dimanche 11 avril 2021

LIBYE. L'Italie rejoint l'alliance turco-qatarie pour le bénéfice des Frères musulmans et du lobby des armes

Grêle de soupçons sur le nouveau Premier ministre libyen lié au président turc Erdogan  et acclamé par Draghi et Di Maio à Tripoli.
De nombreux analystes géopolitiques ont vu la visite du Premier ministre Mario Draghi à Tripoli (accompagné du ministre des Affaires étrangères Luigi Di Maio) comme une initiative stratégique espérée par le nouveau président américain pour l'Italie pour reprendre le contrôle de l'ancienne colonie libyenne afin de contrer les objectifs expansionnistes de Le président turc Recep Tayyp Erdogan qui rêve pas trop secrètement de la renaissance d'un empire ottoman en Méditerranée dans la zone MENA (Moyen-Orient - Afrique du Nord).
ITALIE EN LIBIE ALLEATA DI TURCHIA & QATAR.  In nome di Fratellanza Musulmana e Lobby delle Armi
De gauche à droite:
Mario Draghi, nouveau premier ministre en Italie,
Abdulhamid Dabaiba, nouveau premier ministre de Libye,
Recep Tayyip Erdogan, président de la Turquie,
Tamime bin Hamad al Thani, émir du Qatar

Mais les lueurs de la reprise de la Libye, déchirée par une guerre civile intermittente depuis 2014 et interrompue par une véritable trêve seulement à l'automne 2020, ne peuvent être saisies sans analyser en profondeur la figure conflictuelle du nouveau Premier ministre libyen Abdulhamid Dabaiba, 61 ans, qui sur papier, devra diriger le pays jusqu'au 24 décembre 2021, jour du 70e anniversaire de la Libye, date à laquelle les élections législatives et parlementaires devraient avoir lieu.
Pour comprendre la situation, il suffit de lire les déclarations de Draghi lui-même en référence au soi-disant incident diplomatique du «sofa-gate» (la rencontre entre le président Erdogan et la délégation de l'UE au cours de laquelle la présidente de la Commission européenne, Ursula Von Der Leyen, a été installée sur un canapé, isolée tandis que lui et le président du Conseil de l'UE, Charles Michel, prenaient place dans deux fauteuils avec leurs drapeaux respectifs derrière eux).

«Je ne suis absolument pas d'accord avec Erdogan, je pense que ce n'était pas un comportement approprié. J'ai été très désolé pour l'humiliation que la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a dû subir », a déclaré le Premier ministre, avant d'ajouter:« Avec ces dictateurs, appelons-les pour ce qu'ils sont », a souligné Draghi, « Ce qu'il faut, cependant, il faut être franc dans l'expression de sa diversité de points de vue et de visions de la société; et il doit également être prêt à coopérer pour garantir les intérêts de son pays. Nous devons trouver le bon équilibre ». Surtout quand l'Italie est un partenaire stratégique de la Turquie et du Qatar dans le lobby des armes: pecunia non olet…(l'argent n'a pas d'odeur)

Le Premier ministre italien Mario Draghi à Tripoli
(strictement sans masque anti-Covid-19)
aux côtés du nouveau Premier ministre islamiste libyen
Abdulhamid Dabaiba

Tout cela est lié de manière frappante dans le dossier libyen. En effet, avant même de prendre ses fonctions, le nouveau Premier ministre libyen Dabaiba était visé par de multiples soupçons internationaux: d'avoir gagné son poste grâce à une corruption déployée par son personnel à Genève, d'être trop proche d'Erdogan lui-même, ainsi que d'un financier de la Frères musulmans, l'organisation politico-religieuse radicale qui a été déclarée "terroriste" en Egypte mais qui contrôle la Turquie et le Qatar [et la Tunisie].

Ces deux nations sont fermement ancrées dans les affaires du  Lobby des armes (rapport n ° 4) avec le Royaume-Uni et avec l'Italie, à tel point qu'elles ont crédité la légende historique selon laquelle la franc-maçonnerie anglo-saxonne (hégémonie à Rome depuis l'unification de l'Italie ) a «créé» les Frères musulmans pour intercepter et gérer le ferment de l'islam fondamentaliste  sunnite au Moyen-Orient, par opposition à l'islam chiite prédominant en Iran, en Irak, en Syrie et au Liban.

