mardi 22 septembre 2020

Le futur totalitaire que les globalistes veulent pour le monde entier est dévoilé

Depuis le 11 septembre 2001, le monde occidental a fait des pas en avant vers ce que de nombreux défenseurs des libertés appellent un « État policier », un système dans lequel les gouvernements ne sont plus limités par les frontières des libertés civiles et ont le pouvoir de faire à peu près tout ce qu’ils veulent au nom de la sécurité publique. L’utilisation de « la loi » comme outil pour injecter la tyrannie dans une culture est la première tactique de tous les totalitaires.

La crise ne s'arrêtera pas tant que les globalistes ne seront pas chassés  du pouvoir | Niooz.fr 

L’idée est qu’en inscrivant simplement la criminalité gouvernementale dans les livres de droit, cette criminalité devient en quelque sorte justifiée en vertu de la reconnaissance légale. Tout cela est très circulaire. Chaque fois que le gouvernement abuse de la population, c’est toujours au nom de ce qui est « le mieux pour la société dans son ensemble ». Pour sauver la société, les individus qui la composent doivent être sublimés ou détruits. Cette mentalité est à l’opposé de ce pour quoi les Pères fondateurs en Amérique se sont battus et sont morts, mais comme Thomas Jefferson l’a dit un jour :

La liberté légitime est une action sans entrave selon notre volonté dans les limites tracées autour de nous par l’égalité des droits des autres. Je n’ajoute pas « dans les limites de la loi » parce que la loi n’est souvent que la volonté du tyran, et toujours lorsqu’elle viole les droits de l’individu.

Dans des pays comme l’Australie, qui prétendent valoriser les principes démocratiques occidentaux de liberté et de gouvernement par le peuple, la perception est que les droits civils sont codifiés dans le cadre juridique tout comme ils le sont aux États-Unis. Cependant, il existe des différences et des problèmes flagrants ; en particulier, les citoyens australiens – comme de nombreux citoyens européens – n’ont absolument aucun moyen de contraindre leur gouvernement ou les élites qui influencent leur gouvernement à se limiter. Ce sont ces nations, dans lesquelles les populations ont été pour la plupart désarmées et pacifiées, qui seront les premières à établir un programme de tyrannie. Mais nous y viendrons dans un instant…

Ne vous y trompez pas, il existe un programme très ouvert et facilement identifiable de la part des globalistes visant à établir un système d’État policier fortement centralisé dans tous les pays où ils sont en mesure de le faire. Ce n’est pas une « théorie de la conspiration », c’est un fait de conspiration.

Antoine SCHULLER🇫🇷🌍🆘 on Twitter: "Le délire de l'idéologie globaliste  progressiste qui est la quintessence de l'obscurantisme est la seule menace  contre la démocratie. Cette idéologie est le pire fléau du siècle!…  https://t.co/p9AhJAXZzz" 

Depuis de nombreuses années maintenant, de nombreux analystes, économistes et experts géopolitiques des médias alternatifs ont prédit et mis en garde le public contre la stratégie globaliste de l’« ordo ab chaos ». En d’autres termes, les courtiers en pouvoir ultra-riches [2] qui exercent une influence sur la plupart des gouvernements de la planète cherchent à « remodeler » l’ordre social existant en créant des crises et des catastrophes. En provoquant le désespoir du public, ils espèrent nous inciter à accepter des restrictions à nos libertés que nous n’aurions jamais envisagées autrement.

L’objectif d’une économie globale et d’un gouvernement unique a été évoqué à maintes reprises par les élites, mais il est encore appelé aujourd’hui « théorie du complot » ou « illusion paranoïaque ». Je pourrais citer ces élites et leurs organisations toute la journée, mais je vais citer quelques déclarations de choix pour faire valoir mon point de vue.

