jeudi 24 septembre 2020

Que dit le judaïsme rabbinique sur ce qui différencie les Juifs et les Gentils?

Préface de l'auteur

Les études des croyants judaïques orthodoxes (adeptes du judaïsme post-Second Temple fidèles à la Michna, à la Gemara et à des textes sacrés dérivés représentatifs de la théologie des anciens pharisiens), ont presque toujours été marquées par deux extrêmes: l'approbation vertigineuse, ou son antipode, mépris atavique. Les deux points de vue reposent sur des jugements fallacieux. Dans le premier cas, l'acceptation crédule des slogans pieux et de l'autosatisfaction lacrymale, et dans l'autre, un rejet impitoyable de l'humanité de ceux qui sont captifs du talmudisme, avec un échec à discerner dans notre propre comportement et nos propres croyances ces péchés pour que nous censurons les rabbins.

 

Rien dans cette étude ne doit être interprété comme apportant aide et réconfort aux juifs haineux, antisémites ou pseudo-chrétiens qui dirigent la détestation vers ou préconisent l'oppression des personnes judaïques. Notre travail implique l'analyse d' idées et de textes iniques ; pas les gens . Comme les goyim(Gentils), les personnes judaïques sont des êtres pleinement humains qui méritent dignité, respect, compréhension compatissante et amour, ayant été créés à l'image et à la ressemblance de Dieu. Les chrétiens sont enjoints par notre Sauveur «d'aimer vos ennemis, de bénir ceux qui vous maudissent, de faire du bien à ceux qui vous haïssent et de prier pour ceux qui vous utilisent malgré vous et vous persécutent». (Matthieu 5:44). Ce sont parmi les paroles de sagesse les plus profondes et contre-intuitives jamais prononcées, illustrant le nœud de la théologie des croyants qui composent le vrai Klal Yisroel (peuple d'Israël biblique).

Il y en a des mondains qui, en découvrant à quel point eux-mêmes ou d'autres peuvent avoir été maudits, haïs ou maltraités par certains adhérents du judaïsme orthodoxe, se mettent à désobéir ou du moins, dérogent au commandement de Jésus dans Matthieu 5:44 . Par cet acte de désobéissance, ils se moquent de devenir ce à quoi ils s'opposent: un talmudiste d'esprit et un chrétien de nom seulement.

Historiquement, la contrefaçon de l'ecclesia du Christ a parfois été appelée «Churchianity», et c'est cette institution imposteur portant le nom du Christ qui reflétait la vengeance et le mépris qu'elle dénonçait comme l'apogée du mal lorsqu'elle était pratiquée par les rabbins. Cette approche bipolaire du judaïsme a gravement sapé la mission évangélique de la chrétienté et a servi les esprits démoniaques en le faisant. Jésus a défini notre amour pour lui de manière très nette et claire. Si nous l'aimons, nous garderons ses commandements. Matthieu 5:44 est l'un des commandements de notre Sauveur que nous devons placer au premier plan dans nos esprits alors que nous procédons à l'exploration de la théologie du Talmud.

De plus, les croyants au judaïsme rabbinique ont un besoin urgent de notre préoccupation et de notre effort missionnaire. En plus de la raison évidente pour laquelle ils ont refusé une foi salvatrice en leur Messie Jésus, les conséquences négatives de l'institutionnalisation de ce rejet sont énormes: l'oppression par les dictats talmudiques et théologiques apparentés, y compris la micro-gestion étouffante et tyrannique de leur vie. Les «lois de la pureté familiale» ( Halakhos de Niddah ), par exemple, sont parmi les formes d'oppression des femmes les plus répréhensibles jamais conçues (cf. Judaism Discovered de cet écrivain , pp. 729-747).

Une autre illustration est l'exigence que les femmes juives retirent de leurs maisons chaque grain de hamets - grain levé de tout type (blé, avoine, etc.). Ce diktat est source de névrose et de misère. Pas même une miette peut être présente chez elle pendant les huit jours de Pessa'h (Pâque). Son «échec» à éradiquer totalement chaque particule est censé inviter une malédiction sur la famille en raison de la «négligence» de la femme. Dans les textes kabbalistiques, le hamets représente l'individualité d'un juif, quelque chose qui, selon les rabbins orthodoxes, «doit être éliminé à tout prix».

Un autre facteur misérable est l'incitation du talmudisme à une conduite contraire à l'éthique. Parmi le fourré dense d'injonctions halakhiques odieuses, il y a la commande aux hommes juifs de devenir complètement ivres d'alcool chaque année le jour saint de Pourim (BT Megillah 7b). Ensuite, il y a l'avertissement aux Juifs dans BT Moed Katan 17a, de perpétrer le mal en secret:

«Si quelqu'un voit son yetzer hara (mauvais penchant) l'emporter sur lui, laissez-le aller là où il n'est pas connu, mettez des vêtements sordides et faites le mal que son cœur désire.

La vie de leurs propres bébés à naître est également perdue dans le judaïsme orthodoxe. C'était la décision du célèbre législateur rabbinique «Rachi» (Shlomo Yitzchaki), qu'un bébé juif, avant de naître, n'est pas un être humain avec une âme ( nefesh ).

Selon la loi rabbinique, il est permis de tuer l'enfant déshumanisé par avortement dans des situations où l'enfant à naître est considéré comme un «poursuivant» ( rodef ) qui représente un danger pour la mère (cf. BT Sanhedrin 72b, et Moses Maimonides, Mishneh Torah , Sefer Nezikim, Rotzeach u'Shmirat Nefesh 1: 9).

L'exposition dans cette étude des vérités radicales concernant la théologie et la praxis du judaïsme orthodoxe est impérative pour l'avancement à la fois de l'Évangile et de la raison humaine, ainsi que pour la protection des êtres humains innocents, en particulier en Palestine et au Liban. Il vise également l'illumination et la libération des juifs et des non-juifs, et c'est à ces fins et dans cet esprit seulement que nous avons entrepris ce travail.

Sous la menace de mort

Il est à noter que sur l'autorité de la loi des rabbins dans le Talmud babylonien, dans Berakhot 58a, la publication de cette étude fait de son auteur un rodef (רודף, «poursuivant» homicide). Selon la loi de Din Rodef, une personne désignée comme Rodef est susceptible d'être tuée à vue.

Dans BT Berakhot 58a, un interlocuteur interroge un rabbin résidant en Perse sur le dénigrement raciste des non-juifs. L'autorité religieuse interrogée, le rabbin Sheila, répond au questionneur en déclarant que les gentils sont des bêtes de somme («ânes»). Le rabbin Sheila en déduit alors que l'homme qui interroge va rapporter ce dénigrement des non-juifs aux dirigeants de la Perse. À ce moment-là, le Talmud déclare: «Cet homme a le statut juridique d'un rodef .» Cette section de Berakhot 58a se termine avec le rabbin tuant avec droiture le journaliste potentiel.

La permission talmudique d'assassiner des journalistes et des universitaires qui témoignent du contenu factuel de la loi rabbinique n'a jamais été annulée.

Le rodef se trouve également parmi ceux qui cherchent à restituer des terres volées aux Palestiniens. Pas plus tard que le 4 novembre 1995, un meurtre dramatique d'un individu classé comme un rodef a eu lieu à Tel Aviv, quand un personnage non moins éminent que le Premier ministre israélien Yitzhak Rabin, qui cherchait un traité terre contre paix avec les Palestiniens a été abattu par Yigal Amir, un étudiant zélé du Talmud israélien. Ancien élève de l'Université Bar Ilan, M. Amir a spécifiquement cité le Talmud comme justification du meurtre du Premier ministre israélien.

En essayant de répondre à la question :

«Que dit le judaïsme rabbinique sur ce qui différencie les Juifs et les Gentils?»

Notre réponse est enracinée dans Halakha (loi rabbinique)

Les textes juridiques fondateurs du judaïsme rabbinique sont la Michna et la Gemara . Ils sont collectivement appelés « Torah she-be'al peh » (תורה שבעל פה), c'est-à-dire la loi orale consacrée à l'écriture comme le Talmud Bavli (c'est-à-dire le Talmud babylonien, en abrégé «BT»).

Selon le Talmud babylonien, Dieu lui-même est subordonné aux rabbins: «Puisque Dieu a déjà donné la Torah au peuple juif sur le mont Sinaï, nous ne prêtons plus attention aux voix célestes. Dieu doit se soumettre aux décisions d'un vote majoritaire des rabbins. (BT Bava Metzia 59b).

Par conséquent, la Parole de Dieu (l'Écriture) est subordonnée aux traditions des rabbins. Ces traditions étaient auparavant orales. Ils se sont engagés à écrire, d'abord sous le nom de Mishna , dans les premiers siècles (ère tannaitique), après la crucifixion du Messie d'Israël. La partie suivante du canon talmudique (la Gemara ) produite principalement pendant l'ère Amoraim (vers 300-450 après JC) a été écrite en langue araméenne.

Le Talmud babylonien (par opposition au Talmud de Jérusalem qui ne fait pas autorité), est le texte le plus saint de la religion du judaïsme. Les vénérés «sages de la mémoire bénie» pharisaïques le décrètent eux-mêmes dans le Talmud. Dans BT Shabbat 15c et Baba Metzia 33A, nous voyons les trois déclarations du rabbin Shimon ben Yohai, très honoré et méprisant par les goyim , l'un des plus adorés de tous les «sages». Yohai a écrit: A. «Celui qui s'occupe des Écritures gagne un mérite qui n'est pas un mérite. B. «Celui qui s'occupe de la Mishna gagne un mérite pour lequel les gens reçoivent une récompense. C. "Celui qui s'occupe du Talmud - il n'y a pas de source de mérite plus grande que cela."

Quelle partie de la déclaration irréprochable précédente du livre sacré suprême du judaïsme orthodoxe les gentils et les chrétiens ne comprennent-ils pas? La loi de l'Ancien Testament est une seconde lointaine dans le judaïsme orthodoxe. Il est étudié, mal appliqué et annulé en étant lu à travers le prisme déformant du Talmud.

