dimanche 13 septembre 2020

Caucase 2020 : tournant majeur dans les coopérations militaires Iran/Russie/Chine


Le premier exercice naval conjoint russo-sino-iranien baptisé « Ceinture de sécurité maritime » a eu lieu dans l'océan Indien et la mer d'Oman en décembre 2019. De nombreux observateurs ont qualifié l'exercice de tournant majeur dans la coopération militaire de l'Iran avec la Russie et la Chine. La première fois depuis la victoire de la Révolution islamique, l’Iran tenait un exercice conjoint avec de grandes puissances navales au monde.
La coopération militaire de l'Iran avec ces pays se développe et un nouvel exercice encore plus colossal se tiendra dans le courant du mois de septembre. En effet, le ministère chinois de la Défense a annoncé ce jeudi que l'armée chinoise participerait aux exercices Caucase 2020 qui auront lieu du 21 au 26 septembre dans le sud de la Russie.
Nouvel exercice naval Iran/Russie/Chine!
L'armée chinoise y déploiera ses véhicules blindés et ses armements légers. Tous ces équipements seront livrés en Russie via un nouveau avion de transport chinois. Le ministère de la Défense a déclaré que l'exercice porterait essentiellement sur les tactiques de défense, les stratégies de blocus, le commandement et le contrôle du champ de bataille.
« La tenue des exercices Caucase 2020, à un moment où le monde entier lutte contre la pandémie de coronavirus, porte un message particulier et prône la promotion des relations sino-russes », a annoncé le ministère chinois.
Selon Associated Press (AP), des troupes d'Iran, de Biélorussie, d'Arménie, du Pakistan, du Myanmar et de certains autres pays devraient également prendre part aux exercices.
« La Chine et la Russie coopèrent étroitement sur les questions militaires et diplomatiques depuis deux décennies pour établir un partenariat stratégique global. Des efforts ont surtout été déployés pour contrer l'influence américaine. Les armées des deux pays organisent régulièrement des exercices conjoints, et les deux pays se sont soutenus mutuellement dans différents dossiers soulevés au siège des Nations unies, entre autres, le dossier syrien et celui de la Corée du Nord », indique l'AP.
Le grand exercice militaire Caucase 2020 qui vise à évaluer l'état de préparation de l’armée des pays participant par rapport aux forces armées russes, se tiendra du 21 au 26 septembre à Astrakhan, dans le sud de la Russie.
Auparavant, le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, avait annoncé lors d'une conférence de presse que l'exercice militaire Caucase 2020 aurait lieu avec la participation des troupes de neuf pays étrangers et qu’à cette occasion, neuf autres pays déploieraient des observateurs militaires en Russie. Il se terminera cette année par une série de mesures opérationnelles et d'entraînement au combat des forces armées.
« Au cours de cet exercice, les questions liées au commandement et au contrôle des groupes de combat, des organisations et des unités des opérations conjointes seront abordées dans l’objectif de mettre fin au conflit armé régional et à la lutte contre le terrorisme », a-t-il également ajouté.
Bien que les exercices conjoints tenus en 2019 entre l'Iran, la Russie et la Chine aient été largement médiatisés dans le monde, les prochaines manœuvres devraient être encore plus le centre d'intérêt vu leur ampleur et le nombre considérable de pays qui y participeront.
Manœuvre navale-éclair du CGRI!
11/9: 19 ans de guerre et maintenant?
Dans une interview accordée à l'agence de presse Mehr News, le journaliste français Thierry Meyssan, l’auteur de "l’effroyable imposture" , un livre sur les attentats du 11-Septembre remettant en cause la version officielle, a évoqué l’implication de la structure des forces armées des États-Unis dans ces attentats.
L’imposture de 11 sep a-t-elle été orchestrée par le lobby militaro-industriel afin de justifier les agressions militaires américaines ?
Pierre Dortiguier, politologue français nous répond.
Pierre Dortiguier:
« Le 11 septembre cache une opération d’envergure, cette opération a bien été définie le soir même du 11 septembre après le discours de Bush par celui d'Henry Kissinger, il a dit qu’il fallait détruire le système responsable de cette attaque. Cela était une occasion d’impressionner l’Occident et de conduire les États-Unis comme le bras armé d’une opération qui visait à terroriser les peuples d’Orient.
Il s’agit d’une mise en scène et une opération entièrement montée et je dois dire que le démontage de cette opération est en effet une sorte d’apprentissage de la maturité politique... »


