jeudi 10 septembre 2020

Fraude illimitée. Israël finance le lobby israélien en Amérique en utilisant l’argent des contribuables américains


Imaginez un instant qu'un gouvernement étranger reçoive des milliards de dollars par an en «aide» et autres avantages du contribuable américain. Envisagez au-delà de cela, la possibilité que ce gouvernement puisse prendre une partie de l'argent qu'il reçoit et le recycle secrètement à des groupes de citoyens américains aux États-Unis qui existent pour maintenir et augmenter ce flux d'argent tout en servant également d'autres intérêts du pays bénéficiaire. Cela signifierait que les États-Unis subventionnent eux-mêmes les lobbies et les groupes qui travaillent inévitablement contre leurs propres intérêts. Et cela signifie également que les citoyens américains agissent en tant qu'agents étrangers, donnant secrètement la priorité de leur attachement à un pays étranger plutôt qu'à la nation dans laquelle ils vivent.

Je fais bien sûr référence à Israël. Il n'est pas nécessaire qu'un brillant observateur remarque comment Israël et ses alliés à l'intérieur des États-Unis sont devenus très habiles à traire la vache à lait qu’est devenu le gouvernement des États-Unis. Et ceci à tous les niveaux : aide financière, concessions commerciales, matériel militaire, transferts technologiques, et couverture politique, etc. Le flux de dollars, de biens et de protection n'est jamais réellement débattu de manière sérieuse et est souvent, en fait, négocié directement par le Congrès ou les législatures des États directement avec les lobbyistes juifs. Cette corruption et cette manipulation du système gouvernemental américain par des gens qui sont essentiellement des agents étrangers (et des agents américains au service de l’étranger), est en quelque sorte une entreprise criminelle et on ne peut qu'imaginer les cris d'indignation venant du New York Times s'il y avait un arrangement similaire avec un autre pays.
La dernière révélation sur la tricherie d'Israël concerne des subventions qui ont été versées secrètement par les agences gouvernementales israéliennes à des groupes aux États-Unis, qui, à leur tour, ont pris la direction de l'État juif, portant souvent, entre autres, préjudice aux véritables intérêts américains. Les groupes impliqués n'ont pas divulgué les paiements, ce qui est un crime. Ils ont également omis de s'inscrire en vertu de la loi de 1938 sur l'enregistrement des agents étrangers, qui impose des sanctions aux groupes et aux particuliers agissant au nom de gouvernements étrangers. En particulier, le FARA (Foreign Agents Registration Act) exige que les finances et les relations de l'organisation étrangère affiliée soient ouvertes à l'inspection du ministère de la Justice. Il stipule que «toute personne qui agit à titre d'agent, de représentant, d'employé ou de fonctionnaire, ou agit d'une autre manière sur ordre, demande ou sous la direction ou le contrôle d'un mandant étranger». Ceux qui omettent de divulguer pourraient être sanctionnés par jusqu'à cinq ans de prison et des amendes allant jusqu'à 250.000 $.
Nous constatons donc que les divers amis et mandataires d'Israël, sont, de manière unique, de facto exemptés de toute réglementation du gouvernement américain. La dernière tentative sérieuse d'enregistrer une grande entité de lobbying a été faite par John F. Kennedy, qui cherchait à faire en sorte que l'organisation qui prédécédait de l'actuel Comité américain des affaires publiques d'Israël (AIPAC) se conforme au FARA. Kennedy a été tué avant de pouvoir terminer le processus.
Pour être sûr, le gouvernement américain a récemment été agressif en exigeant l'enregistrement FARA pour d'autres nations ainsi que pour les Américains travaillant pour des puissances étrangères. Il y a eu plusieurs cas importants du FARA dans les nouvelles. Les principales agences de presse russes opérant aux États-Unis ont été contraintes de s'inscrire en 2017 car elles étaient financées en grande partie ou en partie par le Kremlin. De plus, dans le cadre de leurs accords de plaidoyer, l'ancien président de la campagne Trump, Paul Manafort, et l'ancien conseiller à la sécurité nationale, Michael Flynn, ont tous deux concédé qu'ils n'avaient pas respecté le FARA lorsqu'ils travaillaient en tant que consultants auprès de gouvernements étrangers.
