samedi 17 avril 2021

USA. Près de 40% des Marines ont refusé le vaccin Covid-19

Près de 40% des Marines américains refusent les vaccinations contre le Covid-19, selon les données fournies à CNN vendredi par le service, la première branche à divulguer des chiffres à l'échelle du service sur l'acceptation et le refus.
Au Royaume-Uni, sept patients Covid sur dix toujours affectés des mois après avoir quitté l’hôpital
Jeudi, environ 75.500 Marines ont reçu des vaccins, y compris des hommes et des femmes de service entièrement vaccinés ou partiellement vaccinés. Environ 48.000 Marines ont choisi de ne pas recevoir de vaccin, soit un taux de refus de 38,9%.

CNN a contacté les autres services pour connaître les taux d'acceptation et de refus.

Le taux de 61,1% d'acceptation des vaccinations parmi les Marines n'est pas loin de l'estimation militaire des deux tiers, soit environ 66%.

102.000 autres Marines n'ont pas encore reçu de vaccin. Le nombre total de Marines comprend le service actif, les réservistes et les Marines Augmentés de Mobilisation Individuelle.

Le taux de refus à Camp Lejeune en Caroline du Nord, l'une des principales bases du Corps des Marines, est bien plus élevé, à 57%, selon un autre ensemble de données fournies à CNN. Sur 26.400 Marines auxquels on a proposé le vaccin, 15.100 ont choisi de ne pas le recevoir, un nombre qui comprend à la fois ʺII Marine Expeditionary Forceʺ et ʺMarine Corps Installation Eastʺ - Camp Lejeune. Il est prévu que 11 500 autres Marines en service actif se verront offrir les vaccins.

L'armée américaine dit qu'un tiers des soldats choisissent de ne pas être vaccinés, mais les chiffres suggèrent que c'est plus

"Nous comprenons parfaitement que l'acceptation généralisée du vaccin Covid-19 nous fournit les meilleurs moyens de vaincre la pandémie. La clé pour lutter contre la pandémie est de renforcer la confiance en matière de vaccins", a déclaré à CNN la porte-parole du Marine Corps, le colonel Kelly Frushour dans un communiqué.

Frushour a déclaré qu'il existe un certain nombre de raisons potentielles pour lesquelles un marin peut choisir de ne pas recevoir de vaccin, notamment permettre à d'autres de le recevoir en premier, attendre qu'il devienne obligatoire, le faire passer par d'autres canaux ou être allergique au vaccin.

«Les membres du service qui refusent un jour peuvent changer d'avis et se faire vacciner la prochaine fois que l'occasion se présente», a-t-elle déclaré.

CNN a rapporté le mois dernier que le taux de rejet de la vaccination parmi les membres des services pourrait être proche de 50%, un nombre nettement plus élevé que le chiffre de 33% que les responsables de la défense ont utilisé publiquement.

Les militaires ne peuvent pas rendre les vaccins obligatoires maintenant car ils n'ont que des autorisations d'utilisation d'urgence de la Food and Drug Administration, ce qui signifie que les membres du service qui sont tenus de recevoir une série d'autres vaccinations ont la possibilité de refuser les vaccins les protégeant contre Covid-19.

Les responsables disent que la plupart des hésitations à l'égard des vaccins découlent des préoccupations concernant la vitesse à laquelle les vaccins ont été développés et des craintes quant aux effets à long terme.

Le ministère de la Défense compte environ 2,2 millions de militaires opérant dans le monde entier. Pour chaque baisse de 10 points de pourcentage du taux d'acceptation, ce sont 220.000 personnes qui choisissent de ne pas recevoir de vaccins, un nombre potentiellement assez grand pour affecter l'état de préparation des forces armées. L'année dernière, l'armée a connu une poignée d'épidémies de Covid très médiatisées, dont une à bord d'un porte-avions déployé dans le Pacifique.

Le mois dernier, un groupe de législateurs démocrates a appelé le président Joe Biden à émettre une «renonciation au consentement éclairé» pour rendre obligatoire la vaccination contre Covid-19 pour tous les membres du service militaire américain, écrivant dans une lettre que «la désinformation et le scepticisme vis-à-vis des vaccins» influencent les militaires à refuser de se faire vacciner.