Comme l’a écrit Strobe Talbot, ancien secrétaire d’État adjoint sous la présidence de Clinton et membre du Council on Foreign Relations (CFR), dans un article de Time Magazine en 1992 intitulé « L’Amérique à l’étranger : la naissance de la nation globale » :

Au siècle prochain, les nations telles que nous les connaissons seront obsolètes ; tous les États reconnaîtront une autorité unique et globale. La souveraineté nationale n’était pas une si bonne idée après tout.

Comme le souligne l’élitiste et socialiste fabien HG Wells dans son traité de non-fiction intitulé « Le nouvel ordre mondial » :

…Lorsque la lutte semble dériver définitivement vers une social-démocratie globale, il peut encore y avoir de très grands retards et de grandes déceptions avant qu’elle ne devienne un système global efficace et bénéfique. D’innombrables personnes … haïront le nouvel ordre global … et mourront en protestant contre lui. Lorsque nous tentons d’évaluer ses promesses, nous devons garder à l’esprit la détresse d’une génération ou plus de mécontents, dont beaucoup sont des personnes assez galantes et gracieuses.

Et que dire d’une de mes citations révélatrices préférées, celle de Richard N. Gardner, membre de la Commission trilatérale, ancien sous-secrétaire d’État adjoint aux organisations internationales sous Kennedy et Johnson ? Il a écrit dans le numéro d’avril 1974 de la revue Foreign Affairs du Council on Foreign Relation (CFR) (p. 558) un article intitulé « La route difficile vers le nouvel ordre mondial » :

En bref, la « maison de l’ordre global » devra être construite de bas en haut plutôt que de haut en bas. Cela ressemblera à une grande « confusion bourdonnante », pour reprendre la célèbre description de la réalité de William James, mais une course contre la souveraineté nationale, l’érodant morceau par morceau, accomplira bien plus que l’assaut frontal à l’ancienne.

Les membres de fondations et de groupes de réflexion globalistes comme le CFR ont habité presque tous les bureaux du gouvernement américain et les cabinets présidentiels au cours des dernières décennies. Cela inclut la vingtaine de membres du CFR dans le cabinet de Donald Trump [3]. Drainage du marais ? Cela n’arrivera pas.

Comme le magazine Harpers l’a franchement révélé dans un article de 1958 intitulé « School For Statesmen » :

La clique la plus puissante de ces groupes (CFR [3]) a un objectif commun, ils veulent provoquer l’abandon de la souveraineté et de l’indépendance nationale des États-Unis. Ils veulent mettre fin aux frontières nationales et aux loyautés raciales et ethniques, soi-disant pour accroître les affaires et assurer la paix globale. Ce à quoi ils aspirent conduirait inévitablement à la dictature et à la perte des libertés par le peuple. Le CFR a été fondé dans le but de promouvoir le désarmement et la submersion de la souveraineté et de l’indépendance nationale des États-Unis dans un gouvernement global unique et tout puissant.

La méthode la plus facile pour les globalistes d’obtenir ce qu’ils disent ouvertement vouloir est soit de conjurer une crise, soit d’exploiter une crise existante afin d’« éroder la souveraineté ». La pandémie actuelle correspond parfaitement à ce plan, mais avant de pouvoir éliminer la souveraineté au niveau national, ils doivent d’abord saper la souveraineté au niveau individuel.

Les actions menées aux États-Unis et dans les pays alliés aux États-Unis laissent penser qu’une attaque accélérée contre les libertés individuelles est à portée de main.

Il existe des fondations sœurs du CFR dans de nombreux autres pays. En Australie, par exemple, il y a le Strategic Policy Institute, très bien implanté et très influent, qui n’a cessé de plaider en faveur d’une centralisation complète du pouvoir gouvernemental à la suite de la pandémie de coronavirus. Leur plan déclaré est de concentrer l’administration des politiques dans les mains d’une nouvelle « commission » ou « département » composé des « esprits les plus brillants ». Cette commission ne serait pas chargée de ramener l’Australie à la normale, mais de convaincre le public d’accepter la « nouvelle normalité » au-delà de la pandémie.

