dimanche 17 novembre 2019

Bolivie. Pour avoir défié les diktats du monde juif, le chef juif de l'armée et l'ambassade des États-Unis renversent le président élu


Un ultimatum militaire a réussi à destituer le président nationaliste bolivien Evo Morales dans ce qui est largement qualifié de coup d'État.

Les partis d'opposition - dirigés par le néo-libéral Carlos Mesa et le pasteur évangélique coréen Chi Hyun Chung - ont protesté contre les résultats des élections de fin octobre, lorsque Evo Morales a nettement dépassé les deux autres candidats au premier tour de scrutin, avec 48% des voix.

Le général Williams Kaliman s'est rangé du côté de l'opposition et a "fortement exhorté" Morales à la démission. Le nom de famille de Kaliman suggère qu'il fait partie de la petite mais importante communauté juive (d’origine russe et turque) de Bolivie, qui a émigré dans le pays au début du XXe siècle.
 
Le président bolivien Evo Morales, du peuple autochtone Aymara, accompagné du juif Williams Kalimán Romero
Morales, un critique fort de la juiverie mondiale qui a gouverné en tant qu’économiste nationaliste, est depuis des années la cible de conspirations émanant de Washington. Les spécialistes du changement de régime du Juif Carl Gershmann du National Endowment for Democracy (NED) ont dépensé à eux seuls près de Un million dollars en 2018 pour former des journalistes bidons et renforcer des lobbies pro-entreprises opposés à Evo dans le pays. Le NED a des projets similaires dédiés au renversement des gouvernements du Nicaragua, de Cuba et du Venezuela. Comme ce fut le cas en Algérie et en Syrie (échec), et en Libye et en Tunisie (réussite puisque les islamo-terroristes  sont au pouvoir depuis 2011 après le sinistre Printemps Arabe) [1]
La raison invoquée pour demander la démission d'Evo est qu'il y a eu "des irrégularités électorales" lors des dernières élections. L’Organisation des États américains a formulé cette affirmation mais n’a fourni aucune preuve. Des études indépendantes ont montré qu'il n'y avait pas de fraude.
La vérité est que l’opposition, avec tous ses scandales, n’avait tout simplement pas le soutien populaire nécessaire pour vaincre Morales dans un second tour et envisageait de prendre le gouvernement par la force avant le vote.
Subversion planifiée
Des enregistrements fuites publiés par la presse bolivienne révèlent un complot qui va plus loin que de simples manigances d’ONG. Dans l'audio, des responsables militaires et des militants anti-gouvernementaux boliviens parlent franchement de leur collusion avec l'ambassade américaine locale et des ordres donnés par les membres du Congrès, Ted Cruz, Marco Rubio, et le sénateur démocrate corrompu Bob Menendez.
Le plan illustré par les responsables militaires et les militants anti-Morales était de bombarder les maisons des partisans de Morales et d'utiliser les forces armées et la police pour mener un soulèvement armé. L'un des personnages, l'avocat exilé Carlos Sanchez Berzain, est désigné comme le responsable qui disposait de fonds importants pour créer une guerre civile.
Morales, qui n'est pas un homme fort comme Assad ou Maduro, semble avoir pris l'option facile de s'exiler au Mexique. Cela peut amener ses attaquants à ne pas mettre ces plans en marche.
Longue histoire des opérations secrètes
Le gouvernement américain est hostile à Morales depuis que le diplomate Philip Goldberg a été expulsé pour avoir comploté en vue de destituer le gouvernement légitime.
L'épisode le plus controversé de cette guerre secrète a été l'emprisonnement du Juif de Brooklyn Jacob Ostreicher par l'État bolivien en 2012. Ostreicher, qui serait un agent de la CIA, a été surpris en train de blanchir de l'argent de la drogue dans le pays à des fins inconnues. Au lieu de laisser jouer le système judiciaire local, la CIA a réussi une évasion audacieuse et a introduit clandestinement Ostreicher aux États-Unis.
L'héritage d'Evo
13 années de combinaison du nationalisme et du socialisme d’Evo ont amélioré le niveau de vie de la grande majorité des personnes du pays.
Nationalisation: Morales a pris le pouvoir sur un mandat de nationalisation de l'industrie du gaz naturel du pays. Le référendum, qui a entraîné la démission de l'ancien président et actuel dirigeant de l'opposition, Carlos Mesa, a été marqué par un soutien écrasant en faveur de la restitution des ressources naturelles du pays dans les mains de la population. Morales a tenu sa promesse et les bénéfices de l'industrie ont été conservés dans le pays depuis son accession au pouvoir.
 • Paiement en espèces: le programme de Morales, qui offre des primes en espèces aux parents d'élèves, aux familles qui attendent des enfants et aux personnes âgées, a permis de réduire considérablement la pauvreté dans le pays.