La base non biblique du judaïsme orthodoxe est reconnue dans la Michna : «Les lois concernant le sabbat, les offrandes de fête et les actes d'intrusion sont comme des montagnes suspendues par un cheveu, car elles ont une base biblique limitée mais de nombreuses lois» ( Mishnah Hagiga i , 8).

Des juifs «fidèles à la Torah»?

La «Torah» est le faux badge d'autorité du judaïsme orthodoxe. Les rabbins proclament qu'ils ont la Torah, qu'ils maîtrisent la Torah, fondent leurs lois sur la Torah et qu'ils sont «fidèles à la Torah». Pourtant, ces affirmations rabbiniques sont un jeu de mots trompeur, car la «Torah» sur laquelle ils fondent leurs lois n'est pas l'Ancien Testament, mais la contrefaçon de la Torah SheBeal Peh . Par conséquent, lorsque les rabbins acclament leur relation avec la «Torah», les chrétiens sont trompés en s'imaginant que les rabbins sont attentifs à leur allégeance à l'Ancien Testament ( Torah SheBichtav ), lorsque les lois du judaïsme orthodoxe émanent du Talmud Bavli artificiel, qui est la «Torah» qu'ils considèrent comme suprême.

En 2010, une sorte de confession concernant ce fait est apparue dans les médias judaïques. Dans un article sur Ynetnews.com du 10 février 2010 intitulé «Time to Face Haredi Secret», Efrat Shapira-Rosenberg a rapporté un aveu remarquable sur les judaïques ultra-orthodoxes «Haredi» (hassidiques):

«Il n'y a pas si longtemps, j'ai parlé avec un jeune homme qui étudie dans l'un des« fleurons »du monde Haredi yeshiva (académie talmudique); une yeshiva qui est sans doute parmi les plus importantes et les plus élitistes. Nous avons parlé de divers problèmes et à un moment donné, j'ai fait référence à un certain personnage biblique que j'affectionne particulièrement. Ce personnage n'était pas l'un des principaux acteurs de la Bible comme Abraham ou Moïse, mais ce n'était pas non plus un personnage particulièrement marginal, mais plutôt un personnage intéressant et significatif à mon avis; celui qui transmet un message important aux savants bibliques.

«Alors pourquoi est-ce que je vous dis tout cela? Parce que le gars n'avait aucune idée de ce dont je parlais. Il n'a jamais entendu parler de ce personnage, il ne le connaissait pas, et il ne connaissait certainement pas les messages importants qu'il nous enseigne.

«… Le moment est venu de briser le mythe et d'aborder explicitement le secret le plus ouvert que nous connaissons tous depuis un certain temps maintenant - l'éducation Haredi dans ses différentes yeshivas se concentre uniquement sur une chose, tout en créant des étudiants ignorants sur tous les autres fronts. Précision importante: je ne parle pas, comme les critiques laïques, du mépris des Haredi pour des matières telles que les mathématiques, les sciences, la littérature anglaise, etc. C'est un problème différent.

«Le problème que j'ai est avec le fait que la grande majorité des yeshiva n'enseignent que le Talmud et les questions et réponses connexes. C'est tout.

«Et la Bible? Je ne dénigre pas, Dieu nous en préserve, l'importance du Talmud. Pourtant, pour une fois, parlons des personnes religieuses qui adhèrent strictement aux mitsva (actions bénies), mais qui ne connaissent pas la Bible… Et ce n'est pas une anomalie - c'est la norme. Les seuls versets bibliques familiers aux étudiants de yeshiva sont ceux cités par les sages du Talmud, et c'est tout. La Bible est considérée comme une sorte de genre inférieur qui convient aux jeunes enfants (ou aux femmes)… »(Fin de citation)

Les Juifs qui rejettent les traditions talmudiques des hommes et ne considèrent comme loi suprême que la Parole de Dieu de l'Ancien Testament, sont connus sous le nom de «Karaites» («Scripturalistes»). Le karaïsme est né en réaction à l'influence croissante du Talmud émanant des académies talmudiques babyloniennes de Pumbedita et Sura (dans l'Irak actuel), parmi les Juifs de la fin du 7e et du début du 8e siècle. Le patriarche juif du Karaïsme était un rabbinique converti du 8ème siècle du talmudisme, Anan ben David. Son livre de préceptes, Sefer ha-Mizvot , sape l'autorité de la Michna et de la Gemara . Il a déclaré: «Cherchez diligemment dans les Écritures et ne vous fiez pas à mon opinion».

En raison de leur dévotion uniquement biblique, tout au long de leur histoire, les Juifs karaïtes ont été persécutés et même tués par des fanatiques talmudiques. L'existence des Karaites est largement inconnue des catholiques Vatican II et des protestants fondamentalistes qui s'imaginent que les rabbins talmudiques sont des scripturalistes fidèles.

Le Talmud de Babylone et ses textes successeurs:

Halakha faisant autorité ou simple commentaire et débats?

Afin de répondre à la question de savoir ce qui rend les juifs différents, il est nécessaire que nous réfutions une défense familière contre les accusations selon lesquelles le Talmud babylonien est la base des lois du judaïsme orthodoxe. Les apologistes affirment que les passages les plus horribles du Talmud babylonien ne constituent pas la loi du judaïsme ( halakha ), mais seulement des commentaires et des débats. La vérité est cependant très différente. Halakha est composée des traditions trouvées dans les textes rabbiniques sacrés non bibliques. L'ensemble de ces textes comprend la loi orale, ce que Josèphe appelait paradôsis  («tradition»).

Les traditions orales des pharisiens sont le fondement du Talmud, comme Jésus l'a déclaré (cf. Marc 7; Matthieu 15). Ces traditions consistent en superstitions extra-bibliques et occultisme, adoration de soi, haine raciste pour les non-juifs et pure absurdité. BT Ketubot 60b-61a: «Si une femme s'accouple dans un moulin à grain, elle aura des enfants épileptiques. Celui qui s'accouple sur le sol aura des enfants au long cou. BT Berakoth 55a: «Une certaine matrone a dit au rabbin Judah b. Ila'i: "Votre visage est [rouge] comme celui des éleveurs de porcs et des goyim !" Le rabbin a répondu: 'Sur ma foi, les deux me sont interdits, mais il y a 24 toilettes entre ma maison et la Beth Midrash (maison d'étude), et quand j'y vais, je me teste dans toutes.

Les apologistes affirment que le Talmud n'est qu'un récit des débats ( mahloket ) entre tanna'im et amora'im (les auteurs du Talmud Bavli connus collectivement sous le nom de Chazal qui ont vécu au début des siècles après JC), et qu'en se concentrant sur une partie de la controverse et confirmant ce passage comme faisant autorité, le critique se trompe, car aucune sanction légale n'est donnée à l'un ou l'autre côté des «débats dans le Talmud». C'est manifestement faux. La Michna et les amplifications rabbiniques ultérieures de celle-ci comprennent la halakha, par laquelle toute personne juive orthodoxe croyante est liée, jusqu'aux détails les plus infimes et les plus intimes de sa vie quotidienne.

La façon dont la loi talmudique est déduite et jugée est souvent une énigme pour les étrangers, mais le fait qu'elle constitue la halakha est certain. Le point clé est que l'apparence d'indétermination talmudique n'empêche pas de légiférer par consensus rabbinique majoritaire - qui est le processus par lequel la halakha talmudique est déterminée dans un temps et une situation donnés, à la fois en termes de décision sur ce qui constitue le loi orale des anciens telle que présentée dans la Mishnah ( halakha lemosheh misinai ), ainsi que les Mitzvot derabanan (commandements rabbiniques) subséquents trouvés dans le Gemar a, résultant du processus déductif connu sous le nom de Middot shehatorah nidreshet bahen .

En tant que stratagème de relations publiques, de nombreux rabbins et dirigeants sionistes prétendent le contraire, révélant la faible opinion qu'ils ont du public, qui, selon eux, avalera la ligne sur le Talmud étant un simple livre de discours et de différends, où aucun enseignement définitif ou loi faisant autorité -faire émerge. L'intention derrière le semis délibéré de cette tromperie réside dans le stratagème qu'en promouvant l'idée que le Talmud est un recueil de débats et de commentaires sans force de loi, aucune mise en accusation n'est possible, puisqu'un autre texte peut toujours être cité pour contredire la offenser un. Cependant, l'enquêteur qui examine la discipline et la pratique historiques du judaïsme orthodoxe peut s'assurer qu'un corpus de lois codifiées dans le Talmud babylonien exerce le commandement le plus profond sur les judaïques individuels et régit leur conduite.

Ce qui est contesté dans le Talmud, c'est souvent le Yud Gimmel Midot, pas la Halakha l'Moshe M'Sinai . En présentant le Talmud au public, cette distinction n'est souvent pas faite. Il y a des milliers de discours dans les textes rabbiniques faisant autorité sur les détails, tels que les plats qui peuvent être lavés le Chabbat (le sabbat) et comment ils peuvent être lavés. Les désaccords dans ce sens ne sont pas des désaccords concernant le dogme talmudique non négociable et fondamental qui forme la halakha elle-même.

Examinons un différend concernant l' éthique de la situation : l'interdiction pour un juif de se raser la barbe, dont les dimensions déchirantes mettraient la patience de la plupart des gens sensés à l'épreuve. Le rabbin Maïmonide (également appelé le «Rambam») a affirmé que la justification de l'interdiction était le fait que les goyim, personnifiés par les chukos ho'akum (coutumes) des prêtres catholiques, étaient rasés de près. Pour distinguer les goyim des juifs, Maïmonide a décrété que la barbe sur les hommes juifs était obligatoire. Un point de cette thèse sur cette éthique de la situation particulière a été soulevé des siècles plus tard par le savant posek (déterminant de la halakha ), le rabbin Yosef Babad, dans son Minchas Chinuch, une dissertation du 19e siècle sur le Sefer ha-Chinuch du XIIIe siècle , lui-même un traité sur la halakha codifié par Maïmonide au XIIe siècle. Le rabbin Babad, dans sa décision, a suivi la clarification apportée par un halakhiste du 17ème siècle , le rabbin ha-Levi Segal («le Taz»), déclarant qu'il y avait des circonstances atténuantes et des dispenses liées au rasage, en ce qu'il devient la pratique générale du catholique prêtres à se faire pousser la barbe, les juifs ne seraient plus obligés de ne pas se raser.

