mardi 1 septembre 2020

Relation entre l’intelligence et l’inclination religieuse…


Depuis le sinistre « Printemps arabe », la physionomie générale des pays arabes n’a cessé de se dégrader : il semble qu’il y a une forte corrélation entre l’analphabétisme galopant (les écoles et les université forment des analphabètes monolingues, bilingues et même trilingues, qui ne maîtrisent aucune langue), et cette dégradation généralisée. Celle-ci se constate surtout par la poussée d'innombrables mosquées et par la ruine des établissements publics (écoles, hôpitaux, bâtiments publics, etc.), et par la généralisation de la corruption "halal", c'est à dire sous couvert religieux. L'article suivant montre qu'il existe une corrélation inverse entre l’intelligence et l’inclination religieuse, à un niveau individuel comme à un niveau national. H. Genséric
Il est démontré que l’intelligence mesurée en g psychométrique (intelligence générale) est négativement liée à la croyance religieuse. Nous examinons également si cette relation négative entre l’intelligence et la croyance religieuse est présente entre les nations. Nous constatons que, dans un échantillon de 137 pays, la corrélation entre le Q.I d'un pays et son athéisme est de 0,60. Au niveau individuel, la corrélation entre Q.I et inclination religieuse est de -0,88.
La religion n’a évidemment aucun impact direct sur l’intelligence, qui est un paramètre physiologique du cerveau essentiellement déterminé par les gènes.
1. Introduction     
Le récent livre de Dawkins (2006) « The god delusion » suggère que ce n’est pas intelligent de croire en l’existence de Dieu. Dans ce document, nous examinerons (1) la preuve de cette assertion, c’est-à-dire s’il existe une relation négative entre l’intelligence et la croyance religieuse; (2) si la relation négative entre l’intelligence et la croyance religieuse est une différence en terme de g psychométrique et (3) s’il y a relation négative entre l’intelligence et la croyance religieuse entre les nations.
2. Intelligence et croyance religieuse au sein des Nations 
Nous sommes loin d’être le premier à suggérer l’existence d’une relation négative entre l’intelligence et la croyance religieuse au sein des nations. Ce phénomène a été observé dans les années 1920 par Howells (1928) et Sinclair (1928), qui ont tous deux fait état d’études montrant des corrélations négatives entre l’intelligence et les croyances religieuses parmi les étudiants de -0, 27 et -0, 29 à -0, 36 (à l’aide de différentes mesures de la croyance religieuse). Dans les années 1950, Argyle (1958) a conclu que «les étudiants intelligents sont beaucoup moins enclins à accepter des croyances religieuses, et un peu moins susceptibles d’avoir des attitudes pro-religieuses ».
Les preuves d’une relation négative entre l’intelligence et la croyance religieuse au sein des nations proviennent de quatre sources: Ce sont (1) des corrélations négatives entre l’intelligence et la croyance religieuse, (2) une plus faible proportion des croyances religieuses chez les élites intellectuelles par rapport à la population générale (3) un déclin de la croyance religieuse avec l’âge chez les enfants et les adolescents, leurs capacités cognitives augmentant; (4) une baisse de la croyance religieuse au cours du XXe siècle, car l’intelligence de la population a augmenté.
2.1 Corrélation négative entre l’intelligence et la croyance religieuse [1]
Un certain nombre d’études ont trouvé des corrélations négatives entre l’intelligence et la croyance religieuse. Un examen fut réalisé par Bell (2002): 43 études, dont toutes, sauf quatre, trouvent une corrélation négative. À cela s’ajoute une étude aux Pays-Bas d’un échantillon national représentatif (total N = 1538) qui a indiqué que les agnostiques ont 4 points de Q.I de plus que des croyants (Verhage, 1964). Dans une étude plus récente Kanazawa (2007) a analysé les données de l’American National Longitudinal Study of Adolescent Health, un échantillon national d’abord testé pour l’intelligence avec l’PPVT (Peabody Picture Vocabulary Test) (N = 14277). Lors de cette entrevue, on leur a demandé: « Dans quelle mesure êtes-vous religieux? » Les réponses ont été codées «non religieux», «peu religieux», «modérément religieux» et «très religieux». Les résultats ont montré que les « non religieux » ont obtenu le plus haut Q.I (103,09), suivi dans l’ordre décroissant par les trois autres groupes (Q.I = 99,34, 98,28, 97,14). La relation entre le Q.I et la croyance religieuse est très significative (F (3, 14273) = 78,0381, p <.00001).
2.2  On retrouve un moindre pourcentage de croyants dans les élites intellectuelles qu’au sein de la population en général
