mercredi 9 septembre 2020

Hypocrisie, ton nom est Sion, par Philip Giraldi


Les groupes juifs soutiennent le BLM tout en ignorant le génocide palestinien
Il y a une tendance de la part des grands groupes juifs aux États-Unis et en Europe à découvrir ce qu'ils qualifient d'antisémitisme partout où l'on se tourne. Le mois dernier, une statue du célèbre  écrivain et philosophe politique français du 18 e siècle, Voltaire, a  été retirée  de l'extérieur de l'Académie française de Paris. Voltaire a été une figure majeure des «Lumières», au cours desquelles ce que nous appelons aujourd'hui la science et le rationalisme ont défié l'autorité de l'Église et du roi.[1]
La statue avait récemment été vandalisée par la version française de Black Lives Matter (BLM) parce que Voltaire aurait investi dans la Compagnie française des Indes orientales, qui se livrait au commerce triangulaire entre l'Europe, l'Afrique et le Nouveau Monde [2]. Les marchandises comprenaient des Africains qui étaient destinés à devenir des esclaves dans les colonies européennes. Au-delà de cela, Voltaire, un homme de son temps, croyait que les Noirs avaient «peu ou pas d'intelligence» et considérait également que les Juifs étaient nés «avec un fanatisme déchaîné dans leur cœur» [1].
Voltaire aurait été très admiré par Hitler, alors peut-être qu'il ne serait pas hors de propos de suggérer qu'en France, où la communauté juive est extrêmement puissante alors que les Africains ne le sont pas, c'est Voltaire, considéré comme l'antisémite, qui a consigné sa statue dans un entrepôt gouvernemental pour ne plus jamais être revue. Par ce raisonnement, on s'attend à ce que le monde interdise bientôt la musique de Richard Wagner et Ludwig van Beethoven car ils étaient eux aussi admirés par Hitler.
L'idée que quelqu'un peut changer l'histoire en ignorant certains aspects de celle-ci signifie que les manuels scolaires sont (et continuent à être) réécrits à un rythme effréné pour s'assurer qu'il y a une couverture écrasante de l'holocauste et de la réussite noire. De plus, l'effacement des monuments est poursuivi avec une intensité singulière aux États-Unis, où les pères fondateurs et d'autres mâles blancs morts sont l'un après l'autre jetés à la poubelle [3]. Cela détruit malheureusement aussi l'expérience d'apprentissage qui peut découler de l'utilisation des monuments comme mécanismes visuels pour confronter et comprendre les erreurs commises dans le passé. Une commission mise en place par le maire du District de Columbia a, par exemple,  dressé une liste cible  de monuments et de commémorations qui doivent être abattues/supprimées, renommé(e)s autrement, ou mis en «contexte». Elle comprend le Jefferson Memorial et le Washington Monument. Le nom «Columbia» est, bien sûr, certain d'être changé.
Fait intéressant, les groupes juifs aux États-Unis sont à l'avant-garde pour soutenir la mission de BLM de renverser ce qui représentait la culture américaine d'origine européenne. Ironiquement, cette culture comprend la liberté d'expression, la démocratie et le mercantilisme, qui ont tous grandement bénéficié aux Juifs. Le récit est, bien sûr, enrobé autour de la  cause commune  des Noirs et des Juifs luttant ensemble contre les nationalistes blancs présumés qui sont accusés par les médias d’être les premiers responsables, pour une grande partie, de la violence qui se déroule, même lorsque les vidéos prises sur les scènes des émeutes montrent clairement que les incendiaires et les pilleurs sont presque tous noirs.
Et les Noirs sceptiques quant au rôle juif sont rapidement remis à leur place, tout comme Rodney Muhammad de Philadelphie, qui a été  démis de ses fonctions de direction  à la NAACP (NdT  National Association for the Advancement of Colored People ; organisation qui défend le droit des personnes de couleurs et qui dénonce et se bat contre les discriminations raciales )  après avoir exprimé son scepticisme à propos de tous les amis juifs que les Noirs semblaient soudain acquérir, citant une observation souvent attribuée au désormais déshonoré Voltaire sur une entrée Facebook, "Pour savoir qui vous dirige vraiment, il suffit de regarder ceux que vous n’êtes pas autorisés à critiquer."."
