mercredi 6 mai 2020

Les crimes de guerre d'Israël. Elle tue impunément même "ses alliés" Américains


Si le président américain D. Trump (Make America Great Again) veut vraiment honorer les militaires américains, qu’il commence par ceux de l’U.S.S. Liberty.

Imaginez que vous embarquiez sur un navire d'une nation qui n'est pas en guerre avec une autre, et que votre navire qui naviguait tranquillement dans les eaux internationales par une belle journée de juin, soit soudainement attaqué par des avions de guerre et des lanceurs de torpilles non identifiés, leurs marques étant dissimulées pour cacher leur pays d'origine.
Le navire attaqué avait peu de moyens pour se défendre, mais son équipage s’est assuré héroïquement qu’un grand drapeau national était hissé pour démontrer qu’il n’était belligérant dans aucun conflit. Les assaillants ont noté la nationalité du navire, mais ont persisté dans leur agression dans une tentative claire de couler le navire et de tuer tout son équipage. Les officiers à bord du navire ont annoncé par radio qu'ils étaient attaqués et ont demandé de l'aide. Promptement, des avions de chasse amis venaient à la rescousse lorsque, brusquement, ils ont été mystérieusement rappelés et ordre leur fut donné de ne pas intervenir. Les attaques contre le Liberty ont duré deux heures, plus longtemps que l'attaque de Pearl Harbor qui a provoqué l'entrée américaine dans la Seconde Guerre mondiale, tuant et blessant plus de deux cents membres d'équipage. Les radeaux de sauvetage descendus dans l'eau alors que le navire semblait couler étaient mitraillés par l'aviation attaquante et par les torpilleurs pour rendre impossible l'évacuation des blessés, mais le capitaine et les survivants ont travaillé héroïquement et avec succès pour maintenir le navire à flot. Lorsque le navire a finalement regagné le port de Malte, les survivants (officiers et équipage) ont été obligés, par leur propre gouvernement, de prêter serment de garder le silence. Puis une opération de camouflage a été lancée et a persisté jusqu'à ce jour. De nombreux survivants du navire sont décédés depuis ce jour, il y a 53 ans, et les tentatives des autres de voir la justice les assister avant leur disparition ont été ignorées.

Je fais bien sûr référence à l'attaque israélienne contre l’U.S.S. Liberty, qui a eu lieu le 8 juin 1967, il y a près de 53 ans. L'anniversaire de l'attaque approche dans un mois et les officiers et l'équipage restants organiseront une cérémonie au mémorial de la Marine à Washington D.C. pour honorer la mémoire de leurs trente-quatre compagnons de bord tués et des 172 blessés. Soixante-dix pour cent de l'équipage ont donc été des victimes, le pourcentage le plus élevé de victimes sur un navire resté à flot dans l'histoire de la marine américaine. Le vaisseau de collecte de renseignements légèrement armé Liberty et son équipage héroïque qui ont émergé de la quasi-destruction est considéré comme le navire le plus décoré dans la marine américaine.

