vendredi 29 mai 2020

Même les sionistes ont des sentiments : les mots pour critiquer Israël disparaissent rapidement du langage autorisé en Occident


Les visiteurs réguliers de ce site savent que j’écris fréquemment sur la campagne de propagande massive menée par les partisans d’Israël pour cacher les dommages causés par l’État juif aux intérêts réels des États-Unis. L'un des aspects les plus intéressants de cet effort est l’expurgation du langage pour retirer certains mots qui pourraient avoir des connotations antisémites.

Par exemple, l'octroi de prêts à des taux d'intérêt usuraires était régulièrement appelé «Shylocking» même dans les cercles juridiques, du nom du personnage shakespearien du Marchand de Venise (Shylock symbolise un méchant usurier. NdT). C'est un mot évident qui n'attendait plus  que d'être censuré, et il a donc disparu de l'usage.
Récemment, ces expressions évidentes dénotant l'ethnicité ont été rejointes par beaucoup de mots condamnés par le Comité juif américain (CJA) qui sont beaucoup plus subtils comme «clanique», «cosmopolite» et «globaliste». Le CJA définit l'expression antisémite présumée «double loyauté» comme «… un trope fanatique utilisé pour qualifier les Juifs d'«autres». Par exemple, cela devient antisémite lorsque la connexion d'un Juif américain avec Israël est examinée au point de remettre en question sa fiabilité ou sa loyauté envers les États-Unis. En accusant les Juifs d'être des citoyens déloyaux dont la véritable allégeance est à Israël ou à un programme juif caché (i.e. globaliste / mondialiste), les antisémites sèment la méfiance et répandent des idées nuisibles - comme la croyance que les Juifs sont une «cinquième colonne» de traîtres qui minent notre pays.
La définition par le CJA de la «double loyauté» dérouterait peut-être le président George Washington dont le discours d'adieu incluait «… rien n'est plus essentiel que les antipathies permanentes et invétérées contre des nations particulières, et les attachements passionnés pour les autres, ce qui devraient être exclus; et remplacés par des sentiments justes et amicaux envers tous. La nation qui livre une haine ou une tendresse habituelle à une autre est en quelque sorte une esclave. Elle est l'esclave de son animosité ou de son affection, dont chacune  qui suffit à la détourner de son devoir et de son intérêt… De même, l'attachement passionné d'une nation à une autre produit une variété de maux. La sympathie pour la nation préférée, facilitant l'illusion d'un intérêt commun imaginaire dans les cas où il n'existe aucun intérêt commun réel, et infusant dans l'un les inimitiés de l'autre, trahit le premier dans une participation aux querelles et aux guerres de ce dernier sans incitation adéquate ou justification. Elle conduit également à des concessions à la nation préférée de privilèges refusés à d'autres, ce qui risque doublement de nuire à la nation qui fait les concessions; en se séparant inutilement de ce qui aurait dû être conservé, et en excitant la jalousie, la mauvaise volonté et la disposition à exercer des représailles chez les parties à qui l'égalité des privilèges est refusée. Et cela donne aux citoyens ambitieux, corrompus ou trompés (qui se consacrent à la nation préférée), la possibilité de trahir ou de sacrifier les intérêts de leur propre pays, sans haine, parfois même avec popularité; la dorure, avec l'apparence d'un sens vertueux de l'obligation, d'une déférence louable pour l'opinion publique, ou d'un zèle louable pour le bien public, la base ou les compliments insensés de l'ambition, de la corruption ou de l'engouement.
S'il semble que le premier président prédisait la condition de servitude actuelle des États-Unis devant d'Israël, je laisserai ce jugement au lecteur. Plus récemment, Les groupes de pression juifs qui cherchent à bénéficier exclusivement à Israël ont été aidés et encouragés par le soi-disant ambassadeur américain en Israël David Friedman, ont soutenu et encouragé les groupes de pression juifs qui cherchent à supprimer l'utilisation de mots qui présentent Israël sous un mauvais jour. Le plus controversé est l'élimination du mot «occupation» dans les rapports du Département d'État pour décrire le vol de terres des Palestiniens par Israël. Les «territoires occupés» par Israël depuis plus de cinquante ans sont maintenant décrits comme «contestés», tandis que les colonies juives sur des terres palestiniennes autrefois couramment décrites comme illégales sont désormais légales. Friedman a exprimé son approbation pour que ces morceaux "contestés" soient programmés pour "annexion" après le 1er juillet. Peut-être qu'il trouvera un nouveau mot pour remplacer l'annexe, peut-être quelque chose comme «restaurer» ou «réunifier». Ou «réaliser la prophétie biblique».
