, des services et des biens aux États-Unis. Enfin, l’Ukraine a perdu l’attrait qu’elle aurait pu avoir pour les États-Unis: la seule chose que l’Ukraine puisse encore offrir, c’est d’être une épine dans le pied de la Russie.

Et puis, il y a le régime «Ze» à Kiev: non viable, non réformable, l'Ukraine a été complètement désindustrialisée et maintenant les Ukrainiens meurent en grand nombre de la pandémie COVID: Banderastan [1] est l'État en faillite ultime, pire que beaucoup de pays africains, en fait.

Oui, ses maîtres ont dit à «Ze» «marque Zelensky»]  "Silence, coucouche panier, papattes en rond !". Jusqu'à présent, il a obéi, mais cela ne résout aucun de ses problèmes. Pire encore, il y a beaucoup d’escadrons de la mort ukronazis bien armés qui ont encore les moyens de créer une sorte d'incident qui relancerait tout le toutim. En outre, il convient de rappeler que les Britanniques et les Ukies ont tous deux fait leurs preuves en matière d'opérations secrètes réussies, qui, par définition, incluent les opérations sous faux drapeaux.

En d'autres termes, rien n'a vraiment changé. Oui, en ce moment, l'oncle Shmuel essaie de découvrir quelles sont ses options, et il va proposer un plan corrigé (rappelez-vous, les néocons sont stupides, oui, mais ils sont aussi habiles à court terme, de manière «horizontale») . En ce moment, «Biden» panse ses plaies de son embarrassant échec avec sa tentative de tuer Loukachenko [2] et les absurdités (franchement idiotes) qui sortent de la République Tchèque.

Il y a des signes que les Allemands au moins réalisent ce qui se passe vraiment et qui essaient vraiment de ne pas se faire avoir (alors que la plupart de la classe politique allemande est corrompue jusqu'à l'os, certains politiciens allemands sont sensibles à l'humeur de la communauté des affaires).

En termes simples: tout ce que nous observons aujourd'hui, c'est un sursis à court terme, rien de plus .

Les Russes le savent, et il est sûr et certain que si certaines de leurs forces se retireront de manière démonstrative, d'autres resteront. Plus important encore, maintenant que ce redéploiement opérationnel de formations clés a été répété, très publiquement, les Russes ont montré aux États-Unis / à l'OTAN que la Russie peut faire face immédiatement à toute menace militaire (par contre, il faudrait des mois à l'OTAN pour mobiliser une force suffisamment importante en l’Europe de l’Est pour représenter une menace crédible).

Enfin, Ze a prononcé un discours plutôt ridicule disant à Poutine qu'ils devraient se rencontrer. La réponse de Poutine a été parfaite: vous voulez me rencontrer pour discuter de nos relations bilatérales (que, d'ailleurs, vous avez détruites) - bien sûr. Aucun problème. Mais si vous voulez discuter du Donbass, vous devez engager des discussions directes avec le LDNR, comme le stipulent l'Accord de Minsk et la formule Steinmeier, que vous avez signés. En d'autres termes, revenons à la case départ.[3]

Il s’agit d’une situation non pas d’une, mais de deux «épines»: le Banderastan Ukronazi est définitivement une épine dans le pied de la Russie, tandis que le LDNR est une épine dans le pied du Banderastan. Faites une estimation, lequel des deux peut supporter son épine plus longtemps que l’autre?

Beaucoup l'ont oublié, mais dans un moment de colère, Porochenko a dit à Poutine «prenez le Donbass si vous le voulez!», Et Poutine a refusé. Depuis lors, les Russes ont montré à maintes reprises qu'ils ne veulent PAS du Donbass. Tout au plus, ils devront peut-être le prendre pour le sauver du génocide, mais même dans ce cas, les Russes n'ont pas l'intention d'envahir le reste de l'Ukraine pour avoir à faire face 1) aux insurrections ukrainiennes et 2) à la reconstruction de cet État en faillite actuelle. Et voici la pire menace russe non seulement pour l'Ukraine, mais pour toute l'Europe: la Russie ne veut PAS l'Ukraine, ou n'en a pas besoin ; et la Russie ne la prendra pas en charge, même en cas de guerre à grande échelle. Tout au plus, la Russie va répéter ce qu'elle a fait lors de la guerre du 08.08.08: défigurer le régime nazi en anéantissant l'armée ukrainienne, puis laisser le régime s'effondrer naturellement.

