dimanche 18 avril 2021

Les plans de guerre étatsuniens pour l’Ukraine

Franchement, le discours de Biden à la nation américaine (le premier de sa vie) était probablement le discours politique le plus nul et le plus désemparé que j’ai jamais entendu.  Et je ne parle pas du fait que Biden ait appelé Poutine « Clutin » ou qu’il ait confondu « désescalade » et « vaccination », je parle du contenu même de son discours.  Je le résumerais ainsi : nous continuerons à vous blesser et à vous humilier constamment, nous vous traiterons comme un enfant de 10 ans qui se comporte mal et qui a besoin d’une bonne fessée, mais nous voulons la paix et de bonnes relations.

Il est clair que Biden n’a aucune compréhension des affaires russes.  Mais si « Biden » (le collectif « Biden », pas le légume confus) a un plan, que pourrait-il être ?

J’ai déjà expliqué quel est le plan américain pour l’Ukraine : encourager les Ukronazis à attaquer la Russie tout en n’impliquant pas les États-Unis dans une guerre armée avec la Russie.

Comment les États-Unis pourraient s’y prendre ?

Un exemple :

Annoncer d’abord en grande pompe que les États-Unis envoient 2 (selon certaines versions 5 !) navires de l’US Navy en Mer Noire pour « dissuader » la Russie, montrer leur « soutien » aux Ukrainiens et leur donner le sentiment qu’en cas d’attaque, ils seront « couverts » par les États-Unis. Cela n’est pas sans rappeler ce que les États-Unis ont fait avec Saakashvili en 08.08.08 [Attaque géorgienne de l’Ossetie du Sud, NdSF] ou ce qu’ils ont fait pendant le « Printemps de Prague ». Franchement, c’est un vieux truc que l’Occident a utilisé d’innombrables fois dans son histoire. Et une fois que les Ukies se sentent exaltés d’être sous la protection de l’oncle Shmuel, retirez discrètement votre projet d’envoyer des navires dans ce qui est de facto un lac russe.

Les États-Unis marchent sur une corde raide : ils doivent inciter les Ukrainiens à attaquer, mais ces derniers sont terrifiés. Ils doivent donc leur donner l’impression que « le monde est avec vous », « nous vous protégerons », « nous nous battrons avec vous », puis, lorsque la situation semble s’aggraver, abandonner les Ukrainiens et se mettre à l’abri. Bien sûr, l’Occident uni soutiendra les Ukrainiens politiquement et économiquement (juste pour maintenir l’économie ukrainienne en survie), mais certainement pas militairement, car cela créerait le risque d’une guerre dévastatrice que les États-Unis et l’OTAN perdraient ou décideraient de recourir au nucléaire, ce qui serait tout simplement suicidaire.

Un chœur d’opinions profondément erronées, tant en Russie qu’en Occident, déclare aujourd’hui que Biden a « cligné des yeux », que la Russie a gagné et que la paix va maintenant arriver. Il s’agit là d’un point de vue très naïf qui découle principalement d’une méconnaissance de la nature de la guerre moderne et des opérations psychologiques.

Encore une fois, ce que certains peuvent voir comme une politique « Biden » en zigzag à l’égard de la Russie pense à tort que puisque « Biden » n’a pas promis le feu et le soufre contre la Russie, cela signifie que « Biden » a plié. C’est une idée fausse extrêmement dangereuse et je suis persuadé que les décideurs russes voient clair dans cette ruse (même s’ils n’en disent rien, ceux qui sont en fonction, du moins jusqu’à présent).

Poutine n’a toujours pas annoncé quelles contre-mesures (je préfère cette notion à celle de contre-sanctions, qui sont symétriques) la Russie prendra ensuite (contre les États-Unis, le Royaume-Uni et la Pologne principalement). Je n’ai aucune idée de ce que le Kremlin pourrait décider, mais j’observe des niveaux très élevés d’indignation et de détermination dans les médias russes (tant dans les médias traditionnels que dans l’internet russe). La société russe en a clairement assez et, une fois de plus, Poutine doit faire face à un nombre croissant de critiques pour avoir été trop mou et indécis. J’espère et je m’attends à ce que la réponse de la Russie soit cette fois-ci beaucoup moins douce (et, par conséquent, ambiguë) que par le passé. Nous le saurons bientôt.

Mise à jour de l'auteur : Juste au moment où je publiais cet article, j'ai vu l'article de Sputnik sur les contre-mesures russes. Franchement, je ne suis absolument pas impressionné et je pense que la plupart des Russes sont du même avis. Bien sûr, nous ne savons pas ce qui se passe en coulisses et les Russes ne sont pas tenus de divulguer ce qu'ils pourraient faire d'autre. Toutefois, je pense que des mesures telles que la fermeture du détroit de Kerch constituent une bien meilleure approche. Attendons quelques jours avant de porter un jugement définitif sur la qualité des contre-mesures russes.

The Saker

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone

---------------------------------------------------------------

Sanctions américaines : la Russie relève le défi avec force

Posted: 17 Apr 2021

http://

Suite à l'annonce des dernières sanctions américaines, la réponse de la Russie fut politique, forte et rapide. Elle donne ainsi le signal qu'elle entend relever le défi et n'accepte pas le chantage à la soumission dont le pays fait l'objet.

Et les Etats-Unis ont, eux aussi, parfaitement reçu le message, en déclarant interpréter ces sanctions comme une "escalade" appelant une réponse. L'enjeu du rapport de force est à la hauteur des coups qui peuvent être portés : soit nous allons être enchaînés dans un monde global atlantiste sans compromis, autrement dit dans un nouveau totalitarisme, dont nous sentons déjà les effets délétères, soit une nouvelle partition du monde et du pouvoir va s'installer.  