L’ASPI annonce avec enthousiasme cette idée dans un article intitulé « La réponse au coronavirus : une chance de ré-imaginer l’avenir de l’Australie » :

L’agenda d’un tel ministère ne consiste pas à ramener l’Australie à la normale après la pandémie. Il s’agit de ré-imaginer ce que l’Australie peut être et comment nous pouvons prospérer dans notre avenir au-delà du coronavirus et à la lumière de la sécheresse, des feux de brousse et du changement climatique. Pensez au type de nouvelle économie que nous pouvons avoir après l’adoption forcée et rapide du travail à domicile et de la scolarité grâce aux moyens numériques. Nous pouvons être la première économie numérique que le Premier ministre souhaitait avant la pandémie, non pas d’ici 2030 mais bien plus tôt.

Cela me rappelle immédiatement les efforts déployés après le 11 septembre pour supprimer rapidement les protections constitutionnelles alors que le public était aveuglé par la peur et la confusion. Comme le dirait le globaliste américain Rahm Emanuel :

On ne veut jamais qu’une crise grave soit gâchée. Et ce que j’entends par là, c’est une opportunité de faire des choses que vous pensiez ne pas pouvoir faire auparavant.

L’ASPI révèle le véritable programme, qui est la fédéralisation complète et l’application unilatérale de la loi sans l’approbation du public. Le plan est de le faire en exploitant au maximum le potentiel de la pandémie et en appliquant ensuite les changements sociétaux rapides dans la structure gouvernementale. Ces changements seront ensuite poursuivis longtemps après la disparition du coronavirus au nom de l’économie, des programmes sociaux et du soi-disant « réchauffement climatique ». La réponse à la pandémie n’est qu’un moyen pour atteindre une fin, et la finalité est la domination totale de la population.

Je me concentre sur l’Australie et les régions environnantes en particulier, car c’est là que les globalistes semblent appliquer en premier lieu des politiques technocratiques. Ou, à tout le moins, ils testent leur stratégie et utilisent les Australiens comme cobayes. Lorsque l’ASPI affirme qu’ils prévoient de maintenir les changements du fait de la pandémie en place bien après la disparition du virus, ils ne parlent pas seulement de passer à une économie numérique.

En ce moment même, l’Australie et la Nouvelle-Zélande imposent à leurs citoyens les mesures peut-être les plus draconiennes jamais prises dans le monde occidental. Il s’agit de politiques que les élites veulent introduire partout, mais elles sont en plein essor en Australie, et la situation ne fait qu’empirer.

Dans diverses régions d’Australie, des mesures de réponse de « niveau 4 » ont été mises en place pour au moins les six prochaines semaines, notamment des couvre-feux, des politiques strictes en matière de masques, y compris l’obligation de porter des masques à l’extérieur (contrairement à tout ce que la science et la virologie disent sur la faible possibilité de transmission en plein soleil et en plein air), les résidents ne sont pas autorisés à voyager à plus de 5 km de leur domicile et une seule personne à la fois d’un ménage est autorisée à sortir. Les citoyens qui enfreignent ces règles sont passibles d’une amende de 10.000 dollars ou d’une arrestation. Et oui, des personnes sont arrêtées simplement parce qu’elles ne portent pas de masque ou parce qu’elles sont trop loin de chez elles.

En Nouvelle-Zélande, la situation est devenue extrêmement sinistre et je pense qu’elle devrait être traitée comme un avertissement aux Américains, en particulier en ce qui concerne notre avenir potentiel si nous permettons que le discours de la « sécurité de la santé publique » soit transformé en véhicule de tyrannie.

Alors que l’Australie a utilisé des installations de quarantaine pour obliger les personnes considérées à haut risque à s’isoler, les camps de quarantaine de la Nouvelle-Zélande sont maintenant entièrement sous le contrôle des militaires , et tous les citoyens dont le test est positif ou qui sont soupçonnés d’avoir la Covid-19 peuvent être séparés de leur famille et placés dans les camps, qui sont des hôtels transformés en prisons.

