mardi 13 avril 2021

Le pouvoir magique d'Israël

Maintenant tu le vois, maintenant tu ne le fais pas

Le récit populaire du petit Israël courageux terrassant des hordes d'Arabes assoiffés de sang a subjugué l'imagination occidentale même s'il est manifestement faux dans presque tous ses détails. Mais la plus grande réalisation d'Israël pourrait bien être autre chose, c'est sa capacité à faire disparaître les choses.

Tout a vraisemblablement commencé en juin 1967 quand Israël a attaqué l'USS Liberty, un navire de la marine américaine légèrement armé mais bien identifié sous un grand drapeau américain, naviguant dans les eaux internationales. Des chasseurs-bombardiers et des torpilleurs ont cherché à couler le navire, détruisant les canots de sauvetage pour que personne ne puisse s'échapper. Lors de l'engagement, 34 militaires américains ont été tués et 171 autres blessés, avant qu'une lutte héroïque de l'équipage ne parvienne à sauver le navire. Le président Lyndon Johnson, qui a déclaré qu'il préférait voir le navire couler plutôt que d'embarrasser son ami Israël, a initié une dissimulation qui a duré jusqu'à ce jour. Il n'y a pas eu d'enquête légitime sur l'attaque ni de suite judiciaire ou diplomatique ; et lorsque le capitaine du navire a reçu une médaille d'honneur pour son héroïsme, elle a été décernée secrètement dans le Washington Navy Yard plutôt qu’ouvertement à la Maison Blanche. Israël et sa légion d'apologistes savent certainement comment faire disparaître les embarras potentiels.

La semaine dernière sur ce site j'ai posté un article,  et je pensais qu’il serait extrêmement intéressant pour ceux qui ont exprimé leur inquiétude face à l'ingérence étrangère dans notre gouvernement. Il comprenait un lien vers une série de textes sur écran d'ordinateur fournis par une source indépendante crédible démontrant qu'un employé du consulat général israélien était profondément impliqué dans une extorsion des millions de dollars au père d'un membre du Congrès pour avoir l’avoir aidé lors de quelques difficultés juridiques. Le plan concocté comprenait également une discussion sur les arrangements pour un raid commando sur l'Iran pour libérer un prisonnier. Les informations véhiculées dans les captures d'écran qui ont été fournies des textes n'ont été contestées par aucune des personnes impliquées dans l'entreprise, mais comme je pensais que l'article d'accompagnement était timide dans sa volonté de tirer des conclusions, j'ai écrit mon article en essayant de relier les points.

Le membre du Congrès impliqué était, bien sûr, Matt Gaetz de Floride, qui fait maintenant face au Comité d'éthique de la Chambre (sûrement un oxymore) concernant ses exploits principalement sexuels. À ma grande surprise, cependant, il n'y a pas eu un seul mot dans les médias grand public sur le fait d'examiner plus en profondeur la possible connexion israélienne. On aurait pensé que les textes copiés seraient dignes d'intérêt en raison de l'angle d'extorsion, mais encore plus en raison du fait qu'une attaque armée contre une nation avec laquelle les États-Unis ne sont pas en guerre était financée et planifiée par la mission diplomatique à New York d'un gouvernement étranger.

Pour être sûr que mon article a très bien fonctionné à la fois sur Unz et même sur Facebook, même si j'ai dû le couper et le coller dans ce dernier site en raison de la censure par Facebook des publications d’Unz (comme celles de Numidia.liberum). J'ai fait un peu plus de vérification et noté quelque chose qui se passait depuis un certain temps: l'article, comme d'autres concernant Israël, ne sortait pas sur les moteurs de recherche comme Google, ce qui signifie qu'il n'obtenait pas l'exposition qu'il méritait. Je recherche quotidiennement par mon nom en supposant que mes morceaux, s'ils sont rejoués ailleurs, seront affichés. Dans le passé, je recevais parfois des dizaines de hits sur un article populaire, mais au cours de l'année écoulée, presque rien n'a été publié par ces moteurs [comme pour Numidia.liberum]. Je dois supposer qu'une censure délibérée et généralisée des articles critiques d'Israël est en cours, ce qui n'était pas une surprise car les amis d'Israël font la pluie et le beau temps dans les médias sociaux. Le conseil de censure de Facebook, par exemple, comprend un ancien ministre du gouvernement israélien .

Tout se résume à la puissance du lobby israélien / juif et à sa capacité à faire disparaître les choses qu'il n'aime pas. Et parfois, cela peut faire bouger des choses qui ne sont manifestement pas dans l'intérêt des États-Unis. Jonathan Pollard, l'espion juif qui a causé le plus de dommages aux États-Unis, a récemment été autorisé à retourner en Israël. Dans une interview accordée le 26 Mars e il a dit que les Juifs américains travaillant pour des agences de renseignement des États-Unis doivent faire leur devoir et d' espionnage pour Israël parce que leur réelle fidélité va d’abord et avant tout à l'état juif et à ses coreligionnaires.

