vendredi 8 novembre 2019

La dernière guerre d'Israël


Dans mon livre de 2011, The Wandering Who (Le vagabond qui), j’ai évoqué le scénario potentiellement désastreux dans lequel Israël serait le noyau d’une escalade mondiale contre les supposées capacités nucléaires émergentes de l’Iran. J’ai conclu que le syndrome de PRE stress traumatique israélien (PRE-TSS) serait au cœur de ce développement. "L’État juif et le discours juif en général sont complètement étrangers à la notion de temporalité. Israël est aveuglé par les conséquences de ses actions, il ne pense à ses actions qu’en termes de pragmatisme à court terme. Au lieu de temporalité, Israël pense en termes de présent étendu. "

En 2011, Israël était toujours confiant dans sa puissance militaire, persuadé qu'avec l'aide de l'Amérique ou du moins de son soutien, il pourrait porter un coup mortel à l'Iran. Mais cette confiance a diminué, remplacée par une anxiété existentielle qui pourrait bien être justifiée. Au cours des derniers mois, les analystes militaires israéliens ont dû composer avec les capacités stratégiques et technologiques spectaculaires de l’Iran. La récente attaque contre une installation pétrolière saoudienne a clairement montré au monde, et en particulier à Israël, que l’Iran est très en avance sur Israël et sur l’Occident. Les sanctions ont été contre-efficaces: l’Iran a développé sa propre technologie de manière indépendante.
L’ancien ambassadeur d’Israël aux États-Unis et historien prolifique, Michael Oren, a répété mes prévisions pour 2011 cette semaine dans the Atlantic et décrit un scénario horrible pour le prochain et probablement le dernier conflit israélien.
Oren comprend qu'une erreur de calcul mineure commise par Israël pourrait conduire à une guerre totale. Les missiles et les drones de tous types tomberaient sur Israël, submergeraient ses défenses et laisseraient en ruines les villes israéliennes, son économie et sa sécurité.
Oren explique en détail comment un conflit entre Israël et l'Iran pourrait rapidement dégénérer en une «conflagration» massive qui dévasterait Israël ainsi que ses voisins.
En Israël, le terme “The War Between the Wars,” «guerre entre les guerres» fait référence à la campagne clandestine ciblée menée par l'État juif entre deux guerres dans le but de différer, tout en se préparant, le prochain affrontement, vraisemblablement avec l'Iran. Au cours des dernières années, Israël a mené des centaines de «guerres entre les guerres» contre des cibles liées à l’Iran au Liban, en Syrie et en Irak. Oren suppose qu'une seule erreur de calcul pourrait facilement conduire à des représailles de la part de l'Iran. «Israël se prépare au pire et part du principe que des combats pourraient éclater à tout moment. Et il n’est pas difficile d’imaginer comment cela pourrait arriver. La conflagration, comme tant d'autres au Moyen-Orient, pourrait être déclenchée par une seule étincelle. "
Jusqu'à présent, l'Iran s'est restreint malgré l'agression constante d'Israël, mais cela pourrait facilement changer. "Le résultat pourrait être une contre-attaque de l'Iran, utilisant des missiles de croisière qui pénètrent dans les défenses anti-aériennes d'Israël et écrasent des cibles comme le Kiryah, l'équivalent du Pentagone à Tel Aviv. Israël exercerait des représailles massives contre le siège du Hezbollah à Beyrouth et contre des dizaines de ses emplacements le long de la frontière libanaise. Et puis, après une journée d'échanges à grande échelle, la vraie guerre commencerait ... "
Oren prédit que les roquettes "pleuvraient sur Israël" à un rythme pouvant atteindre 4.000 par jour. Le système Iron Dome serait submergé par les vastes attaques simultanées contre des cibles civiles et militaires dans tout le pays. Et, comme si cela n’était pas suffisamment dévastateur, Israël n’est absolument pas préparé à contrer des missiles à guidage de précision qui peuvent frapper avec précision les cibles sur tout le territoire israélien à une centaine de kilomètres.