Réforme agraire: l’État bolivien de Morales a confisqué des terres spéculatives ou illégalement détenues et les a données à des paysans qui souhaitaient y travailler.
Morales, cependant, n'était pas parfait. La Bolivie, avant même Morales, dépendait depuis longtemps des envois de fonds de sa diaspora massive dans les frontières ouvertes avec l'Argentine, ce qui a détruit la démographie du pays et l'a déstabilisé. Alors que le gouvernement bolivien a suffisamment diversifié son économie pour en dépendre moins, il a protesté contre les menaces faibles et généralement vides de la part du gouvernement argentin de Macri d'expulser certains de ses citoyens en 2017.
La nouvelle direction du pays, compradore (soumise à l’Empire USraël)  ouvrira probablement la voie à un gouvernement qui annulera toutes les réformes populaires d'Evo, comme ce fut le cas en Équateur après que Lenin Moreno a remplacé le populiste Rafael Correa. Moreno a immédiatement ramené le Fonds monétaire international dès qu'il a pris le pouvoir et il fait face maintenant à un soulèvement populaire.
L’histoire récente des coups d’État et des changements de régime soutenus par les États-Unis n’est pas de bon augure pour les mouvements anti-immigration de l’Occident.
La guerre en Afghanistan a produit des millions de réfugiés, dont des centaines de milliers vivent aujourd'hui en Europe.
La tentative manquée de changement de régime en Syrie a déplacé des millions de personnes, avec une estimation basse de 500.000 personnes arrivées en Europe depuis 2012.
Les fameuses "caravanes de migrants" qui ont choqué l'Amérique sont en grande partie composées de Honduriens qui ont fui le pays après un coup d'État de la CIA en 2009.
L’administration Trump envisage de donner le statut de résident à des centaines de milliers de Vénézuéliens choisis au hasard après une tentative infructueuse de forcer leur pays à renverser le gouvernement Maduro, ce qui a plongé le pays dans le chaos. Les figures de proue conservatrices exercent des pressions sur la Maison-Blanche pour qu'elle adopte cette politique afin de "vaincre le socialisme". Tout cela pourrait être évité en mettant simplement fin à la politique d'embargo contre le Venezuela des services financiers mondiaux et en mettant fin aux opérations de la CIA dans le pays.
Alors que seuls quelques intérêts d'élite bénéficient de la fraternité mondiale des ploutocrates, personne d'autre n'en profite. La Bolivie sera objectivement pire avec le retour du FMI et de Wall Street, et une nouvelle vague d'émigration, en réponse au rétablissement de la haute finance ou à la guerre civile, ne serait pas surprenante.
Les déclarations relatives au trucage électoral sont, comme d’habitude, sans fondement.

Source: Jewish Army Chief, US Embassy Overthrow Bolivia's Indigenous President for Defying Diktats of World Jewry

Par  Eric Striker

NOTES
SYRAK. Les kamikazes Saoudiens, et les tortionnaires Tunisiens. Bientôt, l’effet boomerang dans ces 2 pays? Dans cet article, on constate que l’Occident a placé les islamistes au pouvoir afin qu’ils continuent de recruter, former et envoyer les djihadistes nécessaire à l’Occident pour détruire les pays cibles et mettre la main sur leurs richesses pétrolières et gazières. En ce mois de Novembre 2019, les recruteurs de djihadistes ont les pleins pouvoirs au Tunistan : un président intégriste , un chef de gouvernement islamiste aussi ignare qu’incompétent, et le président du parlement croupion n’est autre que l’abominable Ghannouchi [2], le chef suprême des Frères Musulmans, et ami intime d’Al-Baghdadi, alias Shimon Elliot.
Hannibal GENSÉRIC

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.