C’est l’effacement complet des libertés individuelles, tout cela en raison d’une augmentation des cas qui s’est élevée à seulement 525 morts en Australie et 22 morts en Nouvelle-Zélande.

Je pense que la raison pour laquelle l’Australie et la Nouvelle-Zélande ont été les premières visées par ce niveau de restrictions est que les gens ont été presque entièrement désarmés et qu’ils n’ont aucun moyen de se défendre contre les excès du gouvernement. Cela dit, je vois des signes que des mesures similaires seront également tentées aux États-Unis. Dans des États comme New York, il existe des programmes de faible envergure visant à mettre en place des points de contrôle Covid pour arrêter et contrôler les véhicules entrant dans l’État. C’est là que commencent les restrictions plus lourdes.

Tout d’abord, des points de contrôle seront mis en place pour empêcher les personnes infectées d’entrer dans un État ou une ville. Ensuite, ces mêmes points de contrôle seront utilisés pour empêcher les gens de quitter un État ou une ville. Ensuite, des points de contrôle seront mis en place au hasard pour tester les personnes pour la fièvre ou les symptômes de maladie. Si on les laisse continuer, la progression naturelle des points de contrôle est de terrifier la population et de l’empêcher de voyager pour quelque raison que ce soit. Comme en Australie et en Nouvelle-Zélande, les gens seront effectivement emprisonnés chez eux. À ce stade, il sera plus facile de faire adopter des lois ou des décrets punissant les personnes qui quittent leur domicile ; de toute façon, elles se seront déjà habituées à être piégées chez elles.

En outre, les élites et les globalistes américains réclament des mesures de confinement sévères pendant au moins six semaines, à l’instar des mesures d’enfermement de niveau 4 en Australie. Neel Kashkari, membre de la Réserve fédérale, a récemment affirmé que les Américains économisent davantage et qu’ils devraient donc être soumis à un confinement strict « parce qu’ils peuvent se le permettre ».

La Virginie prévoit de rendre obligatoire la vaccination contre la Covid-19, même si les vaccins contre des virus comme le SRAS se sont avérés impossibles à mettre au point dans le passé, et que les vaccins précipités ont pour habitude de nuire ou de tuer les gens plutôt que de les protéger. Mettez de côté la question selon laquelle il est immoral de donner au gouvernement le pouvoir de forcer les citoyens à s’injecter quoi que ce soit dans leur corps.

Quelle est la prochaine étape ? Les camps Covid [4]? Eh bien, oui, à moins que les Américains ne prennent une position ferme. Les grands médias suggèrent cette stratégie depuis des mois. Le Washington Post a applaudi à l’utilisation de camps d’isolement forcé [goulags] dans d’autres pays et se demande pourquoi les États-Unis ne les ont pas encore utilisés au-delà des points d’entrée sur le territoire pour les voyageurs étrangers ? La raison est la suivante : beaucoup d’Américains n’accepteront pas de telles mesures et utiliseront la force nécessaire contre quiconque tentera de les enfermer à cause d’un virus qui représente une menace modérée, tout au plus pour un petit pourcentage de la population.

Cela dit, ne supposez pas que l’establishment ne va pas finir par essayer ici. Ils le feront. Soyez prêts quand ils le feront. Regardez les actions menées dans des endroits comme l’Australie et la Nouvelle-Zélande et demandez-vous si vous êtes prêt à les suivre. Et si oui, pour combien de temps ? Parce que les globalistes veulent que ces restrictions deviennent la « nouvelle normalité ». Ils veulent que ce cauchemar dure pour toujours.