«C'est un moment unique pour la Libye, il y a un gouvernement d'unité nationale légitimé par le Parlement qui procède à la réconciliation nationale. Le moment est unique de reconstruire ce qui était une ancienne amitié. Il y a la volonté de ramener les échanges économiques et culturels aux niveaux d'il y a 5 à 6 ans ». Le Premier ministre italien Mario Draghi a déclaré cela dans des déclarations conjointes avec Dabaiba de Tripoli le 6 avril, ajoutant toutefois que "la condition pour poursuivre la collaboration est que le cessez-le-feu se poursuive".

LES JIHADISTES DANS LA GUERRE CIVILE

<< Le conflit libyen persiste, par intermittence, depuis 2014, année de l'ouverture d'une crise politique, suite au refus du parlement de Tripoli de devenir caduc après les élections nationales et à un affrontement militaire déclenché par une tentative de coup d'État du général Khalifa Haftar, un homme fort de Cyrénaïque - une région de l'est de la Libye - qui affronte les seigneurs de guerre de Tripoli. Une guerre civile qui s'étend à tout le pays. En attendant, des groupes armés d'inspiration islamiste commencent à se développer » rappelle un excellent résumé de NewsUpday.

Haftar, commandant de l'Armée nationale libyenne (ANL), qui a joué un rôle crucial dans la traque des premiers extrémistes islamiques et est soutenu par le parlement sécessionniste de Tobrouk, lance alors l'opération Dignité contre le gouvernement d'accord national de Tripoli présidé par Fayez Al Serray, le seul reconnu par les Nations Unies. Mais en 2015, l'État islamique, profitant du conflit, établit un califat dont la capitale est Syrte, l'ancien bastion loyaliste de l'ancien leader libyen Kadhafi. La ville sera reconquise en septembre 2016 par les troupes de Tripoli, après des mois de combats.

En attendant, deux coalitions internationales se forment autour des deux côtés: Al Serray est soutenu par l'Italie, l'Union européenne et l'OTAN à l'exception de la France qui soutient Haftar comme la Russie, active dans le soutien des revendications du général de Cyrénaïque en envoyant des entrepreneurs de le groupe Wagner, ainsi que l'Égypte, l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, pays musulmans préoccupés par les relations entre Tripoli et les Frères musulmans de Turquie et du Qatar, devenus de plus en plus puissants dans la région après l'intervention d'Ankara en Syrie .

En avril 2019, Haftar a lancé une attaque frontale pour la conquête de Tripoli, repoussée avec difficulté par l'armée du président Al Serray qui s'est tournée vers son ami Erdogan. Le 27 novembre 2019, le gouvernement de Tripoli signe un accord militaire avec la Turquie.

Avant même que le Parlement d'Ankara n'approuve la mission de l'armée turque en Libye, des centaines de miliciens djihadistes, récupérés au Rojava (nord-est de la Syrie) après l'invasion d'octobre 2019 et l'utilisation de nombreux anciens commandants de l'Etat islamique et d'Al Qaïda libérés des prisons, ont débarqué à Tripoli en Décembre 2019, quelques jours plus tard, ils arrivent à l'aéroport de Misrata en provenance d'Ostende (Belgique) avec des charges présumées d'armes et de drones, en violation flagrante de l'embargo de l'ONU sur le trafic d'armes.

Les quelque 2000 mercenaires russes de Wagner sont contrés par des milliers de miliciens formés et payés par Ankara,  des islamo-terroristes syriens ,  des factions djihadistes, y compris des extrémistes tels que Hayat Tharir Al Sham (ancien front Al Nusra , dont deux enquêtes montrent qu'ils sont financées par des banques à Doha, la capitale du Qatar ) et parmi lesquelles les services de renseignement kurdes (en guerre avec la Turquie au Rojava) identifient 229 personnes recherchées pour terrorisme islamiste . Sous le regard complice de l'OTAN, la Turquie vient d'amener jusqu'à 14 mille djihadistes qui deviennent en fait l'une des armées les plus importantes de Tripoli, donnant à Erdogan un pouvoir incommensurable en Libye .

Après la chute du colonel Muhammar Kadhafi en 2011, première victime des printemps arabes initiés par l'administration Obama-Biden avec l'OTAN, la Mission de soutien des Nations Unies en Libye (MANUL) a été créée le 16 septembre de la même année. Le processus politico-diplomatique sous l'égide de l'ONU aboutit à la signature de l'Accord politique de Skhirat du 17 décembre 2015, au Maroc, où des représentants du Congrès de Tripoli et de la Chambre de Tobrouk signent un accord pour la formation d'un "gouvernement de accord national », sous les auspices des Nations Unies. L'accord, qui a expiré deux ans plus tard, n'est resté que sur papier.

