samedi 2 mai 2020

Qui va remplacer Trump après la démolition contrôlée de l’économie?


Article prémonitoire: Écrit en juillet 2019, cet article de Brandon Smith prend une une actualité frappante avec ce qui se passe aujourd'hui aux états-Unis avec la Covid-arnaque. Les prévisions de B. Smith se réalisent avec le crash financier, l'explosion du chômage, l'enrichissement immédiat et scandaleux des 0,01% supers riches, pour l'essentiel juifs, etc... Hannibal Genséric

Dans les mois qui ont précédé les élections de 2016, j’avais prédit la victoire de Trump basée sur une théorie particulière qui, à mon avis, reste valable aujourd’hui, à savoir la théorie selon laquelle les élites bancaires mondiales au pouvoir autorisaient des mouvements dits « populistes » dans le pays. Les États-Unis et l’Europe gagneront en force politique vers la toute fin de la décennie. Une fois que les groupes populistes se sont retranchés et se sentent trop confiants, la cabale [1] resserrerait alors la liquidité dans la faiblesse économique existante et ferait tomber le système sur leurs têtes. Les populistes seraient tenus pour responsables d’un désastre économique que les banques centrales avaient organisé de nombreuses années à l’avance.

Une fois que suffisamment de souffrances auraient été infligées à la population, les mondialistes arriveraient sur les lieux pour proposer une solution anti-populisme, qui signifiera la centralisation et en socialisant tout, à une échelle jamais vue auparavant sauf peut-être dans les jours les plus sombres de la révolution bolchevique [2].
Cette théorie m’a permis de prédire le succès du vote sur le Brexit au Royaume-Uni, l’entrée de Trump à la Maison Blanche, les hausses de taux d’intérêt de la Réserve fédérale et les coupures de bilan dans la faiblesse économique. Il semble maintenant de plus en plus que ma prédiction de mars d’un Brexit «sans accord» s’avérera correct si Boris Johnson accède au poste de Premier ministre [NdT. depuis lors, BoJo a accédé à ce poste]. Donc, je continue à la soutenir.
Par extension, depuis quelques années, j’étudie les corrélations étranges entre le contexte et les politiques de Donald Trump et le contexte et les politiques de Herbert Hoover; le président républicain qui a supervisé le grand crash de 1929 et le début de la Grande Dépression.
L’une des premières actions de Hoover en tant que président en réponse aux tensions fiscales de 1929 fut de soutenir des réductions d’impôts plus importantes, principalement pour les sociétés (ceci fut suivi en 1932 par de fortes augmentations d’impôts en pleine crise économique). Il a ensuite institué des tarifs par le biais de la loi Smoot-Hawley. Son hyperfocus sur les dépenses d’infrastructures massives a entraîné une augmentation de la dette américaine et n’a rien fait pour sortir les États-Unis de son abîme de chômage. En fait, les projets d’infrastructure comme le barrage Hoover, lancé en 1931, n’ont pas été payés durant plus de 50 ans. Hoover a fini par devenir un président républicain à un seul mandat qui a ouvert la voie à Franklin D. Roosevelt, communiste à peine déguisé et peut-être le président le plus destructeur de l’histoire américaine.
Ce sont Hoover et ses politiques «protectionnistes» qui ont été tenus pour responsables de la Grande Dépression (avec l’étalon-or), mais c’est la Réserve fédérale qui a créé toute la calamité. L’assouplissement de la politique monétaire de la Fed dans les années 1920 a provoqué une vaste bulle dans les banques et les marchés boursiers. Les hausses de taux et le resserrement des liquidités de la Fed au début des années 1930 ont exacerbé le krach et prolongé la dépression pendant de nombreuses années. L’ancien président de la Fed, Ben Bernanke, a même ouvertement admis que la Fed était responsable de la Grande Dépression dans un discours prononcé en l’honneur de Milton Friedman en 2002. Il a déclaré:
En bref, selon Friedman et Schwartz, en raison de changements institutionnels et de doctrines erronées, les paniques bancaires de la Grande Contraction étaient beaucoup plus graves et plus répandues qu’elles ne l’auraient normalement été lors d’un ralentissement économique.
Permettez-moi de conclure en abusant légèrement de mon statut de représentant officiel de la Réserve fédérale. Je voudrais dire à Milton et Anna: À propos de la grande dépression. Vous avez raison, nous l’avons fait. Nous sommes très désolés. Mais grâce à vous, nous ne le referons plus. " 