Dire qu'il existe des dizaines de milliers d'autres cas comme le précédent serait une estimation basse. Gedolim, poskim et les autres autorités juridiques prodigieusement érudites du judaïsme orthodoxe clarifient, modifient, se chamaillent et se fendent les cheveux pour des anecdotes puériles, comme celle de savoir si un juif peut s'endormir en portant des chaussures. (Non, parce que c'est «un goût de mort», selon BT Yoma 78b. Cependant, si les chaussures doivent être portées pendant une brève sieste, cela pourrait être autorisé, comme spécifié dans Lekutei Maharich Tefillas Rav NB'H p. 107; Pe'as Sadecha 37, et Shemiras Haguf V'hanefesh[115, note 2]). Que se passe-t-il si pendant sa soi-disant courte sieste la personne juive dort trop longtemps? La réponse à cette question requise se trouve dans une autre douzaine de sources rabbiniques.

Ensuite, il y a les pages de responsum concernant l'autorisation d'utiliser un désodorisant de toilette coloré le Chabbat (Sabbat): «Certains poskim disent que c'est considéré comme une teinture (coloration) le Chabbat», ce qui est interdit (cf. Minchas Shlomo , 2:14 et Rav YA Silber: Oz Nidberu 13:14). «Harav Yisrael Belsky soutient que si le désodorisant est suspendu au bord des toilettes, on peut l'utiliser sur S habbos, alors que s'il est dans les toilettes même, il est considéré comme colorant le Chabbat »et n'est pas autorisé (cf. Moishe Dovid Lebovitz [2010], p. 89). Le judaïsme orthodoxe est constitué d'un univers d'avocats qui portent le nom de rabbin. C'est le domaine d'une bureaucratie théocratique tellement envahie de lois, de règlements, de stipulations et de minuties - ainsi que d'innombrables dérivés de ceux-ci - qu'elle fait par comparaison le Bureau de Circumlocution de Charles Dickens comme une utopie libertaire.

Les règles de dérivation et de procédure ( Yud Gimmel Midot ) ne peuvent pas être comparées à la loi orale, que le dogme rabbinique fantasme que Yahvé a donnée à Moïse. Aux am ha'aretz ( bumpkins ignorants), il est insinué que le Talmud est une société de débats où tout est sur la table. Cette insinuation révèle un mépris pour la personne, qu'elle soit judaïque ou non judaïque, qui ose vérifier la question. Utiliser le compte rendu des différends talmudiques sur des questions relatives à l'éthique des situations pour soutenir que dans le Talmud les dogmes du judaïsme rabbinique sont simplement battus dans les deux sens dans des débats qui n'ont pas une fonction significative dans la formation de la halakha, est presque trop stupide pour mériter un commentaire. Néanmoins, de nombreuses personnes troublées par une documentation franche du contenu non censuré du Talmud, lorsqu'elles ont une ligne de malarkey sur le fait qu'il s'agit d'une série de débats juridiquement non faisant autorité, l'avalent trop souvent - acceptant la légende selon laquelle le judaïsme rabbinique est la religion du Les prophètes de l'Ancien Testament d'où sont nés les concepts de la civilisation occidentale de libre arbitre, de liberté de conscience et de raisonnement pour soi-même.

En vérité, le credo fondé sur le Talmud est totalement étranger à cette noble éthique occidentale. L'organisation rabbinique orthodoxe Agudath Israël publie le journal Hamodia , dans lequel nous trouvons la déclaration représentative suivante dans le numéro 19 Adar 5763 (21 février 2003), p. 14: «Depuis des temps immémoriaux, chaque Juif craignant D.ieu a soumis ses affaires personnelles et communautaires à la direction de son Rav (rabbin), comprenant la folie de suivre les préceptes de son cœur ou de son esprit.»

Les lois de la Mishnah et de la Gemara telles que décidées par le consensus de Chazal à travers leur prétendu pouvoir surnaturel de siyata dishmaya, comme indiqué dans les codes de loi faisant autorité dérivés du Talmud Bavli, tels que la Mishneh Torah , Shulchan Aruch, Mishnah Berurah etc., sont précédents juridiques contraignants. Les opinions incompatibles avec le canon talmudique sont nulles.

Parce que le principe de l'éthique de la situation est au cœur du judaïsme orthodoxe, la halakha est appliquée et appliquée selon des rigoureuses et des indulgences adaptées à une période donnée. Ces distinctions remontent aux « paires de zuggots » de l'ère tannaitique.

"Ne montre aucune pitié pour un non-juif"

Au Moyen Âge (l'ère Rishonim), Moïse Maïmonide a consacré douze ans à extraire chaque décision et loi du Talmud de Babylone et à les organiser en quatorze volumes systématiques. Le travail a été achevé en 1180 sous le nom de Mishneh Torah .

Dans la Michneh Torah , Moïse Maïmonide a enseigné dans le chapitre 10 «Avodat Kochavim», «Ne montrez aucune pitié à un non-juif».

Il a donné l'exemple suivant: «Si nous voyons un non-juif être emporté ou se noyer dans la rivière, nous ne devons pas l'aider. Si nous voyons que sa vie est en danger, nous ne devons pas le sauver.

L'éthique de la situation dans le meurtre de chrétiens

Maïmonide a également enseigné que les chrétiens devraient, dans les circonstances appropriées, être tués. Les «circonstances appropriées» sont fondées sur l'éthique de situation de Rabbi Maïmonide: lorsque les talmudistes dominent fortement les goyim, alors les adorateurs de Jésus peuvent être exécutés.

C'est le fondement de la décision du rabbin Maïmonide sur le moment où les médecins juifs peuvent refuser de traiter des patients non juifs: lorsque les juifs sont suffisamment suprêmes dans une nation pour que le refus de traiter n'entraîne pas de répercussions et de représailles de la part des goyim , qui seraient trop intimidés pour riposter dans une nation où la suprématie juive était presque totale. Il est instructif d'observer que Maïmonide dans Mishneh Torah , Sefer Ha-Mada, Aodah Zara 10: 1-2, a statué que les goyim qui ne sont pas actuellement en guerre avec Israël ne devraient être ni activement tués, ni sauvés de la mort: «Il est interdit à la fois de les sauver de la mort et les tuer.

Ce n'est pas une simple constatation ouverte et fermée. De nombreux autres textes rabbiniques ont été générés, exposant la situation éthique qu'implique cette injonction. Cf. par exemple Rabbi Nahmanides, Hidushei HaRambam , Makot 9a. Le principal législateur, le rabbin Joseph Karo, compilateur des volumes juridiques hautement crédités du Shulchan Aruch , considère la décision de Maïmonide non pas comme une interdiction de tuer des goyim , mais comme un moyen de dispenser temporairement un Juif de l'obligation de les tuer, sans rien faire pour les sauver de la mort.

Dans cet esprit, nous observons comment la halakha est appliquée et appliquée sous réserve de contingences telles que celles stipulées par Maïmonide: la position juridique, politique et sociale des juifs dans la nation dans laquelle ils résident et les goyim avec lesquels ils ont affaire.

Ainsi, par exemple, dans la Palestine occupée contemporaine («Israël»), la plupart des chrétiens, des musulmans et des Arabes en général peuvent être tués avec une impunité relative, selon la situation. Il peut y avoir un tollé temporaire dans le monde occidental pour protester, mais historiquement ces protestations se sont calmées, sans effet néfaste durable sur l'État israélien. Cependant, dans le passé, dans les pays où les gouvernements chrétiens ou musulmans étaient vigilants concernant les crimes contre les personnes non juives, le champ d'action contre les chrétiens et les musulmans, tel que promulgué par le législateur Rabbi Moïse Maïmonide dans sa Mishneh Torah , était limité par les circonstances. Maïmonide lui-même a servi pendant un certain temps comme médecin personnel de la famille du sultan d'Égypte, se dispensant ostensiblement du dictum talmudique de ne montrer aucune pitié àgoyim . La situation exigeait cependant que l' éthique talmudique soit suspendue pour le moment pour un objectif plus primordial - permettre à Maïmonide de gagner de l'influence auprès de la famille dirigeante de l'État-nation.

Pendant l'administration du président Barack Obama, le Wall Street Journal a rapporté que des médecins et des hôpitaux israéliens donnaient des soins médicaux aux combattants d'Al-Qaïda blessés du Front de Nosra, afin d'accélérer leur retour sur le champ de bataille syrien, où ils menaient la guerre contre le gouvernement. de Bashar al-Assad (cf. «Al-Qaïda, un moindre mal?» Wall Street Journal en ligne, 12 mars 2015; et Wall Street Journal, 13 mars 2015, p. A6). Ceci est un autre exemple de la façon dont les injonctions rabbiniques peuvent être temporairement suspendues dans certaines circonstances, conformément à l'éthique de situation du judaïsme orthodoxe.

Par conséquent, il y a certainement un débat au sein du rabbinat sur comment, quand et dans quelle mesure appliquer la halakha dérivée du talmudique .

Extrapoler de la situation dans laquelle les questions de timing et d'application tactique se posent au sein du rabbinat, à une annulation de l'existence et de la force impérieuse de la loi exercée par la Mishna talmudique et la Gemara , est sans fondement.

Par exemple, il n'y a pas de débat authentique sur les gentils ayant une âme moindre (ou dans le cas de la théologie Habad-Loubavitch, aucune âme du tout).

Que les goyim sont déficients en nefesh, c'est la loi sacrée fixe du judaïsme orthodoxe. La manière dont la loi selon laquelle les goyim sont moins qu'humains est appliquée est en effet sujette à discussion et à contestation dans la Mishneh Torah, Kesef Mishneh et des centaines de textes juridiques apparentés dérivés du Talmud. Mais la halakha comprenant le Talmud de Babylone elle-même est incontestable. Lorsque des défenseurs putatifs du Talmud s'engagent dans l'absurdité et signalent des débats sur la façon dont la halakha talmudique doit être interprétée, comme une preuve que la source de la Torah she-be'al peh- les textes talmudiques eux-mêmes - ne comportent qu'un recueil admiré de débats et de discussions, ils font une farce à leurs dupes goyische .

