mardi 15 septembre 2020

Mythes bibliques de "l'Arabie Heureuse"

Tandis que j'écris, un nouveau livre du Dr Kamal Salibi de l'Université américaine de Beyrouth n'a pas encore été publié dans ce pays, et je dois le signaler à Der Spiegel , qui en publiera des parties en traduction allemande, et à un article de Jim Muir du Sunday Times , un journal anglais de Beyrouth. Le titre du livre énonce sa thèse, La Bible est venue d'Arabie . Selon la presse, le Dr Salibi apporte la preuve que le conte bien connu sur David et Salomon dans le livre des Juifs est dérivé d'événements qui se sont déroulés «dans les collines côtières fertiles de l'Arabie occidentale, maintenant les provinces saoudiennes d'Asir et du Sud  Hijaz. ».
Ce n’est pas du tout surprenant. Tout le monde connaît la légende juive sur la richesse imaginaire de «Salomon» et la fabuleuse prospérité qui a inspiré une reine de Saba (transcrite en «Sheba» dans la Bible [1]) à visiter le grand Sheeny à Jérusalem et à se convertir à l’adoration de Yahvé.
Le conte figure dans le Coran (sourate 27). Comme il y avait naturellement un intérêt particulier, et paré par la fantaisie arabe, il atteignit sa plus belle expression littéraire dans l' Histoire de la Reine du Matin et de Soliman Prince des Génies, de Gérard de Nerval , .
Ces légendes ont leur source dans un fait historique, la grande prospérité du royaume de Saba, qui a prospéré dans le coin sud-ouest de la péninsule arabique du IXe siècle avant JC jusqu’à l’an 570 après J.C. Les Sabéens (qui étaient presque certainement "les Éthiopiens" d'Homère ) étaient une race blanche de souche méditerranéenne. On peut voir leurs visages dans les sculptures conservées dans le grand musée de Vienne, dont beaucoup sont photographiées dans Suedarabische Altertuemer de David H.Muller(Vienne, 1899). Ils parlaient une langue sémitique, le sabéen, l’une des quatre anciennes  langues  sud-arabiques, maintenant connue par les nombreuses inscriptions qui ont conservé la plupart de ce que l'on sait maintenant de façon certaine de leur histoire. La langue diffère grandement de l'arabe du Coran, dont sont issus tous les dialectes de l'arabe actuellement parlés par les peuples sémitiques. (Les Juifs, bien sûr, ne sont pas des Sémites [2]; ils sont une race hybride qui contient un grand mélange sémitique, et l'hébreu est un dialecte qu'ils ont formé à partir de la langue de Canaan, souvent appelée ancien phénicien.)
Pour un aperçu très concis de l'histoire sabéenne, voir History of the Arabs du professeur Philip K. Hitti (Londres, 1964). La prospérité des Sabéens, qui se reflète dans le nom classique de leur pays, Arabia Felix (Arabie Heureuse) dépendait de leur commerce maritime, de leur monopole de nombreux produits, tels que le commerce de l'encens, et de leur agriculture, rendue possible par l'irrigation avec des lacs artificiels, comme celui formé par le célèbre barrage de Ma'rib [3], dont les nombreux vestiges ont été à nouveau étudiés par les archéologues dans la décennie actuelle.