Bien sûr, la Fed recommence à nouveau. Depuis plus d’un an et demi, la Fed instaure un resserrement de la liquidité dans le contexte de faiblesse économique au début du krach de l’une des plus grandes bulles financières de l’histoire du monde économique. C’est une bulle qu’ils ont créée avec l’intention de l’imploser délibérément et le processus a déjà commencé. Comme je l’ai noté à maintes reprises, l’effondrement des fondamentaux est bien amorcé, presque tous les secteurs de l’économie ont reculé, à l’exception des trois indicateurs que la Fed et le gouvernement manipulent statistiquement: le PIB, l’emploi et les marchés boursiers.
Trump n’est pas innocent dans ce schéma non plus. Après avoir passé des mois à critiquer à juste titre la Fed lors de sa campagne pour avoir gonflé une fausse économie et un marché boursier, Trump a viré à 180° sur ses partisans après être devenu président et a si bien attaché son administration à la bulle d’activité (et notamment aux marchés) est assuré que ses partisans conservateurs et lui-même seront blâmés lorsqu’il s’effondrera.
Je ne suis pas non plus la seule personne à noter la comparaison entre Trump et Herbert Hoover. Les similitudes de Trump avec Hoover sont mentionnées sans cesse l’année dernière dans les médias grand public et ceux de gauche, avec un accent particulier sur la guerre commerciale. Les conflits commerciaux de Trump offrent la couverture idéale aux élites du secteur bancaire pour mettre fin à l’économie, tout en évitant tout blâme. Le récit est en train de se préparer pour un crash et le plan est de prendre comme boucs émissaires, les populistes, les nationalistes et les activistes de la souveraineté.
La question est donc de savoir si Trump joue le rôle d’un Hoover des temps modernes et que le krach actuel des fondamentaux va devenir une nouvelle dépression à long terme, qui en  fera alors le nouveau Franklin D. Roosevelt; le président communiste ou le groupe politique à pousser l’Amérique encore plus loin dans le giron socialiste?
Il est difficile de dire pour l’instant si Trump sera, comme Hoover, le président d’un mandat. Si le ralentissement économique se poursuit à son rythme actuel, il est peu probable que Trump obtienne un second mandat en 2020. Cela dit, la guerre contre un pays comme l’Iran pourrait éventuellement modifier la dynamique, même en pleine crise financière.  Que ce soit en 2020 ou en 2024, je pense que Trump et la révolte populiste seront remplacés par une ferveur socialiste dépassant tout ce que nous avons vu sous le gouvernement Obama. Tout comme les conservateurs ont surpris le monde en 2016, je pense que la gauche dure surprendra le monde dans les 5 prochaines années.
Les 4 cavalières de l'Apocalypse
Je trouve suspecte la quantité d'attention médiatique que les politiciens de gauche ayant peu d'expérience reçoivent dans les médias grand public ces jours-ci.. Je me méfie également de l’attention que Donald Trump accorde à ces mêmes politiciens lors de ce qui semble être un autre match de lutte programmé pour intéresser la public. Oui, je parle des «quatre cavalières de l’Apocalypse» et du feuilleton télévisé qui se déroule entre elles et Trump et qui maintient continuellement ces jeunes débutantes sous les feux de la rampe sans raison.
Il est peut-être très difficile de le constater en ce moment au milieu de la fièvre Trump, mais je vois les prémices, la racine ou la graine, d’un changement narratif massif dans l’élévation d’extrémistes politiques tels qu’Ayanna Pressley, Alexandria Ocasio-Cortez, Rashida Tlaib et Ilhan Omar, également connues sous le nom de «l’escouade». Oui, elles semblent universellement détestées à Washington en ce moment, et l’échec abject du «Green New Deal» de l’AOC donne l’impression que leurs idées ne sont guère soutenues, mais encore une fois, observez l’attention que ces nullités accumulent. ..
Cela me rappelle les premiers signes de la course à la présidence de Barack Obama, alors qu’il avait peu d’expérience politique par rapport à ses adversaires, surtout en tant que sénateur. Les personnes qui l’ont affronté au début de sa carrière aux côtés des démocrates et des républicains ont semblé ne pas se laisser distancer à cause des scandales sexuels. Ensuite, Obama a attiré l’attention des médias grand public et même du Daily Show avant même d’annoncer sa course vers le bureau ovale. La démarche était évidente pour les analystes qui ont reconnu les signaux. Obama avait été oint par les élites.
L’AOC et « l’escouade » sont commercialisés d’une manière très similaire à Obama; aussi plein d’espoir, jeune, dynamique, plein d’énergie et prêt à affronter le monde. Le genre de discours de vente de films Disney ringard et accablant qui fait perdre la tête aux démocrates et aux gauchistes.