Il est clair que Pollard n'est pas seul judéo-américain à suivre cette voie, cest aussi pour cela qu’il était choquant que le président sortant Donald Trump avait gracié l'agent israélien qui avait recruté et probablement aidé à «diriger» Pollard alors qu'il volait des secrets américains [1]. En effet, Aviem Sella a reçu une grâce complète de Trump dans le cadre de centaines de grâces de dernière minute, dont beaucoup avaient été arrangées par l'intermédiaire de deux agences juives orthodoxes favorisées par le gendre présidentiel Jared Kushner.[2]

Sella était un officier de l'armée de l'air israélienne à la retraite faisant des études supérieures et vivant aux États-Unis lorsqu'il a enrôlé Pollard pour espionner pour le compte d’Israël. Il a fui le pays après l'arrestation de Pollard en 1985 et a été inculpé par contumace pour trois chefs d'espionnage, mais Israël a refusé de l'extrader vers les États-Unis pour y être jugé. Une déclaration de la Maison Blanche a noté que la demande de clémence de Sella avait reçu le soutien du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou, de l'ambassadeur d'Israël à Washington, Ron Dermer, de l'ambassadeur américain en Israël David Friedman, et de Miriam Adelson, la veuve du principal donateur du Parti républicain et partisan de Trump, Sheldon Adelson, tous juifs [3]. Pouvait-on  s'attendre à autre chose d’un Trump ligoté par le lobby juif ?

La grâce de Sella doit être vue pour ce qu'elle est. C'était un cadeau pour Netanyahou-le-corrompu, qui était à l'époque confronté à une autre élection nationale. Cela ne servait aucun intérêt national américain et envoyait en fait le message à ceux qui pourraient être tentés d’imiter Pollard, à savoir que l'espionnage pour Israël (au détriment de leur pays, les États-Unis) pouvait être considéré non seulement comme sans conséquence, mais en fait souhaitable et que c’est la bonne chose à faire. Bien sûr, l '«exemption» spéciale lorsqu'il s'agit de traiter avec Israël devrait également être considérée comme un tribut au pouvoir juif aux États-Unis, qui repose sur la corruption de ceux qui occupent des postes de direction, en utilisant des incitations financières ou même du chantage d'anti-sémitisme et de négationnisme de l'holocauste pour ceux que l’argent juif ne peut pas acheter.

Et le pouvoir de corrompre les gouvernements et les médias ne se limite pas aux États-Unis. Presque tout le monde dans la fonction publique ou dans les médias qui comptent savent que l'on ne peut pas contrer le lobby israélien. En Grande-Bretagne, l'ancien ministre des Affaires étrangères, Sir Alan Duncan, a écrit un mémoire qui accuse les lobbyistes pro-israéliens de «l'ingérence la plus dégoûtante» dans la politique britannique tout en agissant sur la politique étrangère du pays au Moyen-Orient pour favoriser l'État juif.

Duncan a également affirmé que les Amis conservateurs d'Israël (CFI) sont «des missiles balistiques» et l'ont empêché de devenir directeur du Moyen-Orient au ministère des Affaires étrangères. Duncan est depuis longtemps une cible majeure du lobby juif. En 2017, un documentaire d'Al Jazeera a exposé les manœuvres de groupes pro-israéliens travaillant avec l'ambassade israélienne à Londres pour «abattre» Duncan ainsi que le chef du parti travailliste Jeremy Corbyn [4].

Pour Duncan, les amis conservateurs d'Israël, qui promeuvent ouvertement les intérêts d'un pays étranger, avaient réussi à promouvoir une «vision de type Netanyahou de la politique israélienne dans notre politique étrangère». Dans un chapitre, Duncan a critiqué la façon dont les députés conservateurs ont adoré Benjamin Netanyahou lors de sa visite en Grande-Bretagne, une performance apparemment similaire à l'époque où Bibi s'est adressé au Congrès américain et a reçu 27 ovations debout.