Dans la corroboration de ces études, il fut trouvé une corrélation négative entre l’intelligence et la croyance religieuse en comparant le pourcentage de croyants parmi les élites par rapport à la population en général. Cela a été montré dès 1921 dans une enquête sur les croyances religieuses d’éminents scientifiques et chercheurs américains qui a montré que 39% ont déclaré qu’ils croyaient en Dieu (avec une série de 48% chez les historiens à 24% chez les psychologues) ( Leuba, 1921). Il a été signalé par Roe (1965) que, parmi un groupe de 64 éminents scientifiques, 61 étaient indifférents à la religion », ce qui laisse environ 4,8% de croyants. Ceci est beaucoup plus bas que le pourcentage des croyants dans la population dont 95,5% aux États-Unis ont déclaré qu’ils croyaient en Dieu en 1948, selon  Gallup Poll (Argyle, 1958). Dans les années 1990, une étude des membres de l’American National Academy of Sciences a signalé que 7% croyaient en l’existence de Dieu, par rapport à environ 90% dans un sondage de la population générale (Larsen et Witham, 1998). En Grande-Bretagne, il a été rapporté que 3,3% des boursiers de la Société royale croyait en l’existence de Dieu, tandis que 78,8% ne croient pas (le reste étant indécis) (Dawkins, 2006). Au même moment, un sondage a révélé que 68,5% de l’ensemble de la population croit en l’existence de Dieu.
2.3  Baisse de la croyance religieuse avec l’âge chez les enfants et les adolescents
Baisse de la croyance religieuse au cours de l’adolescence et à l’âge adulte tandis que la capacité cognitive augmente. Cela a été constaté aux États-Unis pour la tranche d’âge des 12-18 ans par Kuhlen et Arnold (1944) qui ont rapporté que parmi les enfants de 12 ans 94% approuvent la déclaration « Je crois qu’il y a un Dieu », tandis que chez les 18 ans ça avait chuté à 78%. De même, en Angleterre, Francis (1989) a constaté une baisse de la croyance religieuse au cours de la tranche d’âge 5-16 ans. La croyance religieuse a été mesurée par une échelle comprenant des questions telles que «Dieu signifie beaucoup pour moi » et « Je pense que les gens qui prient sont stupides », etc, et les scores sur l’échelle sont indiquées sous forme abrégée dans le tableau 1.Le fait que les filles obtiennent de plus hauts résultats (elles croient d’avantage) que les garçons a souvent été constaté (voir, par exemple, Argyle, 1958). Dans une autre étude, chez les 12-15 ans d’une école protestante en Irlande du Nord, on constate que les attitudes favorables à la religion ne cesse de baisser de manière significative (p <.001), chaque année d’environ 0,75 écart-type sur les 4 ans, tandis que les corrélations entre une attitude favorable à la religion et IQ deviennent de plus en plus négatives et significatives (p <.001) (Turner, 1980). Ces résultats sont résumés dans le tableau 2. (Ces tendances sont moins claires pour une école catholique romaine).
Table 1. Decline in percentage holding religious belief, with age (Francis,1989)
Age
N
Boys
Girls
5-6
400
87.9
96.0
11-12
400
79.6
84.1
15-16
400
55.7
70.4
Table 2. Declining belief Correlates with Age (sd =15.6)(Turner,1980)
Age
N
Croyants
(%)
R: Non-Croyant x IQ
12
50
  69.54
  0.183
13
50
  66.10
  0.110
14
50
  59.86
 -0.113
15
50
  57.94
 -0.354*
* significant at p<.01
2.4   Le déclin de la croyance religieuse au cours du XXe siècle, alors que l’intelligence de la population a augmenté
Il existe des preuves d’un déclin de la croyance religieuse au cours des 150 dernières années ou, dans le même temps l’intelligence de la population a augmenté. L’augmentation de l’intelligence est un phénomène bien documenté qui est devenu connu sous le nom d’effet Flynn. Le déclin de la croyance religieuse a été démontré par les statistiques de fréquentation de l’église et de la croyance en Dieu enregistré dans les sondages d’opinion. Par exemple, en Angleterre, la fréquentation des églises est passées de 40% de la population en 1850, à 35% en 1900, à 20% en 1950, à 10% en 1990 (Giddens, 1997, p.460). La fréquentation de L’Église d’Angleterre la semaine de Pâques est passée de 9% de la population en 1900 à 5% en 1970 (Argyle et Beit-Hallahmi, 1975), la participation des enfants le dimanche, est passée de 30% de la population enfantine en 1900 à 13% en 1960 (Goldman, 1965). Les sondages Gallup montrent que 72% de la population en 1950 déclaraient croire en Dieu (Argyle, 1958), mais en 2004 cela avait chuté à 58,5% (Zuckerman, 2006).