Aujourd’hui, des candidats démocrates à la présidentielle comparativement « modérés » à l’horizon 2020, tels que Bernie Sanders et Elizabeth Warren, s’efforcent de promouvoir « l’escouade » et d’obtenir leur approbation et leur soutien politiques. Il est clair que les gens de la gauche inflexible dictent la discussion sur la future voie gouvernementale des États-Unis. Il s’agit de la centralisation extrême, de la mondialisation et de la tyrannie bureaucratique au nom de la panique environnementale frauduleuse.
Fait intéressant, Elizabeth Warren a récemment attiré l’attention avec ses avertissements d’une calamité économique imminente sous l’administration Trump. Ses observations sont très évidentes pour la plupart d’entre nous et ne méritent pas d’être notées ici; C’est bien que Warren mentionne la perspective d’un danger économique dans le grand public, mais elle a des années de retard pour le parti. Je tiens toutefois à souligner que cela marque un tournant dans le débat sur les élections de 2020. Soudain, les démocrates parlent sérieusement de la possibilité d’un krach financier – ce qui me dit que le krach qui se produit déjà aujourd’hui est sur le point de s’accélérer davantage au cours de la prochaine année.[NdT. écrit en 2019, la prévision est en train de se réaliser.] Les mondialistes préparent le terrain pour que les démocrates puissent dire: « Nous l’avons bien dit », à l’approche de l’année des élections.
À ce stade, compte tenu de ses récentes déclarations, je devrais prédire qu’Elizabeth Warren est la candidate démocrate prévue pour les élections de 2020.
Il est important de se rappeler que les sentiments du public sont instables et peuvent changer si rapidement qu’ils sont ahurissants. Avec l’avènement d’un désastre économique majeur et peut-être même d’une guerre cinétique que les États-Unis ne peuvent ni maintenir ni gagner à long terme, les prédictions des mondialistes et de la gauche selon lesquelles les mouvements populistes sont une « crise imminente » seraient réalisées. Bien entendu, Trump n’a aucun contrôle réel sur l’économie, et la Fed décide quand et comment une bulle financière va éclater, mais cela n’empêchera pas la majorité de blâmer Trump et sa base politique. L’introduction du socialisme hardcore en tant qu’idéal américain par excellence serait beaucoup plus facile à vendre à ce stade.
Au milieu de la catastrophe sociale, ce que nous pensions jadis impossible devient probable. Je prédis que les «quatres chevalières de l’Apocalypse» et leurs semblables sont choisis par les mondialistes pour prendre le contrôle des États-Unis au cours de la prochaine décennie après que Trump et les populistes soient complètement discrédités aux yeux de plus de la moitié du pays et du monde. Pour être certains, nous sommes nombreux à ne pas accepter une gouvernance socialiste / communiste ouverte et toutes les nouvelles qui vont avec (y compris le contrôle du carbone et le désarmement de la population), et je ne doute pas que la guerre civile éclaterait.
Le fait est que nous devrions nous attendre à ce résultat comme le voudront les mondialistes. Les signes sont visibles maintenant. La politique de ces femmes, complètement folles et sans la moindre logique, deviendra l’idéal dominant de la prochaine révolution politique. Compte là-dessus.
24 July 2019 
Par Brandon Smith
NOTES de H. Genséric
Une cabale ou Kabbale (Qabalah en hébreu) est une forme de complot ourdi par un groupe de personnes unies autour d’un projet secret visant à conspirer pour le succès de leurs opinions et de leurs intérêts au sein d’un État ou d’une communauté donnée. Tradition juive touchant l'interprétation de l'Ancien Testament. Science prétendue pour commercer avec les êtres surnaturels.
Hannibal GENSÉRIC

4 commentaires:

  1. trump ou obama clinton bush , MALGRE VOS RECHERCHES aprofondies je dis que ces hommes et femmes politiues SONT TOUS DES SATANIQUES
    TOUTE prersonne non CRHETIEN a pour maitre l'argent et donc satan
    Vous pouvez ecrire des milliers de livres mon avis ne changera jamais.

    RépondreSupprimer
  2. Très important Hannibal :
    https://www.timesofisrael.com/redacted-fbi-document-hints-at-israeli-efforts-to-help-trump-in-2016-campaign/

    RépondreSupprimer
  3. Si la crise sanitaire du corona devait s'amplifier il est possible que l'élection US de novembre soit elle la victime d'un report. Pour déclencher une guerre contre l'Iran, sauf attaque directe de ce pays Trump n'en a plus les possibilités vu les contraintes du Congrès US. Une nouvelle cible possible celle du Venezuela? Le nationalisme ne sera pas mort, vu la révolution contre le tyran Macron qui va éclater en France.

    RépondreSupprimer
  4. qui va remplacer Trump? et bien Trump

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.