Outre la Mishnah et la Gemara du Talmud Bavli, les lois du judaïsme rabbinique sont également dérivées de textes juridiques successeurs émanant du Talmud. Ceux-ci incluent, mais ne sont pas limités à, la Mishneh Torah , le Shulchan Aruch , la Mishnah Berurah , le Shulchan Aruch Harav, le Kitzur Shulchan Aruch , l' Igros Moshe , et de nombreuses dizaines de volumes sacrés post-talmudiques supplémentaires ayant force de loi. dans le judaïsme orthodoxe ashkénaze.

Où est la Parole de Dieu, demandez-vous, au milieu du miasme des lois anthropocentriques qui constituent ces traditions rabbiniques? C'est une bonne question et une question que les protestants sola Scriptura - qui excorent le catholicisme sur sa croyance en une théologie Bible-plus-Tradition - ont généralement soit ostensiblement ignorée, soit inconsciemment négligée.

La turpitude morale inhérente des Goyim

Nous voulions démontrer que la loi rabbinique impute une turpitude morale inhérente aux non-juifs et les classe comme étant naturellement malveillants.

Les  goyim  sont regroupés avec des catégories de criminels et de transgresseurs qui ne peuvent pas agir en tant que témoin dans un Beis din (tribunal rabbinique; cf. Shulchan Arukh:  Hoshen Mishpat 34).

Les Goyim sont détestés et craint en partie parce qu'on leur enseigne qu'ils sont congénitaux prédisposés à commettre un meurtre:

«Un juif ne doit pas être seul avec un goy , car le goy est soupçonné d'avoir commis un homicide.» ( Kitzur Shulchan Aruch 168: 17).

Dans les lois régissant la kashrut (nourriture et boisson casher), les victuailles ne peuvent être consommées par un juif si leur préparation était entièrement par un goy . Un goy manipulant de la nourriture juive doit être supervisé par un juif frum ( pratiquant le Talmud), car on ne peut pas faire confiance à un goy pour ne pas rendre la nourriture ou la boisson impure ou toxique. Même cette préparation de nourriture supervisée peut ne pas être autorisée dans les situations où une rigueur, connue sous le nom d'interdiction rabbinique du bishul akum, est appliquée. (Cf. Pischei Teshuvah YD.113 : 1, Aruch ha-Shulchan 113: 50; YD 113: 16; Chochmas Adam66:11). Dans certaines circonstances, le vin qui a même été touché par un non-juif «a été souillé et est impropre à l'usage des juifs» (BT Avodah Zarah 72b).

Lorsque l'opportunité de sauver une vie humaine judaïque ( pikuah nefesh ) entre en conflit avec l'observance du sabbat, le sauvetage de la vie judaïque prime. Les autorités judiciaires rabbiniques font également une distinction entre l'obligation de sauver une vie judaïque le jour du sabbat et la vie d'un  goy .

Israel Meir Kagan (1838–1933), l'   autorité halakhique connue sous le nom de Chofetz Chaim (alias le  Hafetz Hayyim) , a condamné le comportement de tout médecin judaïque qui ne faisait pas de discrimination entre juifs et non juifs. Concernant les médecins judaïques, le rabbin Kagan a écrit dans Mishnah Berurah:  OH 330, «… pour traiter un non-juif… il n'y a aucune autorité pour eux de le faire.» (Le statut halakhique de Mishnah Berurah du rabbin Kagan a  été évalué par Simcha Fishbane dans  L'Encyclopédie du judaïsme, comme suit «Son plus grand travail, qui reste la plus forte influence sur la pratique orthodoxe aujourd'hui et dont l'autorité est considérée comme définitive, est Mishnah Berurah [1884-1907], en six volumes »).

C'est un minhag (une coutume sans force de loi) de se référer aux goyim en utilisant des insultes raciales. Les hommes non juifs sont qualifiés d '«abomination masculine» ( shegetz ; pluriel: shkotzim ). En ce qui concerne les femmes non juives, le terme raciste de dérision est shiksa , désignant une abomination féminine.

« Seuls les juifs sont humains»

Le Talmud babylonien déclare: «Seuls les Juifs sont humains. Les non-juifs ne sont pas humains. » (Bava Metzia 114b. Aussi: BT Kerithoth 6b et 58a).

L'une des premières lois faisant la distinction entre les juifs et les goyim se trouve dans le Talmud babylonien, dans le Sanhédrin 57a:

«En ce qui concerne l'effusion de sang, la distinction suivante s'applique, si un non-juif a tué un autre non-juif, ou un non-juif a tué un juif, le tueur est passible de l'exécution; si un juif a tué un non-juif, il est exempt de châtiment.

«En ce qui concerne un juif volant à un non-juif, l'acte est autorisé.» (BT Sanhedrin 57a).

Il est ordonné dans le Kiddushin 66c du Talmud: «Le meilleur des gentils: tuez-le; le meilleur des serpents: écraser son crâne; le meilleur des femmes: est rempli de sorcellerie. (La version non censurée de ce texte apparaît dans Tractate Soferim [New York, M. Higer, 1937], 15: 7, p. 282).

Les décrets du Talmud dans le Sanhédrin 81b-82a: «Toutes les femmes non juives sans exception sont: ' Niddah, Shifchah, Goyyah et Zonah ' (saletés menstruelles, esclaves, païennes et prostituées).

Le Talmud déclare que les Noirs sont maudits: «Les sages ont enseigné: Trois d'entre eux ont violé cette directive et se sont engagés dans des relations sexuelles dans l'arche, et tous ont été punis pour l'avoir fait. Ce sont: le chien et le corbeau, et Cham, fils de Noé. Le chien a été puni en ce qu'il est lié; le corbeau a été puni en ce qu'il crache, et Ham a été affligé en ce que sa peau est devenue noire. (BT Sanhedrin 108b).

Le texte juridique talmudique précédent a directement contribué à la souffrance et à la misère des Africains noirs réduits en esclavage au motif qu'ils étaient des descendants maudits de Ham et que leur asservissement était préordonné par Dieu. Nulle part ce mensonge sectaire ne se trouve dans la Bible. C'est entièrement l'invention de la théologie talmudique et midrashique des hommes.

De plus, une déclaration de l'arbitre suprême de la loi rabbinique dans le monde ashkénaze, le rabbin Moïse Maïmonide, a créé une justification pour les esclavagistes blancs et les marchands d'esclaves (à la fois judaïques et chrétiens) pour asservir les Noirs à vie et les traiter comme des biens meubles ( animaux). Maïmonide a rendu ce service pour la traite des esclaves dans son texte fondateur, The Guide of the Perplexed, qui est célébré dans tout le monde occidental (son image est suspendue à une place d'honneur dans les salles du Congrès et de nombreux bâtiments aux États-Unis sont nommés pour lui). Dans Le Guide des perplexes,cet «illustre» rabbin a enseigné que les Noirs sont des «animaux irrationnels» situés à mi-chemin entre le singe et l'humain (cf. University of Chicago Press, Shlomo Pines translation, vol. II, [1963], p. 618).

Leo Strauss, professeur de science politique à l'Université de Chicago, était le principal disciple de Maïmonide dans la politique et la science politique américaines du XXe siècle. Les intellectuels néoconservateurs («néoconservateurs») qu'il a influencés ont joué un rôle important dans la décision de George W. Bush d'envahir et de faire la guerre inutilement à la nation irakienne. Le président Bush a occupé de nombreux postes clés de commandement et de conseil auprès des néoconservateurs, notamment Dick Cheney, Donald Rumsfeld, Elliott Abrams, Paul Wolfowitz, Richard Perle, Bill Kristol, Douglas Feith, John Bolton et Ari Fleischer.

Le livre sacré fondateur du judaïsme orthodoxe Habad-Loubavitch, théologiquement influent et, aux États-Unis, politiquement puissant, est le Tanya, qui a été écrit par le fondateur de Chabad, le rabbin Schneur Zalman de Lyady. Ce volume fondamental Habad décrète que:

«Les âmes païennes sont d'un ordre complètement différent et inférieur. Ils sont totalement mauvais, sans aucune qualification de rachat. Leur abondance matérielle provient des déchets célestes. En effet, ils dérivent eux-mêmes des déchets, c'est pourquoi ils sont plus nombreux que les Juifs.

(Cf. Habad: Le hassidisme de Shneur Zalman de Lyady [Jacob Aronson, 1993], pp. 108-109). Apparemment, le rabbin Zalman n'a jamais lu ni crédité Genèse 22:17 dans laquelle Dieu informe Abraham que ses descendants seront «plus nombreux que les étoiles dans le ciel».

Shneur Zalman: "Les âmes des goyim émanent des kelipot impurs (cosses) qui ne contiennent aucun bien." (Cf. Ouverture du Tanya , p. 43).

La Kabbale dans le volume «Livre de la splendeur» (Zohar ), définit kelipot comme «des enveloppes du mal… des déchets… du mauvais sang… des scories… de la lie… la racine du mal» (Gershom Scholem, Kabbale, pp. 125, 139, 156 -157).

Les rabbins «colons» israéliens tels que feu Moshe Levenger et Meir Kahane ont pris à cœur le dogme du rabbin Zalman et ont encouragé le terrorisme contre les civils palestiniens. Levenger a tiré à mort un magasinier palestinien non armé et a purgé moins d'un an dans une prison israélienne pour le meurtre. Aujourd'hui, des dizaines de milliers de rabbins de Brooklyn à Moscou et Jérusalem, prêchent et enseignent la déshumanisation déchirante des goyim promulguée par le fondateur vénéré du judaïsme Habad-Loubavitch. Les Palestiniens sont opprimés, volés, battus et tués sur la base de la détermination théologique qu'ils ne sont pas humains , comme les goyim en général; en effet, des ordures («rebut céleste»).