L'effondrement final de la civilisation sabéenne a coïncidé avec la ruine du barrage de Ma'rib, après quoi une grande partie de la terre est devenue desséchée et stérile. Au plus fort de leur prospérité, les Sabéens ont envahi et conquis la région d'Afrique située en face de leur terre et ont asservi les Noirs indigènes, qui possédaient des vestiges de culture égyptienne, héritée de la conquête de la Nubie par les Égyptiens des siècles auparavnt. Les Sabéens conquérants se sont unis, de gré ou de force, aux habitants locaux, pour engendre une forte communauté métisse et ont fini par donner au territoire africain l'appellation «Terre des bâtards», Abyssinie (maintenant devenue Éthiopie) . Ils ont été convertis ; en grande partie au christianisme au quatrième siècle,(*). La volonté de de ces chrétiens de sauver (tout en pillant) les âmes ont probablement contribué à un zèle fanatique lorsque les métis, profitant de la guerre civile dans le royaume sabéen, ont envahi et conquis leur mère patrie au sixième siècle. Ils l'ont ruinée, bien sûr, et ont naturellement négligé l'entretien du barrage de Ma'rib, qui s'est finalement rompu entre 542 et 570, et a été connue par la suite comme une cause, plutôt qu'une conséquence, de la fin désastreuse de la culture sabéenne. Le territoire, dont une grande partie est maintenant connue sous le nom de Yémen  a été occupé par une expédition de Perses sassanides, et on dit que la terre dévastée était dans un tel chaos en 575 qu'un corps de 800 soldats perses disciplinées avait suffi à renvoyer les bâtards en Afrique. 
Il ne serait pas du tout étonnant que les Juifs reprennent des histoires d'Arabie Félix comme base de certains de leurs contes dans «l'Ancien Testament», tout comme ils tiraient l'histoire de Noé et de son arche d'un mythe sumérien qui les atteignit par une adaptation babylonienne de celui-ci [4]. Et la prospérité réelle des Sabéens aurait pu suggérer l'histoire de la richesse et du pouvoir de Salomon. Mais si les informations dans la presse ne sont pas trompeuses, le professeur Salibi va beaucoup plus loin et soutient que l'Israël biblique était Saba, d'où il semblerait que les Sabéens soient juifs!
Il est probable que, comme l'observe le professeur HWF Saggs dans The Greatness That Was Babylon (New York, 1962; livre de poche, 1968), les Juifs ont été établis dans les oasis stratégiques le long des routes commerciales par le dernier roi de Babylone, Nabonide, quand il a mené une expédition dans la péninsule arabique qui a atteint la Médine moderne et la mer Rouge. Les Juifs ont naturellement montré leur gratitude à leur bienfaiteur de la manière habituelle, en répandant la subversion en Babylonie et en le trahissant finalement en livrant sa capitale aux Perses de Cyrus le Grand en 538 avant JC.  Il est également vrai que le royaume de Saba dans les siècles précédant son effondrement grouillait de Juifs, qui ont sans doute travaillé dur pour inciter à la dissension et à la guerre civile, comme ils le font normalement dans tous les territoires qu'ils ont infiltrés. Il n'y a aucune raison de supposer que les Juifs n’étaient pas des parasites sur le dos des Sabéens, comme ils le sont aujourd’hui sur les Américains [5].
* * *
Source initiale: magazine Liberty Bell , décembre 1984
by Revilo P. Oliver