Il y a également eu une certaine baisse de la croyance religieuse au cours du siècle dernier aux États-Unis. Hoge (1974) a examiné plusieurs études qui ont constaté une baisse de la croyance religieuse dans les étudiants du collégial. Par exemple, on a demandé aux étudiants de Bryn Mawr s’ils croyaient en un Dieu qui répond à la prière. Des réponses positives ont été données par 42% des étudiants en 1894, 31% en 1933, et 19% en 1968. Les étudiants qui s’inscrivent à l’Université du Michigan ont été invités à mentionner s’ils étaient ou non croyants. En 1896, 86% des élèves déclaraient croire en Dieu. En 1930  70%, et en 1968 44%. À Harvard, Radcliffe, Williams et Los Angeles City College, les pourcentages d’élèves croyants en Dieu, priant tous les jours ou assez souvent, et allant à l’église environ une fois par semaine ont tous décliné de 1946 à 1966. Heath (1969) a également signalé une baisse de la croyance en Dieu parmi les étudiants de 79% en 1948 à 58% en 1968. Parmi la population générale, les sondages Gallup ont révélé que 95,5% croyaient en Dieu en 1948 (Argyle, 1958), contre 89,5% en 2004 (Zuckerman, 2006).
3. Q.I moyen des athées, agnostiques et croyants
Religion intelligence IQ
Pour déterminer s’il y a une relation négative entre la croyance religieuse et Psychometric g (le facteur d’intelligence générale), les données de l’Enquête longitudinale nationale sur les jeunes (NLSY97) ont été analysées. Le NLSY97, un échantillon national, est choisi pour représenter environ 15 millions d’adolescents américains dans la tranche d’âge des 12-17 ans en 1997. Les sujets (N = 6825) ont été interrogés sur leur inclination religieuse et également testés par l’Armed Services Vocational Aptitude Battery (CAT-ASVAB97). Ce test se compose de douze échelles. Celles-ci ont été analysées en termes de modélisation probabiliste Raschian et les dimensions d’une échelle de corrélation .992 (Psychometric R) avec les renseignements généraux, g, (axe principal l’analyse factorielle (t (N-2) = 662,62, p <.000).
Les athées ont obtenu 6 points de Q.I de plus que l’ensemble des sujets du groupe professant à l’une ou l’autre d’un grand nombre de religions différentes. La différence d’intelligence entre athées et croyants fut importante, même sans l’aide de données pondérées (t (1, 6.893) = 2,87, p = .004).
4. Intelligence et croyance religieuse entre les nations
National IQ atheism religion
TOUS les pays "arabes" se trouvent en bas à droite à côté du Sénégal
(Voir le dernier tableau ci-dessous à la fin de l'article)
Pour étudier la relation entre l’intelligence et la croyance religieuse entre les nations, nous avons pris le Q.I des nations dans le livre de Vanhanen et Lynn (2006) IQ and global inequality. Cette source indique que ces Q.I nationaux ont un haut niveau de fiabilité, comme l’a montré la corrélation de 0,92 des différentes mesures, et de validité, comme l’a montré la corrélation de 0,83 de Q.I et le niveau d’instruction. La haute fiabilité et la validité de ces Q.I nationaux ont été confirmées par Rindermann (2007). Nous avons pris les chiffres de la croyance en Dieu de Zuckerman (2007) qui donne des données de 137 pays, représentant un peu plus de 95% de la population mondiale. Ces données ont été recueillies essentiellement à partir d’enquêtes effectuées en 2004, bien que dans quelques pays, les enquêtes ont été d’un an ou deux plus tôt. Ces données ont été recueillies à partir d’un certain nombre d’enquêtes en vue de fournir des résultats aussi à jour que possible. Il y a plus d’une enquête pour un pays donné. Zuckerman attire l’attention sur quatre problèmes liés à ce jeu de données: faible taux de réponse, faiblesses dans la sélection de l’échantillon aléatoire, le régime ou la pression des pairs ayant une influence sur les réponses et les problèmes de la variation terminologique entre les cultures sur des termes tels que «religieux» ou «laïque». Malgré ces sources d’erreur possible toutefois Zuckerman cite Robert Putnam «nous devons faire avec l’imperfection des preuves que l’on peut trouver, et pas seulement déplorer ses lacunes. »
Les données pour les Q.I et les pourcentages affirmant croire en Dieu pour les 137 pays figurent dans l’appendice. On constate que dans seulement 17% des pays (23 sur 137) la proportion de la population qui ne croient pas en Dieu est supérieure à 20%. Ce sont pratiquement tous les pays de Q.I plus élevé.
Les corrélations entre le Q.I national et l’athéisme sont données dans le tableau 3. La ligne 1 donne une corrélation de 0,60 pour l’échantillon total et est statistiquement significative (p <.001). Nous avons également divisé les pays en deux groupes ceux avec un Q.I moyen entre 64-86 et ceux de Q.I moyen entre 87-108. La ligne 2 présente les données pour les 69 pays de Q.I entre 64-86. Dans ce groupe, seulement 1,95% de la population est non-croyante. La ligne 3 donne les données pour les 68 pays de Q.I entre 87-108. Dans ce groupe 19,99% de la population croit en Dieu.
Table 3. Correlations entre QI National et Non-croyance religieuse
QIs
N. de pays
Non-croyants
étendue Non-croyants
R: Non-croyant x QI
64-108
 137
 10.69%