Dans le judaïsme orthodoxe, on ne doit pas faire confiance aux goyim : «… la parole d'un gentil est totalement écartée en ce qui concerne les interdictions rituelles… Dans une situation où la parole d'un gentil n'est pas invoquée, sa conversion au judaïsme n'influencera pas notre acceptation de son témoignage. —Rabbi Ezra Basri, juge en chef, tribunal de district, Jérusalem, «Le témoignage d'un Gentil concernant les questions rituelles», dans Ethics of Business Finance & Charity , vol. 2, chapitre 13.

Dans le judaïsme orthodoxe, il n'y a aucune obligation d'être juste envers les goyim : «Les lois (d'équité) mentionnées ci-dessus ne s'appliquent qu'entre deux voisins juifs. Les Gentils ne respectent pas nécessairement ces principes et, par conséquent, il n'y a aucune obligation de leur montrer une telle considération en retour. —Rabbi Ezra Basri, juge en chef, vol. 4, chapitre 2.

Violer les Goyim

En 2014, le Dr Mordechai Kedar, professeur à l'élite de l'université israélienne de Bar-Ilan, a déclaré que la seule action qui puisse réussir à dissuader la résistance armée des Arabes est de violer leurs sœurs ou leurs mères. Les propos du professeur Kedar n'étaient ni une aberration ni une mauvaise interprétation. Ils étaient conformes à la loi rabbinique.

Bien que les hacks habituels des relations publiques prétendent que l'observation monstrueuse contre le viol du professeur de l'Université Bar Illan est «condamnée par la tradition juive» (citant, par exemple, BT Kiddushin 22), il existe des clauses d'évasion rabbinique qui justifient le viol. Premièrement, la cible du viol doit être classée comme zonah (prostituée) ou nokri (extraterrestre hostile). L'autorité halakhique ashkénaze suprême , le rabbin Moïse Maïmonide, décide qu'un soldat judaïque peut violer ce type de femme « Yefas To'ar» (prisonnier de guerre), quand il ne mène pas activement une bataille ( Hilchos Melachim 8: 3).

Un texte dans le  journal de  théologie Meorot de l'école rabbinique Yeshivat Chovevei Torah, autorise les soldats judaïques à violer une fois une femme captive de combat de goy :

«C'est le consensus de nombreux décideurs halakhiques (juges de la loi rabbinique) que le yefat to'ar (femme captive de combat de goy ) peut être soumis à des rapports sexuels involontaires, bien qu'une seule fois, après quoi elle doit suivre un régime spécifique décrit dans la Torah ( Torah sheBeal peh c.-à-d. La Michna et la Gemara), conversion et mariage, avant que son ravisseur ne soit autorisé à avoir d'autres relations sexuelles avec elle… »

Source: Dov. S. Zakheim, Meorot vol. 6: non. 1 (2006), p. 5. (M. Zakheim était sous-secrétaire à la défense dans l'administration de George W. Bush, 2001-2004).

Les partisans du viol des non-juifs se trouvent aux plus hauts niveaux de la classe dirigeante israélienne. Voici l'autorisation de commettre un viol donnée par Eyal Karim, le grand rabbin de l'armée israélienne:

«Les guerres d'Israël […] sont des mitsva (divinement bénies), dans lesquelles elles diffèrent du reste des guerres que les nations ( goyim ) mènent entre elles. Puisque, essentiellement, une guerre n'est pas une affaire individuelle, mais plutôt que les nations font la guerre dans son ensemble, il y a des cas où la personnalité de l'individu est «effacée» au profit de l'ensemble. Et vice versa: parfois vous risquez une grande unité pour sauver un individu, alors que c'est essentiel pour des raisons de moral. L'une des valeurs importantes et critiques pendant la guerre est le maintien de la capacité de combat de l'armée […]

« Comme dans la guerre l'interdiction de risquer votre vie est brisée au profit des autres, sont donc les interdictions contre l' immoralité et de la cacheroute (casher). Le vin touché par les gentils, dont la consommation est interdite en temps de paix, est autorisé en temps de guerre, pour maintenir le bon esprit des guerriers. La consommation d'aliments interdits est autorisée en temps de guerre (et certains disent, même lorsque de la nourriture casher est disponible), pour maintenir la forme physique des guerriers, même si elles sont interdites en temps de paix.

«Juste ainsi, la guerre supprime certaines des interdictions sur les relations sexuelles ( gilui arayot ), et même si fraterniser avec une femme païenne est une question très sérieuse, cela a été autorisé en temps de guerre (selon les termes spécifiques) par manque de compréhension des difficultés endurées par les guerriers. Et puisque le succès de l'ensemble à la guerre est notre objectif, la Torah a permis à l'individu de satisfaire le besoin maléfique ( yetzer ha'ra ), dans les conditions mentionnées, dans le but du succès de l'ensemble. (Fin de citation).

Les paroles du rabbin Karim seraient méprisables même s'il n'était pas le principal enseignant spirituel et conseiller de l'armée israélienne qui tient dans sa main de fer la population captive presque impuissante de Palestine.

 le racisme et la bigoterie du Talmud babylonien envers les non-juifs

La doctrine talmudique raciste et haineuse sur les non-juifs a été militarisée par les injonctions halakhiques des rabbins en «Israël» et aux États-Unis, et l'expulsion, l'assujettissement et le meurtre en masse de Palestiniens et le massacre israélien d'Arabes au Liban ne peuvent être que pleinement compris dans le contexte de la halakha anti-gentil dérivée du Talmud, qui était autrefois dissimulée, obscurcie et niée, et qui est de plus en plus publiée dans la presse en hébreu, et dans le cas du Steinsaltz Talmud, en anglais.

«La supériorité juive et la question de l'exil»

Le rabbin Saadya Grama est l'une des stars intellectuelles du Beth Medrash Govoha, autrement connu sous le nom de «Lakewood yeshiva», un centre de renommée internationale pour l'étude du talmud situé dans le New Jersey. En 2003, Grama a publié le livre, Romemut Yisrael Ufarashat Hagalut («La supériorité juive et la question de l'exil»). Il y déclamait:

«Le Juif par sa source et dans son essence est tout à fait bon. Le gentil, par sa source et dans son essence même, est complètement mauvais. Il ne s’agit pas simplement de distinction religieuse, mais plutôt de deux espèces différentes…

«Le succès juif dans le monde dépend entièrement de l'échec des autres peuples. Les Juifs ne connaissent la chance que lorsque les Gentils vivent une catastrophe… La différence entre Juifs et Gentils n'est pas historique ou culturelle, mais plutôt génétique et inaltérable.

Le rabbin Grama a en outre déclaré que la «Torah» stipule que les Juifs, pendant leur exil, devraient employer des moyens tels que «… la tromperie, la duplicité et la corruption dans leurs relations avec les gentils».

Romemut Yisrael Ufarashat Hagalut a été approuvé par d'éminentes autorités rabbiniques, y compris l'éminent rabbin Aryeh Malkiel Kotler, le Rosh yeshiva (doyen du séminaire) à Lakewood. Il a loué Grama pour son enseignement sur: «… les sujets de l'exil, l'élection d'Israël, et son exaltation au-dessus et sa supériorité sur toutes les autres nations, le tout conformément au point de vue de la Torah, basé sur la solide instruction qu'il a reçue de ses professeurs. (Un an après la publication du volume suprémaciste de Grama, le Congrès a accordé à la yeshiva Lakewood une subvention fédérale de 500 000 $).

Manuels de meurtre : Baruch Hagever et Torat Hamelech

« La vie juive a une valeur infinie. Il y a quelque chose d'infiniment plus saint et unique dans la vie juive que la vie non juive »

Le rabbin Yitzchak Ginsburgh (né en 1944 à Saint-Louis, Missouri), est considéré comme l'un des principaux experts de Habad-Loubavitch sur la Kabbale. Il est un éducateur et influenceur renommé aux États-Unis et dans l'État israélien. Comme le rabbin Grama, Ginsburgh enseigne également le dogme selon lequel les juifs possèdent une supériorité génétique sur les non-juifs.

«Si deux personnes se noient, un juif et un non-juif, la Torah dit que vous sauvez d'abord la vie juive», affirme le rabbin Ginsburgh.

Il enseigne: «Si chaque cellule d'un corps juif implique la divinité, fait partie de Dieu, alors chaque brin d'ADN fait partie de Dieu. Par conséquent, l'ADN juif a quelque chose de spécial.

Le rabbin Ginsburgh a ajouté: «Si un juif a besoin d'un foie, pouvez-vous prendre le foie d'un non-juif innocent qui passe pour le sauver? La Torah permettrait probablement cela. La vie juive a une valeur infinie. Il y a quelque chose d'infiniment plus saint et unique dans la vie juive que la vie non juive.

Le rabbin Ginsburgh est l'auteur de Baruch Hagever , un livre louant l'exemple du meurtrier de masse Baruch Goldstein, qui a massacré 40 Palestiniens alors qu'ils priaient dans une mosquée à Hébron à Pourim, février 1994. Dans Baruch Hagever, le rabbin a qualifié le massacre, «… un acte de bravoure dont la source était la grâce divine.

Baruch Hagever est un résumé fourni par l'un des étudiants de Ginsburgh, d'une classe que le rabbin Ginsburgh a enseignée en 1994 au cours de laquelle il a identifié les aspects positifs du massacre des fidèles musulmans par Baruch Goldstein à la grotte des patriarches comme:

«La sanctification du nom de Dieu… La vie d'Israël vaut plus que la vie du goy et même si le goy n'a pas l'intention de blesser Israël, il est permis de le blesser afin de sauver Israël.»

«Légalement», affirme Ginsburg, «si un juif tue un non-juif, on ne l'appelle pas un meurtrier. Il n'a pas transgressé le sixième commandement: «Tu ne tueras pas». Cela ne s'applique qu'aux Juifs tuant des Juifs. (Ceci est une référence presque textuelle à BT Sanhedrin 57a).

Les enseignements de Ginsburgh ont incité une nouvelle génération de meurtriers israéliens qui s'appuient sur sa théologie talmudique pour justifier le meurtre de goyim .

