mercredi 9 septembre 2020

Syrie : vers un changement de stratégie russe?

Parallèlement à ce qui ressemble à une mobilisation générale de l’axe de la Résistance sur fond de cette très importante rencontre du secrétaire général du Hezbollah avec le chef du bureau politique du Hamas à Beyrouth, rencontre qui selon certaines sources aurait décidé d’une vaste feuille de route militaire à être traduite en acte aussi bien sur le front Nord que sur le front Sud et même plus loin à savoir sur cet autre front, « maritime », que l’axe US/Israël a activé par Émirats interposés et qui vise à ressusciter le défunt projet de Nabucco, rien que pour mettre au pas le secteur gazier russe, une importante délégation conduite par Lavrov, Riyabkov et Iouri Borrisov, à Damas.


D’aucuns parlent d’une visite censée annoncer un changement de stratégie russe au Levant, mais il semblerait qu’il s’agisse d’une remise au goût du jour.
Car depuis la double explosion qui a dévasté le port de Beyrouth, l’axe US/OTAN/Israël a accéléré la cadence de son œuvre de sape contre le rapprochement des pays de la Résistance avec l’Est. Depuis le 4 août, des navires de guerre de l’OTAN occupent le port de Beyrouth, et ce, sous prétexte humanitaire, et menacent les côtes syriennes. Puis il y a ce jeu gazier en Méditerranée occidentale opposant le derviche tourneur qu’est Erdogan aux autres membres de l’OTAN et dont l’objet consiste à brouiller les cartes et à rendre groggy l’adversaire russe. Et à tout cela s’ajoute évidemment, la tentative de percée militaire du camp occidental dans ce qui est la base arrière de la Russie à savoir la Biélorussie, percée qui se combine avec cette campagne de harcèlement aérien incessant américain et otanien non loin du ciel russe.
À Damas, Sergueï Lavrov aurait proposé à l’allié syrien un gel des combats à Idlib, contre un face-à-face avec US/Israël à Deir Ez-Zor, une exploitation des sources gazières offshore syriennes au large de Tartous, quelques 40 projets économiques avec en filigrane l’injection des investissements dans divers secteurs de l’économie syrienne, énergie, reconstruction et agriculture, et ce, dans le strict objectif de contrecarrer la Loi César.
La nouvelle stratégie russe vise à consacrer la Syrie à titre d’acteur majeur et à revitaliser son rôle et de son droit aux niveaux national, régional et mondial, à défendre via l’alliance Syrie-Résistance la sécurité et la stabilité de la Méditerranée, ce qui, selon la Russie, devrait être versé dans le cadre d’«un partenariat d’intérêt général » avec la Turquie.

Que cherche Macron en Méditerranée orientale ? 
Alors que la tension ne cesse de monter entre la Turquie et la Grèce, le président français Emmanuel Macron a décidé de renforcer « temporairement » la présence militaire de son pays en Méditerranée orientale.
Dans un communiqué, l’Élysée a justifié cette initiative par « les décisions unilatérales de la Turquie en matière d’exploration pétrolière » dans la région. Autrement dit, la France apporte son soutien plein et entier à la Grèce, dont la souveraineté maritime est contestée par Ankara, sur fond de recherches d’hydrocarbures opérées en zone grecque, appuyées par le déploiement de navires de guerre.
Que cherche Macron à travers cette décision de renforcer la présence militaire française en Méditerranée orientale ? 

Arnaud Develay, juriste international s’exprime sur le sujet.
Arnaud Develay : « Macron est confronté à de gros problèmes intérieurs, il tente donc de redorer son blason en initiant des conquêtes à l’étranger tout comme son homologue turc. Il se lance dans un aventurisme extérieur pour se faire une image de défenseur des droits humains... »
Source : Presstv

 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.