De 2018 à 2020, de nombreuses tentatives de trêve ne résistent pas sur le terrain. Cela conduit au cessez-le-feu permanent signé à Genève le 23 octobre dernier par le Comité 5 + 5 (cinq membres du GNA, cinq officiers du général Haftar). Il comprend également la clause d'expulsion de toutes les troupes étrangères, jamais respectée par aucun des prétendants.

UN GOUVERNEMENT NÉ PARMI DES SUSPECTS DE CORRUPTION

Après son choix dans les pourparlers de Genève dirigés par l'ONU et après avoir reçu la confiance du Parlement libyen avec une majorité de 132 voix sur 178 le 10 mars 2021, le nouvel exécutif intérimaire d'unité nationale dirigé par Abdul Hamid Mohammed Dbeibeh prête serment et prête bureau à Tripoli, remplaçant les deux précédents gouvernements rivaux: celui de Fayez Al Serraj et celui fidèle au maréchal Khalifa Haftar, basé à Tobrouk. Le 23 mars, la passation des pouvoirs avec ce dernier a lieu officiellement à Syrte, dirigée par Abdullah al-Thani, à ne pas confondre avec Tamin bin Hamad Al Thani, émir du Qatar et allié du président turc Erdogan au nom des Frères musulmans.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan en visite officielle au Qatar de l'émir Tamin bin Hamad al Thani

Mais ce sont précisément les dernières étapes des accords politiques qui jettent de longues ombres sur le nouveau Premier ministre. Ils ressortent du rapport attendu établi par le Groupe d'experts sur la Libye à la demande du Conseil de sécurité des Nations unies. Le Groupe - coordonné par l'expert financier indien Majumdar Roy Choudhury et composé par l'expert franco-libanais sur les groupes armés et le droit international humanitaire Alia Aoun, par l'expert américaine des finances et des groupes armés Dina Badawy, par l'expert espagnole des armes et du transport maritime Luis Antonio de Alburquerque Bacardit, l'expert marocain des transports Yassine Marjane et l'expert britannique en armement Adrian Wilkinson - ont identifié pendant son mandat "de multiples actes qui menaçaient la paixla stabilité ou la sécurité de la Libye et une augmentation des attaques contre les institutions et installations de l’État ».

"La question la plus intéressante et la plus d'actualité, à savoir les prétendues tentatives de corruption du Forum de dialogue politique libyen (Lpdf), n'est que partiellement mentionnée: les détails saillants inclus dans la pièce jointe numéro 13, en fait, ont été classifiés", a-t-il écrit à Nova News, une agence d'information spécialisée dans les questions géopolitiques également grâce au partenariat avec Leonardo, la société italienne des systèmes de défense, des véhicules aérospatiaux et des armements.

«Au moins trois participants du LPDF, explique le rapport, se sont vus offrir des pots-de-vin pour voter pour un« candidat spécifique »au poste de Premier ministre du gouvernement intérimaire de la Libye. Les participants du LPDF impliqués dans ces tentatives ont été «catégoriques» en rejetant les pots-de-vin, selon le rapport. La question a suscité un grand intérêt dans les médias et le bureau du procureur général libyen a reçu des plaintes de membres du Forum et d'organisations de la communauté internationale à cet égard. Dans le rapport, cependant, le groupe d'experts a souligné qu'il ne souhaitait pas fournir plus de détails sur la question, se référant pour des éléments supplémentaires à une annexe confidentielle du rapport, numéro 13, qui était en fait classifiée ", ont indiqué les médias.

"Selon des sources de presse internationales, les pots-de-vin ont été offerts par des membres du clan de l'actuel premier ministre Abdelhamid Dabaiba, homme politique et homme d'affaires de Misrata qui a en fait été élu par une poignée de voix lors de la session LPdf tenue à Genève le 5 février" est le conclusion lapidaire de Nova News.

DU MANAGER DE KADHAFI AU PREMIER MINISTRE LIBYEN

Dabaiba n'est pas un personnage sorti du chapeau de la diplomatie internationale mais un entrepreneur très entreprenant enrichi grâce au régime de Mouammar Kadhafi. C'est ce qu'a révélé le réseau Al Jazeera qui, tout en diffusant depuis l'émirat du Qatar où règnent les Frères musulmans, met en évidence de nombreuses réserves sur le nouveau Premier ministre libyen.