 +0.60
64-86
  69
  1.95%

 +0.16
87-108
  68
 16.99%

 +0.54
5. Discussion
Les résultats soulèvent quatre points d’intérêt. Tout d’abord, l’hypothèse avec laquelle nous avons commencé cette étude est qu’il existe une corrélation négative entre le Q.I et la croyance religieuse. Deuxièmement, nous avons montré que la relation négative entre l’intelligence et la croyance religieuse est une différence dans Psychometric g. Troisièmement, nous avons étendu cette hypothèse à l’examen de savoir si une corrélation négative entre le Q.I et la croyance religieuse est présente entre les pays. En utilisant les données de 137 pays, nous avons trouvé une corrélation de 0,60 entre le Q.I et l’incroyance en Dieu. La mesure utilisée pour l’analyse entre les pays fut l’incroyance en Dieu plutôt que de croire en dieu. Nous croyons que l’on peut raisonnablement supposer que l’incrédulité de dieu est très (négativement) en corrélation avec la croyance en dieu. Par conséquent, nous concluons que la corrélation négative entre le Q.I et la croyance religieuse qui a été trouvée dans de nombreuses études au sein des nations est également présente entre les nations.
Cette conclusion pose la question de savoir pourquoi il y a une corrélation négative entre le Q.I et la croyance en dieu. De nombreux rationalistes vont sans doute accepter l’argument avancé par Frazer (1922, p.712) dans The Golden Bough que dans les civilisations développées « l’esprit vif déclare la théorie de la nature religieuse insuffisante… la religion, considérée comme une explication de la nature, est remplacée par la science ». D’autres ont supposé implicitement ou explicitement que davantage de personnes intelligentes sont les plus sujettes à questionner les dogmes religieux. Par exemple, Kuhlen et Arnold (1944)  proposent qu’une «plus grande maturité intellectuelle pourrait augmenter le scepticisme en matière de religion ». Inglehart et Welzel (2005, p.27) suggèrent que, dans le monde préindustriel, les humains ont peu de contrôle sur la nature, donc ils cherchent à compenser leur manque de contrôle physique en faisant appel aux pouvoirs de la métaphysique qui semblent contrôler le monde: « le culte est considéré comme un moyen d’influer sur son sort, et il est plus facile d’accepter son impuissance si l’on sait que le résultat est dans les mains d’un être tout-puissant, dont la bienveillance ne peut être gagnée en suivant des règles rigides et prévisibles de contact… une raison pour la baisse des croyances religieuses traditionnelles dans les sociétés industrielles est que le sentiment croissant de la technologie permet un contrôle sur la nature et diminue la nécessité de s’appuyer sur des pouvoirs surnaturels » .
