jeudi 21 mai 2020

LIBYE. Erdogan vole le pétrole et affame le peuple libyen


Les Libyens, et encore moins les maîtres espions, sont beaucoup plus susceptibles de mourir de causes plus sinistres, et le cas d'Al-Tuhami ne fait pas exception.
Abdulkader Al-Tuhami, chef libyen du Renseignement serait soit mort  d’une "crise cardiaque" comme indiqué officiellement, soit  viré comme un malpropre? Et si oui, pourquoi?
Après que le chef du renseignement du Gouvernement libyen de l'Accord National (GNA), Abdulkader Al-Tuhami, est décédé dans des circonstances mystérieuses, un certain nombre de médias affiliés à la Turquie ont minimisé l'importance de la nouvelle en affirmant que le maître espion libyen a succombé à une crise cardiaque, qui est la cause de décès la plus courante chez les agents et les maîtres du Renseignement.

Abdulkader Al-Tuhami
Cependant, en Libye, les gens, et encore moins les maîtres espions, sont beaucoup plus susceptibles de mourir de causes plus sinistres, et le cas d'Al-Tuhami ne fait pas exception. Des sources bien informées sont convaincues que sa mort était en fait un assassinat organisé par de hauts responsables turcs.
L'invasion turque de la Libye suit, évidemment, non seulement   les objectifs politiques fixés par le chef suprême des Assassins des Temps Modernes appelés "Frères Musulmans"[1], Recep Erdogan, mais a également cherché à obtenir des avantages économiques. Des sources au sein de la communauté du renseignement libyen indiquent que depuis le début des opérations turques, des équipes de spécialistes turcs ont mené des enquêtes sur la côte libyenne et dans les eaux territoriales à la recherche de champs de pétrole et de gaz.
Des efforts considérables sont déployés pour garder ces activités secrètes afin d'éviter les soupçons des autorités libyennes et les critiques de la communauté internationale.
Outre la recherche de gaz et de pétrole sur le plateau libyen, Ankara exploite un réseau de contrebande de pétrole via un certain nombre de procurations. Le chef d'état-major de la Turquie, le général Yasar Guler, supervise personnellement la recherche et le commerce illégal de pétrole, tandis que son adjoint, le général Metin Gyurak, qui commande les troupes turques en Libye, supervise les routes de contrebande vers l'Europe et la coopération avec les factions armées locales, selon des sources.
La contrebande transfrontalière est un domaine dans lequel Ankara possède une compétence remarquable. Tout au long des années du conflit syrien, la Turquie a chargé ses mandataires de produire et de faire passer du pétrole syrien pour exporter, souvent via Israël, le carburant volé vers l'Europe.
De plus, selon plusieurs membres ou l'entourage de Recep Erdogan, le président turc a chargé son propre fils de faire passer en contrebande du pétrole acheté à l'Etat islamique.
Les réserves de pétrole et de gaz de la Libye étant beaucoup plus importantes que celles de la Syrie, il n'est pas étonnant que les élites turques se soient empressées de mettre la main sur les ressources naturelles libyennes.
Les experts estiment que la mort mystérieuse du maître espion libyen Al-Tuhami pourrait être un résultat collatéral de la lutte pour le pouvoir entre les milices rivalisant pour l'emprise du pétrole. La nouvelle puissance représentée par l'armée turque n'hésite pas à éliminer ses concurrents sur le chemin de la domination totale dans la bataille du pétrole libyen.
De nombreux médias arabes ont suggéré qu'Al-Tuhami est mort aux mains de militants affiliés à la Turquie. L’officier libyen a été en mesure de découvrir les intentions d’Ankara de voler les ressources libyennes et, plus que probablement, il a tenté de l’empêcher. Malheureusement, les «alliés turcs» ont eu recours à des mesures radicales et l'ont assassiné.
Comme c’est le cas en Syrie, il est évident que l'establishment turc ne cessera pas de se goinfrer des vols dans une Libye déchirée par la guerre en raison de la catastrophe de l'économie nationale turque au milieu de la pandémie de COVID-19 et des dépenses militaires énormes pour les campagnes en Syrie et en Libye. Le dirigeant turc cherche à aspirer le pétrole de la Libye jusqu’à sec sous le mince voile de rhétorique en soutien au gouvernement des voleurs islamistes libyens du GNA.
Ce n'est un secret pour personne qu'Erdogan est désespéré dans son désir de redonner à l'empire ottoman sa gloire d'antan. Cependant, le seul objectif qu'il poursuit en Libye est d'extirper les ressources naturelles du pays en tirant sur les cordes attachées à sa marionnette GNA - ironiquement, celle qui a fourni des motifs légitimes pour l'invasion turque.
Par Alaeddin Saleh, journaliste libyen
20 Mai, 2020
NOTES de H. Genséric
Nous avions écrit :
Pour certains historiens, le nom d’«Assassins» proviendrait de «hashashine», qui signifie consommateurs de haschich, une drogue que le kamikaze consomme avant d'accomplir son forfait.  Pour d’autres, ce mot proviendrait de «Assassiyine», qui signifie fondamentalistes en Arabe, car les Nizârites se voulaient des fondamentalistes. Les Croisés Francs auraient déformé «Assassiyine» en Assassins.
L’ordre des Assassins était divisé en trois classes, les daïs, les reficks, et les fédaviés (fidayins en arabe). Les daïs étaient les prédicants, chargés de convertir les infidèles, c'est à dire les non ismaéliens. Les reficks étaient les compagnons, les initiés de la doctrine. Les fédaviés (Fédayins en Arabe) étaient les kamikazes, instruments des volontés et des vengeances de leur maître, appelé aussi le Seigneur de la Montagne. La puissance des Assassins s’étendit depuis la Méditerranée (Syrie, Irak) jusqu’au fond du Turkestan. Pendant 150 années, ils entretinrent une continuelle terreur dans l’âme de tous les souverains de l’Asie musulmane. Bien que la propagande des Assassins ait été principalement orientée contre les Croisés (Les croisades ont duré de 1095 à 1291), leurs coups étaient portés essentiellement contre les musulmans. Les terroristes islamistes d’aujourd’hui (al-Qaïda et ses diverses branches, EI/ISIS, etc.) ont exactement le même comportement en Libye, en Syrie, en Irak, en Tunisie, au Soudan et dans quasiment dans tout le monde musulman sunnite(sauf les états sunnites du Golfe qui sont de facto, des états croupions appartenant à l’Empire anglo-sioniste).
C’est très vraisemblablement la nature sectaire de l’islam qui aboutit à des comportements qui se reproduisent au fil du temps. Religion sans véritable clergé, l’islam sunnite permet à n’importe quel meneur d’hommes de s’ériger en « fakih » (docteur de la foi), en « commandeur des croyants, voire en Compagnon du Prophète (C'est le cas d'un certain cheikh tunisien, terroriste islamiste (pléonasme) de son état, qui est aujourd’hui président de la chambre des députés, 14 siècles plus tard). 
Hannibal GENSÉRIC

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.