Le choix de Dbeibah vendredi a été une surprise pour beaucoup, étant donné les liens étroits du magnat de la construction avec l'ancien gouverneur libyen de longue date, Mouammar Kadhafi. Né en 1959 dans la ville occidentale de Misrata, traditionnellement considérée comme un bastion de la résistance à la prise de contrôle de Kadhafi depuis quarante ans, Dbeibah a déménagé au Canada au début de sa carrière pour obtenir un diplôme d'ingénieur à l'Université de Toronto. »Écrit Al Jazeera.
Le nouveau Premier ministre libyen Abdulhamid Dabaiba (ou Dbeibah), 61 ans

Il est retourné dans sa ville natale au milieu d'un boom de la construction, où il a finalement attiré l'attention des proches collaborateurs de Kadhafi. Son expérience lui a rapidement valu la confiance de Kadhafi qui lui a confié en 2007 la gestion de la société d'État libyenne d'investissement et de développement (LIDCO), responsable de certains des plus grands projets de travaux publics du pays, dont la construction de 1000 logements dans la ville natale du chef, Syrte.

"Nous allons travailler pour que les organes de sécurité soient professionnels et que les armes soient placées sous le monopole de l'Etat", a-t-il dit, promettant de mettre en place un ministère de la "réconciliation nationale" pour courtiser les investisseurs étrangers et créer des emplois pour les jeunes. Il s'est fixé comme objectif de mettre un terme «dans les six mois au plus tard» aux pannes d'électricité quotidiennes qui sévissent en Libye depuis des années.

Le drapeau des Frères musulmans avec le Coran entre deux cimeterres

"Les puissances mondiales, y compris les États-Unis et la Russie, ont salué le vote à Genève, mais certains analystes, et les Libyens eux-mêmes, restent sceptiques - a ajouté le réseau arabe, révélant la note la plus chaude - Wolfgang Pusztai, analyste en sécurité et ancien avocat de la défense autrichien en Libye, a déclaré que le passé de Dbeibah pourrait miner sa crédibilité. «La candidature de Dbeibah est toujours en discussion. Il était à la tête du holding d'investissement et de développement libyen sous Kadhafi et aurait été impliqué dans la corruption, le blanchiment d'argent, le financement des Frères musulmans, l'achat de votes, etc. », a déclaré Pusztai à Al Jazeera. "Que cela soit vrai ou non, tout est une question de perception."

POLITIQUE AVEC ERDOGAN ET LES FRÈRES MUSULMANS

Encore plus détaillé et caustique sur le nouveau Premier ministre libyen était Diego Urteaga dans le média en langue espagnole Atalayar à Madrid dans un article publié le 7 février 2021.

«Vendredi dernier, il a été décidé à Genève ce qui pourrait être une étape définitive pour la solution du conflit libyen. Après plusieurs jours de sessions et un premier tour raté, la liste menée par Mohammad Younes Menfi a été le vainqueur par 39 voix contre Aguila Salé qui en a obtenu 34. La liste des gagnants a réussi à renverser la situation, étant donné qu'au premier tour c'était 5 notes inférieures à celles de Salé. Ce nouveau gouvernement de transition a, en plus de Memphis en tant que président du Conseil présidentiel, un organe complété par Abdullah Hussein Al-Lafi et Mossa Al-Koni, avec l'homme d'affaires Abdul Hamid Mohammed Dbeibah comme Premier ministre. Dbeibah est une figure controversée, car il était déjà soupçonné d'avoir tenté d'influencer les membres du Forum de dialogue politique libyen à la fin de l'année dernière.quelque chose que cet homme d'affaires de Misrata a rejeté avec ferveur », lisons-nous sur Atalayar.

«La famille de Dbeibah était étroitement liée aux affaires et au secteur des infrastructures, elle a donc pu profiter du boom industriel et économique grâce au pétrole que le pays a connu à l'époque de Kadhafi . Sous le régime de Kadhafi, Dbeibah a dirigé pendant deux décennies une société de construction publique, la Libyan Investment and Development Company, il a donc toujours été dans la deuxième ligne de l'élite libyenne et avec beaucoup d'influence dans le domaine des investissements. conduit à une enquête pour détournement de fonds. Selon la presse britannique avec des données sur les Panama Papers, la famille Dbeibah possède des propriétés au Royaume-Uni acquises avec détournement de fonds via une société écran », note Urteaga.

Par ailleurs, selon les médias espagnols, l'actuel Premier ministre avait également le soutien de son oncle, Al-Dbeibah, également homme d'affaires, bien que dans son cas lié au secteur audiovisuel. L'oncle d'Abdul Hamid dispose d'une chaîne de transmission par satellite, Salam, située en Turquie, un aspect clé car il montre que les relations entre Dbeibah et la Turquie sont étroites. De plus, sa candidature a été l'une des plus fortement soutenues par Ankara ».

