vendredi 4 septembre 2020

Les Etats-Unis sanctionnent l’institut de recherche russe qui a développé le vaccin Covid-19

Les Américains et leurs toutous euronouilles tentent  de protéger les "Big Pharma" et d'imposer le vaccin de Bill Gates et consorts afin de nous transformer en zombies télégérés.
Mais nous savons que les sanctions du Donald ne servent qu'à encourager les pays à se tourner de plus en plus vers le Grand Est : Chine, Russie, Iran.
"Les chiens aboient, la caravane passe"  H.G.
 La Russie a remporté la course pour développer le premier vaccin contre le nouveau coronavirus. Les États-Unis ont réagi en imposant des sanctions à un institut de recherche russe impliqué dans la création de ce vaccin.
Le gouvernement américain a mis sur liste noire plusieurs instituts scientifiques russes, dont le 48e institut central de recherche du ministère russe de la défense, qui a travaillé avec d’autres centres médicaux civils pour développer et tester le premier vaccin Covid-19 au monde.


Au milieu de la pandémie mondiale de coronavirus et d’une crise économique historique, Washington a intensifié sa campagne mondiale de guerre économique, imposant des sanctions à des concurrents étrangers et annonçant de nouvelles mesures punitives presque quotidiennement.
Plus d’un quart de la population mondiale vit dans des pays qui subissent les sanctions américaines.
En avril, une société russe a envoyé des respirateurs aux États-Unis en guise d’aide humanitaire, pour aider les hôpitaux débordés à traiter les patients atteints de coronavirus. Il a été révélé par la suite que cette entreprise russe était sous sanctions américaines depuis 2014.
La recherche sur le vaccin Covid-19 menée par l’État en Russie, en Chine et à Cuba devance le "partenariat public-privé" américain
Le gouvernement russe a annoncé en août dernier qu’il avait fait homologuer le premier vaccin Covid-19 au monde, appelé Spoutnik V.
Spoutnik V a été développé par l’Institut de recherche en épidémiologie et microbiologie Gamaleïa du ministère russe de la santé. Cette installation scientifique a créé le vaccin dans le cadre d’un projet de recherche conjoint avec le 48e Institut central de recherche du ministère russe de la défense.
Le 27 août, le Département américain du commerce a imposé des sanctions au 48e Institut central de recherche de Russie, en mettant cet organisme scientifique sur liste noire.
Alors que la Russie a adopté une approche dirigée par l’État pour créer un vaccin contre les coronavirus, l’administration Trump a annoncé un "partenariat public-privé" en mai. Ce programme, appelé "Operation Warp Speed", a vu le gouvernement américain distribuer des milliards de dollars de taxes aux grandes entreprises pharmaceutiques.
L’administration Trump a attribué des contrats massifs à des sociétés privées comme Novavax, Pfizer et Moderna, tandis que Trump aurait offert "de grosses sommes d’argent" pour les droits exclusifs d’un vaccin développé par une société allemande afin qu’il puisse être vendu avec profit.
Mais le partenariat public-privé américain n’a pas été en mesure de développer un vaccin avant que les pays étrangers dont les efforts de recherche sont dirigés par le gouvernement ne le fassent. Outre la Russie, une entreprise publique chinoise affirme que son vaccin sera prêt d’ici la fin de 2020, tandis que Cuba procède à des essais cliniques pour son propre vaccin.
Les États-Unis mettent sur liste noire les instituts de recherche russes
Le 27 août, le Bureau de l’industrie et de la sécurité du ministère américain du commerce a annoncé une série de nouvelles mesures de sanctions contre les centres de recherche russes.
Washington a accusé les instituts figurant sur la liste noire d’être associés aux programmes russes d’armes chimiques et biologiques. Le Kremlin a démenti cette accusation, la qualifiant de "non-sens absolu".
Les centres de recherche russes sanctionnés par les États-Unis au 27 août 2020
Un porte-parole du gouvernement russe a qualifié cette décision de "théâtre de sanctions absurdes". Un communiqué de presse du Kremlin a reproché à Washington de ne pas pouvoir "vivre sans imposer des sanctions contre quelqu’un chaque jour".
"Compte tenu de la recherche scientifique de l’un des instituts [qui est engagé dans le développement du vaccin russe contre les coronavirus], nous ne pouvons pas exclure qu’il s’agisse d’un nouvel exemple de concurrence déloyale ouverte et effrénée", a déclaré le porte-parole du gouvernement russe, Dmitri Peskov.
Le bras médiatique du gouvernement américain, Radio Free Europe / Radio Liberty (RFE/RL), a accusé ces installations de recherche russes de développer des armes chimiques et biologiques.
Dans le même temps, RFE/RL a reconnu que "les personnes visées par le département américain du commerce comprennent une installation du ministère russe de la défense qui est impliquée dans les tentatives de la Russie de développer le premier vaccin COVID-19 au monde".
RFE/RL explique : "Officiellement, cette décision impose de nouvelles restrictions de licence aux entreprises américaines qui cherchent à faire des affaires avec les entreprises de la liste noire en Russie ou ailleurs."