Mais il existe quelques exceptions à la règle générale de relation linéaire entre le Q.I et l’incrédulité en Dieu à travers les nations. Deux des plus anormales sont Cuba et le Vietnam, qui ont des pourcentages plus élevés d’incrédules en Dieu (40% et 81%, respectivement) que ne le laissait prévoir leur Q.I de 85 et 94 (respectivement). Cela est probablement attribuable au communisme et aux fortes propagandes athées contre la croyance religieuse. En outre, il a parfois été suggéré que le communisme est lui-même une forme de religion dans laquelle Das Capital est le texte sacré, Lénine était le Messie qui est venu apporter le paradis sur terre, tandis que Staline, Mao, Castro et d’autres furent ses disciples, qui sont venus pour propager le message dans les différents pays.
Les États-Unis sont un cas particulier : ils ont un très faible pourcentage d’incrédules en Dieu (10,5%) pour un Q.I moyen élevé. Le pourcentage d’incrédules en Dieu aux États-Unis est beaucoup plus faible que dans le nord-ouest et le centre de l’Europe (par exemple, la Belgique, 43%, Pays-Bas, 42%, le Danemark, 48%; France, 44%; Royaume-Uni, 41,5%). Un facteur qui pourrait fournir une explication possible à cela est que beaucoup d’Américains sont catholiques, et le pourcentage de croyants dans les pays catholiques en Europe est généralement beaucoup plus élevé que dans les pays protestants (par exemple en Italie, 6%, l’Irlande, 5%, de la Pologne, 3 %; Portugal, 4%, l’Espagne, 15%). Une autre contribution possible est l’immigration de ceux qui détiennent de fortes croyances religieuses. Un autre facteur possible serait peut-être qu’un certain nombre d’émigrants en provenance d’Europe sont allés aux États-Unis en raison de leurs croyances religieuses fortes, de sorte que ces croyances ont été transmises en tant qu’entité culturelle et même en tant qu’héritage génétique aux générations suivantes. La corrélation Parent-enfant des croyances religieuses est assez élevé: 0,64 (père-fils) et 0,69 (mères-filles) (Newcomb et Svehla, 1937). Il a été constaté que la croyance religieuse a une héritabilité d’environ 0,40 – 0,50 (Koenig, McGrue, Krueger et Bouchard, 2005), il se pourrait qu’un certain nombre de religieux émigrants de l’Europe avaient la génétique de la croyance religieuse, ce qui a été transmis à la plus grande partie de la population actuelle.
Le tableau ci-dessous reprend les différents mouvements religieux américains et leur classification (athéiste, agnostique, libéral et dogmatique).
Les juifs (ashkénazes en Amérique) ont la plus grosse proportion d’individus à Q.I élevé, 33% des juifs américains ont un Q.I moyen supérieur à 120. Ils sont suivis par les anglicans, les athées et les agnostiques avec respectivement 29, 25 et 19% d’individus avec un Q.I supérieur à 120.
Les religions dogmatiques attirent d’avantage les bas Q.I.
Les musulmans ont la plus faible proportion d’individus doués (4%) suivis par ordre ascendant par les Baptistes (8%), les Pentecotistes (9%) et les Mormons (11%). Le facteur racial est évidemment à prendre en compte. Les juifs ashkénazes ont génétiquement un Q.I plus élevé. Les moyen-orientaux et les nord-africains ont au contraire une plus faible intelligence et ils constituent la majorité des musulmans. Les baptistes et les pentecotistes comptent une grande part d’afro-américains.
high intelligence religion IQ
