dimanche 20 septembre 2020

"L'intelligence stratégique des Iraniens nous a pris de court" (Uzi Rubin)

 Alors, Israël "voisin" de l'Iran? Le problème que ce voisinage, c'est l'Iran qui l'a d'abord imposé à Israël et en géostratégie, la victoire dans du camp des parties qui ont une longueur d'avance. ِDepuis l'annonce de la normalisation Émirats-Israël, certains médias ne cessent de se féliciter de l'"avantage" stratégique que cet accord aurait accordé à Israël face à l'Iran, un Israël" qui aura désormais de quoi "saboter les pétroliers dans le golfe Persique," d'"espionner le vaste étendu du territoire iranien", ou encore "saboter les installations sensibles en Iran". Évidemment, toutes speculations ne tiennent pas compte de ce que Uzi Rubin, père des missiles sionistes a qualifié dans l'un de ses récents entretiens de "génie iranien".

Car dans cette équation, l'intelligence stratégique dit le dernier mot et seule gagnera la partie qui sache en user. Les analyses atlantistes qui voient à travers les Émirats une base d'espionnage grandeur nature, oublient un peu vite que l'Iran appartient au golfe Persique et que le "chez soi" lui offre une caution de succès imbattable. 

Dans une interview à Washington dont la vidéo est partagée sur la page en ligne Uzi Rubin ne peut s'empêcher d'admirer "la doctrine militaire du CGRI", "basée selon lui sur deux principes" : 

"Or ces deux principes sont complémentaires l’une de l’autre et s'opposent littéralement à la doctrine militaire occidentale. plutôt que se perdre dans des dépenses infinies pour former de nouvelles troupes militaires ou renforcer son armée de l'air, et imiter de la sorte l'Occident, l'Iran se taille ses moyens de défense en fonction de ses besoins asymétriques : son arsenal de missile et son programme spatial suffisent pour qu'il impose sa règle d'engagement et change le rapport de force en sa faveur. C'est une stratégies militaire intelligente et économe et donc parfaitement adaptable au contexte" au contraire de celle des Occidentaux qui reste "dépensière et lourde" : " Au lieu de dépenser des sommes astronomiques pour la construction des chars d’assaut et des avions de chasse, ils économisent de l'argent pour leur programme balistique et aérospatial. Et dire que l'Iran,"seul, et à l’appui de ses missiles, est capable de faire disparaître les grandes infrastructures de ses ennemi."

Alors, les Émirats reconvertis en une base d'espionnage contre l'Iran?

"Au fait le problème est que les Iraniens nous ont devancés : sur le plan militaire ils se ont dotés de missiles performants qu'ils ont eux meme fabriqués en dépit de très lourdes sanctions et en termes de renseignement, ils ont mis en orbite leur premier satellite militaire comme pour contrer nos efforts de renseignement. 2020 a été une année bénéfique pour les efforts spatiaux de l'Iran" : " Les Iraniens ne révèlent rien à moins qu'il y ait derrière une base solide. Le  satellite militaire iranien "Nour-1", mis en orbite, cela veut dire que l'Iran pense effectivement à ICBM ou des missiles à très longue portée", dit Rubin. "Avant qu'Israël ne devienne le voisin de l'Iran quitte à tourner l'espace du Golfe [Persique] à son avantage, les Iraniens se sont implantés en Syrie et au sud du Liban et à Gaza. En géostratégie, gagnera la partie qui sait prendre une longueur d'avance." 

Source : presstv

L'Iran projette-t-il de lancer une offensive "préventive" avec en toile de fond "la prise de la base US" aux Émirats?

Le “déminage”! A peine quelques heures après avoir franchi, craintif les frontières du golfe Persique, l’USS Nimitz et ses amis britanniques se sont livrés à un exercice de déminage avec en toile de fond la chasse aux supposées « mines iraniennes » déposées au fond de la mer, puis quelques petits mouvements censés contrer les essaims de vedettes rapides que le CGRI aurait à lancer, le Jour J, à l’assaut de la flotte de guerre US et Cie : "L'exercice a consisté en des simulations réalistes de chasse aux mines où les unités participantes se sont exercées à détecter et à classer différents types de mines tout en suivant des procédures normalisées de chasse aux mines. La force combinée s’est également exercée à se défendre contre la menace d’attaque de vedettes". 

En dépit de la rhétorique pompeuse de Reuters concernant l'ampleur de l'exercice, ces simulations ont semblé ridiculement déphasées : samedi alors que l’Iran s’apprête à célébrer ses 42 ème années de "Défense sacrée face au maximalisme teinté de terrorisme des Américains, terrorisme qui tout au long de ces années ne s’est jamais démenti, le commandant en chef du CGRI a bien révélé ce caractère suranné d’une armée US en perte de vitesse qui pour avoir vu son commandement Trump menacer cette semaine à deux reprises l’Iran d’une « réponse 1000 fois plus forte », n’en demeure pas moins une force « épuisée », incapable de « s’engager dans une quelconque entreprise expéditionnaire », avec des armes, « vieilles  de plusieurs décennies » puisqu’elle n’a plus de quoi « les moderniser ».

L’image colle parfaitement à ces centaines de GI’s qui par crainte d’être pris pour cible des missiles des Hachd irakiens, fuient des principales routes d’approvisionnement en Irak à destination de la Syrie là où la « Résistance tribale syrienne » les attend ! Et dire que cette armée finissant en appelle à son rejeton sioniste pour qu’il la remplace aux portes de l’Iran, auprès de ces minis "Etat golfiens" en qui elle n’a jamais vu plus qu’une vache à traire !

