vendredi 16 avril 2021

Les États-Unis disent à l'ONU qu'ils sont un ennemi principal maléfique de la Chine; puis assènent de dures sanctions à la Russie

Un nouveau rapport du Conseil de sécurité russe (CS) qui suscite la réflexion et qui circule au Kremlin aujourd'hui, note pour la première fois que le président Poutine ne rencontrera certainement pas  Joe Biden. Il a aussi rejeté l'appel américain à des pourparlers urgents de crise. Le Kremlin a aussi averti Biden et ses collaborateurs bellicistes qu'une action militaire ukrainienne serait «le début de la fin de l’Ukraine», et que le gouvernement ukrainien et ses alliés occidentaux se comportent comme des enfants «jouant avec des allumettes».

Un avertissement maintenant suivi par le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov déclarant: "Nous considérons sans fondement toutes les préoccupations exprimées par quiconque, y compris les États-Unis, concernant le mouvement de nos forces armées sur le territoire russe,... la désescalade sur le territoire ukrainien, peut ne se produise que si les forces armées ukrainiennes abandonnent les actions de provocation ". Il a été rejoint par le secrétaire du Conseil de sécurité, Nikolai Patrushev, qui a fait le constat véridique suivant:" l'Occident dirigé par les États-Unis pousse l’Ukraine vers des provocations ... ils déclarent verbalement qu'ils ne sont pas intéressés à inciter un conflit mais allouent en fait des fonds pour l'armement de l'armée ukrainienne, renforcent la présence de navires dans la mer Noire, planifient une série d'exercices conjoints, livrent des armes meurtrières, forment des militaires ukrainiens et intensifient les activités de reconnaissance dans la région de Crimée à l'aide d'avions et des moyens radioélectroniques ... ces derniers jours seulement, plus de cinq avions de transport militaires sont arrivés en Ukraine depuis des bases aériennes américaines. "

Le plus important à noter au sujet de ces observations faites par le secrétaire du Conseil de sécurité Patrushev est la déclaration factuelle supplémentaire: "Un prétexte pour lancer des actions militaires pourrait être des provocations organisées par l’Ukraine avec le soutien des États-Unis, entraînant la mort de militaires et la perte de matériel militaire. ... Tout en flirtant avec la nouvelle administration américaine, Kiev est prête à entraîner le pays dans de nouvelles entreprises militaires, peu importe si cela aggrave encore la situation économique du pays "- et il est essentiel de le remarquer, car presque immédiatement après la publication de cette déclaration, le Service Sécurité de l'Ukraine (SBU) a publié un bulletin de guerre déclarant: "le SBU lancera des exercices antiterroristes en plusieurs étapes dans la région de Kharkov le 14 avril ... l'exercice se déroulera dans toute la région jusqu'à la fin du mois de mai en se concentrant sur les zones frontalières russes. "

Ce bulletin de guerre ukrainien a ensuite été étonnamment suivi par le chargé d'affaires américain Courtney Austrian devenu fou lors de la réunion d'hier de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) discutant de l'action militaire défensive de la Russie pour raconter ce conte de fées dément :
"
Cela soulève des questions sur les intentions, et à notre connaissance, l'Ukraine n'a pris aucune mesure qui pourrait être considérée comme provoquant une telle réponse ... Nous demandons à nouveau à la Russie d'expliquer l'ampleur, la composition et le but de cette activité "- alors que "le but" de ce que  la Russie a été obligée de faire est bien connu d’Austrian : c’est la signature par l'Ukraine d’une déclaration de guerre contre la Fédération de Russie, le 24 mars.

Ce conte de fées dément poussé le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov à appeler le ministre suédois des Affaires étrangères et la présidente en exercice de l'OSCE Ann Linde et à exprimer les préoccupations de la Russie face à l'escalade du conflit causée par le redéploiement du personnel et du matériel militaire de l'Ukraine vers la ligne de l'engagement ainsi que le bombardement des quartiers de Donetsk et de Lougansk par les forces armées ukrainiennes qui sont devenus un phénomène régulier - et qui a été rejoint par la conseillère de la délégation russe, Yulia Zhdanova, disant aux membres de cette réunion de l'OSCE d'hier: "Si les États membres de l'OSCE souhaitent vraiment empêcher une escalade des tensions non seulement verbalement, mais avec réaction, ils ne devraient pas exhorter la Russie à freiner le renforcement militaire sur son propre territoire ... alors qu’en fait, ce n’est pas le cas ... mais devraient obliger Kiev à renoncer à la rhétorique belliciste et s'abstenir d'une aventure sanglante et suicidaire dans le Donbass. "