Profile photo, opens profile page on Twitter in a new tab
U.S. authorities have blacklisted three Russian military and civilian scientific facilities, citing their alleged involvement in chemical and biological weapons research.
Les médias d’État russes ont noté qu’en plus d’être utilisé pour mener des essais cliniques pour le vaccin Covid-19, le 48e Institut central de recherche du ministère de la défense, nouvellement mis sur liste noire, est "le lieu où les vaccins contre le virus Ebola et le syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS), ainsi qu’un vaccin universel contre la grippe, ont été étudiés et testés avec succès".
Les sanctions américaines ont été imposées aux instituts de recherche russes suivants :
  • 33e Institut de recherche scientifique et d’essai
  • 48e Institut central de recherche scientifique, Kirov
  • 48e Institut central de recherche scientifique, Sergiev Posad
  • 48e Institut central de recherche scientifique, Ekaterinbourg
  • Institut national de recherche scientifique en chimie et technologie organiques
Alors que le ministère américain du commerce a mis sur liste noire ces installations de recherche russes, il a imposé des sanctions supplémentaires à deux douzaines d’institutions chinoises - principalement des entreprises de construction, de technologie et de communication - les accusant de "se livrer à des activités contraires aux intérêts de la sécurité nationale des États-Unis".
Ben NORTON
Ben Norton est un journaliste et écrivain américain dont le travail se concentre principalement sur la politique étrangère américaine, le Moyen-Orient et les mouvements pour la justice économique et sociale. Il vit à New York.
»» https://thegrayzone.com/2020/08/28/us-sanctions-russian-research-insti...
Via :
---------------------------------------
La Russie annonce la date d’achèvement des essais du vaccin Spoutnik V
La troisième phase de tests du vaccin russe contre le Covid-19 sera achevée fin 2022. Cette date figure dans le registre des médicaments publié sur le site du ministère russe de la Santé.
Les essais post-enregistrements du vaccin contre le coronavirus Spoutnik V, mis au point par le centre Gamaleïa et le Fonds d’investissements directs de Russie (RFPI), devraient être achevés le 31 décembre 2022, selon les données publiées sur le site du registre des médicaments du ministère russe de la Santé. 
 «Le début [des essais, ndlr] a eu lieu le 25 août. L’achèvement aura lieu le 31 décembre 2022», précise la source.
Autorisation pour les essais 
Le centre Gamaleïa a été autorisé le 25 août à effectuer les études post-enregistrements du vaccin contre le Covid-19 Spoutnik V, le premier mis au point au monde, a fait savoir le service de presse du ministère de la Santé.
Plus de 40.000 personnes participeront à cette troisième phase conformément aux normes internationales. Comme le confirme le RFPI et le centre Gamaleïa, les essais seront randomisés et contrôlés par placebo.
Intérêt d’autres pays
Kirill Dmitriev, directeur du RFPI, a indiqué que le Fonds avait reçu des demandes de plus de 20 pays pour l'achat d'un milliard de doses du médicament. Il a précisé que la Russie avait convenu de le produire dans cinq pays, dont le Maroc.
 VOIR AUSSI :

Hannibal GENSÉRIC  

1 commentaire:

  1. Accepter le vaccin futur de l'Amérique c'est prendre le risque d'ingérer du poison. L'Amérique dérègle le fonctionnement du commerce mondial avec des sanctions ignominieuses. Le plus sage pas de vaccin du tout et prendre soin de sa santé.

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.