Mais la mise en garde du général Salami, « homme qui déteste la langue de bois et qui appelle un chat un chat » est allé bien plus loin : « Pour la première fois depuis qu’il résiste pour libérer le Moyen-Orient des griffes US/Israël, l’Iran a menacé d’occuper territorialement les bases militaires US après les avoir réduit en miettes là où elles se situent. Le général Salami a affirmé que ce qui s’est produit le 8 janvier 2020 à Aïn al-Asad, ciblée par un tout petit contingent de missiles iraniens Qiam, n’a été qu’une infime partie des capacités iraniennes et qu’en cas de clash  l’Iran projette non seulement de se défendre mais de « pourchasser les agresseurs » : Ce sera quelque chose de bien différent de tout ce que les Américains ont vu .. et pour une fois ils ne sauraient éviter le face-à-face. Avec l’Iran, l’Amérique ne pourra mener une guerre « téléguidée »…Ils sont partout sous notre surveillance ; leurs bases, nous les embraserons puis nous les occuperons ! Pour vous le dire en un mot, nous allons balayer le Moyen-Orient, l’expurger de la présence US ».   

Le 10 septembre 2020 soit au premier jour de l’exercice militaire d’envergure air-sol-mer « Zolfaqar-99 », les forces armées iraniennes se sont exercées à « la conquête préventive du territoire ennemi », ce qui prend tout sens au regard des récentes évolutions en cours à Bahreïn et aux Émirats. Appuyés par les unités de drone, de missiles et navale surface et sub-surface, les commandos et les blindés BMP iraniens ont débarqué à partir du navire Lawan en terre ennemi, qui depuis le 15 septembre, date de la médiatisation du traité d’Abraham pourrait être les Émirats, Bahreïn entre autres. Surtout les Émirats, seul pays à avoir des côtes à la fois sur le golfe Persique et la mer d’Oman. Son alliance militaire avec Israël en fait une cible légitime pour l’Iran qui selon un plan de guerre parfaitement calibré a chargé son Armée de s’occuper du flanc-est émirati tandis que le CGRI passera à l’attaque sur le flanc nord et ouest du petit « archipel ».

Quant aux USA, Israël et cette coalition maritime anti-Iran que la France se réjouit de piloter, ils auraient parfaitement intérêt à se tenir tranquille puisque Zolfaqar-99 s’est déroulé à dessin sur une superficie de 2 millions de km2 incluant le détroit d’Hormuz, le Makran, la mer d’Oman et le nord de l’océan Indien pour faire à tout ce mauvais monde, que l’Iran est capable d’ouvrir et de soutenir une guerre multi-fronts.

Leurs unités aériennes ne leur seraient pas de grand secours vu l’étendu de la bulle de DCA iranienne qui, embarquée à bord même des destroyers logistiques, sait comment faire tomber dans les tréfonds du golfe Persique les F-16, les F-15, les F-18, voire les soi-disant avions furtifs américains. Bref, pour reprendre un terme hollywoodien que pourrait mieux piger les Yankee « frisson garanti », à cette notable différence près que ce ne ne serait pas du cinéma ! Le 8 janvier les missiles iraniens ont prouvé que le concept de "base US" est suranné, d'ici quelques temps, l'Iran compte apprendre au monde entier comment c'est que d'"occuper et de démanteler une base US , en liquider les occupants et les envoyer dans des cercueils chez eux... bref de "balayer toute une région".  

*Source : presstv

6 commentaires:

  1. Quand l ira N à pris la Mecque les Saoud ont eu très chaud et sans l'intervention du gign de France ils seraient déchus

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "...Quand l'Iran à pris la Mecque..." si c'est votre compréhension de de l'histoire, vous n'êtes vraiment pas prêt de comprendre ce qui se passe aujourd'hui et se qui risque de se produire dans un avenir proche!

      Supprimer
  2. https://nicolasbonnal.wordpress.com/2020/09/20/11-septembre-en-images-les-avions-il-ny-en-avait-pas-cest-une-imagerie-ne-font-pas-chuter-les-tours-elles-implosent-sur-commande-profitez-cest-sur-twitter-et-surtout-pas-de-theorie-d/

    RépondreSupprimer
  3. L’Iran n’aura pas a faire la guerre; ils seront bombardes par des armes de destruction massives des que Trump aura perdu les elections !

    RépondreSupprimer
  4. Ce que vous devez tous savoir, c'est que les Iraniens ne sont pas des Arabes sémitiques, des cousins ​​de sang de vous savez qui?
    Ils sont comme nous les Européens blancs, des Aryens

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Génétique. Les faux Arabes d'Afrique du Nord
      Dans notre article "Génétiquement, les Maghrébins ne sont pas des Arabes", nous avions écrit :
      "Le Fantasme. Alors que la vaste majorité des Tunisiens (98 %), et des autres Maghrébins, s'identifient culturellement aux Arabes, des études scientifiques tendent à indiquer qu'ils seraient ethniquement plus proches des Berbères qu'ils ne le sont des Arabes."
      Des études récentes démontrent qu'il en est ainsi pour toute l'Afrique du Nord, y compris l’Égypte et la Libye. Inversement, des pays qui rejettent toute affiliation arabe, comme l'Iran, sont majoritairement arabes.
      Enfin, les conquêtes "arabes" en Europe sont, en réalité, des conquêtes berbères. Les Sarrasins étaient des Berbères islamisés, et non pas les "Arabes d'Andalousie" !
      Dans l'étude ci-dessous, la désignation génome "nord africain" signifie génome berbère.
      https://numidia-liberum.blogspot.com/2017/01/genetique-les-faux-arabes-refusent.html

      Supprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.