Pendant que tout cela se passait, l'ambassadrice de Biden aux Nations Unies, Linda Thomas-Greenfield, au-delà de toute croyance, a déclaré au monde entier que "les États-Unis sont une nation perverse dont la suprématie blanche est tissée dans les documents et principes fondateurs de l'Amérique". -et a vu cette déclaration bizarre être rapidement rejointe par de hauts responsables du renseignement américain disant au Sénat américain que la nation chinoise peuplée de jaunes était la "priorité sans précédent" parmi les menaces mondiales contre l'Amérique, et que "aucune menace n'est plus grande ou épineuse que celle posée par la Chine ". Quant au directeur du renseignement national, Avril Haines, l’a qualifié de " défi formidable ", puis a déclaré que " la Chine est un concurrent quasi-équivalent à nous,  qui défie de plus en plus les États-Unis dans de multiples domaines, tout en poussant à réviser les normes mondiales de manière à favoriser le système autoritaire chinois.. "

Avec les collaborateurs dérangées de Biden [1] qualifiant l'Amérique de nation suprémaciste blanche maléfique et et désignant la nation chinoise de « péril jaune » et plus grande menace au monde, la Maison Blanche a poursuivi cette folie lorsque sa porte-parole Jen Psaki a déclaré: "Je dirai que le président Biden a eu une attitude constructive en  appelant hier le président Poutine " [2]. À cette  déclaration, le porte-parole du Kremlin, Peskov, a noté le décalage entre les paroles et les actions du côté américain:" Leurs paroles ne sont pas en corrélation avec leurs actions ". Cette vérité est maintenant vérifiée comme en témoigne la nouvelle que Biden a maintenant critiqué la nation russe avec ses sanctions contre son économie et en expulsant davantage de diplomates russes d'Amérique [3]. Cela constitue une "escalade majeure" dont les conséquences seront la guerre. Biden et ses collaborateurs bellicistes viendront bientôt à le regretter.

Dans son service de presse d’aujourd'hui, la BBC note: "Dans le jeu d’acrobatie politique de Poutine, Biden a cligné des yeux le premier ... Ce n'est que quelques semaines plus tard que le président américain a convenu dans une interview que le chef de la Russie était un tueur". Cette évaluation suit celle du Conseil de Sécurité russe détaillant comment la Marine des États-Unis a «cligné des yeux la première» lorsqu'elle a décidé hier de faire demi-tour et de fuir alors qu’elle avait l’intention d'envoyer ses navires de guerre dans la mer Noire pour menacer la Russie. En ce moment, en Mer Noire, les forces navales russes écrasantes s'entraînent pour couler tout navire de guerre étranger présentan une menace, et dont  la confirmation officielle était reçu il y a quelques heures lorsque le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, a informé le Kremlin que les États-Unis avaient annulé le passage de leurs navires de guerre vers la mer Noire, en déclarant: On nous a dit verbalement que le passage des navires était annulé. Cependant, s'ils changent d'avis, ils ont trois jours de plus pour utiliser la notification précédente et envoyer les navires - la notification sera toujours valable…Si les navires ne passent pas dans les  3 jours, alors ils devront refaire une notification 15 jours avant le passage prévu ".

Après que la Turquie a confirmé que la marine américaine avait reculé, elle a vu le chef de la direction principale du renseignement du ministère de la Défense ukrainien, Kyrylo Budanov, déclarer que la Russie aura massé 110000 soldats à la frontière ukrainienne d'ici le 20 avril - un communiqué rejoint par le directeur de la CIA, William Burns, disant au Sénat américain hier que la Russie a rassemblé suffisamment de forces et d'équipements militaires à la frontière de l'Ukraine pour permettre une incursion de la Russie dans le pays. Ces deux déclarations ont rejointes par les grand médias menteurs occidentaux disant des choses telles que:

"Plus de 100.000 russes dans des véhicules d'assaut peints avec des "bandes d'invasion" se dirigeaient jeudi vers la frontière ukrainienne, intensifiant les craintes de guerre entre les nations voisines ... la force en progression comprend 1.300 chars de combat, 3.700 drones, 1.300 unités d'artillerie et de mortier et 380 systèmes de lance-roquettes multiples " Puis on a vu le think tank Washingtonien CNA envoyer son expert principal en défense Michael Kofman pour déclarer: "Je pense que tout ce que la Russie signale, c'est que la prochaine guerre avec la Russie sera beaucoup plus grande ... et qu'elle causera une défaite écrasante aux forces ukrainiennes ".

