vendredi 22 novembre 2019

USA. Cours obligatoire de catéchisme pour les flics sur la religion de l’Holocauste

Aux États-Unis, les groupes juifs sont habiles à créer des mécanismes qui sont bénéfiques à leurs poches et  à Israël, aux dépens du contribuable américain. Les musées de l’Holocauste en prolifération sont un bon exemple, construits parfois par des dons privés mais ensuite payés et gérés par les gouvernements locaux.

Le musée national de l’Holocauste à Washington, par exemple, bénéficie d’un soutien financier de 54 millions de dollars par an. Quand on considère que le soi-disant holocauste a eu lieu il y a près de quatre-vingts ans et n'impliquait absolument pas les États-Unis, c'est un exploit remarquable de rendre ainsi hommage à l'unicité revendiquée des souffrances juives [1], qui sert alors à justifier d'autres abus et à excuser le comportement israélien et ses crimes de guerre en cours.
Pour ceux qui nient que les revendications de l'unicité de la souffrance juive soient exploitées et même promues afin de pouvoir influencer l'opinion publique tout en obtenant des faveurs spéciales du gouvernement, on pourrait citer des cas spécifiques où cela a très certainement été le cas.
Les organisations juives reçoivent plus de 90% des subventions discrétionnaires du Ministère de l’Intérieur, par exemple, et Israël bénéficie d'une aide de 3,8 milliards de dollars par an, auxquels s'ajoutent 10 milliards de dollars provenant de fictifs organismes de bienfaisance, de concessions commerciales et de projets financés par le gouvernement américain approuvés par le Congrès, et que le public américain ignore généralement.
Et faire bénéficier les Juifs du monde entier de ces mannes financières fait également partie des priorités. Outre la création de l'État d'Israël lui-même, à laquelle s'opposaient la plupart des responsables de la politique étrangère des États-Unis, le premier grand effort visant à conditionner la politique étrangère des États-Unis au bénéfice des juifs fut l'amendement Jackson-Vanik de 1975, qui apporta certains aspects des relations avec l'Union soviétique, conditionnées par l’obligation imposée à ce pays de laisser les Juifs émigrer à volonté.[2]
Bien plus scandaleux encore fut l'amendement Lautenberg, inscrit dans la loi publique n ° 101-167 de 1990, accordant le statut de réfugié à des Juifs russes, même s'ils n'étaient en réalité ni persécutés ni en danger.[3]
Le statut de réfugié est important car il fournit des coupons alimentaires, le logement, la sécurité sociale, Medicaid et des avantages éducatifs, ainsi qu'un billet gratuit pour les États-Unis à un «nombre estimé de… 350 000 à 400 000 Juifs [qui] sont entrés aux États-Unis…».
L’éducation à l’Holocauste est obligatoire dans les écoles publiques de 15 États et les groupes juifs déterminent exactement ce qui apparaît dans les manuels d’enseignement sur Israël, ce qui signifie que la propagande sur les Juifs et Israël commence tôt et se poursuit tout au long de l’éducation.
Vingt-sept États ont des lois qui criminalisent ou punissent d’une autre manière quiconque préconise le boycott d’Israël, tandis que le gouvernement fédéral a une législation similaire en préparation et a déclaré que la critique d’Israël était un antisémitisme ipso facto.
Compte tenu de tout cela, il n’est peut-être pas surprenant d’apprendre que les policiers de Tampa, en Floride, suivent actuellement un «entraînement à l’holocauste», parrainé par la Ligue anti-diffamation [4]. Un musée de l’Holocauste est situé tout près dans la rue Saint-Pétersbourg, où le premier groupe d’officiers a été emmené pour être endoctriné.
La formation est obligatoire et serait la première dans l'État de Floride, bien que d'autres initiatives de ce type soient envisagées puisque le gouverneur Ron DeSantis s'est déclaré le chef le plus pro-israélien des États-Unis.
Le présentateur de presse discutant de la formation a également observé en passant que «la formation de sensibilisation à l’Holocauste» était obligatoire «depuis environ une décennie» pour tous les agents de la force publique fédéraux. Il est difficile d’imaginer ce que cette formation est censée faire dans le contexte américain, même si elle vise clairement à rappeler aux stagiaires que, dans l’Allemagne nazie, des policiers étaient impliqués dans des camps de concentration et dans l’exécution prétendue de Juifs.
On pourrait penser que le public finira par arriver à un «y-en-a marre» de ces efforts sans fin ni limite du gouvernement et du secteur privé visant à exploiter l'holocauste et à monétiser les souffrances des Juifs, tout en oubliant toutes autres souffrances [5].
À moins que les créateurs juifs du programme de «formation» ne croient sincèrement que quelque chose analogue à l’Allemagne de 1939-1945 arrive aux États-Unis et ont l’intention de donner un avertissement, il semblerait que c’est encore un coup de chapeau au pouvoir juif américain, probablement aussi destiné à envoyer un message positif sur ce que représente Israël. Par contre, tout ce que tout a à voir avec la sécurité nationale des États-Unis ou en faisant bénéficier le peuple américain est, bien entendu, hors de propos.