Le livre de Duncan est apparu lorsqu'une autre histoire a éclaté sur la façon dont un groupe appelé «UK Lawyers for Israel» agissant au nom du gouvernement israélien avait modifié le matériel inclus dans les manuels scolaires du secondaire. Selon une déclaration publiée par Pearson, le plus grand éditeur de livres scolaires au Royaume-Uni, la société a suspendu la publication de deux manuels en réponse à «un rapport de huit pages, rédigé par les professeurs John Chalcraft et James Dickins, spécialistes du Moyen-Orient, qui ont trouvé des centaines de changements dans les manuels favorisant massivement le récit israélien et supprimant ou remplaçant des passages qui soutiennent les récits palestiniens. »

La censure des matériels de cours ainsi que des manuels par des groupes juifs pour dépeindre Israël d'une certaine manière est certainement en cours aux États-Unis depuis de nombreuses années. Et la corruption de nos institutions pour favoriser Israël et le protéger des critiques est incessante. Il sera intéressant de voir si l'histoire de Gaetz sous tous ses aspects pourra un jour faire surface ou si le membre du Congrès se verra offrir une « incitation » pour « l’encourager » à démissionner tranquillement. D'une manière ou d'une autre, cela rappelle l'affaire Jeffrey Epstein, toujours non résolue, dans laquelle Epstein et sa complice Ghislaine Maxwell ont obtenu du matériel de chantage concernant des dirigeants mondiaux et des célébrités ayant des relations sexuelles avec des filles mineures, un peu similaire aux affirmations concernant Gaetz.[5]

Beaucoup, y compris moi-même, pensent qu'Epstein faisait partie d'une opération de renseignement israélienne, d'une ampleur similaire à celle qui se déroulait le 11 septembre [6], qui cherchait à «influencer» des personnalités clés sur des questions considérées comme importantes par l'État juif. De toute évidence, le jeu continue sans que personne à Washington [Londres, Paris, Berlin, Lisbonne, Madrid, Rome, etc.] ne se soucie beaucoup des dégâts causés à son pays. Les membres du Congrès corrompus et intimidés doivent se demander, tous les matins au petit déjeuner, si certaines activités de la journée sont «bonnes pour Israël» et ne risquent pas de faire l'objet d'un examen plus approfondi de la part des vrais patrons du pays? À en juger par Epstein et Gaetz, il faudrait croire que c’est certainement le cas.

Par Philip Giraldi • April 13, 2021
Philip M. Giraldi, Ph.D., est directeur exécutif du Council for the National Interest, une fondation éducative qui cherche une politique étrangère américaine davantage axée sur les intérêts. au Moyen-Orient. Councilforthenationalinterest.org, inform@cnionline.org

NOTES de H. Genséric

[1] « Business as usual ». Les pardons impardonnables de Trump: une autre performance honteuse du "président d'Israël"
-   USA. L'équipe sioniste de Biden

[2] USA. Jared Kushner va tous nous faire tuer
-   RAPPORT EXPLOSIF: la famille du Crime Kushner contrôle maintenant la Maison Blanche
-   USA. Trump, le Deep State et la famille du crime Kushner

[3] USA. Adelson a acheté la politique étrangère de Trump et des Républicains pour 90 millions de dollars
-   USA. Adelson achète à nouveau Trump pour 75 millions de dollars - mais les médias ne vous le diront pas
-   USA. Miriam Adelson souhaite intégrer un "Livre de Trump" dans la Bible

[4] GB. Le Grand Rabbin veut décider qui doit être Premier Ministre et qui doit être écarté. Par Finian Cunningham
-   GB. Le grand rabbin raciste veut saboter l’élection de Corbyn en l’accusant de racisme
-    Le Messie juif en Angleterre, par Israël Shamir
-   De Corbyn à Staline à Rothschild par Israël Shamir
-    GB. Les élites juives appellent à "sacrifier" Jeremy Corbyn
-   Le fondateur de Wikipedia est un dealer de porno et un agent de propagande sioniste

[5] Mega Group, Maxwell et Mossad : l’histoire d’espionnage au cœur du scandale Epstein
-   USA. L'une des premières victimes d'Epstein déclare que Trump, les Clintons, Dershowitz et Rothschild sont tous impliqués
-   11/9 et Jeffrey Epstein: Les Grands Médias mentent

[6] Oncle Shmuel est vraiment en état de mort cérébrale…
-   La connexion Epstein au 11/9
-   L'attentat WTC du 11/9/2001 : c'est une mini-bombe nucléaire israélienne qui a détruit les tours

Hannibal GENSÉRIC

3 commentaires:

  1. jusqu'où va le trou du ....rabbin ?

    RépondreSupprimer
  2. La communauté juive est aux principales commandes de la finance en Occident, de même que des médias et la culture. Israël compte presque 10 millions d'habitants, la prochaine étape table sur 15 millions. Il faudra de l'espace vital pour loger toutes ces personnes. Ce n'est certainement pas pour demain deux Etats un juif et l'autre palestinien. Le MOSSAD a une arme redoutable pour obtenir des renseignements. Un citoyen d'un pays qui est de religion juive doit IMPERATIVEMENT sous peine de problèmes livrer des informations bancaires, politiques, industrielles, commerciales, scientifiques, militaires ou autres. Depuis 1948, l'Amérique, la Grande-Bretagne, la France ces nations sont sous la coupe d'Israël. Il faudrait au minimum trois Poutine pour redresser la situation.

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.