mardi 1 septembre 2020

Facebook engage un censeur israélien


Les défenseurs d'Israël, tant dans le domaine politique que dans les médias, utilisent depuis longtemps toutes les armes disponibles pour étouffer toute critique du racisme israélien et de son oppression des Palestiniens. En particulier, l'utilisation de «l'antisémitisme» comme quelque chose comme un frein à la discussion dans les délibérations sur le Moyen-Orient a longtemps été un aliment de base de la politique américaine et européenne. Il est librement utilisé pour mettre fin à toute discussion tout en condamnant les personnes accusées du crime , qui sont voués à jamais à la dérision et à l'obscurité.
Mais les Israéliens et, bien sûr, de nombreux juifs de la diaspora savent exactement comment l'expression a été militarisée. L'ancien ministre israélien Shulamit Aloniexpliqué comment cela se fait  «antisémite»… «c'est un truc, nous l'utilisons toujours.»
 Our Beloved Minister: Cleared of the False Charge of Anti-Semitism –  Research Minister
Si l'on lisait les médias grand public américains, reflétant presque toujours un certain point de vue institutionnel juif, on penserait qu'il y a eu  une augmentation spectaculaire dans l'antisémitisme dans le monde entier, mais cette affirmation est incorrecte. Ce qui s'est produit n'est pas la haine des juifs mais plutôt la confluence de deux facteurs. Le premier est le fait indéniable qu’Israël se comporte particulièrement mal, même en raison de ses normes certes faibles. Son massacre de Palestiniens à Gaza a été exceptionnellement observable malgré les tentatives des médias pour éviter de le mentionner, ainsi que son soutien aux terroristes en Syrie et les attaques contre ce pays ont également soulevé des questions sur les intentions du régime kleptocratique à Tel Aviv, qui est actuellement faire pression pour une attaque contre l'Iran et semble avoir pleinement à bord l'administration Trump. Tout cela signifie que la perception d'Israël en tant qu'État exclusivement juif,soulève inévitablement des questions sur le comportement de la communauté juive internationale qui a tant fait pour façonner le récit favorable, mais cela n'implique pas nécessairement la haine de l'ethnie ou de la religion juives.
Deuxièmement, l'augmentation présumée des incidents antisémites est également largement alimentée par la manière dont ces incidents sont définis. Israël et ses amis ont travaillé dur pour élargir les paramètres de la discussion, faisant de toute critique d'Israël ou de ses activités un crime de haine ou  ipso facto  un incident antisémite. La définition de travail du département d'État américain  de l'antisémitisme inclut désormais «… le ciblage de l'Etat d'Israël» et il avertit que l'antisémitisme est une infraction pénale. La législation récente à Washington et aussi en Europe a criminalisé les efforts jusqu'ici légaux et non violents pour faire pression sur Israël concernant son inhumanité vis-à-vis des Palestiniens. La critique légitime d'Israël devient ainsi à la fois antisémitisme et criminel, augmentant le nombre d'incidents dits antisémites. Cela signifie que les chiffres augmentent inévitablement, fournissant du fourrage pour valider une réponse répressive.
On pourrait ajouter qu'Hollywood, les médias traditionnels et les universités ont contribué aux allégations concernant la montée de l'antisémitisme, libérant sans relâche un torrent de matériel extirpant les antisémites présumés et les soi-disant négationnistes de l'holocauste, tout en faisant l'éloge d'Israël et de ses réalisations. Toute exposition médiatique du soi-disant antisémitisme a un objectif politique, intentionnel ou non, qui est d'isoler Israël lui-même de toute critique et de créer pour tous les Juifs le statut de victime perpétuelle qui permet à de nombreux membres de la diaspora de ne pas broncher. soutenir un pays étranger contre les intérêts des nations où ils sont nés, ont grandi et ont fait fortune.
Deux femmes du Congrès musulmanes, Rashida Tlaib du Michigan et Ilhan Omar du Minnesota, ont osé déclarer ouvertement la réalité selon laquelle le pouvoir juif est largement disproportionné à Washington. Tlaib a  déclaré  que les promoteurs de la législation entendaient profiter à Israël en limitant la liberté d'expression «… ont oublié quel pays ils représentent. C'est aux États-Unis où le boycott est un droit et fait partie de notre combat historique pour la liberté et l'égalité. Peut-être qu'un rappel sur notre Constitution américaine est en ordre, puis revenez à l'ouverture de notre gouvernement au lieu de nous retirer nos droits.
En effet, les boosters du Congrès ont oublié depuis longtemps qu'ils sont censés faire respecter la Constitution des États-Unis tout en promouvant les intérêts de leurs électeurs, et non ceux d'un pays éloigné de sept mille kilomètres. Glenn Greenwald de l'  Intercept a  répondu » au commentaire du Tlaib avec un tweet « C'est stupéfiant de voir combien de temps les dirigeants politiques américains passent à défendre une nation étrangère, même si cela signifie attaquer les droits de liberté d'expression des Américains". 
Ilhan Omar a ensuite tweeté sa propre réplique concise à Greenwald: «Tout tourne autour des Benjamins, bébé!» qui faisait référence au portrait du fondateur Benjamin Franklin sur des billets de cent dollars. Son commentaire a été presque immédiatement interprété comme signifiant qu'elle accusait des politiciens de premier plan d'avoir été achetés par le lobby israélien, ce qui est , au moins dans certains cas, fondamentalement vrai.
Il s'en est suivi une indignation fabriquée, les dirigeants politiques des deux partis se sont accrochés à une frénésie médiatique pour marquer des points l'un contre l'autre. Même s'il est parfaitement légitime pour une membre du Congrès de la commission des affaires étrangères de contester ce que fait le lobby israélien et d'où vient son argent, la présidente de la Chambre Nancy Pelosi s'est plainte de «l'utilisation par Omar de tropes antisémites et d'accusations préjudiciables contre les partisans d'Israël. » ce qui était « profondément offensant ». Le président Donald Trump, qui  a admis  que sa politique au Moyen-Orient vise à servir les intérêts israéliens plutôt qu'américains, a également sauté sur l'occasion en disant: " Je pense qu'elle devrait démissionner du Congrès ou bien elle devrait démissionner de la commission des affaires étrangères de la Chambre."