Les programmes de formation conjoints organisés en Israël sont également utilisés pour endoctriner les forces de police américaines et sont tout aussi difficiles à comprendre car les Israéliens n’ont aucune idée de ce qu’il en est de mener des enquêtes ou de protéger tous les citoyens de leur pays.
Les flics israéliens sont à l’avant-garde de la violence de l’État contre les Palestiniens et jouent également le rôle de protecteur des colons racistes déchaînés, fortement armés, qui détruisent les moyens de subsistance des Arabes afin qu’ils puissent voler leurs terres. La police israélienne sait également très bien utiliser la «chaise palestinienne» pour la torture lorsqu'elle ne tire pas sur des adolescents arabes dans le dos, compétences que les policiers américains, espérons-le, ne reproduiront pas.
En fait, il a été suggéré que certains policiers pourraient bien récupérer des indications inattendues de la part des Israéliens. La Géorgie a connu une recrudescence des tirs d’officiers, près de la moitié des victimes n’étant pas armées ou tirées par derrière. Au fur et à mesure que cela se déroulait, l'État poursuivait un programme d '«échange de police» avec Israël, géré par la Georgia State University.
Les «programmes d’échange» de police ont débuté il y a vingt-sept ans en 1992 et sont financés par des subventions du Département de la justice des États-Unis, ainsi que des  États et des gouvernements locaux. Selon des sources, «des forces de l'ordre de [plusieurs] États américains ont participé au programme, notamment celles du Tennessee, de l'Alabama, de l'Arizona, de la Californie, de la Floride, de la Géorgie, de l'Indiana, de la Caroline du Nord, du Kentucky, de la Louisiane, du Michigan, du Mississippi, Nevada, New Jersey, New York, Caroline du Nord, Dakota du Nord, Ohio, Oklahoma, Pennsylvanie, Caroline du Sud, Texas, Utah, Virginie, Washington, Washington DC et la Virginie occidentale. ”
Dans certains États et juridictions locales, le programme d’échanges avec Israël est géré par la Ligue anti-diffamation (ADL), qui parraine également des séminaires de propagande sur les pratiques israéliennes de «lutte contre le terrorisme» aux États-Unis.
Cependant, certains États et villes, inquiets d’être liés aux forces de police militarisées israéliennes et à leur occupation brutale des terres palestiniennes, commencent à se retirer du programme de formation. La police de l’État du Vermont, les services de police de Northampton, du Massachusetts et de la ville de Durham, en Caroline du Nord, ont récemment annulé leur programme de formation en Israël.
Des inquiétudes particulières ont été exprimées au sujet du mode de maintien de l'ordre à double standard israélien «nous contre eux», dans lequel les 20% de citoyens arabes du pays sont considérés comme des ennemis, tandis que les colons qui s'en prennent aux Palestiniens sont automatiquement protégés par la police uniquement parce qu'ils sont juifs.
On recourt souvent à la force meurtrière lors de tout incident impliquant des Arabes et des Juifs, même lorsqu'il n'y a pas de menace sérieuse. Certains critiques de la formation font remarquer que ce type de maintien de l'ordre est essentiellement un profilage racial, alors que des zones de l'ancienne Cisjordanie et de la frontière avec Gaza sont devenues des zones de tir libres pour l'armée israélienne et pour les forces de l'ordre, tuant des centaines d’Arabes, dont beaucoup d’enfants.
Les Palestiniens blessés par des policiers ou des colons ne bénéficient également d'aucune réparation de la part des tribunaux israéliens, 3% seulement des enquêtes aboutissant à une condamnation.
Le fait que certaines forces de police américaines s'interrogent maintenant sur l'opportunité de s'entraîner dans un Israël où les officiers de police peuvent librement tirer et tuer des membres d'une minorité religieuse et ethnique opprimée ne devrait pas être une surprise si ce n'est que cela a pris si longtemps.
Le fait que des groupes juifs aux États-Unis obtiennent l’argent des contribuables goys pour promouvoir une entreprise israélienne de nettoyage ethnique, et essentiellement criminelle, est peut-être aussi décourageant qu’il suggère que le pouvoir et l’argent juifs continueront de prévaloir dans le lavage de cerveau du public américain.
La formation sur l'holocauste et les échanges  d’officiers de police avec  Israël sont des idées honteuses, promues par les fonctionnaires ambitieux habituels du gouvernement qui s'adressent au lobby juif pour leur propre bénéfice.
Par Philip M. Giraldi,
Ph.D., est directeur exécutif de National Interest ; son courrier électronique est inform@cnionline.org.
Source : Holocaust training for American police

NOTES
Hannibal GENSÉRIC

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.