Par Brandon Smith − Le 26 août 2020 − Source alt-market.com

Via le Saker Francophone

NOTES de H. Genséric

[1] Israël Shamir : Appelons les juifs "juifs", et n'utilisons pas les euphémismes idiots comme les «globalistes» ou "la cabale"

Les créateurs des malheurs du monde 

L'Histoire suit le plan directeur maçonnique juif (I) :

Depuis le début du XXe siècle, l’histoire n’est plus que l’écriture accélérée du schéma directeur messianique talmudique: la création d’un État mondial dont la capitale est Jérusalem, gouvernée par l’Antéchrist, un Rothschild. Cela nécessitera une autre guerre mondiale afin de génocider les goyim.  

LECTURE ESSENTIELLE. La Controverse de Sion :

 «Le culte des Gentils envers les Juifs, leurs courbettes obséquieuses, leur déférence servile envers eux et leur désir d'être menés par eux comme des moutons me déconcertent. La haine maniaque, frénétique, écumante à la bouche et la cruauté sanguinaire des Juifs, leurs Gros Mensonges sans fin, je n’arrive pas à m’y faire. »"~ Douglas Reed (1895-1976), correspondant en chef pour le London Times, et auteur du classique et politiquement incorrect  "La controverse de Sion". 

Comprendre le mondialisme Juif: "Les espérances planétariennes" d'Hervé Ryssen

Le mondialisme est moins un phénomène naturel que le résultat d’une inlassable propagande qui a envahi depuis longtemps l’ensemble des médias du monde occidental.

A travers l’analyse de dizaines de livres d’auteurs contemporains (Jacques Attali, Marek Halter, Edgar Morin, Elie Wiesel, Alain Finkielkraut, B.-H. Lévy, Jacques Derrida, Alain Minc, Guy Sorman, Philip Roth, George Soros, Mario Vargas Llosa, etc.) ou plus anciens (Stefan Zweig, Joseph Roth, Albert Einstein, E. Lévinas, Albert Cohen, Hannah Arendt, Karl Popper, Herbert Marcuse, Wilhelm Reich, etc.), Hervé Ryssen démontre, dans un langage très clair, l’implication de nombreux intellectuels juifs dans la genèse de l’idéal “planétarien”, en s’appuyant sur des centaines de citations dûment référencées.

Qu’ils soient philosophes, sociologues, historiens, cinéastes ou romanciers, qu’ils soient marxistes ou libéraux, ces intellectuels et artistes semblent travailler sans relâche en faveur d’un monde unifié, dans lequel les frontières et les nations auront disparu au profit d’un gouvernement mondial. Mais si de nombreux Occidentaux s’étaient déjà aperçus de cet activisme, personne, jusqu’à présent, n’en avait expliqué les fondements religieux.

Ce militantisme permanent ne correspond en effet à rien d’autre qu’à une foi religieuse centrée autour de l’attente du messie. Il faut en effet savoir que dans la tradition juive, l’attente messianique se confond avec l’avènement d’un monde de “Paix”, où tous les conflits ─ qu’ils soient sociaux (le marxisme), raciaux ou nationaux (le mondialisme actuel) ─ auront disparu (cf. George Steiner, Lévinas, J. Kaplan) au profit de l’Empire global.

Voilà ce que sont les “Espérances planétariennes” : c’est cette tension permanente qui conduit à agir et à militer continuellement pour édifier un monde sans frontière et hâter l’arrivée du Messie.

http://www.herveryssen.net/www/?page_id=21

[2] "Voici, en une seule image, ce qui ne va pas en Amérique" :

Top 20 du classement Forbes 2020 des milliardaires mondiaux. Sur les vingt, il y en a DIX qui sont juifs, alors que les juifs représentent une infime minorité de la population mondiale.