Les Etats-Unis enchaînent les sanctions, individuelles, sectorielles, politiques ou économiques sur des fondements divers et variés, devant simplement servir à justifier le combat pour le monopole du pouvoir qu'ils mènent, autrement dit le combat pour le monde global dont ils entendent être le seul centre politique, dont ils entendent être Dieu et Maître.

Mais la patience de la Russie semble prendre fin, avec la chute des derniers espoirs d'un sursaut de bon sens. Ainsi, suite aux dernières sanctions adoptées par les Etats-Unis (voir notre texte ici), la réponse de la Russie a fusé et les sanctions russes furent annoncées publiquement par Lavrov, après que l'ambassadeur américain ait été convoqué par le conseiller du Président russe pour qu'elles lui soient signifiées, autant que son départ souhaitable "pour consultation", rapidement, ce qui évitera qu'il ne soit déclaré persona non grata.

Une déclaration a été publiée sur le site du ministère russe des Affaires étrangères, explicitant la situation. La Russie estime qu'il est impossible de ne pas réagir à une énième vague de sanctions dirigée depuis les Etats-Unis contre elle, et ce, pour des raisons stratégiques : 

"A Washington, semble-t-il, ils ont des difficultés pour accepter le fait que dans cette nouvelle  réalité géopolitique, il n'y a pas de place pour un diktat unilatéral, et que le scénario défaillant "d'un endiguement de la Russie", sur lequel les Etats-Unis continuent à miser sans vision à long terme, n'est qu'une source de dégradation ultérieure des relations russo-américaines."

Donc, la Russie a décidé d'entrer dans le fond du problème et elle a parfaitement visé la source du problème, surtout lorsque l'on entend la Maison Blanche déclarer que la proposition de rencontre formulée par Biden à Poutine a justement été faite parce que la Russie est isolée sur la scène internationale ... et qu'il faut bien l'aider à en sortir.

Certaines mesures concrètes ont ainsi été adoptées, mais des mesures uniquement politiques, Lavrov déclarant que la Russie sait parfaitement comment atteindre le business américain, mais elle garde cette carte pour la suite. 

Dans la logique de la réciprocité, des membres des missions diplomatiques américaines en Russie vont être expulsés, dans le même nombre que sont expulsés les membres des missions diplomatiques russes aux Etats-Unis. En l'occurrence, 10 personnes. Et puisque la Pologne s'est empressée de satisfaire les Etats-Unis en expulsant 3 diplomates russes, la Russie expulsera , elle, 5 diplomates polonais.

Mais cette fois-ci, la Russie va plus loin et entre dans une ligne offensive. Elle estime que, vue la situation, les ambassadeurs respectifs des deux pays doivent se trouver justement dans leur pays - pour consultation. Il est donc fortement recommandé, pour l'instant, à l'ambassadeur américain de rentrer chez lui. 

De plus, la pratique conduisant à aider, sans limite de nombre, l'ambassade américaine à obtenir des visas de courte durée pour les missions des membres du Département d’État, sera réduite à son minimum - 10 par an, sur le principe de la réciprocité.

Dans le cadre de la Convention de Vienne et en respect du Code du travail de la Fédération de Russie, des mesures seront adoptées pour mettre totalement fin à la pratique d'embauche par les missions diplomatiques américaines de ressortissants russes ou d'un pays tiers aux postes administratifs et techniques.

En raison de la violation systématique des règles de déplacement sur le territoire russe des membres des missions diplomatiques américaines, la Russie met fin au Protocole d'entente de 1992 conclu avec les Etats-Unis sur "le territoire ouvert", qui facilite le déplacement des diplomates étrangers sur le territoire de l'autre pays, sauf dans certaines zones déterminées, pour lesquelles il faut une autorisation préalable spéciale.

La Russie veut mettre un terme à l'activité des ONG et Fonds américains sous contrôle du Département d'Etat ou d'autres structures publiques américaines, au regard de la ligne politique destructrice menée par le Gouvernement américain.

La réponse de la Russie est fondamentalement politique, elle va compliquer le travail d'ingérence en Russie des structures américaines. Mais la réponse est aussi rapide et sort de la simple posture défensive dans laquelle la Russie s'était positionnée jusqu'alors. Et elle va encore plus loin, en interdisant d'entrée sur son territoire pour une période indéterminée 8 hauts responsables américains : John Bolton (ancien conseiller du Président pour la sécurité nationale et représentant permanent à l'ONU), Robert Woolsey (ancien directeur de la CIA), Merrick Garland (Procureur général des Etats-Unis), Christopher Wray (directeur du FBI), Michael Carvajal (directeur du Service fédéral pénitentier), Alejandro Mayorkas (Secrétaire à la Sécurité intérieure), Susan Rice (ancienne ambassadrice auprès des Nations Unies, conseillère à la sécurité nationale sous Obama), Avril Haines (directrice du renseignement national). 

Il est vrai que les points ont été mis sur les i, que l'Administration Biden est entrée dans un combat vital mégalomane - elle veut garantir le pouvoir absolu du monde global, atlantiste, dont elle prétend être le centre. Ce qui est confirmé par la déclaration de la Maison Blanche, selon laquelle, sans humour aucun, les mesures adoptées par la Russie constituent une escalade, qui obligera une réponse. 

Karine Bechet-Golovko

Source

3 commentaires:

  1. DernierOrlov très bon : https://thesaker.is/putins-ukrainian-judo/

    RépondreSupprimer
  2. Ce qui est navrant c'est de constater que l'Europe suit un sénile Américain. Il ne faut rien attendre des valets de Bruxelles.

    RépondreSupprimer
  3. biden a été exécuté....un clone le remplace

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.