En 1918, alors que plus de 40 millions de morts gisants dans leurs tombes ont causé la catastrophe inutile de la Première Guerre mondiale, on prétend que le sénateur américain Hiram Warren Johnson a déclaré: "La première victime lorsque la guerre survient est la vérité".

La vérité qui est la victime aujourd'hui est qu'aucune personne sensée en Occident n'est en mesure d'expliquer logiquement comment la Russie peut même éventuellement constituer des forces militaires qui existent déjà dans sa propre nation - des forces militaires et des équipements russes contenus à l'intérieur de leurs propres frontières qui peuvent être librement déployés n'importe où dans le pays. La Fédération de Russie, ses commandants et ses dirigeants politiques jugent bon de le faire, et s'ils sont perçus comme une sorte de menace, personne ne suggère à la place où ils pourraient aller - et dont le nombre réel est faible par rapport aux millions de soldats que les États-Unis ont constitués dans leur pays, pour inclure les dizaines de milliers de ces forces militaires qu'ils ont autour de Washington D.C. pour protéger leurs soi-disant dirigeants de leurs propres citoyens.

Les Américains empêchés d'entrer dans le centre du pouvoir de leur pays par des troupes de combat armées (photo du haut) peuvent toujours choisir de rejoindre les milliers de personnes heureuses qui peuvent visiter et traverser librement le Kremlin (photo du bas) chaque jour.


Source : US Tells UN It's An Evil White Nation-Brands China Main Enemy-Then Slams “Nuclear Option” Sanctions On Russia;
April 15, 2021
By: Sorcha Faal,

NOTES de H. Genséric

[1] USA. L'équipe sioniste de Biden

Joe Biden vante le rôle «immense» des juifs dans les médias et dans la vie culturelle américains

[2] Biden téléphone au «tueur» Poutine

[3] Mouvements américains de guerre contre la Russie

Hannibal GENSÉRIC

6 commentaires:

  1. Très bon Hannibal. Cela aussi : https://turcopolier.com/bidens-presidency-will-be-destroyed-by-his-foreign-policy/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. M. Bonnal, J'avais regardé votre site parce qu'il me paraissait intéressant. Avec votre article offfensif en premier lieu envers Dieu, ensuite envers vous-meme et enfin vers les autres, sur la gardienne de but du hockey russe, je l'ai refermée et je pense que je ne le regarderai plus. Probablement vous ne comprenez pas cette remarque, mais c'est pas grave. Dieu nous donne toujours le temps d'acquerir une croissante finesse spirituelle pour comprendre que la vie est d'un serieux que vous n'imaginez meme pas. Contemplez plus souvent le Crucifix pour le comprendre toujours mieux.

      Supprimer
    2. Ne soyez pas ridicule, jeune bouffon, je n'ai pas insulté le Christ ; la presse russe est abjecte et pornocrate, et ne me crachez pas dessus sur ce ton oiseux, prétentieux et pseudo-mystique. J'y ai collaboré dans cette presse pendant que vous vous prenez un starets, retrouvez mes textes et vos esprits.

      Supprimer
  2. Plus grave Hannibal : https://www.henrymakow.com/

    RépondreSupprimer
  3. Poutine n'est pas le pleutre Elstine. Washington est devenu un asile de fous. Et l'Europe dans cette gabegie, elle ne fait rien pour préserver la paix sur son continent mais ajoute de l'huile sur le feu pour satisfaire Biden.

    RépondreSupprimer
  4. Fumisterie fumeuse !

    « Achetez, achetez mes crucifix, des grands des petits tout ça c’est du même diable ! »

    Comme à Lourde ou au Vatican.

    Jésus (le Christ) était, pourrait-ton dire un empêcheur de tourner en rond ou ”un subversif”, car il avait compris la méconnaissance et les magouilles des prêtres du temple, des juifs, et qui déjà à l’époque ne pensaient qu’à faire du fric.

    Relisez votre Bible, et mettez-vous dans le contexte de l’époque, surtout lors de la colère de Jésus chassant les marchands du temple !

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.