La volonté israélienne d'attaquer et de tuer inutilement des Américains, apparemment pour envoyer un message, a déjà été notée [1]. Il y a le cas de achel Corrie écrasée par un bulldozer israélien et de Furkan Dogan, un Turco-américain qui a été, comme l'équipage du Liberty, tué dans les eaux internationales lorsqu'il a navigué sur le navire de secours pour Gaza, Mavi Marmara. Mais malgré cela, la tentative délibérée de détruire le Liberty, qui, selon l'ancien secrétaire d'État américain Dean Rusk, a été clairement approuvée au plus haut niveau du gouvernement de l'État juif, a toujours une valeur de choc.
Les apologistes d'Israël (un dispositif accroché comme des tiques à tous les niveaux du gouvernement américain ainsi que dans le monde universitaire et les médias) ont longtemps fait valoir que l'attaque contre le Liberty était une sorte d'accident de "tir ami". Mais la découverte relativement récente qu'un avion espion de la Marine a intercepté et enregistré des pilotes d'hélicoptères et de chasseurs israéliens mentionnant le drapeau américain affiché par le navire pendant l'attaque suggère le contraire. D'autres enregistrements des communications israéliennes ont révélé que certains pilotes ne voulaient pas attaquer. Un pilote a déclaré: Il s'agit d'un navire américain. Je peux voir le drapeau. Voulez-vous toujours que nous attaquions? Le contrôle terrestre israélien a répondu: Oui, exécutez les ordres. Frappez-le!" avant d'avertir les pilotes de «Finissez le travail».
Mais alors que l'on s'attend à ce soit les Israéliens qui se sont  comporté de manière abominable, sur la base de leurs crimes de guerre commis, depuis de longues années, dans des endroits comme le Liban et ce qui reste de la Palestine, le plus grand crime contre l'équipage du Liberty a été commis par le gouvernement américain lui-même. Le président Lyndon B. Johnson (LBJ) et le secrétaire à la Défense Robert McNamara auraient été informés de l'attaque dès son début et c'est Johnson qui a personnellement ordonné à deux reprises le rappel des avions de chasse américains qui allaient sauver le Liberty de l’attaque juive. L'amiral Lawrence Geis, commandant du groupe de porte-avions en Méditerranée à partir duquel les avions avaient décollé, s'y est opposé et McNamara a répondu avec colère que «le président Johnson ne va pas faire la guerre ni embarrasser un allié américain pour quelques marins». C'est McNamara, qui a de nouveau agi sur ordre de LBJ, qui a ensuite séquestré l'équipage après que le navire est arrivé à Malte, émettant un «ordre de silence» sur l'incident, étant entendu que toute personne qui en parlerait serait secrètement soumise à la cour martiale et emprisonnée.
When Israel Attacked USS Liberty - Al Bilad English Daily
Honor USS Liberty Veterans
Vétérans de l'USS Liberty
Pour maintenir la dissimulation, le capitaine William McGonagle, qui a reçu la médaille d'honneur du Congrès pour son rôle dans la sauvegarde du navire, a vu sa médaille décernée sans aucune publicité lors d'une cérémonie privée au Washington Naval Yard plutôt qu'à la Maison Blanche comme c’était la tradition. Le président des États-Unis n'a pas non plus participé à la décoration, encore une fois le refus de la valeur de l'équipage du Liberty.
Normalement, une attaque contre un navire de la marine américaine aurait entraîné une enquête officielle, mais dans le cas du Liberty, une équipe improvisée composée de l'amiral juif Isaac Kidd et du chef du conseil Ward Boston a été réunie en Méditerranée sous les ordres de l'amiral John S. McCain, père du sénateur John McCain [2], qui était basé à Londres. La `` Cour d'enquête '' officielle de la Marine consistait donc en réalité à ce que Kidd et Boston se rendent rapidement au Liberty en mer, puis se précipitent à Washington via Londres, où McCain approuve le projet de document de 700 pages sans le lire. Le rapport préparé à la hâte a contourné toutes les procédures ordinaires d’établissement des faits et de révision juridique et personne ne sait par quels canaux les «conclusions de la Cour d’enquête» ont suivi à Washington.
Agissant sur ordre de la Maison Blanche, l'enquête n'avait eu qu'une semaine pour préparer son rapport, une procédure qui prend normalement six mois. Le résultat a également été prédéterminé par McNamara agissant pour LBJ, qui a ordonné que la conclusion serait que l'attaque contre le Liberty avait été un «cas d'identité erronée».