«Le profil du nouveau Premier ministre est islamiste et proche des Frères musulmans. D'où l'attachement de la Turquie à sa figure. Sans surprise, Misrata est l'épicentre des milices islamistes qui pour le GNA, avant l'arrivée des mercenaires syriens envoyés de Turquie, étaient vitales pour soutenir Tripoli.

Dbeibah a déjà eu le temps de s'entretenir avec l'Agence turque Anadolu, à laquelle il a souligné la volonté de renforcer les liens avec la Turquie, qu'il considère comme "un pays allié, ami et frère". Le nouveau Premier ministre a également souligné que "la Turquie peut jouer un rôle clé en aidant les Libyens à atteindre leurs objectifs". La relation entre Tripoli et Ankara peut être décisive, à la fois pour le meilleur et pour le pire, pour l'avenir du pays », conclut Urteaga, confirmant ce qui a déjà été révélé par Al Jazeera.

Le voyage du Premier ministre italien Mario Draghi en Libye se greffe donc sur un scénario géopolitique bien plus complexe qu'il n'y paraît. Ce n'est pas seulement la reconfirmation du rôle de l'Italie dans le secteur énergétique libyen par rapport à la plate-forme Melitah, l'usine située à environ quatre-vingts kilomètres à l'ouest de Tripoli et gérée par ENI et la société nationale libyenne, est en jeu . La National Oil Corporation et le gazoduc Greenstream qui transporte le gaz naturel de la côte libyenne à la côte italienne.

Mais sur le terrain il y a aussi une alliance stratégique politique et militaire construite sous le signe ambigu et dangereux des Frères musulmans grâce aux relations désormais consolidées et indissolubles entre l'Italie, la Turquie et le Royaume-Uni, sous l'égide de l'OTAN, étendues au Qatar. où, à Al Udeid, est l'une des bases conjointes les plus importantes des forces aériennes du Qatar, de l'US Air Force et de la Royal Air Force dans le golfe Persique. Des équilibres très délicats et cachés, souvent gérés par la diplomatie internationale dans une intrigue entre les sociétés de lobbying et les services de renseignement, comme l'a révélé notre précédente enquête sur la Libye qui a révélé des interconnexions même avec le virus SRAS-Cov-2 de la pandémie et la folie des vaccins .

Combien de temps peut donc durer la trêve avec Haftar, qui bénéficie depuis des années de la protection de la Russie, de plus en plus opposée par l'Alliance atlantique? L'actuel Premier ministre Abdulhamid Dabaiba sera-t-il prêt à renoncer au gouvernement si les élections législatives et parlementaires du 24 décembre prochain révélaient une majorité aux mains du chef de la Cyrénaïque et des multiples représentants tribaux au lieu des politiciens de Tripoli héritiers d'Al Serraj? Et en cas de nouveaux conflits, quelle serait l'attitude de l'Italie, de l'UE, de l'OTAN et de l'ONU, qui ont déjà découvert une présumée corruption électorale avant même l'entrée en fonction du nouveau gouvernement?

Par Fabio Giuseppe Carlo Carisio
  GOSPA NEWS

 

2 commentaires:

  1. Les hommes des ténèbres, c'est-à-dire ceux qui n'ont aucun lien avec le seul vrai Dieu Trinitaire (tous les autres sont des déguisements de lucifer / satan) ont une lumière démoniaque tres considerable, mais aussi limitée, destinée tôt ou tard à l'échec.
    Erdogan rêve du retour de l'Empire ottoman, mais sans s'en rendre compte, parce que la sienne est une fausse lumière, il tombe dans des mouvements très dangereux, comme celui de jouer un double jeu avec Poutine, croyant qu'il ne risquera rien, mais si dans son double jeu, il passe des paroles aux actes, (comme de soutenir le gouvernement fantoche de Kiev au solde de l'Occident, qui sous le guide de l'Amerique, veut aneantir la Russie), la Turquie sera rasée au sol, cette fois définitivement, par les missiles russes. Pas par vengeance parce que Poutine est un chrétien sincère, mais pour défendre son peuple et sa propre nation.

    RépondreSupprimer
  2. D'abord l'Allemagne exclut le Maroc et maintenant au pays en dehors du Maghreb pourri et sans pouvoir aucun prennent les décisions majeures de la Libye

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.