Nouvelle étude: 37 millions de personnes ont été déplacées par l'intervention militaire américaine depuis 2001
La politique étrangère de Washington depuis le 11 septembre 2001 est l'un des facteurs les plus déstabilisants au monde, selon une nouvelle étude de l'Université Brown.
Un article intitulé «Creating Refugees: Displacement Caused by the United States 'Post 9/11 Wars» par Vine, Coffman et al.  a étudié l’impact des guerres sans fin des USA sur les civils au fil des ans en Afghanistan (2001-présent), au Pakistan (2001-présent), au Yémen (2002-présent), en Somalie (2002-présent), aux Philippines (2002-présent), en Irak (2003-présent), en Libye (2011-présent) et en Syrie (2014-présent).
Vine et al ont estimé qu'environ 37 millions de personnes ont perdu leur maison ou sont devenues des réfugiés en raison des combats et des dommages aux infrastructures provoqués par les interventions américaines sur leurs terres. Les 20 dernières années de la «guerre contre le terrorisme» en cours ont créé autant de réfugiés et de personnes déplacées à l'intérieur (PDI) de leur pays  que la Seconde Guerre mondiale.
Si on ajoute d'autres nations ciblées par les ambitions impériales américaines comme le Venezuela, le nombre de PDI et de réfugiés grimperait à 59 millions.
Outre le carnage humain causé localement, la belligérance militaire américaine et l'armement par le Pentagone de groupes terroristes proxy à l'étranger provoquent également un retour de manivelle et une instabilité régionale pour les alliés. 7,8 millions de personnes issues de ces zones de conflit sont classées comme demandeurs d'asile et réfugiés, et l'écrasante majorité des personnes qui ont envahi l'Europe pendant la crise des migrants de 2015 venaient des pays susmentionnés.
Seuls 25,3 millions de ces 37 millions de déplacés internes et de réfugiés sont rentrés chez eux pour une vie normale.
Ces dernières années, les responsables politiques américains ont eu du mal à expliquer honnêtement au public épuisé et las de la guerre pourquoi exactement l'Amérique est en permanence empêtrée dans tant d'opérations de combat contre des pays étrangers. Lors d'un récent rassemblement électoral, le président Donald Trump a déclaré sans ambages à ses électeurs: «Le fait est que nous n'avons même pas besoin d'être au Moyen-Orient, à part que nous devons protéger Israël
Un retrait drastique des troupes américaines d'outre-mer reste une position très appréciée des électeurs. Le président Trump a tenté au moins superficiellement de mettre fin aux opérations de combat américaines à l'étranger, mais a jusqu'à présent été saboté et bloqué à la fois par les républicains et les démocrates au Congrès et par le département d'État.
On ne sait toujours pas si sa dernière annonce de retrait d'Irak et d'Afghanistan est une rhétorique creuse ou sincère, mais le bilan de Trump dans la réalisation de cet aspect de sa plate-forme de campagne de 2016 n'est pas bon. Les plus grands donateurs de Trump pour 2020 ( tels que Sheldon Adelson, le malfrat américano-israélien et magnat des casinos) sont, pour la plupart, des juifs sionistes partisans d'une guerre permanente au Moyen-Orient, qu'ils considèrent comme nécessaire afin de faire progresser progressivement les objectifs géopolitiques du Grand Israël.
Outre les niveaux historiques de déplacement de civils, les Coûts de la guerre estimé par  l’Université Brown est de 6,4 billions (milles milliards) de dollars (avec 8 billions de dollars d'intérêts cumulés sur les dettes de guerre au cours des 40 prochaines années) pour ces conflits.
Le coût en dollars pour les États-Unis du meurtre de 32 millions de musulmans se chiffre donc en milliers de milliards, avec 15000 soldats américains morts et mutilés et 88.000 suicides de vétérans américains depuis le 11 septembre 2001. 
Les Américains ont payé cher le canular de la «guerre  sur la terreur » qu’on leur a imposé à coups de mensonges et de tromperies.
Les musulmans en ont payé un coût humain et matériel encore plus élevé, avec la coopération financière active des "islamistes" riches : les potentats du Golfe, dont le chef de file est l'Arabie Saoudite, gardienne des lieux saints de l'Islam des félons !

Arabes. Qui sera le prochain roitelet/émir à trahir la Palestine ?

Hannibal GENSERIC

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.