Aucun membre d'équipage du Liberty n'a même été autorisé à témoigner officiellement pendant l'enquête. Néanmoins, l'avocat en chef de l'enquête, Ward Boston, a par la suite confirmé dans un affidavit sous serment que lui et Kidd étaient fortement en désaccord avec les conclusions forcées, estimant plutôt qu'Israël avait organisé une attaque non provoquée dans le but de couler le navire et de tuer tout l'équipage. L'amiral Kidd a qualifié les Israéliens de «salauds meurtriers». Boston a également observé que la transcription de la cour d'enquête qui avait été publiée par la suite avait été modifiée, vraisemblablement par une personne agissant au nom de la Maison Blanche, pour supprimer et modifier les témoignages préjudiciables à Israël.
Comme c'est souvent le cas, il y a une histoire derrière ce qui est arrivé au Liberty. Dans les années précédant l'attaque contre le Liberty, le président John F.Kennedy était préoccupé par les Juifs américains puissants et riches qui tentaient de détourner la politique étrangère américaine pour favoriser Israël. Il a également pris des mesures pour empêcher le développement israélien d'armes nucléaires. Après avoir été assassiné, son successeur à la présidence, Lyndon B. Johnson, qui a été décrit comme ayant une carrière politique «entrelacée avec des Juifs», a vu les choses très différemment. Il a fermé les yeux sur le programme nucléaire israélien et s'est entouré d'amis et de conseillers juifs qui étaient activement engagés dans la promotion de l'agenda sioniste, certains d'entre eux étant vraisemblablement des agents du Mossad.
Les plus éminents de ce groupe étaient les Krim, (Arthur et Mathilde), lui un éminent avocat des médias et chef de studio qui était un collecteur de fonds du Parti démocrate et elle une généticienne, née en Suisse et convertie au judaïsme qui avait vécu en Palestine sous mandat britannique avec son premier mari, un terroriste d’Irgun. La terreur juive était une cause qu'elle soutenait activement. Les Krims étaient des compagnons réguliers de LBJ tout au long de sa présidence, avec une chambre réservée à la Maison Blanche et une maison près de son ranch à Stonewall au Texas quand il était en vacances là-bas. Johnson a également séjourné dans leur manoir à New York.
The not-so-secret life of Mathilde Krim – Mondoweiss
Le président Johnson et sa maîtresse,
l'agent du Mossad, Mathilde Krim
Au moment de la guerre des Six jours lorsque le Liberty a été attaqué, les Krims étaient constamment aux côtés de LBJ et il est généralement admis qu'ils travaillaient tous les deux au nom du gouvernement israélien pour cultiver une inclinaison présidentielle décisive vers Israël. Johnson, en fait, a été informé à l'avance de l'intention israélienne de faire la guerre à ses voisins et a donné son feu vert, acceptant même de venir en aide à l'État juif en cas de problème. Pour sceller l'accord, Mathilde avait même forniqué avec LBJ, une situation bien connue du personnel de la Maison Blanche et des services secrets.
Depuis 1967, il y a eu un certain nombre de documentaires, de livres et d'enquêtes officieuses concernant l'attaque contre le Liberty, mais la résistance des suspects habituels a fait que l'histoire n'est pas devenue plus connue. Pendant ce temps, le Congrès, le Pentagone et la Maison Blanche ont refusé d'autoriser des audiences formelles équitables et impartiales qui reconnaîtraient les lacunes de l'enquête de 1967 et qui comprendraient les témoignages des survivants de Liberty restants. Le sénateur John McCain était connu pour son traitement désinvolte des supplications des survivants, tout comme était alors membre du Congrès et maintenant gouverneur Ron DeSantis de Floride, un ancien Navy Seal. DeSantis se considère désormais comme le gouverneur le plus pro-israélien des États-Unis [3].