Source : CNN ; 10 avril 2021 

Au Royaume-Uni, sept patients Covid sur dix toujours affectés des mois après avoir quitté l’hôpital

Une étude de cinq mois sur le Covid long révèle que les malades se répartissent en quatre catégories en fonction de leurs symptômes.

On estime que plus de 300 000 Britanniques ont reçu
des soins hospitaliers pour la Covid-19 pendant la pandémie.

Selon une étude, sept patients sur dix hospitalisés pour la Covid-19 ne se sont toujours pas complètement rétablis après cinq mois, et ils semblent se regrouper en quatre catégories distinctes en fonction de leurs symptômes.

L’étude, l’une des plus importantes au monde portant sur le Covid long chez les patients hospitalisés, comprend un groupe présentant un brouillard cérébral persistant, qui n’a que peu de rapport avec la gravité de leurs autres symptômes.

On estime que plus de 300 000 Britanniques ont reçu des soins hospitaliers pour la Covid-19 pendant la pandémie, et l’étude Phosp-Covid, menée à l’échelle du Royaume-Uni, a suivi la santé de 1077 de ces personnes sorties de l’hôpital entre mars et novembre 2020, allant des patients en soins intensifs à ceux qui n’ont séjourné que quelques heures à l’hôpital.

Cinq mois plus tard, les patients présentaient en moyenne neuf symptômes persistants, dont un sur cinq atteignait le seuil d’un nouveau handicap. Parmi ceux qui avaient auparavant un emploi, 18% n’avaient pas pu travailler depuis le déclenchement de l’infection à la Covid-19.

Données sur les cas, les décès et la première dose de vaccination publiées le 27 mars 2021. Les changements hebdomadaires montrent la différence par rapport à il y a 7 jours. Données : data.gov.uk

Les 10 symptômes les plus courants qu’ils ont signalés sont les suivants : douleurs musculaires, fatigue, ralentissement physique, altération de la qualité du sommeil, douleurs ou gonflements articulaires, faiblesse des membres, essoufflement, douleurs, perte de mémoire à court terme et ralentissement de la pensée. Plus d’un quart d’entre eux présentaient également des symptômes cliniquement significatifs d’anxiété et de dépression, et 12 % présentaient des symptômes de syndrome de stress post-traumatique (SSPT) au bout de cinq mois.

« Une grande partie de la diversité des problèmes persistants ne s’expliquait pas par la gravité de la maladie aiguë – cette dernière étant largement due aux lésions pulmonaires aiguës – ce qui indique d’autres mécanismes sous-jacents, peut-être plus systémiques », a déclaré le Dr Rachael Evans, professeur associé à l’université de Leicester et consultant en pneumologie dans les hôpitaux de Leicester, qui a cosigné l’étude.

L’étude, qui n’a pas encore fait l’objet d’un examen par les pairs, a révélé que les patients se répartissaient en quatre groupes différents en fonction de leurs problèmes mentaux et physiques :
- les personnes souffrant de très graves problèmes de santé mentale et physique représentaient 17 % des patients ;
- les personnes souffrant de graves problèmes représentaient 21 % ;
- les personnes souffrant de légers problèmes représentaient 46 % ;
- le quatrième groupe, qui souffrait d’un brouillard cérébral prononcé et de problèmes modérés, représentait 17 %.
......

Brightling a déclaré : « Nos résultats confirment la nécessité d’une approche proactive du suivi clinique avec une évaluation complète incluant les symptômes, la santé mentale et physique, mais aussi une évaluation objective de la cognition. Les quatre groupes de gravité mettent en évidence le potentiel de différenciation des soins, mais aussi la nécessité d’un large accès aux services cliniques polyvalents post-Covid-19 pour inclure la santé mentale, la mémoire et la cognition, ainsi que les services de réadaptation. »

Source : The Guardian,  24-03-2021 Via Les Crises

La directrice de l'Agence danoise du médicament s'est évanouie le 14 avril, lors d'une conférence de presse, vaccinée le 29 mars...

Tanja Erichsen, la directrice de l'Agence danoise des médicaments, s'est évanouie mercredi 14 avril lors de la conférence de presse au cours de laquelle avait été annoncée l'arrêt de l'utilisation du vaccin d'AstraZeneca au Danemark. Elle avait été vaccinée le 29 mars ! 

Source

 

 

 

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.