Cette théologie rabbinique homicide est transmise dans un livre co-écrit en 2009 par le Rosh yeshiva (doyen) du séminaire de Ginsburgh, Od Yosef Chai, dans l'implantation de Yitzhar en Cisjordanie. Il est intitulé Torat Ha-Melekh: Berure Halakha Be'-inyene Malkhut U-Milhamot («La Torah du roi: clarifications halakhiques concernant les questions de royaume et de guerres»). Le titre a été abrégé en Torat Hamelech. Il a été écrit par Rosh yeshiva , le rabbin Yitzhak Shapira, en collaboration avec le rabbin Yosef Elitzur. Il affirme explicitement que la vie d'un juif vaut plus que la vie d'un non-juif et permet de tuer des non-juifs innocents, y compris des enfants.

Une section du volume enseigne qu'il est permis de tuer des nourrissons non juifs du côté ennemi pendant la guerre «s'il y a de bonnes chances qu'ils grandissent pour devenir comme leurs parents pervers».

Les rabbins fournissent d'autres raisons pour l'autorisation de tuer des enfants non juifs, notamment s'ils «bloquent le sauvetage des juifs… Les petits enfants sont souvent situés de cette façon… il est permis de les tuer car leur présence même facilite le meurtre (des juifs). … (P. 215).

«Il est également permis de tuer les enfants du chef (de l'ennemi) pour faire pression sur lui…» (p. 215).

Dans un autre cas, les rabbins Shapira et Elitzur écrivent: «Tout citoyen de notre royaume qui s'oppose à nous et qui encourage les combattants [de nos ennemis], ou exprime sa satisfaction de leurs actes, est considéré comme un assaillant et peut être tué…».

Dans. 185 les auteurs rabbiniques déclarent que quiconque utilise la liberté d'expression pour affaiblir les Juifs est considéré comme un rodef et peut être tué. Ils fondent cela sur la décision du Maharal de Prague, le rabbin Judah Loew, qui a déterminé que quiconque pousse les Juifs à hésiter à tuer («timide en guerre») mérite la mort (cf. Gur Aryeh sur Parashat Mattot).

Dans le chapitre quatre de Torat Hamelech, les rabbins Shapira et Elitzur déclarent que, parce que la vie du juif est supérieure à celle du non-juif, «… il y a un consensus parmi les sources halakhiques qu'il est permis de tuer des non-juifs pour sauver la vie des Juifs… Cela est également permis dans les cas où nous exploitons la présence de jeunes enfants innocents (et leur faisons du mal) afin de nuire à leurs parents »(p. 199).

Les rabbins déclarent en outre: «Il existe une svara (une raison impérieuse fondée sur l'intuition) pour blesser de jeunes enfants non juifs s'il est clair qu'ils grandiront pour nous nuire, et dans de tels cas, nous devrions viser notre destruction spécifiquement. vers eux. Les jeunes enfants bénéficieront de cette mise à mort puisqu'ils auraient grandi de manière non réparée ( be-tzurah lo metukenet ), ce qui exigerait de toute façon leur mise à mort. Par conséquent, il vaudrait mieux les tuer maintenant »(pp. 205-207).

Le dernier chapitre de ce livre de droit rabbinique exhorte à employer une vengeance impitoyable contre les goyim (pp. 217-224). Torat Hamelech conclut par un appel indirect à des assassinats de Palestiniens par des justiciers, dont beaucoup ont eu lieu depuis la parution du volume, avec peu de publicité en Occident, comme l'incendie à mort en 2015 d'un bébé palestinien, Ali Dawabsheh, et sa mère et père, par un jeune talmudiste, Amiram Ben Uliel.

Deux douzaines de rabbins orthodoxes ont signé une lettre ouverte appelant le gouvernement à libérer Amiram Ben Uliel. Le fils adulte du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, Yair Netanyahu, a collecté des fonds pour les frais de justice du tueur d'enfants.

Le rabbin Shapira et le rabbin Elitzur déclarent que des juifs peuvent prendre la décision de tuer des goyim de manière extrajudiciaire: «On n'a pas besoin d'une décision de la nation pour permettre le déversement de sang ... parfois on doit commettre des actes impitoyables qui sont conçus pour créer le droit élément de peur. ( Extrait de Torat Hamelech ).

En plus du rabbin Yitzchak Ginsburgh, d'éminents rabbins Dov Lior et Ya'acov Yosef ont donné leur bénédiction à Torat Hamelech . Ce livre a été distribué aux forces militaires et policières israéliennes.

Le rabbin Ishay Berg a également écrit en approbation de l'enseignement des rabbins Shapira et Elitzur: «L'âme juive est, en fait, la poussée du monde dans l'absolu, dans une entité avec une validité d'existence qui ne peut être comparée à la réalité fragile que nous voir sous nos yeux. Cette perception est à la base de la décision selon laquelle la vie d'un juif et l'accomplissement des commandements sont supérieurs à la vie d'un non-juif dans n'importe quelle situation »( M'aneh Le-Derekh Ha-Melekh ).

En 1989, une foule de sionistes dirigée par le rabbin Ginsburgh s'est déchaînée dans un village de la région palestinienne de Cisjordanie, se livrant à un incendie criminel et assassinant une jeune Palestinienne de 13 ans. Un étudiant du Talmud («yeshiva») a été arrêté et traduit en justice par un tribunal israélien. Ginsburgh a parlé pour la défense, soulignant la valeur inférieure de la vie de l'enfant palestinien: «Le peuple d'Israël doit se lever et déclarer en public qu'un juif et un goy ne sont pas, Dieu nous en préserve, la même chose. Tout procès qui suppose que les juifs et les goyim sont égaux est une parodie de justice.

En mars 1996, le rabbin Ginsburgh a prononcé une conférence de Pourim prétendant citer le grand rabbin de Chabad-Loubavitch Schneerson sur le thème «des mitsva de guerre pour la vengeance et la guerre pour la conquête de la Terre d'Israël». Selon le rabbin Ginsburgh, le grand rabbin Schneerson a enseigné «que la guerre pour la vengeance était une mitsva beaucoup plus élevée » (acte béni). Ginsburg affirme que la critique de lui équivaut à la critique du «Rabbi Loubavitch» (Schneerson) et du תורה שבעל פה - la Torah sheBeal peh elle-même. (Cf. Lawrence Cohler, «Hero or Racist? Les vies juives ont-elles vraiment plus de valeur que les non juives?» The Jewish Week , 26 avril 1996, pp. 12 et 31).

Yitzchak Ginsburg a reçu en 2019 un prix du ministère israélien de l'Éducation l'honorant pour sa «sagesse de la Torah».

( www.haaretz.com/israel-news/.premium-education-minister-to-speak-at-confab-honor )

Selon les savants judaïques Norton Mezvinsky et Israel Shahak dans leur livre, le fondamentalisme juif en Israël , «L'un des principes de base de la Kabbale lurianique est la supériorité absolue de l'âme et du corps juifs sur l'âme et le corps non juifs. Selon la Kabbale lurianique, le monde a été créé uniquement pour le bien des Juifs; l'existence de non-juifs était subsidiaire. »

Le plus grand enterrement de tout dignitaire israélien de l'histoire de l'État israélien a été organisé en l'honneur de la mémoire et des enseignements d'un avocat du génocide des Palestiniens, le rabbin Ovadia Yosef, à Jérusalem en octobre 2013. Ses funérailles ont été suivies par une 700 000 à 800 000 personnes en deuil israéliennes. Le New York Times a décrit le rabbin Yosef comme «le chef spirituel du parti ultra-orthodoxe Shas…»

L'Associated Press a rapporté: «Le rabbin Ovadia Yosef, érudit religieux et chef spirituel des Juifs séfarades d'Israël qui a transformé sa communauté opprimée d'immigrants d'Afrique du Nord et des pays arabes et leurs descendants en une force puissante dans la politique israélienne, est décédé lundi… Yosef était souvent appelée l’autorité rabbinique séfarade exceptionnelle du siècle.

Le Premier ministre Netanyahu a déclaré que le rabbin Yosef était «l'une des grandes autorités halakhiques de notre génération. Rav Ovadia était un géant de la Torah et de la halakha… Il a travaillé dur pour glorifier l'héritage d'Israël.

Voici les enseignements du rabbin Ovadia Yosef, objet de la vénération médiatique et israélienne:

Le peuple arabe doit être exterminé : «Que le Saint Nom vienne punir les têtes arabes, fasse perdre leur semence et les anéantisse. Il est interdit d'avoir pitié d'eux. Nous devons leur donner des missiles avec plaisir, les anéantir. Des méchants, des damnables. (Sermon de la Pâque 2001. Cf. Haaretz [journal israélien] , 12 avril 2001).

Les Gentils comparaient aux ânes qui n'existent que pour servir les Juifs : «Les Goyim sont nés uniquement pour nous servir. Sans cela, ils n'ont pas de place dans le monde - seulement pour servir le peuple d'Israël… Avec les gentils, ce sera comme n'importe qui - ils ont besoin de mourir, mais [Dieu] leur donnera la longévité. Pourquoi? Imaginez que son âne mourrait, qu'il perdrait son argent. C'est son serviteur… C'est pourquoi il a une longue vie, pour bien travailler pour ce juif. Pourquoi les gentils sont-ils nécessaires? Ils travailleront, ils laboureront, ils récolteront. Nous allons nous asseoir comme un effendi et manger. C'est pourquoi les gentils ont été créés. Jerusalem Post , 18 octobre 2010. (Concernant cette identification des goyim avec des ânes, Yosef répétait l'enseignement du Talmud dans le BT Berakhot 58a susmentionné, ainsi que BT Kiddushin 68b).

La théologie talmudique qui a produit Ovadia Yosef, a également produit l'éminent rabbin israélien Bentzi Gopstein, qui prône l'incendie des églises chrétiennes sur le territoire israélien (cf. The Telelgraph [Royaume-Uni] 6 août 2015). Il a déclaré que le travail missionnaire chrétien ne doit pas prendre pied… Jetons les vampires hors de notre terre avant qu'ils ne boivent à nouveau notre sang. ( Forward , [New York Judaic journal], 24 décembre 2015).