Chez les américains blancs (européens), les athées ont un Q.I moyen légèrement plus élevé que les agnostiques, suivis par les religieux libéraux puis par les religieux dogmatiques qui ont la plus basse intelligence (tableau 5).
I.Q atheism religion dogmatic
La religion n’a évidemment aucun impact direct sur l’intelligence, qui est un paramètre physiologique du cerveau essentiellement déterminé par les gènes. C’est un Q.I moyen préalablement moins élevé qui attirera certains vers une religion plus dogmatique (pré-rationnelle, avec pensées magiques, règles fixes de comportements, accent mis sur les péchés, besoin d’expiation…) , tandis que les plus hauts Q.I préféreront des explications rationnelles et l’athéisme (voire les religions plus libérales permettant la réflexion et l’interprétation, dont les adeptes ont un Q.I intermédiaire).
Liste des pays, Q.I moyen et fréquence des athées
Pays
QI
% Ne croient
 pas en Dieu
Cameroon
64
0.5
Ethiopia
64
0.5
Sierra Leone
64
0.5
Gambia
66
0.5
Senegal
66
0.5
Guinea
67
0.5
Haiti
67
0.5
Liberia
67
0.5
Burkina Faso
68
0.5
Chad
68
0.5
Somalia
68
0.5
Burundi
69
0.5
Cote d’Ivoire
69
0.5
Malawi
69
0.5
Mali
69
0.5
Niger
69
0.5
Nigeria
69
0.5
Benin
70
0.5
Botswana
70
0.5
Rwanda
70
0.5
Togo
70
0.5
Ghana
71
0.5
Zambia
71
0.5
Kenya
72
0.5
Tanzania
72
0.5
Uganda
73
0.5
Mauritania
76
0.5
Nepal
78
0.5
Sri Lanka
79
0.5
Egypt
81
0.5
Bangladesh
82
0.5
Madagascar
82
0.5
Algeria
83
0.5
Libya
83
0.5
Oman
83
0.5
Syria
83
0.5
Tunisia
83
0.5
Afghanistan
84
0.5
Jordan
84
0.5
Morocco
84
0.5
Pakistan
84
0.5
Saudi Arabia
84
0.5
United Arab Emirates
84
0.5
Yemen
85
0.5
Kuwait
86
0.5
Philippines
86
0.5
Azerbaijan
87
0.5
Iraq
87
0.5
Brunei
91
0.5
Thailand
91
0.5
Malaysia
92
0.5
South Africa
72
1
Guatemala
79
1
El Salvador
80
1
Honduras
81
1
Nicaragua
81
1
Colombia
84
1
Panama
84
1
Paraguay
84
1
Venezuela
84
1
Peru
85
1
Bolivia
87
1
Brazil
87
1
Ecuador
88
1
Costa Rica
89
1
Central African Rep.
64
1.5
Angola
68
1.5
Indonesia
87
1.5
United States
98
10.5
Kazakhstan
94
12
Uruguay
96
12
China
105
12
Lithuania
91
13
Singapore
108
13
Armenia
94
14
Israel
95
15
Spain
98
15
Greece
92
16
Iceland
101
16
Slovakia
96
17
Belarus
97
17
Switzerland
101
17
Austria
100
18
Tajikistan
87
2
Turkmenistan
87
2
Chile
90
2
Congo: Rep of (Brazz)
64
2.7
Ukraine
97
20
Latvia
98
20
Mongolia
101
20
Canada
99
22
New Zealand
99
22
Taiwan
105
24
Australia
98
25
Russia
97
27
Finland
99
28
Jamaica
71
3
India
82
3
Lebanon
82
3
Poland
99
3
South Korea
106
30
Norway
100
31
Hungary
98
32
Bulgaria
93
34
Slovenia
96
35
Zimbabwe
66
4
Namibia
70
4
Uzbekistan
87
4
Argentina
93
4
Georgia
94
4
Romania
94
4
Portugal
95
4
Iran
84
4.5
Mexico
88
4.5
Cuba
85
40
United Kingdom
100
41.5
Germany
99
42
Netherlands
100
42
Belgium
99
43
France
98
44
Denmark
98
48
Estonia
99
49
Mozambique
64
5
Laos
89
5
Ireland
92
5
Moldova
96
6
Italy
102
6
Czech Republic
98
61
Sweden
99
64
Japan
105
65
Dominican Republic
82
7
Croatia
90
7
Kyrgyzstan
90
7
Cambodia
91
7
Albania
90
8
Vietnam
94
81
Trinidad & Tobago
85
9
 IQ intelligence Religion atheism SOURCE : https://www.intelligence-humaine.com/qi-et-religion/
---------------------------------------------------- 

