dimanche 4 avril 2021

La Chine est désormais une superpuissance économique

Début mars, l'Assemblée nationale populaire de la Chine a réaffirmé son objectif de devenir la première "puissance mondiale". Nous pouvons maintenant supposer que la Chine est devenue une superpuissance économique. Elle étend également son influence politique internationale et s'arme délibérément dans des domaines stratégiques (porte-avions, armes nucléaires, armes bactériologiques et virales, etc.), même si elle n'est pas encore une superpuissance dans ces domaines. Elle est toujours loin derrière les États-Unis en termes d'influence militaire et politique mondiale.

 Sur le plan économique, cependant, la Chine a déjà dépassé les États-Unis dans plusieurs domaines. Si les États-Unis ont exporté 1 400 milliards de dollars de marchandises en 2020, la Chine en a exporté 2 600 milliards, soit presque le double

Le déficit commercial américain a augmenté de manière constante depuis 2009, à l'exception de 2013, pour atteindre un nouveau record de 916 milliards de dollars en 2020. La Banque mondiale a fait état de 5 500 milliards de dollars de valeur ajoutée industrielle pour la Chine en 2018, contre 3 800 milliards de dollars pour les États-Unis.

En 2000, les États-Unis comptaient 185 des 500 plus grands super monopoles internationaux ; ils n'en comptent plus que 121. Là encore, en 2019, la Chine a dépassé les États-Unis avec 124 super-monopoles parmi les 500 plus gigantesques entreprises alignant un chiffre d’affaires plus important que la plupart des États. Parmi les cinq plus grands super monopoles du monde - calculés en fonction du chiffre d'affaires - il y a maintenant trois chinois (Sinopec, State Grid, China National Petroleum).

En créant des zones de libre-échange et des blocs commerciaux, le pacte RCEP dirigé par la Chine https://les7duquebec.net/archives/260155  a réussi, en novembre 2020, à créer le plus grand bloc commercial du monde, composé de 15 pays, abritant 2,2 milliards de personnes et représentant 29 % du commerce mondial au début de l'année dernière. Des pays alliés des États-Unis, tels l'Australie, la Nouvelle-Zélande, le Japon et la Corée du Sud participent à une alliance avec la Chine. https://les7duquebec.net/archives/260041

 La Chine est en train d'étendre ses sphères de pouvoir et d'influence au niveau mondial, tant sur le plan quantitatif que qualitatif. Avec les "Nouvelles Routes de la Soie", la Chine a déjà conclu plus de 170 accords bilatéraux  avec plus de 130 pays, https://les7duquebec.net/archives/235293  y compris dans les sphères d'influence traditionnellement transatlantiques, comme l'Europe de l'Est et du Sud-Est, voire l'Italie et la Grèce, Israël ainsi que l'Amérique latine. Ses investissements prétendument altruistes ont endetté les pays - 23 pays africains ont reçu environ 150 milliards de dollars de prêts de la Chine entre 2000 et 2018.  La Chine détient 17 % de la dette souveraine de l'Afrique. https://les7duquebec.net/archives/261211

Sur le plan militaire, la Chine est toujours plus faible que les États-Unis. En 2019, la Chine avait le deuxième budget militaire le plus élevé avec 261 milliards de dollars (un écart énorme avec les États-Unis à 732 milliards de dollars) et la plus grande armée du monde avec 2,2 millions de soldats.

La renaissance économique naissante est liée à une offensive d'exploitation contre la classe ouvrière et les larges masses en Chine. Les contradictions du mode de production capitaliste dans la société chinoise se déploient et doivent, tôt ou tard, éclater au grand jour. La lutte des classes se poursuit et prendra inévitablement des formes plus violentes.

Jusqu'à présent, cependant, contrairement aux États-Unis, la direction chinoise a encore réussi à empêcher cela parce que le mode de production capitaliste est encore dans une phase extensive en Chine et en Asie de l’Est. Cette situation a été favorisée, notamment,  par la gestion rigoureuse de la crise sanitaire par les bureaucrates-centralistes, ce qui a permis à l'économie de redémarrer rapidement.

Elle donne aux principaux monopoles chinois un accès beaucoup plus direct au soutien de l'État dans les sphères économique et politique et diplomatique et un moindre respect des pratiques «démocratiques» bourgeoises. C'est un avantage dans la lutte concurrentielle contre les monopoles des pays d'État capitalistes conventionnels (non socialistes).

L'impérialisme chinois revendique également un rôle de leader idéologique avec ses mensonges sur sa politique d’ouverture, tels que "l’idéologie multilatérale, le pluralisme idéologique", empruntant des concepts au marxisme-léninisme, aux pensées de Mao Zedong et aux valeurs «démocratiques» bourgeoises.

 Au nom d'une relative stabilité politique en Chine, le président chinois Xi Jinping se livre à un mélange particulier de démagogie révisionniste, de politiques d'amortissement social et de suppression brutale de tout germe d'organisation révolutionnaire.
Nous pouvons certainement faire la prédiction que les luttes économiques, politiques, mais aussi militaires mondiales se concentreront de plus en plus en Mer de Chine et autour de cette lutte entre la Chine et les États-Unis. Dans ce contexte, il ne faut bien sûr pas sous-estimer le tigre blessé américain, qui ne se laissera pas contester si facilement son statut hégémonique de superpuissance !

Par Gabi Fechtner
Les 7 du Québec

 

2 commentaires:

  1. Nullité russe ici : https://www.lewrockwell.com/2021/04/paul-craig-roberts/the-kremlin-has-allowed-the-us-ukraine-attack-on-donbass-to-go-on-far-too-long/

    RépondreSupprimer
  2. «Laissez donc la Chine dormir, car lorsque la Chine s'éveillera le monde entier tremblera. »
    Napoleon Bonaparte

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.