Prénom / Nom

Fortune

Nationalité

Entreprise

#1

Jeff Bezos

$113 Mds

Américaine

Amazon

#2

Bill Gates

$98 Mds

Américaine

Microsoft

#3

Bernard Arnault

$76 Mds

Française

LVMH

#4

Warren Buffett

$67,5 Mds

Américaine

Berkshire Hathaway

#5

Larry Ellisson 

$59 Mds

Américain

Software

#6

Amancio Ortega

$55,1 Mds

Espagnol

Zara/Inditex

#7

Mark Zuckerberg

$54,7 Mds

Américaine

Facebook

#8

Jim Walton

$54,6 Mds

Américaine

Walmart

#9

Alice Walton

$54,4 Mds

Américaine

Walmart

#10

S. Robson Walton

$54,1 Mds

Américaine

Walmart

#11

Steve Ballmer

$52,7 Mds

Américaine

Microsoft

#11

Carlos Slim Helu

$52,1 Mds

Mexicaine

Télécom

#13

Larry Page

$50,9 Mds

Américaine

Google

#14

Sergey Brin

$49,1 Mds

Américaine

Google

#15

Françoise Bettencourt Meyers

$48,9 Mds

Française

L’Oréal

#16

Michael Bloomberg

$48 Mds

Américaine

Bloomberg LP

#17

Jack Ma

$38,8 Mds

Chinoise

Alibaba

#18

Charles Koch

$38,2 Mds

Américaine

Koch Industries

#19

Julia Koch

$38,2 Mds

Américaine

Koch Industries

#20

Ma Huateng

$38,1 Mds

Chinoise

Tencent

[3] Le cabinet Trump compte 64 participants au groupe Bilderberg ou qui sont membres du CFR. On parle constamment de Trump comme une marionnette russe. La tentative d'établir une conspiration «Russiagate» qui liait Trump, la Russie et WikiLeaks était une fraude dès le départ. Trump n'a pas beaucoup de membres russes dans son cabinet, mais il a beaucoup de membres du CFR et 64 participants à Bilderberg.

Voici une liste de 64 personnes qui ont assisté aux réunions secrètes de Builderberg, dont celles qui font partie du CFR qui façonne le monde globaliste:

-    John P. Abizaid, ambassadeur en Arabie saoudite (membre individuel du CFR)

-    Elliott Abrams, Envoyé spécial pour le Venezuela (membre individuel du CFR)

-    Barbara Barrett, secrétaire de l'armée de l'air (membre individuel du CFR, participante à Bilderberg)

-    David Bohigian, vice-président exécutif de l'Overseas Private Investment Corporation (membre individuel du CFR)

-    John Bolton, conseiller à la sécurité nationale (membre individuel du CFR)

-    Dan R. Brouillette, secrétaire adjoint de l'énergie (membre individuel du CFR)

-    Elaine Chao, Secrétaire aux transports des États-Unis (membre individuel du CFR)

-    Richard Clarida, vice-président de la Réserve fédérale (membre individuel du CFR)

-    Jay Clayton, président de la Securities and Exchange Commission (membre corporatif du CFR)

-    Gary Cohn, directeur du Conseil économique national (membre corporatif du CFR)

-    Paul Dabbar, sous-secrétaire à l'énergie pour la science, (membre individuel du CFR)

-    Jamie Dimon, membre du Forum stratégique et politique (membre corporatif du CFR)

-    Jim Donovan, secrétaire adjoint au Trésor (membre corporatif du CFR)

-    Mark T.Esper, secrétaire à la Défense par intérim, secrétaire de l'armée, (membre individuel du CFR, membre corporatif du CFR)

-    Larry Fink, membre du Forum stratégique et politique (membre corporatif du CFR)

-    Christopher A. Ford, secrétaire adjoint à la sécurité internationale et à la non-prolifération (membre individuel du CFR)

-    James S. Gilmore III, Ambassadeur des États-Unis auprès de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (membre individuel du CFR)

-    Neil M. Gorsuch, juge à la Cour suprême (membre individuel du CFR)

-    Harry B. Harris Jr., Ambassadeur en Corée du Sud (membre individuel du CFR)

-    Vice-amiral Robert S.Harward, conseiller à la sécurité nationale (nomination refusée) (membre corporatif du CFR)

-    Kevin Hassett, président du Conseil des conseillers économiques (compagnon de voyage CFR)

-    Robert Wood «Woody» Johnson IV, Ambassadeur des États-Unis au Royaume-Uni (membre individuel du CFR)