Gopstein est un chef de file dans Lehav un (ץ הקודש  LiMniat Hitbolelut B'eretz HaKodesh :. « La prévention de la Assimilation en Terre Sainte, » qui attaque les Palestiniens qui date ou épousent des femmes judaïques En 2010, « Plusieurs  Rebbetzin , (épouses de rabbins ), agissant au nom de Lehava , a publié une lettre ouverte exhortant les femmes israéliennes à ne pas s'associer avec des "non-juifs". ne faites pas de service national avec des non-juifs. »La lettre impliquait que si les femmes le faisaient, elles seraient coupées de leur« race sainte ». » Haaretz 28 décembre 2010; également: Jerusalem Post, 28 décembre 2010).

Le principal colon israélien-rabbin Shlomo Aviner a déclaré que l'incendie dévastateur de la cathédrale Notre-Dame en avril 2019 était la malédiction de Dieu - un châtiment divin pour les catholiques médiévaux qui jugeaient le Talmud babylonien: «Aviner a déclaré que c'était le résultat du procès de Paris». Dans lequel les sages juifs en France de cette génération ont été contraints à la confrontation avec les sages chrétiens. Le résultat a été la combustion du Talmud. Les livres du Talmud ont été amenés sur la place Notre-Dame dans 20 wagons… et y ont été brûlés, c'est-à-dire 1 200 livres de Talmud… Aviner, maintenant rabbin de la colonie de Cisjordanie, Beit El, a déclaré que c'était une mitsva - un acte accompli par devoir religieux - mettre le feu aux églises d'Israël… »(Cf. Yotam Berger, Haaretz , 17 avril 2019).

«La grande église chrétienne de Paris est en feu. Devrions-nous nous en plaindre, ou devrions-nous nous réjouir, car [la cathédrale] est de l’idolâtrie, qu’elle est une  mitsva  à brûler? doit être détruit. Les décisions sont très claires. »- Rabbi Shlomo Aviner.

La hasbara (propagande israélienne) est si intense et si largement répétée dans les médias occidentaux qu'elle a réussi à convaincre le monde non talmudique que ces rabbins orthodoxes et leurs déclarations sont «une exception, un phénomène extrémiste marginal condamné par le courant dominant». Il est vrai que l'on peut compter sur des experts en relations publiques sophistiqués pour faire défiler une longue file de rabbins orthodoxes qui dénonceront du bout des lèvres les talmudistes ouvertement haineux. Mais ces manifestations sont principalement destinées à la consommation publique, ciblées sur les gentils naïfs. Le racisme et le fanatisme envers les Palestiniens, les chrétiens et les goyim en général est une transmission directe du Talmud babylonien et des textes juridiques rabbiniques ultérieurs qui sont les héritiers de son herméneutique didactique .

Le dicton talmudique de ne montrer aucune pitié à un non-juif est enseigné dans les yeshivas à Jérusalem et en Cisjordanie occupée, où les établissements d'enseignement supérieur des colons dans des endroits tels que Petach Tikvah recrutent des recrues pour servir dans les «unités de combat d'élite» des Israéliens. l'armée et l'armée de l'air. Les régiments et escadrons composés de ces troupes talmudiques-sionistes sont parmi les plus brutaux de l'armée israélienne.

Objection: les citations problématiques du Talmud sont prises «hors contexte»

Le contexte est tout pour les défenseurs de la théologie rabbinique talmudique. C'est suffisant. Mais par «contexte», ils ne signifient pas la prise en compte du texte environnant, mais plutôt la soumission au propre récit du judaïsme sur lui-même, qui comprend la manière dont il choisit de présenter le contenu malveillant du Talmud à un public non judaïque. A leurs yeux, le «détournement» de la connaissance des textes rabbiniques est défini comme l'utilisation de ces textes à des fins «polémiques». À leur avis, aucune polémique contre le judaïsme talmudique n'est autorisée, aussi authentiquement contextuelle soit-elle .

En considérant la faible valeur que le système religieux talmudique accorde aux non-juifs déficients en nefesh (d'âme inférieure), nous ne pouvons trouver aucun corpus substantiel de textes halakhiques à décharge qui contredisent radicalement cette théologie raciste-suprémaciste (et potentiellement meurtrière). Les citations que nous avons fournies ci-dessus sont fondées sur la loi rabbinique. C'est une tragédie bien sûr, mais les faits parlent d'eux-mêmes et aucune pression ou intimidation ne modifie cette vérité ou ne nous amène à retirer ce qui fait progresser la connaissance humaine et sert à prévenir le racisme, la haine et la violence.

Nous sommes conscients que les juifs haineux à travers l'histoire ont tenté d'exploiter les faits lamentables sur la tradition rabbinique comme un moyen de s'engager dans le sens inverse de ce que les rabbins talmudiques font aux goyim : les opprimer et les subjuguer. L'ironie perverse de la haine des Juifs réside dans le fait qu'elle est souvent une image miroir de la haine goyim .

Il n'y a rien dans les enseignements de Jésus-Christ et de ses apôtres qui dirige ou tolère la haine des Juifs. Jésus a enseigné: «Le salut vient des Juifs.» Il est venu pour la première fois «seulement vers« il a perdu des brebis de la maison d'Israël », et tous ses disciples initiaux, ainsi que sa Sainte Mère, étaient juifs. Lorsque les soi-disant «chrétiens» croisent pour opprimer ou réprimer violemment les juifs, ils le font sans fondement biblique; contrairement aux enseignements du Machia'h (Messie) d'Israël.

Alors que la haine, la violence et le fanatisme sont en accord avec les textes les plus sacrés du judaïsme: la Michna, la Gemara, la Michneh Torah, Shulchan Aruch, Mishanh Berurah , auxquelles l'Ancien Testament est subordonné.

Jusqu'à la fondation de l'État israélien, la violence envers les goyim était moins répandue et l'idée de construire une force militaire judaïque ou de proposer une mission de conquête ou de capture de terres désignées comme «Israël», était odieuse pour le judaïsme orthodoxe et opposée à la théologie talmudique . Il est important de noter que les meurtriers à motivation théologique ont augmenté proportionnellement à l'ascension de l'idéologie sioniste.

Le Grand Rabbin Satmar Zalman Teitelbaum a écrit Maamar Shalosh Shevuos, un traité sur l'histoire et la théologie du judaïsme orthodoxe pré-sioniste, qui remonte à des siècles. Pendant ce temps, il démontre que la théologie talmudique enseignait qu'il était interdit aux «Juifs» de fonder un État-nation de quelque nature que ce soit jusqu'à ce que le Messie apparaisse, et qu'il était interdit de s'engager dans une guerre militaire contre les goyim . Avant l'introduction de l'hérésie du sionisme au 19e siècle et de la théologie du rabbin Abraham Isaac Kook au 20e, la religion reposait sur le Talmud strictement interdit de fonder tout soi-disant «état d'Israël» sur n'importe quelle terre n'importe où sur terre, et surtout dans le bac à sable abandonné par Dieu, mal surnommé la «Terre Sainte». Le dogme était et reste que seul Moshiach pouvait fonder Israël sur terre et personne d’autre n’était autorisé à le faire, pas même le provocateur dont le pseudonyme était Ben Gourion, et sa clique d’athées, de socialistes et de staliniens.

(Les principaux textes antisionistes du judaïsme hassidique sont le classique de I. Domb, The Transformation , et le massif de Yaakov Shapiro, The Empty Wagon: Sionism's Journey from Identity Crisis to Identity Theft) .

Parmi la minorité de judaïques talmudiques non sionistes (ils sont une minorité substantielle dans les rangs hassidiques), qui ont adhéré à cette doctrine selon laquelle aucun État juif ne peut être fondé avant la venue de Machia'h , ils ne portent généralement aucune culpabilité de sang pour les innombrables meurtres. des Arabes du Liban et de Palestine, que les sionistes ont commis à tort au nom du «peuple juif». La Palestine occupée est un Israël contrefait et les sionistes ne représentent ni ne parlent au nom de toutes les personnes judaïques.

Cela ne veut pas dire que le talmudisme, dans sa forme originale avant la fin du XIXe siècle et la montée du sionisme, était bienveillant envers les goyim. Loin de là. L'étude du chercheur israélien Rami Rosen, «History of a Denial», parue dans le magazine israélien  Haaretz en 1996, a écrit: «Une vérification des principaux faits de l'historiographie (rabbinique) des 1500 dernières années montre que l'image est différente de la celui qui nous a été montré précédemment. Il comprend des massacres de chrétiens; répétitions simulées de la crucifixion de Jésus qui avait généralement lieu à Pourim; meurtres cruels au sein de la famille; la liquidation des délateurs, souvent fait pour des raisons religieuses par les tribunaux secrets de rabbiniques, qui a délivré une peine de rodef(«poursuivant»), et nommés des bourreaux secrets; assassinats de femmes adultères dans les synagogues et / ou leur tranchant le nez sur ordre des rabbins.

Déni plausible et tromperie institutionnalisée

Le secret concernant ce que le judaïsme enseigne et représente réellement n'est pas aussi nécessaire en ces jours de suprématie rabbinique qu'il l'était autrefois, pour la raison exprimée dans le Macbeth de Shakespeare: «De quoi avons-nous peur qui le sait, quand nul ne peut demander des comptes à notre pouvoir? (Acte 5: 1)

Néanmoins, la propagande continue et sur Internet il y a des déclarations rabbiniques sionistes décriant les «commentaires» et les «interprétations» que le rabbin Ginsburgh et ses compagnons de haine partageant les mêmes idées, tels que le rabbin Shlomo Aviner, le rabbin Dov Lior, Bentzi Gopstein, Michael Ben- Ari, le rabbin Saadya Grama, le rabbin Meir Kahane, les rabbins Yitzhak Shapira et Yosef Elitzur, et d'autres auraient faussement «imposé» un Talmud sans reproche et des textes halakhiques auxiliaires .

Ces condamnations ne valent pas le papier sur lequel elles ont été écrites. Ils sont souvent mis en avant sous la forme de la désinformation standard que seul un ha'aretz croirait, à savoir, que la Michna et la Gemara ne constituent pas une loi rabbinique, étant simplement divers débats de va-et-vient. Comme nous l'avons montré, cette affirmation est détaillée sans déclarer que les paires de zuggots dans l'herméneutique talmudique, comme l'école de Shammai et l'école de Hillel, ont chacune force de loi à des moments différents dans des circonstances données, du fait qu'une Le principe exégétique rabbinique primaire est l'éthique de la situation .