Les enquêtes officieuses les plus sérieuses ont concerné d'anciens officiers militaires. En 2003, l'amiral Thomas Moorer, ancien président des chefs d'état-major interarmées, a formé une commission d'enquête indépendante pour enquêter sur l'attaque. Il a produit Loss of Liberty, un documentaire qui comprenait des entretiens avec des survivants. La commission, qui comprenait le contre-amiral Merlin Staring, le général de marine Ray Davis et l'ambassadeur James Akins, a examiné toutes les preuves documentaires de l'affaire et interrogé à la fois les survivants et d'autres officiers de marine impliqués indirectement. Ils ont appris que le Liberty avait été surveillé par les Israéliens pendant au moins huit heures avant l'attaque et que le navire était à la fois clairement marqué comme étant américain et était indubitable en tant que navire de collecte de renseignements à configuration unique et immédiatement reconnaissable, pas même proche du profil d'un transporteur égyptien de chevaux, comme Israël l'a ensuite affirmé. Au cours de l'attaque soigneusement planifiée, Israël a utilisé le brouillage radio pour tenter d'empêcher le Liberty de transmettre par radio sa situation.
La commission Moorer a conclu qu’Israël avait délibérément attaqué le Liberty et tenté de le couler et de tuer tout son équipage. Les membres d'équipage qui ont été tués ont été «assassinés» par Israël alors que les États-Unis auraient dû considérer l'attaque comme un acte de guerre et aurait du y répondre de manière appropriée. La dissimulation de ce qui s'est passé a été ordonnée par la Maison Blanche et le fait que la vérité sur l'incident continue d'être cachée est une «honte nationale». Dans un éditorial que Moorer a écrit en 2004, il a conclu en demandant: «Notre gouvernement a-t-il fait passer l'intérêt d'Israël avant le nôtre? Si oui, pourquoi?"
En octobre 2003, la commission Moorer a présenté son rapport sur Capitol Hill, même si son public était souvent limité aux membres du personnel du Congrès plutôt qu'aux membres naturellement craintifs (ceux qui avaient quelque chose à se reprocher). Un an plus tard, le représentant John Conyers du Michigan a surmonté une résistance considérable à ce que le rapport et certaines informations d'accompagnement soient consignés dans le registre du Congrès. Moorer et l'amiral Staring, un ancien juge-avocat général de la Marine, qui avait été l'avocat du bureau McCain à Londres et qui n'avait pas été autorisé à examiner attentivement le rapport de la Cour d'enquête, a continué de plaider pour une enquête honnête sur l'attaque. sur le Liberty jusqu'à leur mort en 2004 et 2013 respectivement.
Ce qui nous amène au présent à la question de la justice pour les survivants du Liberty qui se réuniront le mois prochain. L'histoire du Liberty montre qu'il y a encore cinquante-trois ans, le gouvernement des États-Unis trahissait son propre peuple par soumission au pouvoir juif et à l'État d'Israël. Si quelque chose d'aussi horrible que le meurtre de 34 personnes à bord du Liberty a eu lieu, la situation s'est encore aggravée car Washington envoie des milliards de dollars à l'État juif chaque année tout en donnant à son gouvernement kleptocratique le feu vert pour commettre des crimes de guerre et d’autres agressions qui finiront par attirer les États-Unis dans la guerre et pourraient vraisemblablement entraîner notre ruine. Il est pour le moins désagréable de voir un État voyou, sans aucune restriction ni retenue et sans principes, faire de terribles dommages son plus grand patron, grâce aux machinations d'une cinquième colonne à double loyauté, mais c'est ce que nous constatons tous les jours.
Et cette véritable pourriture a vraiment commencé avec l'attaque de l'U.S.S. Liberty, quand des Américains patriotes sont morts au gré d'un président aussi inepte qu’incompétent, et qui aimait un pays étranger plus que le sien. On espère qu'il pourrit en enfer. Aujourd'hui, peu d'Américains connaissent même le nom du  Liberty, même s'ils sont actuellement confrontés à une élection au cours de laquelle deux candidats à la présidence chercheront à se surpasser pour exprimer leur amour pour Israël. Trump et Biden devraient plutôt prendre une pause ; et faire en sorte que la justice soit rendue pour les victimes, mortes et survivantes, de l’USS Liberty, condition sine qua non de leur candidature.
Source : Israel's War Crimes Have Killed Americans
Par Philip Giraldi (May 5, 2020)
directeur exécutif du Council for the National Interest, une fondation éducative qui cherche une politique étrangère américaine plus axée sur les intérêts du Moyen-Orient. son e-mail est inform@cnionline.org.
-------------------------------------------------------
Les Juifs qui ont attaqué l'USS Liberty sont nés aux États-Unis