L’Arabie saoudite est-elle la Terre promise des juifs ?

La forteresse de Khaybar.

Kamal Salibi, l’un des historiens contemporains les plus réputés du monde arabe, provoqua une tempête lorsqu’il affirma, dans une exégèse linguistique publiée en 1985, que le royaume de Sion n’était pas situé en Israël mais en Arabie saoudite. Israéliens, Saoudiens, Arabes, musulmans et Palestiniens s’accordèrent alors pour critiquer Salibi en des termes très durs. Les Israéliens, les juifs et les évangélistes dénoncèrent dans son livre, The Bible Came from Arabia, une tentative pour délégitimer l’État juif et porter atteinte à sa revendication historique sur l’Israël moderne. Les historiens israéliens et les rabbins jugèrent que cette théorie relevait de la mythologie, de la science-fiction et du non-sens.
Les Saoudiens, craignant que les Israéliens ne prennent Salibi au sérieux [6] et ne tentent de coloniser les monts Sarawat — la vallée du Jourdain de la Bible selon l’historien — détruisirent des douzaines de villages où se trouvaient des vestiges des temps bibliques. Les maisons furent réduites en poussière, en accord avec l’idéologie wahhabite qui légitime toute destruction de ce qui peut être interprété comme de l’idolâtrie. L’entreprise saoudienne avait pour objectif d’éviter que des archéologues puissent un jour résoudre cette controverse, dans la mesure où des décennies de fouilles en Israël n’ont toujours pas fourni de preuves irréfutables, telles que des inscriptions en hébreu se référant sans ambiguïté à des évènements, des personnes ou des lieux cités dans l’Ancien Testament.
Une future manne touristique pour les Saoudiens ?
Ironiquement, c’était pourtant l’Arabie saoudite qui avait incité Salibi à se lancer dans cette recherche linguistique, avec la publication en 1977 par le gouvernement d’une liste complète de milliers de noms de localités du royaume. Cette liste suscita l’intérêt de l’auteur car il avait trouvé peu de matière pour illustrer la première période d’une histoire de l’Arabie qu’il avait publiée cinq années plus tôt. « Je cherchais simplement des noms de localités d’origine non arabe en Arabie occidentale, quand je fus frappé par l’évidence que la terre biblique se trouvait là. Quasiment tous les noms étaient concentrés sur une zone d’environ 600 km de long sur 200 de large, incluant l’actuel Asir et la partie sud du Hijaz », écrit Kamal Salibi.
La controverse à propos des affirmations de Salibi est terminée depuis longtemps. L’absence de contact entre l’Arabie saoudite et Israël, qui n’entretiennent pas de relations diplomatiques, et le fait que le royaume n’est pas une destination touristique à l’exception des pèlerinages à La Mecque et à Médine, rendent les recherches presque impossibles. Mais cela pourrait bien changer. L’Arabie saoudite, dans son effort pour diversifier une économie dépendante du pétrole et développer d’autres sources de revenus, se prépare en effet à devenir une destination touristique, mettant en valeur ses nombreux sites historiques. Ses relations avec Israël évoluent, car les deux pays ont en commun leur hostilité envers l’Iran et la nécessité d’affronter des groupes djihadistes tels que l’organisation de l’État islamique (OEI). Le mois dernier, le général saoudien à la retraite Anwar Eshki a emmené une délégation d’académiciens et d’hommes d’affaires pour une rare, sinon toute première visite publique en Israël : une tentative de relancer le débat autour d’un plan saoudien de paix israélo-arabe initié il y a quatorze ans.
Ce réchauffement des liens informels entre Israël et l’Arabie saoudite est cependant très loin d’une situation où l’Arabie saoudite lèverait l’interdiction pour les voyageurs israéliens d’entrer dans le royaume. Toutefois, dans les années 1990, l’Arabie saoudite avait revu la législation relative aux visas qui empêchent les juifs de visiter le royaume. En 2014, le ministre du travail saoudien déclara pour la première fois que le judaïsme était une religion acceptable pour les migrants et les travailleurs étrangers.
Cinq sites juifs de l’Antiquité