De plus, et ce point est essentiel, une protestation judaïque de principe contre les rabbins racistes, afin d'avoir un impact réformateur sur le judaïsme orthodoxe lui-même, devrait entraîner une répudiation des textes sacrés iniques sur lesquels le fanatisme et l'incitation à la violence sont fondés . Pourtant, il n'y a aucune répudiation dans aucune des déclarations signées par des rabbins orthodoxes supposés «éclairés» qui auraient tenté de distancer leur théologie de celle d'un Meir Kahane ou d'un Yitzchak Ginsburgh. Par conséquent, il n'est pas difficile de déterminer que la quintessence de la théologie talmudique inique est confirmée par ces prétendusopposants rabbiniques aux rabbins sujets à la violence et cracheurs de haine. Ce que font les dissidents supposés, c'est donner une tournure de relations publiques trompeuse à la théologie sioniste-talmudique, dans l'espoir que cela suffira à désarmer les critiques et à calmer toute indignation ou alarme qui se manifeste parmi le grand public face à la terrible vérité sur le Talmud babylonien et ses adhérents.

Le célèbre rabbin Yosef Hayim de Bagdad, dans la Torah Lishmah, section 364, a avancé les motifs de la tromperie: «Voici, je vous ai dressé une table pleine de nombreux aspects de la permissibilité en matière de mensonge et de tromperie qui sont mentionnés dans les mots des Sages. Examinez attentivement chaque cas et extrayez les conclusions de chacun d'eux. »

En réponse à cette étude, les talmudistes peuvent tenter de tout nier, en invoquant leur influence et leur prestige considérables: «L'auteur ment sur le judaïsme parce que nous disons qu'il ment sur le judaïsme.» C'est une tactique simple qui a réussi à mettre fin à une enquête plus approfondie.

Le rabbin Adin Steinsaltz, récemment décédé, traducteur du Talmud Bavli, était un illustre pilier du hassidisme sioniste Habad-Loubavitch. Sa position dans le judaïsme orthodoxe était si élevée qu'à Tibériade, il fut nommé Nasi (chef) du Sanhédrin reconstitué. Le rabbin Steinsaltz a écrit:

«Les rabbins sont susceptibles de modifier leurs propos et l'exactitude de leurs déclarations ne doit pas être invoquée.» ( The Talmud: The Steinsaltz Edition , Vol. II, pp. 48-49 [Random House]).

En essayant d'expliquer le penchant du talmudisme pour le mensonge, le savant judaïque Ari Zivotofsky déclare que la véracité n'est pas un impératif absolu dans le judaïsme orthodoxe, et que si «la valeur de la vérité imprègne le tissu du judaïsme ... il existe d'autres impératifs éthiques qui sont, en fait, souvent côte à côte avec la vérité… Les problèmes surviennent lorsque deux ou plusieurs de ces principes entrent en conflit… Comme c'est souvent le cas avec une question juridique / philosophique, la réponse en noir et blanc est introuvable… »Selon Zivotofsky,« éviter un grand embarras ou une perte financière aux mains de personnes sans scrupules peut être un motif légitime de mentir. Les sages talmudiques étaient sérieux au sujet du mensonge afin de récupérer (ou de garder) des biens de mains illégitimes. (BT Yoma 83b).

Nous notons avec consternation considérable la dissimulation employée pour affirmer (comme le fait le film Schindler's List de Steven Spielberg ) que « le Talmud enseigne que sauver une vie, c'est sauver le monde entier ».

Cette glose humanitaire absurde appliquée au Talmud enragé et ethnocentrique a reçu de la crédibilité, à la fois comme dialogue dans le film de Spielberg et comme devise du film, reproduite sur d'innombrables affiches qui ornent probablement les salles d'école à ce jour. La devise, dramatisée dans le film, est censée être une citation de BT Sanhedrin 37a, mais le Talmud ne contient aucune déclaration humaniste et universaliste. 

Le Talmud babylonien non censuré du Sanhédrin 37a ne concerne que le bien-être des êtres pleinement humains, c'est-à-dire ceux décrits dans son texte comme des «Juifs». Le traité actuel du Talmud dit: «Quiconque sauve une seule vie en Israël, l' Écriture le considère comme s'il avait sauvé le monde entier» (italiques fournis).

Cela reflète la décision de Maïmonide dans sa Mishneh Torah , Sefer Nezikin, Rotzeach u'Shmirat Nefesh, 1: 1: «Chaque fois qu'une personne tue l'âme d'une autre personne d'Israël , elle transgresse un commandement négatif, comme il est dit:« Tu pas un meurtre. Avec sa définition étroite de qui ne devrait pas être tué, Maïmonide a annulé la Parole de Dieu dans Genèse 9: 6, Exode 20:13 et Deutéronome 5:17.

La fraude de M. Spielberg a été colportée dans la culture et les établissements d'enseignement américains. Ce qui est instructif à propos de ce trucage, c'est la mesure dans laquelle les médias institutionnels ont été sublimement complices de sa diffusion, alors que leurs services de «fact-checking» n'ont pas détecté la tricherie, si en effet ils ont pris la peine de s'engager à le faire.

Goyim « Noahide» juste ?

Une autre porte d'entrée pour faire du bien avec les non-juifs est le statut très médiatisé de «Noahide» (également orthographié «Noachide») que les goyim peuvent obtenir pour devenir «justes». Cependant, on ferait bien de lire les «petits caractères» des lois mal nommées de Noahide (elles n'ont rien à voir avec le Noé biblique ). En vertu de ces lois rabbiniques, les «adorateurs d'idoles» sont passibles de la peine de mort. (BT Sanhedrin 57a). Cela ne devrait pas être une source d'anxiété, n'est-ce pas? Après tout, les vrais chrétiens n'adorent pas les idoles.

Encore une fois, consultez les petits caractères: les autorités juridiques rabbiniques du judaïsme orthodoxe décrètent que le culte de Jésus-Christ est « avodah zarah » ( culte des idoles; cf. Mishneh Torah , Hilchot Avodat Kochavim 9: 4; Teshuvos Pri ha-Sadeh 2: 4 . Aussi Igros Moshe , YD 3: 129-6).

Tout non-juif classé comme «Noahide» et qui adore Jésus-Christ comme le Fils de Dieu est dans une surprise mortelle: il ou elle est passible de la peine de mort.

De plus, Maïmonide a statué que l'acceptation du statut de Noahide de la part des goyim n'est pas un choix, c'est une obligation: «Tous les habitants du monde sont obligés d'accepter les lois Noahide. Si un non-juif n'accepte pas ces lois, il doit être tué. —Maimonide, Mishneh Torah : Hilchot Melachim U'Milchamoteihem («Lois des rois et des guerres»), section 8, Halakha 10.

Ce passage de Hilchot Melachim traite des captifs de bataille, mais au cours de l'élucidation de ces lois relatives aux captifs, Maïmonide s'appuie sur le corpus plus large de lois concernant les non-juifs; c'est-à-dire les sept lois du Noahide. (Maïmonide est spécifiquement cité à cet égard dans Tosefot Yom Tov , Avot 3:14). L'appel à exécuter tous ceux «parmi les nations» ( goyim ) qui n'acceptent pas les lois de Noahide (pas seulement ceux qui sont prisonniers de guerre), est indubitablement présent dans Hilchot Melachim 8:10.

Au XXIe siècle, ce meurtre peut se produire en Palestine, où les Israéliens sont suprêmes. En Europe et en Amérique, les exécutions judaïques de ceux qui adorent Jésus-Christ comme Dieu, ou refusent de se soumettre aux lois de Noahide, ne peuvent pas, à ce jour, avoir lieu ouvertement . Cela est dû à l'éthique de situation précédemment notée par le judaïsme. Maïmonide a décrété que les meurtres de non-juifs obstinés ne peuvent se produire ouvertement que dans les endroits et les situations où «la main d'Israël est puissante sur eux». En d'autres termes, là où la suprématie judaïque est complète, ou presque. ( Hilchot Melachim 8: 9).

Pour les chrétiens, la croyance qu'adhérer aux lois de Noahide en fait des «gentils justes» aux yeux des rabbins orthodoxes est une fiction périlleuse.

Conclusion

Il a été de notre devoir regrettable dans ces pages de témoigner de l'effroyable vérité que le judaïsme rabbinique orthodoxe constitue une déshumanisation et une détestation virulentes et brutalement racistes des gentils, et une idolisation concomitante de personnes juives; ceci étant la différence prédominante entre les deux.

Le déni de la pleine humanité des personnes non juives est l'axe sur lequel la théologie du talmudisme est fondée et soutenue.

Jésus-Christ a emprunté un chemin différent. C'est Lui qui a déclaré à propos du soldat romain: «Je n'ai pas vu une plus grande foi dans tout Israël» (Matthieu 8: 5-10).

Michael Hoffman est un ancien reporter du bureau new-yorkais de l'Associated Press, l'auteur de neuf livres d'histoire et de littérature et l'éditeur du périodique Revisionist History®.

Site Web: www.RevisionistHistory.org • Twitter: @HoffmanMichaelA

Source : What Does Rabbinic Judaism Say About What Makes Jews and Gentiles Different?

Michael Hoffman • September 21, 2020

The Unz Review

Traduction automatique non révisée

VOIR AUSSI :

LE TALMUD révélé. 2. La haine raciste envers les non-juifs et envers Jésus et Marie

LE TALMUD révélé. Une littérature de la haine raciste. 1. Introduction La Torah et le Talmud

Hannibal GENSERIC

3 commentaires:

  1. Les deux liens du bas renvoient vers "créer votre blog"?

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour nous expliquer ce très complexe thème. Ce qui ce passe avec le climat-hystérie et le covid me semble lier à tout ça. Seulement des esprits malsain, qui nous regarde comme des troupeaux des vaches et leurs esclaves peut ce réjouir de nous traiter cette façon là.La France semble être diriger entièrement par cette esprit là. Aucun foi ni courage de faire confiance à la vie. Total soumission à la peur irrationnelle. Merci.

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.