ANTHONY PEARSON est le journaliste britannique qui a écrit le livre Conspiracy of Silence sur l'attaque israélienne contre le Liberty et la dissimulation ultérieure, qui, comme n'importe quel merdia grand public aurait pu le prévoir, n'a jamais grimpé au sommet des best-sellers.
Le point principal de Pearson est que le Liberty, une énorme oreille électronique de mer, a été envoyé pour écouter les Israéliens, après avoir commencé la guerre des Six Jours en 1967 avec l'approbation de la CIA. L'armée israélienne avait reçu le feu vert de Washington pour détruire les forces égyptiennes, mais la guerre était censée être limitée et aucune saisie de territoire n'était autorisée. Lorsque le Liberty a informé Washington que les Israéliens voulaient envahir et occuper des territoires arabes, le haut commandement israélien a donné l'ordre de le faire couler, et de faire accuser les Égyptiens du forfait. Mais le Liberty pratiquement non armé ne coula pas et réussit à diffuser des messages radio qui appelaient au secours les avions américains - mais pas avant que 34 Américains aient été tués et 171 blessés.
Selon Pearson, les chefs d'état-major interarmées ont ordonné une attaque aérienne immédiate en représailles contre la base navale israélienne à Haïfa. Mais le président Johnson [4], par déférence pour l'appel de son conseiller à la sécurité, le  sioniste Walt Rostow, a annulé l'opération en plein vol. Une information importante déterrée par Pearson était que l'homme aux commandes des trois avions Mirage qui ont attaqué le Liberty est né à Baltimore et a servi de pilote de chasse au Vietnam. Le pilote du deuxième avion était également un vétéran du Vietnam et avait servi dans le Navy Air Corps. Le troisième pilote était un Israélien natif. Il est plutôt décourageant de penser que les forces armées américaines avaient formé deux pilotes de chasse qui pensaient si peu à leur pays de naissance et qu’ils ont rejoint les forces aériennes d’un autre pays et effectué un assaut aérien meurtrier sur un navire américain. Mais telles sont la loyauté et la nature des Juifs.
Lorsque Pearson a tenté d'interroger les officiers et les hommes du Liberty survivants, il a été accueilli, à une ou deux exceptions près, par un silence complet. La Marine avait ordonné à toutes les parties concernées de ne pas parler. Les mots énigmatiques prononcés par le commandant (maintenant à la retraite), le capitaine William McGonagle, le capitaine du Liberty, indiquaient plus ou moins la nature de l’une des plus grandes dissimulations modernes. "Ne les laissez pas vous battre", a-t-il dit à Pearson par téléphone depuis son domicile de Santa Barbara. "Vous êtes le dernier coup que le Liberty a laissé au feu." Puis il a raccroché.
McGonagle a agi comme un héros au moment de l'attaque et pour sa conduite a reçu la médaille d'honneur du Congrès, bien que la marine ait permis aux responsables israéliens de censurer la citation qui accompagnait le prix. Un autre élément intéressant mis en lumière par Pearson. La Cour d'enquête de la Marine, qui a en fait blanchi l'attaque israélienne, était dirigée par l'amiral Isaac Kidd, qui se trouve être juif.
Source: Jews Who Attacked the USS Liberty Were American-Born
--------------------------------------------------------- 
NOTES de H. Genséric
Hannibal GENSÉRIC

3 commentaires:

  1. Quand tes amis sont juifs, qui a besoin d'ennemis

    RépondreSupprimer
  2. Talmud, Zohar I, 160a: Les juifs doivent en permanence tenter de tromper
    les Non-juifs.

    Talmud, Zohar I, 219b: Les princes Non-juifs sont des idolâtres, ils
    doivent mourir.

    Talmud, Zohar II, 19a: La captivité des juifs prendra fin lorsque les
    princes Non-juifs seront morts.


    Les rabbins ne répondent jamais clairement quand on leur demande pourquoi leurs textes s'expriment ainsi.

    Ils te qualifient direct d'antisémite (les ashkenazes khazars ne sont même pas sémites, les séfarades en revanche, le sont).

    Ces parisiens là, ceux là même qui ont tué le Christ et calomniés contre lui, sont ceux qui sont les sionistes aujourd'hui.
    A
    Les juifs se croient très intelligents et érudits de par leur connaissance de la Torah. Mais ils sont manipulés comme des moutons...

    RépondreSupprimer
  3. Quand va ce finir c'est crimes contre l'humanité ?

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.