vendredi 1 mai 2020

Un historien israélien : le chiffre des "6 millions de victimes" de l'Holocauste a été annoncé dès 1944, bien avant la fin de la guerre


Le directeur des archives "Elie Wiesel" de l'Université de Boston, l'historien de l'Institut de recherche sur l'Holocauste de l'Université Bar-Ilan, Joel Rappel, a découvert l'origine du tristement célèbre chiffre des "6.000.000": une réunion en 1944 d'organisations pionnières sionistes en Palestine.

L'interprétation de la Shoah, par Thierry Meyssan
Rudolf Höss
Pendant des années, les partisans du récit de l'Holocauste ont soutenu que le nombre était apparu pour la première fois lors des procès de Nuremberg en utilisant le témoignage hautement discrédité du commandant d'Auschwitz, Rudolf Höss. Le chiffre de 6.000.000 a de nouveau été répété par Adolf Eichmann, qui a été kidnappé par le Mossad et forcé de participer à un procès-spectacle international télévisé de 1962 en Israël.
Adolf Eichmann,
Selon des documents des archives sionistes centrales, la première mention de la revendication de 6 millions de personnes a eu lieu lors d'une réunion de hauts responsables politiques sionistes en Palestine le 19 janvier 1944 - plus d'un an avant la fin de la guerre en Europe et qu’un recensement puisse avoir lieu, et un an avant l’entrée de l’Armée rouge à Auschwitz.
Rappel rappelle qu’Eliezer Unger, un Juif polonais qui a aidé à diriger l'organisation de jeunesse sioniste religieuse Hashomer Hadati, comme la figure principale dans le développement du nombre de Juifs tués par les nazis. Unger a affirmé s'être échappé de son ghetto polonais à travers l'Europe de l'Est. Après son arrivée en Palestine, il a déclaré son intention "de choquer le monde entier, toute l'humanité et en particulier nos frères, les enfants d'Israël ". Unger n'avait aucune preuve de ce qu'il disait, mais il pensai que les affirmations du rabbin Stephen Wise dans les médias internationaux en 1943, affirmant qu’il y a eu  2 millions de Juifs tués avaient suffisamment d'impact.
Après qu'Unger a rencontré les groupes juifs et les a tous mis sur la même rengaine, Haaretz a publié un petit article quelques jours plus tard qui, pour la première fois, mettait le chiffre de 6 millions au compte rendu, précédant les chefs militaires allemands qui ont été  torturés afin de faire ʺles aveuxʺ qu’il fallait, après la guerre . Il ne semble pas qu'Unger ait mentionné quoi que ce soit au sujet des chambres à gaz homicides.
L'article de Haaretz met fin à la révélation en citant le procureur en chef d'Eichmann, Gideon Hausner, qui a déclaré sur le nombre de 6 millions: "Dans la conscience de la nation, le nombre de 6 millions est devenu sanctifié. Ce n'est pas si simple de le prouver. Nous n'avons   utilisé ce chiffre dans aucun document officiel, mais il est devenu sanctifié. " En d'autres termes, c'est un mensonge.
Après des décennies de meurtres, d'emprisonnement, de bombardements incendiaires et de mise en faillite des révisionnistes de l'Holocauste, il semble que la communauté juive soit maintenant obligée de recalibrer son récit et de céder de plus en plus de terrain. Qu'ils commencent maintenant à admettre enfin que les "6 millions" ne sont rien d'autre que de la propagande sioniste, et qu’un coup dur vient d’être porté au mythe.
Source :

VOIR AUSSI :
Hannibal GENSÉRIC

2 commentaires:

  1. Les Six Millions par Maurice Haas-Colle :

    http://ungraindesable.the-savoisien.com/index.php?post/Les-Origines-du-mythe-des-Six-Millions-par-Maurice-Haas-Colle

    RépondreSupprimer
  2. DEUX MILLIONS de juifs en Europe en 1940 selon la Zion Organisation of America :

    https://www.alterinfo.net/DEUX-MILLIONS-de-juifs-en-Europe-en-1940-selon-la-Zion-Organisation-of-America_a98573.html

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.