-    Kenneth I. Juster, Ambassadeur en Inde (membre individuel du CFR)

-    Robert Kadlec, secrétaire adjoint de la Santé et des Services sociaux (préparation et intervention), (membre individuel du CFR)

-    Lawrence Kudlow, directeur du Conseil économique national (membre individuel du CFR)

-    Christopher Landau, Ambassadeur au Mexique (membre individuel du CFR)

-    Robert Lighthizer, représentant commercial des États-Unis (membre individuel du CFR)

-    David R. Malpass, Banque mondiale (membre individuel du CFR)

-    K.T. McFarland, conseiller adjoint à la sécurité nationale (membre individuel du CFR)

-    Brent McIntosh, sous-secrétaire aux affaires internationales, département du Trésor et avocat général du département du Trésor (membre individuel du CFR)

-    Linda McMahon, administratrice de la Small Business Administration (membre corporatif du CFR)

-    Jim McNerney, membre du Forum stratégique et politique (membre corporatif du CFR)

-    Steve Mnuchin, secrétaire au Trésor (membre corporatif du CFR)

-    Justin G. Muzinich, secrétaire adjoint du Trésor (membre individuel du CFR)

-    Denise Natali, secrétaire d'État adjointe aux opérations de conflit et de stabilisation (membre individuel du CFR)

-    Indra Nooyi, membre du Forum stratégique et politique (membre corporatif du CFR, participant à Bilderberg)

-    Dina Powell, Conseillère adjointe à la sécurité nationale pour la stratégie (membre corporatif du CFR)

-    Jerome Powell, président de la Réserve fédérale (membre individuel du CFR)

-    Mira R. Ricardel, Conseillère adjointe à la sécurité nationale (membre individuel du CFR)

-    Ginni Rometty, membre du Forum stratégique et politique (membre corporatif du CFR)

-    William B.Roper Jr., secrétaire adjoint de l'armée de l'air pour l'acquisition, la technologie et la logistique (membre individuel du CFR)

-    Jeffrey A. Rosen, sous-secrétaire aux transports et sous-procureur général (membre individuel du CFR)

-    Stephen Schwarzman, membre du Forum stratégique et politique (membre corporatif du CFR)

-    Patrick Shanahan, secrétaire adjoint à la Défense et secrétaire à la Défense (membre corporatif du CFR)

-    Susan A. Thornton Secrétaire adjointe aux affaires Asie de l'Est et Pacifique (membre individuel du CFR)

-    Rex Tillerson, secrétaire d'État (membre corporatif du CFR)

-    Rick L. Waddell, conseiller à la sécurité nationale (membre individuel du CFR)

-    Elizabeth E. Walsh, directrice générale du service commercial des États-Unis et secrétaire adjointe au commerce (marchés mondiaux) (membre individuel du CFR)

-    Ray Washburne, président et chef de la direction de l'Overseas Private Investment Corporation (membre individuel du CFR)

-    Jack Welch, membre du Strategic and Policy Forum (membre corporatif du CFR)

-    Owen West, secrétaire adjoint à la Défense pour les opérations spéciales et les conflits de faible intensité (membre individuel du CFR)

-    Robert Wilkie, secrétaire des Anciens Combattants (membre individuel du CFR)

-    Heather Ann Wilson, secrétaire de l'Armée de l'air (membre individuel du CFR)

On dirait plus que Trump est lui-même un agent du NWO (Nouvel Ordre Mondial). Mais vu à quel point l'establishment est contre Trump, certains peuvent en douter. Mais tout cela pourrait être un conflit artificiel pour diviser davantage et confondre les gens avec des machinations politiques via la dialectique hégélienne.

[4] Covid-Arnaque. Un simple éternuement peut vous envoyer au goulag

Le Nouvel Ordre mondial démasqué

La « Réinitialisation mondiale » (« Global Reset »)

Hannibal GENSÉRIC

1 commentaire:

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.