La méta-analyse de 63 études révèle de fortes différences intellectuelles entre croyants et athées
Une « sagesse » éloignée des dieux dès l’Antiquité
Dans Bellérophon, d’Euripide, le héros s’exclame : « On affirme que dans le ciel il y a des dieux ! Il n’y en a pas, non, il n’y en a pas. Cessez de répéter sottement cette vieillerie. Ne me croyez pas sur parole, voyez de vos propres yeux. Je prétends, moi, que les tyrans font périr les Hommes par milliers, qu’ils les dépouillent de leurs biens, qu’au mépris de la foi jurée, ils détruisent les cités et que, malgré cela, ils sont plus heureux que ceux qui adorent chaque jour tranquillement les immortels ».
Dès l’Antiquité, les croyants passent donc déjà pour désuets, et notre héros pourrait très bien répéter cette réplique de nos jours.
Une étude qui regroupe 63 études préalables
Aujourd’hui, la science s’en mêle et une méta-analyse intitulée The Relation Between Intelligence and Religiosity réalisée par les chercheurs Miron Zuckerman, Jordan Silberman et Judith A. Hall s’est penchée sur 63 études pour déterminer comment intelligence et croyances religieuses étaient corrélées.
En 1998 dans Nature, un article soulignait déjà que seuls 7 % des membres de l’académie des Sciences croyaient en Dieu. Edward Dutton, chercheur à l’institut de Recherche sociale d’Ulster (Royaume-Uni), et Dimitri van der Linden, du département de psychologie de l’université de Rotterdam (Pays-Bas), veulent comprendre pourquoi. Bien sûr, on pense immédiatement que l’existence de Dieu ne pouvant être prouvée scientifiquement, il est plus rationnel d’être athée. Pourtant, ce n’est pas l’explication retenue par les chercheurs.
Par Séranne Piazzi, le 10 juin 2017 Les chercheurs répondent à leur problématique dans une étude en liant religion et instinct. La religion ferait partie de l’évolution et compterait donc parmi les instincts de l’homme, tout comme celui qui lui permet de survivre dans la savane africaine, selon le psychologue Satoshi Kanazawa, de la London School of Economics. Ainsi, tout comme l’intelligence permettrait de surmonter des problèmes rares dans la savane que l’instinct ne suffit pas à gérer, elle permettrait aussi de dépasser l’instinct religieux.
Edward Dutton et Dimitri van der Linder définissent ainsi l’intelligence, mesurée en QI : « L’intelligence — dans la résolution rationnelle des problèmes — peut être comprise comme le fait de surmonter son instinct, d’être intellectuellement curieux et donc ouvert à des possibilités non instinctives ». Dans la même optique, l’intelligence permettrait de dépasser son stress : « Si la religion est en effet un domaine évolué (un instinct), alors elle sera augmentée dans des moments de stress, quand les gens sont enclins à agir instinctivement. L’intelligence nous permet de faire une pause et de raisonner à travers la situation et les conséquences possibles de nos actions ».
Par Séranne Piazzi, le 10 juin 2017
------------------------------------------------------------------
NOTES de H. Genséric :
[1] Corrélation entre deux grandeurs X et Y (par ex. X = taille d'un individu, et Y = son poids)
- Si cette droite "monte", on dira qu'il y a corrélation positive entre les deux variables  : si X augmente, Y augmente aussi..
- Si elle "descend", c'est une corrélation négative (lorsque X croit, Y décroit)
- Si elle est "horizontale", ou si on ne peut pas décider, c'est qu'il y a absence de corrélation.