L'organisation principale dans l'élaboration du récit acceptable est la Ligue anti-diffamation (ADL), qui se présente comme «Combattre la haine pour le bien». En d'autres termes, toute personne de l'autre côté du récit est par définition «haineuse» [4]. ADL apparemment annoncé un sujet de discussion en ligne pour le 28 Août, peu de temps après l'incident de tir à Kenosha, Wisconsin, qui a tué deux hommes blancs et blessé un troisième. Le titre se lit comme suit: «Pourquoi tous les lycéens blancs américains doivent condamner publiquement les meurtres antisémites du suprémaciste blanc Kyle Rittenhouse[5]
Si l'annonce est vraiment authentique, on note immédiatement que les meurtres sont présentés comme de l'antisémitisme sans aucune preuve réelle suggérant que quelque chose de ce genre était en jeu ou que le tireur connaissait la religion de ceux qui le confrontaient. Les trois «victimes» sont décrites comme des supporters de BLM, ce qu'elles étaient apparemment, mais cela ne tient pas compte du fait que les hommes abattus étaient également des militants d'Antifa et que tous les trois avaient un  casier judiciaire impliquant des violences . L'un d'eux, Joseph Rosenbaum, est certes juif, et  aussi pédophile , et les deux autres pourraient aussi être juifs si ADL est correct, mais cela ne semble pas avoir été important dans ce qui s'est passé. Des comptes rendus crédibles de la fusillade suggèrent que Rittenhouse a  été attaqué par les trois, dont l'un, Grosskreutz, avait une arme à feu et était frappé à la tête avec la planche de surf de Huber. Il a répondu en légitime défense.
Et ADL n'est pas la seule à défendre BLM. Plus de six cents groupes juifs ont signé une annonce de journal d'une  page complète  soutenant le mouvement. L'annonce dit: «Nous parlons d'une seule voix lorsque nous disons, sans équivoque: Black Lives Matter», puis continue en affirmant: «Il y a des politiciens et des mouvements politiques dans ce pays qui construisent le pouvoir en créant délibérément la peur pour nous diviser les uns contre les autres. Trop souvent, l'antisémitisme est au centre de ces divisions fabriquées. »
Donc, encore une fois, il s'agit de la victimisation perpétuelle des Juifs. Le fait que les Juifs constituent le groupe démographique le plus riche et le mieux éduqué des États-Unis semble suggérer qu'ils sont particulièrement favorisés, ce qu'ils sont, plutôt que ciblés par des foules déchaînées de pequenauds. Plus de 90% des fonds discrétionnaires du Département de la sécurité intérieure vont à la protection des installations juives et le Département de l'éducation et le Congrès sont toujours prêts à créer de nouvelles règles protégeant les Juifs de se sentir «mal à l'aise» dans leurs interactions occasionnelles avec les critiques d'Israël.
Les Juifs pensent et votent largement progressistes, ce qui est en partie la raison pour laquelle ils s'alignent avec les Noirs, même si les émeutes et les pillages sont susceptibles de les affecter plus que d'autres, car beaucoup d'entre eux pourraient encore avoir des entreprises dans les villes les plus susceptibles d'être touchées. Mais il y a aussi une raison beaucoup plus grande de le faire. De nombreux Noirs du BLM ainsi que des partisans progressistes blancs commencent à suggérer que le mouvement devrait élargir son programme et reconnaître  entre autres la souffrance des autres, pour inclure le peuple palestinien. Une forte démonstration de soutien de la part de groupes juifs, soutenue par ce que l'on pourrait appeler un flux de contributions financières à la cause, serait un moyen d'étouffer ce sentiment dans l'œuf, tout comme les donateurs juifs du Parti démocrate ont pu bloquer, dans la plate-forme du parti, toute référence sympathique aux Palestiniens.
C'est bien sûr l'ironie ultime que les groupes juifs soient très sensibles à la souffrance des Noirs aux États-Unis tout en ignorant largement les  crimes de guerre et autres dévastations qui se  produisent en Israël et en Palestine par les mains de leurs coreligionnaires. Le passage à tabac et la fusillade de Palestiniens non armés et non résistants, y compris les enfants, la destruction des moyens de subsistance des agriculteurs et la démolition de maisons pour faire place aux colons juifs sont au-delà de toute croyance et sont largement invisibles car les médias américains influencés par les juifs et aux mains des juifs ne le rapportent pas. C'est, tout simplement, un génocide. Et en plus de cela, Israël bombarde des civils sans défense à Gaza presque quotidiennement ces derniers temps, attaquant et déstabilisant le Liban [6] et la Syrie, et complotant également avec le secrétaire d'État américain Mike Pompeo pour attaquer militairement l'Iran.