L’aéroport international Ben Gourion serait fermé et le trafic aérien au-dessus d’Israël fermé. La même chose pourrait arriver aux ports israéliens. Les Israéliens qui chercheraient refuge dans des pays lointains seraient obligés de nager pour se sauver.
Dans ce scénario, les milices palestiniennes et libanaises pourraient se joindre à la conflagration et attaquer les communautés frontalières juives sur le terrain, tandis que des missiles à longue portée venant de Syrie, d'Irak, du Yémen et d'Iran débarqueraient. Dans un peu de temps, l’économie israélienne cesserait de fonctionner, les réseaux électriques coupés endommageraient les usines et les raffineries, qui projetteraient des produits chimiques toxiques dans l’air.
Dans le scénario de la Shoah [1], décrit Oren, "Des millions d’Israéliens se blottissent dans des abris anti-bombes. Des centaines de milliers de personnes seraient évacuées des zones frontalières alors que des "terroristes" tentent de les infiltrer. Les restaurants et les hôtels se videraient, de même que les bureaux des entreprises de haute technologie. Les hôpitaux, dont beaucoup ont recours à des installations souterraines, seraient rapidement débordés, même avant que le ciel ne s'assombrisse sous les vapeurs toxiques brûlantes des usines chimiques et des raffineries de pétrole. "
Oren prédit que la réponse sévère d’Israël à une attaque, notamment la répression violente de manifestations en Cisjordanie et à Gaza, ferait de nombreuses victimes civiles et entraînerait des accusations de crimes de guerre.
Comme le dit Oren, il n’a pas inventé cette prévision, c’est un des scénarios similaires prévus par l’armée israélienne et les responsables gouvernementaux.
Si de tels événements se produisent, les États-Unis seront essentiels à la survie de l'État juif en fournissant des munitions, un soutien diplomatique, politique et juridique, et après la guerre, en négociant des trêves, des retraits, des échanges de prisonniers et, vraisemblablement, des «accords de paix». , les États-Unis sous l’administration Trump sont quelque peu imprévisibles, en particulier à la lumière de la procédure de mise en accusation en cours contre Trump.
En 1973, les États-Unis ont aidé à sauver Israël en fournissant à son armée les munitions nécessaires. Les États-Unis vont-ils le refaire? Les Américains ont-ils la capacité d’armer pour contrer la balistique, les missiles de précision et les drones de l’Iran? Plus important encore, quel type de soutien l’Amérique pourrait-elle apporter pour redonner le moral à des Israéliens humiliés et épuisés après leur sortie des abris clandestins après quatre semaines sans électricité ni nourriture et voir leurs villes complètement détruites?
Cela nous amène à la question essentielle. Le sionisme s'est engagé à émanciper les juifs de leur destin en les libérant d'eux-mêmes. Il s'est engagé à mettre fin à l'autodestruction des Juifs en créant un refuge pour les Juifs. Comment se fait-il que sept décennies seulement après la fondation de l'État juif, les peuples qui ont souffert tout au long de leur histoire [2] ont à nouveau réussi à créer le potentiel de leur propre désastre?
Dans The Wandering Who  j’apporte une réponse possible: «Saisir la notion de temporalité, c’est la capacité d’accepter que le passé soit façonné et revu à la lumière d’une recherche de sens. L'histoire et la pensée historique sont la capacité de repenser le passé et l'avenir. »
En conséquence, le révisionnisme est la véritable essence de la pensée historique. Cela transforme le passé en un message moral, il transforme la morale en un acte éthique. Malheureusement, c’est précisément là que l’Etat juif fait cruellement défaut. En dépit de la promesse sioniste d'introduire l'introspection, la moralité et la pensée universelle dans la culture hébraïque émergente, l'État juif n'a pas réussi à rompre avec le passé juif, car il ne comprend pas vraiment la notion de «passé» en tant que substance éthique dynamique et élastique.
NOTES
Hannibal GENSÉRIC

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.