Les mots sont importants car la façon dont ils sont utilisés et leur contexte façonnent la compréhension du lecteur ou de l'auditeur. Aux États-Unis, des efforts concertés ont été déployés pour assimiler toute critique d'Israël à l'antisémitisme tout en faisant de l'antisémitisme un crime de haine et en convertissant ainsi ce que l'on pourrait percevoir comme l'exercice d'un droit du Premier Amendement en un crime. Cela se fait en grande partie dans le cadre du plan visant à créer une base juridique pour supprimer le mouvement croissant de boycott, désinvestissement et sanctions (BDS). Vingt-sept États ont désormais adopté des lois criminalisant ou punissant d'une autre manière la critique d'Israël, y compris l'obligation de signer des documents déclarant l'opposition au boycott de l'État juif si l'on veut un emploi au gouvernement ou d'autres avantages. Donald Trump a également signé un décret pour lutter contre ce qu'il appelle la discrimination contre les Juifs et Israël dans les universités [2] et plusieurs projets de loi en cours d'élaboration au Congrès peuvent criminaliser le BDS en particulier, y compris des peines de prison et des amendes punitives.
Mais quand il s'agit de protéger Israël par la parole et par l’écrit, personne ne surpasse les Européens totalement paniqués. C'est une infraction pénale de contester les nombreux détails fragiles du récit standard de l'holocauste [3] en France, en Allemagne et en Grande-Bretagne et maintenant les forgerons de mots travaillent dur pour élargir ce qui est inacceptable en parlant ou en écrivant.
Une histoire vraiment bizarre nous vient d'Angleterre. Il était une fois la mère de la démocratie parlementaire et le modèle pour ceux qui chérissaient la liberté d'expression. On se souvient que récemment le chef du Parti travailliste, Jeremy Corbyn, a été évincé après un effort soutenu dirigé par le grand rabbin du pays,[4] rassemblant ce que l'on pourrait raisonnablement appeler le «lobby juif» de la Grande-Bretagne. On a prétendu que Corbyn était un antisémite parce qu'il croyait aux droits de l'homme du peuple palestinien et avait également assisté à plusieurs événements pro-palestiniens. Depuis le départ de Corbyn, il y a eu un effort majeur de la part des Travaillistes totalement soumis à ce lobby pour purger le parti de toute trace d'ʺantisémitismeʺ, c’est-à-dire les critiques d'Israël et toute manifestation de sympathie pour les Palestiniens.
Le nouveau leader travailliste, Sir Keir Starmer, a apparemment appris à se comporter avec l'expérience de Corbyn. Il rampe à plat ventre devant intérêts juifs depuis qu'il a pris ses fonctions et s'est même soumis aux conseils fournis par le «conseiller indépendant sur l'antisémitisme» du gouvernement, un bureau des intérêts spéciaux pas trop différent de l'abominable Elan Carr , du département d'État américain, veille à ce que la lutte contre l'antisémitisme soit la plus féroce possible.
Le conseiller, Lord Mann, qui comme Carr est bien sûr juif, a maintenant insisté auprès de Starmer sur le fait que l'utilisation de mots comme '' sioniste '' ou '' sionisme '' dans un contexte critique doit être considérée comme antisémite si Starmer veut d'établir ce qu'il appelle «l'antiracisme global» au sein du Parti travailliste. Mann veut confronter ce qu'il appelle le «racisme anti-juif» en Grande-Bretagne, disant que «la chose que Keir Starmer doit faire est de s'en tenir à la définition claire de l'antisémitisme, et de ne pas en dévier. La deuxième chose qu'il devrait faire s'il veut vraiment assimiler un anti-racisme complet, y compris l'antisémitisme, au sein du parti travailliste - alors l'utilisation des mots sioniste ou sionisme comme terme de haine, d'abus, de mépris, comme terme négatif - cela devrait être hors la loi dans le parti. "
Il n'est peut-être pas surprenant que les commentaires de Lord Mann soient venus lors d'une discussion en ligne avec le directeur du Antisemitism Policy Trust, Danny Stone, l'un des principaux éléments du puissant lobby juif / sioniste du Royaume-Uni. La majorité des membres britanniques du Parlement des deux partis sont des partisans enregistrés des associations des «Amis d’Israël», une autre indication de la façon dont le pouvoir juif se manifeste en Grande-Bretagne et à quel point les politiciens du pays sont devenus veules.
Mann a ajouté: «S'il le fait, cela lui donne [à Starmer] les outils pour éliminer ceux qui choisissent d'être antisémites, plutôt que ceux qui le font uniquement par ignorance par opposition à leur comportement calculé. Je pense qu'il considère la lutte contre l'antisémitisme comme l'une de ces choses qui montreront qu'il est un leader. »