Deux semaines après la visite du général en retraite Anwar Eshki, la journaliste Jessica Steinberg écrivait dans le Times of Israel qu’il y a 3 000 ans, une communauté juive dynamique avait peuplé des zones qui font aujourd’hui partie de l’Arabie saoudite, et qu’au VIe et VIIe siècles les villes de Médine, Khaybar et Tayma abritaient un grand nombre de juifs. Au XIIe siècle, le rabbin Benjamin de Tudèle (en Espagne) visita ces communautés au cours d’un voyage dans ce qui est aujourd’hui Israël. Les écrits du rabbin rendent compte de la démographie de ces tribus. Une génération en voie d’extinction de vieux Saoudiens d’origine yéménite habitant à la frontière entre l’Arabie saoudite et le Yémen se rappelle encore les jours qui précédèrent la création de l’État d’Israël, quand les juifs faisaient encore partie de leur communauté.
En attendant le jour où les Israéliens pourront visiter l’Arabie saoudite, Jessica Steinberg décrit cinq sites juifs dans la vallée de Khaybar et la cité antique de Tayma :
 Khaybar, une vallée où l’on cultive les dattes, un oasis aux puits naturels, était habitée par une communauté juive et servait de halte sur la route de l’encens entre le Yémen, la Syrie et le Liban. Bien que l’on n’y trouve pas de pierre tombale dans son cimetière vieux de 1 400 ans, la population locale se souvient de son histoire juive ;
 la forteresse des juifs de Khaybar, vieille de 1 400 ans, est perchée sur une colline qui surplombe l’oasis conquise par le prophète Mohammed. Son cousin et beau-fils Ali déverrouilla la porte de la forteresse, laissant l’armée du Prophète entrer et conquérir les lieux ;
 le palace du chef de la tribu juive, également situé à Khaybar, était habité par la tribu juive Marhab, célèbre pour le commerce de l’or et des bijoux ;
 Tayma est connue pour être une ville juive fortifiée où les voyageurs s’arrêtaient pour visiter la formation rocheuse Al-Naslaa où l’on trouve les pétroglyphes (art rupestre) les plus photogéniques, décrivant la vie et les moeurs des communautés antiques ;
 Bir Haddaj est un grand puits au centre de Tayma qui remonte au moins au milieu du VIe siècle avant J. C. Le livre d’Isaïe évoque le lieu où habitaient les descendants du fils d’Ismaël, Téma : « Habitants du pays de Téma, allez à la rencontre de l’assoiffé, portez-lui de l’eau, accueillez le fugitif avec du pain. »
La journaliste garde l’espoir d’un rapprochement entre Israël et l’Arabie saoudite. Pour elle, il est probable qu’« un jour prochain, les sites historiques appartenant aux juifs de l’antiquité » seront accessibles. Ainsi, le tourisme saoudien pourrait rayonner dans un Proche-Orient facilement politisé et insuffler une nouvelle vie à la controverse autour de la théorie de Kamal Salibi, même des années après sa mort.
Au-delà de l’importance historique et académique de résoudre la controverse initiée par Salibi, sa théorie offre un matériel riche pour de nouvelles hypothèses scientifiques ou bien un grand roman sur le Proche-Orient. Un « et si… » qui ne devrait pas générer plus d’antagonismes dans une région déjà meurtrie, mais pourrait bien au contraire offrir de nouvelles perspectives de résolution des conflits.
----------------------------------
NOTES de H. Genséric
[1] Les langues sémitiques arabes et hébraïques sont assez proches. Quand on passe de l’arabe à l’hébreu, le vocable « s » arabe devient « sh/ch » en hébreu. Exemples salam et shalom, « tête » se dit « rosh » en hébreu, « ras » en arabe. C’est à cela que l’on reconnaît, en Tunisie, un juif d’un non juif. Le juif tunisien, parlant arabe, inversera ces deux sons. Le mot soleil se dit « shems » en arabe, un juif parlant arabe dira « semsh ». Donc   le passage de Saba en Shaba est tout à fait normal.
[3] Le barrage de Marib était un barrage construit vers 750 à 700 av. J.-C. en travers du Wadi Adhanah afin de permettre l'irrigation de terres agricoles autour de Marib, une ville de l'actuel Yémen. Il est considéré comme étant le plus ancien barrage hydraulique du monde et consistait en une digue de terre du même type que les barrages en remblai. Sa rupture vers 570 ou 575 entraîne la destruction des systèmes d'irrigation et l'exode de 50 000 personnes, marquant la fin du royaume d'Himyar. Source : Wikipédia

-   Origines du Mythe du Déluge

-   Daech et la légende de Gilgamesh

-   Est-ce notre guerre contre les Nephilim?

-   Le mythe d'Abraham


Hannibal GENSÉRIC

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.