Quoi qu'il en soit, j'écrirai une analyse plus détaillée de cette situation la semaine prochaine, mais pour le moment, je soutiens que tout ce qui s'est passé est une désescalade limitée et temporaire, et non pas un quelconque retour à la semi-normalité (et les Ukies assassinent tous les jours les civils de LDNR, y compris avec des armes lourdes).

Alors qu'est-ce que vous en dites? Retour à la raison, ou seulement un sursis?

Source : What about the deescalation in the Donbass? (OPEN THREAD #17)
Le Saker

12 Pop Culture Essay Caricature - EU&Russia ideas | caricature, pop  culture, russia 

NOTES de H. Genséric

[1] Le mot « Banderastan » désigne l’Ukraine-croupion actuellement contrôlée par la junte nazie de Kiev. Le terme, bien sûr, est une référence au « héros » ukie Stepan Bandera , combinée avec le suffixe persan « stan » qui signifie « terre de ». Bien sûr, dans la réalité, l’Ukraine-croupion (c’est-à-dire l’Ukraine telle qu’elle était entre 1991 et aujourd’hui, moins la Crimée et moins le Donbass) n’est pas contrôlée par la junte et sa désignation correcte devrait être en réalité « Ukraine occupée par les USA/l’Otan ». Mais en l’appelant « Banderastan », on fait aussi référence à cette folie idéologique unique de l’Ukraine, qui gravite autour du culte de Stepan Bandera et de l’idéologie de la haine et du culte de soi-même que cette folie idéologique véhicule.

[2] Les États-Unis viennent-ils d’essayer d’assassiner Lukashenko ?
-  Bon coup de Moscou. Capture d'une équipe de la CIA préparant un coup d'état en Biélorussie

[3]  L’Ukraine refuse toute négociation avec la RPD et la RPL, désavouant ainsi publiquement les accords de Minsk

Après la réponse de Vladimir Poutine à la proposition de Volodymyr Zelensky de se rencontrer dans le Donbass pour discuter du conflit, dans laquelle le Président russe dit à son homologue ukrainien qu’il doit avant tout discuter avec les chefs de la RPD et de la RPL (Républiques Populaires de Donetsk et de Lougansk), l’un des conseillers du cabinet présidentiel ukrainien a déclaré ouvertement qu’il n’y aura jamais de négociations entre l’Ukraine et les républiques populaires, désavouant ainsi publiquement les accords de Minsk.

Malgré les belles déclarations de Zelensky, chaque jour qui passe voit l’Ukraine enterrer un peu plus les accords de Minsk. 

Hannibal GENSERIC

4 commentaires:

  1. J'ai des doutes que les généraux de l'armée Américaine souhaitent une guerre avec la Russie. Aux Etats-Unis il y a de gros problèmes juridiques avec l'usurpation électorale de Biden avec ses complices. Biden est seulement Président de Washington D.C. pas de la République des Etats-Unis, vu que la Corporation de 1871 n'existe plus que Trump a rayé d'un coup de stylo.

    RépondreSupprimer
  2. Escobar : Les États-Unis ne peuvent pas faire face seuls à une guerre sur un front en Europe et seraient vaincus en cinq à dix minutes. Il est peu connu que le moyen clé que les États-Unis ont choisi pour défendre l’Europe de manière conventionnelle était leur puissance aérienne supérieure qui surclasse les Russes. Cependant, ce qui n’est pas non plus connu du grand public, c’est que les États-Unis seront vaincus en Europe par les Russes en cinq à dix minutes par des missiles hypersoniques russes détruisant tous les aérodromes commerciaux de l’OTAN et de l’Europe, y compris ceux de l’Angleterre, alors qu’ils envoient allègrement leurs navires de guerre vers la péninsule de Kerch.

    RépondreSupprimer
  3. Proposer une rencontre avec Poutine dans le Donbass relève de la tentative d'assassinat. Un tireur d'élite avec un fusil à lunette et le dirigeant Russe quitterai ce bas monde. De plus Poutine n'est pas le Président du Donbass. Pour les nazis de Kiev tout est bon pour créer le désordre, même mondial.

    RépondreSupprimer
  4. Il n’y aura pas de desescalade au Donbass mais plutot un statut quo le plus longtemps possible qui maintiendra une partie de la Russie sous pression, preoccupee avec une partie de ses services orientes vers l’ukraine avec un cout financier certain....l’objectif ultime est de destabiliser la Russie de l’interieur. Poutine devrait renforcer beaucoup plus les 2 republiques independantistes en Ukraine en y preparant une visite historique en grande pompe.

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.