Les commentaires d'Omar ont précédé la récente vague de censure pro-israélienne dans les reportages, sur les réseaux sociaux et aussi dans les services de «recherche» d'informations sur Internet. Si quoi que ce soit, l'effort pour élargir la censure de la langue et des expressions relatives à Israël et aux activités du lobby israélien tant aux États-Unis que dans le monde s'est intensifié. Les sites d'actualités / d'information comme Yahoo ont cessé d'autoriser les commentaires sur leurs articles en partie parce que les commentaires contredisaient souvent leurs rapports sur le Moyen-Orient et aussi sur d'autres questions. Les recherches Google sont biaisées pour enterrer les résultats particulièrement critiques à l'égard de l'État juif.
Comme c'est une année électorale et que les deux partis recherchent des dizaines de millions de dollars de donateurs juifs liés à Israël comme Sheldon Adelson et Haim Saban, les efforts pour critiquer les discours de haine émis par Israël  s'intensifient . Il y a deux semaines, «… plus de 120 organisations ont envoyé une  lettre  au géant des médias sociaux [Facebook], l'exhortant à « adopter pleinement » la définition de travail de l' Alliance internationale pour la mémoire de l'Holocauste (IHRA)  de l'antisémitisme en  tant que " pierre angulaire de la politique de discours de haine de Facebook concernant antisémitisme." Cette définition, qui a été adoptée par l'IHRA en 2016 et a été  promue aux gouvernements du monde entier. Cette définition comprend plusieurs exemples de ce qu'il décrit comme un antisémitisme «contemporain» - y compris «refuser au peuple juif son droit à l'autodétermination, par exemple en affirmant que l'existence d'un État d'Israël est une entreprise raciste» et « deux poids deux mesures envers Israël - cela peut être interprété comme définissant une grande partie des critiques d'Israël, de la politique israélienne ou du sionisme comme de l'antisémitisme. »
 Bombshell Audio Leak - Powerful Zionist Groups Hold Meeting, Plot Latest Strategy to Deprive Americans of Free Speech (Audio)
Facebook pour sa part a embauché  Emi Palmor , ancien directeur général du ministère israélien de la Justice, comme membre de son  nouveau conseil de surveillance  qui censurera le contenu du site. La directrice des opérations de la société, Sheryl Sandberg, a également déclaré que FB utilise «… la définition de l'IHRA 'pour informer [sa] propre approche et ses définitions», que sa nouvelle politique «s'inspire de l'esprit - et du texte - de l'IHRA», et qu'en vertu de la politique de Facebook, «les Juifs et les Israéliens sont traités comme des « caractéristiques protégées », des Intouchables.
Les caractéristiques protégées  signifient en pratique que toute critique des activités des Israéliens ou des groupes juifs est inacceptable sur les sites. Des preuves anecdotiques suggèrent que Facebook censure également maintenant tout matériel qui pourrait conduire à une critique légitime de l'État juif et de ses politiques. Le 18 Août, Facebook a retiré d'un site,  une image  et l' article montrant une route remplie de moutons appartenant à des Palestiniens morts qui auraient été tués par un chauffeur de colon israélien. L'Israélien a délibérément écrasé les animaux avec sa voiture dans le cadre d'une campagne visant à détruire les moyens de subsistance des agriculteurs palestiniens en Cisjordanie.
Lorsque le lobby israélien se plaint que dépeindre Israël de manière négative est un antisémitisme à peine voilé, on pourrait bien répondre que des choses terribles se font au Moyen-Orient au nom des juifs et d'Israël. Faire taire les critiques en les accusant de crime de haine n'est rien de plus qu'une perversion de la justice pour servir les demandes d'une minorité puissante et riche ainsi qu'un déni des droits constitutionnels pour tous les Américains. Face à des accusations d '«antisémitisme», rappelez-vous simplement ce que la ministre israélienne Aloni a admis: «[l’antisémitisme ?] C'est un truc que nous utilisons toujours».
Mardi 1 sept.20
-----------------------------------------------
Les "idiots utiles" du populisme européen
Tout contents, les « pionniers des territoires libérés de Judée-Samarie ». Ils ont reçu la visite de 35 politiciens européens venus les soutenir. Et que du beau monde…
C’est nouveau, ça vient de sortir : toute la droite extrême européenne est devenue ultra-sioniste. Plus question de tolérer dans leurs rangs l’auteur du moindre pet antisémite. Parce qu’Israël le vaut bien. N’est-il pas un « avant poste de la civilisation occidentale » ?
Cette stratégie a été initiée par le très populiste député néerlandais Geert Wilders, qui était d’ailleurs voici peu à Tel-Aviv, à l’invitation d’Arieh Eldad, leader du parti « Ihoud Léuni » (Union nationale, 4 députés). Logique : qui se ressemble, s’assemble.
De fait, tous deux estiment que la « Judée –Samarie » appartient sans conteste aux Israéliens et que la place des Palestiniens est en Jordanie, « leur véritable Etat ». Et voici que lui a succédé une délégation de personnalités européennes, venue assurer les colons de leur soutien.
Que des gens bien, quoique pas encore assez compris dans leurs pays respectifs : d’Autriche, deux membres du FPO de feu Jorg Haider. D’Allemagne, René Stadtkewitz, actuel président du « Parti de la Liberté », exclu par Angela Merkel de la CDU, parce qu’il y a des limites aux âneries qu’un parti démocratique peut admettre.
Et aussi le Suédois Kent Ekeroth, des « Démocrates de Suède », un beau nom quoique assez peu en rapport avec son idéologie, le très ouvert Filip de Winter du Vlaaams Belang, C. Dietrich du Parti populaire suisse, la branche allemande de l’UDC, qui placarde de si jolies affiches d’une Suisse couverte de minarets, des Italiens, des Britanniques, on en passe et des meilleures.   
S’ils sont là, ce n’est vraiment par amour des Israéliens, ni des Juifs d’ailleurs. Simple question de priorité : pour eux, parmi tous les envahisseurs de l’Europe, les Juifs, peu nombreux, relativement discrets et à peu près blancs, ne sont pas les pires. Par contre les barbares musulmans…
Les amis antisémites d'Israël
Les Juifs israéliens agitent le drapeau israélien devant la porte de Damas dans la vieille ville de Jérusalem le 2 juin 2019 [Faiz Abu Rmeleh /
«Les antisémites deviendront nos amis les plus fiables, les pays antisémites sont nos alliés» - a ainsi déclaré le fondateur du sionisme, Theodor Herzl.
Herzl était loin d'être le seul sioniste à plaider en faveur d'une alliance avec les antisémites, et ce schéma pernicieux est toujours d'actualité.
En Ukraine, par exemple, Israël a armé et entraîné le bataillon Azov , une milice néo-nazie farouchement antisémite.
 