Donc, en Grande-Bretagne, vous êtes toujours vraisemblablement libre de critiquer le sionisme, mais pas les Israéliens, tant que vous n'utilisez pas le mot interdit ʺIsraëlʺ . Si vous l'utilisez de manière critique, vous serez probablement «radié [du Parti travailliste] pour avoir choisi d'être antisémites». Ne vous inquiétez pas si un non-sens similaire prend racine aux États-Unis, où la critique d'Israël ou l’utilisation du mot juif dans n'importe quel contexte sont passibles des pires sanctions. Ainsi, ces sanctions peuvent inclure la perte d'emploi comme cela est arrivé à Rick Sanchez à CNN. Les rares audacieux qui osent critiquer Israël utilisent régulièrement des euphémismes génériques comme le «Lobby israélien» ou le «sionisme», ignorant le fait que ce qui motive le processus est à base ethnique ou religieuse. Quelle que soit la façon de chercher à le cacher, le pouvoir d'Israël aux États-Unis est indéniablement basé sur l'argent juif, le contrôle des médias et un accès facile aux politiciens [5]. Lorsque les amis d'Israël en Amérique suivront l'exemple britannique et découvriront que le mot "sioniste" est devenu péjoratif, ils agiront sans aucun doute pour le rendre inacceptable dans un discours poli dans les médias et ailleurs. De nombreux critiques de l'État juif n'auront alors plus de vocabulaire à utiliser, nulle part où aller, comme en Grande-Bretagne, et c'est sûrement l'intention.
Words to criticize Israel are fast disappearing
Par Philip Giraldi • May 26, 2020
Philip M. Giraldi, Ph.D., est directeur exécutif du Council for the National Interest, une fondation éducative qui cherche une politique étrangère américaine plus axée sur les intérêts au Moyen-Orient. Le site Web est https://councilforthenationalinterest.org, address is P.O. Box 2157, Purcellville VA 20134 and its email is inform@cnionline.org.
NOTES de H. Genséric
"Ils montrent clairement que vous avez peur d'écrire le mot J. Et ils savent comment faire face à des personnes effrayées."
Nos grands-parents ont dû faire face à un dilemme lorsqu'ils ont dû décrire certaines parties du corps ou certaines activités physiques. Les «mots obscènes» sont restés tabous au moins jusqu'à ce que D.H. Lawrence ait brisé l'interdiction dans Lady Lover Chatterley, et les mots de quatre lettres ne sont devenus imprimables que récemment. Cependant, maintenant nous avons de nouveaux mots interdits, ou des mots qu'on ne peut utiliser qu'à ses risques et périls.
" Juif" est un tel mot.
Les journalistes les plus virulents et les plus obsessionnels de la Russie dans les médias sont pour la plupart des Juifs. Les publications qui poussent le plus énergiquement ces écrivains sont TOUS détenues par les Juifs, et en tant qu'éditeur, je le sais très bien, c'est là que les choses s'arrêtent.
Sur le plan des politiques, le mouvement néo-conservateur, l'ennemi le plus dur de la Russie, a été conçu, dirigé par des juifs et constitué principalement de juifs. Et leurs problèmes s'étendent bien au-delà de la Russie - ils sont responsables de la débâcle désastreuse de l'Amérique au Moyen-Orient au cours des 20 dernières années - où leurs crimes ont été bloqués par précisément un pays - la Russie. Les  ambassadrices à l'ONU, Nikki Haley et Samantha Power, psychotiques anti-russes, ont été mises là par le lobby israélien et, en d'autres termes, elleq ne travaillent pas pour leur gouvernement, mais pour leurs sponsors juifs.
Moins de 2% de la population américaine, les Juifs représentent 23% des inscriptions dans les universités de la Ivy League.
"Les étudiants juifs ont environ 1000% plus de chance d’être  inscrits à Harvard et dans le reste de la "Ligue Ivy" que les Goys (non juifs) Blancs possédant les mêmes capacités.
C'était un résultat absolument ahurissant, étant donné que les tribunaux traitent souvent une sous-représentation d’une population minoritaire de l'ordre de 20 à 30% comme une puissante preuve manifeste de discrimination raciale. "- - Ron Unz (qui est un juif ethnique)
[5] Ainsi que le chantage sexuel tel que nous l’avons vu avec les réseaux pizzagate et Epstein :
AVERTISSEMENT !!! Cet article ne doit pas être mis entre toutes les mains car il décrit et suppose des faits d’une atrocité sans limite. Certaines images peuvent choquer, certaines informations, ou par prudence nous pourrions dire “spéculations” sont absolument terrifiantes. En tant qu’éditeur du web, c’est une décision difficile que de faire le choix de cette publication. Cependant nous estimons que les horreurs de la réalité du monde dans lequel nous vivons doivent être mise à jour et SERONT très bientôt, de toutes façons, mises à jour aux yeux de tous. Accepter d’écrire un tel article est un engagement militant, Dannick n’est pas une affabulatrice mais bien une investigatrice de longue date de cette question de la pédocriminalité étatique, elle sait de quoi elle parle.

Belgique : Carnaval d'Alost

Hannibal GENSÉRIC

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.