Un des principaux bénéficiaires des largesses du gouvernement israélien a été la Fondation des Alliés d'Israël (IAF), qui est présente dans 43 pays à travers le monde, bien qu'elle soit enregistrée aux États-Unis en tant qu'organisation à but non lucratif.. Elle a reçu une subvention de 100.000 dollars du ministère des Affaires stratégiques d'Israël en 2019, une partie des 6,6 millions de dollars qui ont été distribués à onze organisations américaines en 2018-19. Les alliés israéliens utilisent en particulier la guerre juridique pour cibler le mouvement non violent de Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS), qui a une présence importante et croissante sur les campus universitaires. Le lobbying efficace de l'IAF aux États-Unis a conduit plus de la moitié de tous les États à adopter une législation interdisant ou limitant l'activité de BDS, tandis qu'une législation qui criminaliserait les organisations travaillant contre Israël a également été adoptée par le Congrès. L'IAF a été directement impliquée dans la rédaction d'une telle législation et a récemment fait pression pour de nouvelles lois qui définiraient légalement la critique d'Israël comme de l'antisémitisme.
Le ministère israélien des Affaires stratégiques dans un premier temps, en 2015-7, a tenté de donner de l'argent ouvertement aux organisations de la diaspora, mais a constaté que de nombreux groupes juifs américains, à leur honneur, ne le prendraient pas en raison de préoccupations concernant le FARA et d'être accusés de «double loyauté. " Ainsi, le ministère a créé une «société d'utilité publique» apparemment non gouvernementale pour distribuer l'argent d'une manière plus secrète. Le mécanisme a reçu le nom opérationnel Concert.
Le seul objectif de Concert était de fournir de l'argent aux groupes de défense de la diaspora qui travailleraient principalement contre le BDS et contre d'autres efforts destinés à délégitimer l'État juif. Concert avait un bureau indépendant, mais son activité était dirigée par le directeur général du ministère des Affaires stratégiques.
Les documents internes de Concert sont, de manière prévisible, vagues dans la description des activités qu'il finançait, et on pourrait supposer qu'ils sont délibérément trompeurs. Ils font référence à des actions «défensives et offensives», sur la «responsabilité des entreprises», «le champ de bataille numérique» et sur les «unités d'amplification» qui apporteraient «un soutien aux organisations d'un réseau pro-israélien». L'intention était d'améliorer l'image d'Israël en raison de la perception répandue et tout à fait exacte que son bilan en matière de droits humains est parmi les pires au monde.. Concert a été créé pour servir de mécanisme à exploiter là où prévalaient des situations qui «nécessitent une discussion « en dehors du gouvernement » avec les différents publics cibles… [et] fournissent une réponse rapide et coordonnée contre les tentatives de ternir l'image d'Israël autour de la monde. »
Fait intéressant, l'un des récipiendaires les plus connus des fonds de Concert est le CUFI (Christians United for Israel ; Chrétiens unis pour Israël), le plus grand groupe pro-israélien des États-Unis, qui a reçu près de 1,3 million de dollars en février 2019 pour payer plusieurs «pèlerinages» de 10 semaines en Terre Sainte. . Chaque pèlerinage impliquait trente «religieux chrétiens influents des États-Unis» qui ont été clairement accompagnés d’une forte propagande  lorsqu'ils étaient au Moyen-Orient. D'autres décaissements importants sont allés à des groupes d'étudiants majoritairement juifs, vraisemblablement pour leur fournir à la fois les ressources et la formation nécessaires pour s'opposer aux critiques d'Israël dans les campus.
Le moyen simple de faire face aux opérations d'influence israéliennes massives et illégales dirigées contre les États-Unis serait tout d'abord de déduire chaque dollar identifiable dépensé par le gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahou pour fortifier les partisans d’Israël en Amérique, des 3,8 milliards de dollars (ou plus) qu'Israël reçoit chaque année directement du Trésor américain. Israël ne serait pas inquiet si les États-Unis récupéraient une somme dérisoire d'environ 10 millions de dollars, mais cela enverrait certainement un message.
Et puis on pourrait faire un suivi en exigeant que tous les mandataires israéliens qui composent ensemble le lobby israélien s'enregistrent auprès du FARA. On pourrait commencer par l'AIPAC, la Fondation pour la défense des démocraties (FDD) et le Washington Institute for Near East Policy (WINEP) mais il y en a beaucoup, beaucoup plus avant que le travail ne soit terminé. Et CUFI, bien sûr. On devrait sonner les cloches aux fondamentalistes chrétiens qui placent les intérêts d'Israël au-dessus de ceux de leur propre pays.

1 commentaire:

  1. En Algérie par exemple et pendant la période coloniale en natualisant les juifs indigène,Crémieux a intronisé le juif,rien que le juif ,c'est a dire l'Usure,la spoliation ,la corruption ,le monopole. Grace a la complicité de l'administration coloniale les juifs ont appauvri l'Algérien par l'usure et si une insurrection eclate ,il saura vite quitter les lieux et suivre son argent mis en sécurité depuis longtemps,dans l'histoire les peuples se sont toujours révolté contre ces terribles sangsues qui prenaient toujours et ne rendait jamais

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.