Il ne devrait pas être surprenant que les groupes noirs se méfient des motivations des organisations juives qui semblent soudain vouloir être amicales. Lorsque Rodney Muhammad a été démis de ses fonctions de la NAACP à Philadelphie, Jonathan Greenblatt, le chef de l'ADL, a  tweeté  « Nous remercions le Comité exécutif de Philly NAACP & National NAACP pour avoir agi ici. Nous espérons que cela créera de nouvelles opportunités de collaboration alors que les communautés noires et juives locales peuvent faire plus pour lutter contre la haine et faire pression pour la dignité de tous. »
Greenblatt a été un chef de file dans la lutte pour criminaliser à la fois la critique d'Israël et la liberté d'expression exercée par les partisans du mouvement non-violent Boycott, désinvestissement et sanctions (BDS). Pour lui, «la dignité de tous» n'inclut clairement ni les Palestiniens ni quiconque soutient pacifiquement leur cause.
Jewish groups support BLM while ignoring Palestinian genocide
Par Philip Giraldi • September 8, 2020
Philip M. Giraldi, Ph.D., est directeur exécutif du Council for the National Interest, une fondation éducative qui cherche une politique étrangère américaine davantage axée sur les intérêts. au Moyen-Orient.
---------------------------------------------------
NOTES de H. Genséric
[1] Il est évident que les Juifs ont canalisé la violence BLM contre Voltaire en raison de ce que ce dernier a écrit sur eux.  Voltaire y revient sans cesse. Je cite quelques phrases, mais on peut ouvrir le Dictionnaire philosophique ou l’Essai sur les mœurs, pour lire, par exemple : « On ne voit, dans toutes les annales du peuple hébreu, aucune action généreuse. Ils ne connaissent ni l'hospitalité, ni la libéralité, ni la clémence. Leur souverain bonheur est d'exercer l'usure avec les étrangers ; et cet esprit d'usure, principe de toute lâcheté, est tellement enraciné dans leurs cœurs, que c'est l'objet continuel des figures qu'ils emploient dans l'espèce d'éloquence qui leur est propre. Leur gloire est de mettre à feu et à sang les petits villages dont ils peuvent s'emparer. Ils égorgent les vieillards et les enfants ; ils ne réservent que les filles nubiles ; ils assassinent leurs maîtres quand ils sont esclaves ; ils ne savent jamais pardonner quand ils sont vainqueurs : ils sont ennemis du genre humain. Nulle politesse, nulle science, nul art perfectionné dans aucun temps, chez cette nation atroce  » (Essai sur les mœurs, VI). « Nous ne croirions pas qu’un peuple si abominable eût pu exister sur la terre : mais, comme cette nation elle-même nous rapporte tous ces faits dans ses livres saints, il faut la croire  » (Essai sur les mœurs, introduction). « Les Juifs seuls sont en horreur à tous les peuples chez lesquels ils sont admis  » (Essai sur les mœurs, CII).
-   Dissection de la dissimulation de Beyrouth: le nitrate d'ammonium n'est pas explosif et le Liban a été bombardé auparavant par une bombe nucléaire

[7] 
Shulamit Aloni : "Oui, il y a un apartheid en Israël"
L’autosatisfaction juive est tellement répandue parmi nous que nous ne parvenons pas à voir ce qu’il y a juste sous notre nez. Il nous semble inconcevable que nous, les victimes ultimes, les Juifs, puissions nous livrer à de mauvaises actions.
Pourtant, l’Etat d’Israël pratique son propre apartheid, extrêmement violent, à l’égard de la population palestinienne. Son armée a fait de chaque village et de chaque ville palestiniens un camp de détention emmuré, ou interdit.
Israël impose même un couvre-feu total toutes les fois que les colons, qui ont illégalement usurpé la terre des Palestiniens, célèbrent leurs fêtes ou paradent. Et les généraux qui commandent la région émettent fréquemment des ordres supplémentaires, règles, instructions et décrets
Ils viennent encore de réquisitionner d’autres terres afin de construire des routes « pour Juifs seulement ». Routes merveilleuses, routes spacieuses, routes bien pavées, brillamment éclairées la nuit, tout cela sur une terre volée.