Corrélation positive:

Corrélation négative:

Absence de corrélation:

La qualité de la corrélation entre deux variables peut se mesurer par la dispersion des points autour de la relation moyenne.
Hannibal GENSÉRIC

4 commentaires:

  1. https://nicolasbonnal.wordpress.com/2020/09/01/contre-leur-rage-de-detruire-pouvons-nous-encore-nous-defendre/

    RépondreSupprimer
  2. Mais comme dit Leibniz, un peu de philosophie éloigne de la religion, beaucoup de philosophie y ramène.

    RépondreSupprimer
  3. Lappartence c'est la liberté de tout un chacun pour ce qui de la langue arabe cela fait partie du patrimoine universel sans la langue arabe aucune langue n'aurait existé li ny pas si longtemps le monde parlé l,arabe l'apport de la civilisation arabo-islamique un atout fondamental la langue arabe na rien perdu de sa richesse
    Le français une très belle langue masacre par certains merdias sur les plateaux télé cest horrible le debit d,anneries et sa fait rire les analphabètes trilingues

    RépondreSupprimer
  4. La fameuse phrase d’Ibn Khaldoun, qui l’a fait détester en Orient arabo-musulman, est la suivante :

    إذا عربت خربت

    و إذا خربت لن تبنى


    Qu’on pourrait traduire par :
    l’arabisation, c’est la destruction, et ce qui est détruit (par les Arabes) n’est jamais reconstruit [par eux].

    Si les Arabes ont besoin de pierres pour servir d’appuis à leurs marmites, ils dégradent les bâtiments afin de se les procurer ; s’il leur faut du bois pour en faire des piquets ou des soutiens de tente, ils détruisent les toits des maisons pour en avoir. Par la nature même de leur vie, ils sont hostiles à tout ce qui est édifice ; or, construire des édifices, c’est faire le premier pas dans la civilisation. [2]

    [2] Dans Le chameau arabo-islamique :

    « A beau chameau, vaste désert » [Achille Chavée, poète belge, 1906-1969]

    Sources : https://numidia-liberum.blogspot.com/2020/08/qui-sera-le-prochain-etat-arabe-trahir.html#more
    repris sur le blog : www.torah-injil-jesus.com rubrique : ibn khaldun

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.