L'un des alliés politiques et moraux les plus puissants d'Israël à l'heure actuelle est Christians United for Israel, une organisation qui, sur la base de chiffres douteux, revendique une adhésion d'environ six millions de partisans.[Voir Les évangéliques américains, meilleurs amis d’Israël pour la vie].
Le groupe chrétien sioniste a été fondé par John Hagee, un télévangéliste américain et  pasteur avec une activité très lucrative dans les livres de théologie «de la fin des temps», des DVD et autres bondieuseries. Hagee a prêché un jour qu'Adolf Hitler était «un chasseur» envoyé par Dieu pour chasser les Juifs et les obliger à «retourner» en Palestine afin de devenir des colons coloniaux et de fonder l'État d'Israël.  
Les sionistes chrétiens évangéliques prophétisent que, à la fin de l'histoire, les Juifs seront divisés entre ceux qui se convertissent en masse au christianisme et ceux qui sont condamnés aux feux de l’enfer. Il vaut mieux les grouper tous à l’avance, le travail divin n’en sera que plus facile !
Les politiciens israéliens comme Netanyahu sont sans aucun doute conscients de l'idéologie haineuse de ces alliés. Mais tant que ces alliés s'engagent à soutenir la politique d'apartheid de l'État d'Israël et à défendre ses crimes, ils s'en moquent.
Hannibal GENSÉRIC

1 commentaire:

  1. Ce que j'aimerais savoir, y a-t-il une personne avec un QI supérieur à la température ambiante qui est un utilisateur de Shitbook?

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.