Quant un Palestinien conduit sur une telle route, son véhicule lui est confisqué et il est renvoyé sur son chemin à lui. Un jour, j’ai été témoin d’une telle rencontre entre un conducteur et un soldat qui notait des renseignements avant de confisquer le véhicule.
« Pourquoi ? » ai-je demandé au soldat. « C’est un ordre. Cette route n’est destinée qu’aux Juifs », a-t-il répondu. J’ai voulu savoir où était le panneau l’indiquant. Sa réponse fut pour le moins étonnante :
« C’est de sa responsabilité de le savoir, en outre, que voulez-vous que nous fassions, mettre un panneau ici et laisser un reporter ou un journaliste antisémite prendre une photo pour qu’il puisse montrer au monde entier que l’apartheid existe ici ? ».
Évidemment il n’y a pas d’apartheid ici. Et notre armée est « l’armée la plus morale du monde» comme nos commandants nous l'affirment.
Il suffit de dire que chaque ville et chaque village sont transformés en centres de détention et que chaque entrée, chaque sortie ont été fermées, les coupant des voies à grande circulation.
Au cas où il ne suffirait pas que les Palestiniens n’aient pas l’autorisation de circuler sur des routes « pour Juifs seulement », sur leur terre, le commandement militaire a conçu  un plan "ingénieux ».
« L’armée la plus morale du monde » ?
Le général Naveh, renommé pour son patriotisme exemplaire, a émis un nouvel ordre qui établit que les Israéliens n’ont pas le droit de transporter des Palestiniens dans leurs voitures à moins d’avoir reçu une permission explicite pour le faire.
Evidemment rien de tout cela ne s’applique à ceux dont le travail bénéficie aux colons. Eux et leurs employeurs recevront naturellement le permis requis pour pouvoir continuer à servir les seigneurs de la terre, les colons.
Est-ce que les Juifs des Etats-Unis qui ont lancé une bruyante et injurieuse campagne contre l’ancien président Carter, supposé avoir diffamé la nature démocratique et humaniste d’Israël, ne connaîtraient pas la Convention Internationale contre le crime d’apartheid du 30 novembre 1973 ?
L’apartheid y est défini comme un crime international, qui inclut, entre autres, de séparer différents groupes « raciaux », privant ainsi les gens de leurs droits humains. Est-ce que la liberté de circulation n’est pas l’un de ces droits ?
Dans le passé, les chefs de la communauté juive des Etats-Unis ont été très sensibles au respect de ces conventions. Pourtant, pour de mystérieuses raisons, ils semblent convaincus qu’Israël a, lui, le droit d’y contrevenir.
Qu’il lui est permis de voler leurs terres aux gens, de détruire leurs moissons, et de les encager comme des animaux (…) Et qu’il peut tuer des femmes et des enfants, des personnes âgées, délibérément ou non, sans en assumer la responsabilité.
Le problème de ces dirigeants, c’est que leur amour d’Israël déforme leur jugement et les empêche de voir ce qu’il y a en face d’eux : une puissance occupante qui, depuis 40 ans, oppresse un peuple qui a droit à une vie indépendante tout en vivant en paix avec nous.
Nous ne nous bornons pas à nier aux Palestiniens leurs droits de l’homme. Nous ne faisons pas que leur voler leur liberté, leur terre et leur eau. Nous appliquons des punitions collectives à des millions de gens comme lorsque, par vengeance, nous privons d’électricité plus d’un million et demi de civils (…)  
Mais il n’y a pas de faute morale dans nos actions. Il n’y a pas de séparation raciale. Il n’y a pas d’apartheid. Ce sont des inventions des ennemis d’Israël. Hourra pour nos frères et sœurs des Etats-Unis ! Votre dévotion est très appréciée.
Vous nous avez lavés d’une vilaine tache. Grâce à vous, nous pouvons continuer à nous sentir à l’aise, tandis qu’engoncés dans nos certitudes, nous opprimons le peuple palestinien, avec l’aide de « l’armée la plus morale du monde »
par Shulamit Aloni
Lundi 27 janvier 2014  
Hannibal GENSÉRIC

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.