mardi 19 mai 2020

SYRAK. L'Etat Profond US aide les terroristes de l'EI


Les forces irakiennes détruisent 6 cachettes de l’État islamique en Irak et découvrent l'implication de l'État profond. Des terroristes arrêtés en Syrie détaillent l'aide et la coopération que leur apportent les Américains du Deep State.
BAGDAD - Dans une opération réussie contre l’État islamique dans la province de Diyali, aujourd’hui mardi, des milices chiites irakiennes ont découvert et anéanti 6 bases terroristes et ont réussi à en tuer 4, a rapporté le site d'information al-Akhbariyeh en langue arabe, citant une source de sécurité dans l'Est de l'Irak.
Le rapport indique que les forces de sécurité et de renseignement en coopération avec des unités de lutte contre le terrorisme dans la province de Diyali ont trouvé et détruit 6 cachettes des terroristes de l’État islamique dans la région de Wadi al-Thalab et en ont tué quatre.
Mardi, la brigade 23 de Hashd al-Shaabi (forces populaires irakiennes) a engagé des affrontements avec les terroristes de l’état islamique dans la région d'al-Azim, tuant un certain nombre d'entre eux près du village d'Albu Mare’i.
Plus tôt ce mois-ci, un commandant en chef de Hashd al-Shaabi a déclaré que le groupe terroriste ISIS prévoyait de répéter son scénario d'occupation de Mossoul en 2014 dans plusieurs provinces irakiennes, mais qu'il avait été arrêté par les milices chiites irakiennes.
"L'EI/ISIS prévoyait de mettre en œuvre le complot lors d'attaques récentes à Salahuddin, Diyali et dans d'autres provinces en utilisant des armes modernes et un soutien logistique", a déclaré Sadiq al-Husseini au site d'information en langue arabe al-Ma’aloumeh.
Il a ajouté que le type d'attaques et ses cibles montrent que le groupe terroriste avait l'intention de répéter le scénario de Mossoul dans d'autres provinces irakiennes, mais il a échoué. Al-Husseini a déclaré que l'Etat islamique avait été surpris par la réaction rapide de Hashd al-Shaabi et d'autres forces de sécurité irakiennes et n'avait pas mis en œuvre ses complots.
Un autre commandant de Hashd al-Shaabi avait averti début mai que le groupe terroriste de l'Etat islamique avait été revigoré et réactivé dans un certain nombre de provinces en Irak.
"Les Américains (l'État profond) et les terroristes de l'EI répètent le même scénario qu'ils ont joué lors de l'effondrement de Mossoul en 2014, dans les provinces de Babel, Salahuddin et Diyali et ils tentent de fausser la sécurité et de provoquer l'instabilité dans ces régions", a  déclaré Qasim al-Ma'amouri, commandant de la division 26 de Hashd al-Shaabi, cité par al-Ma'aloumeh.
"Nous avons des informations montrant que le groupe terroriste a repris ses activités dans plusieurs provinces irakiennes, dont Babel, avec l'aide des États-Unis", a-t-il ajouté.
SYRIE.  Les terroristes de l'EI capturés confessent leur coopération avec les forces de l'État profond américain
DAMAS - Un certain nombre de membres capturés des terroristes de l’État islamique ont avoué avoir coopéré étroitement avec les forces militaires de l'État profond stationnées à la base d'al-Tanf dans la province syrienne de Homs pour mener divers actes de terreur et de sabotage.
Au cours des aveux diffusés sur la chaîne de télévision publique syrienne jeudi soir, trois terroristes - identifiés comme Salah Jaber al-Zaher, Ali Salim Yahya et Amer Abd al-Ghafar Nemah mais mieux connus par leurs noms de guerre comme Abu Abd al-Rahman al-Salafi , Abu al-Bara'a al-Homsi et Abu Sawan, ont révélé qu'ils avaient été chargés par les forces américaines de viser les troupes du gouvernement syrien dans et autour de l'ancienne ville de Palmyre, la base aérienne militaire Tiyas - également connue sous le nom de base aérienne T-4, le champ de gaz Shaer, ainsi que les puits de pétrole à proximité, a rapporté l'agence de presse officielle syrienne SANA.
«Un aide rapproché de notre commandant Hassan Alqam al-Jazrawi est venue vers moi et m'a dit qu'il était en contact avec les Américains à la base d'al-Tanf. L'homme, dont le nom était Hassan al-Wali, a ajouté qu'il était nécessaire de cibler Palmyre et la base aérienne T4, et que les forces américaines nous fourniraient des lance-roquettes et des mitrailleuses, en plus du soutien financier, des voitures et de tout ce dont nous avions besoin », a déclaré l'un des terroristes.
"Les Américains lanceraient également des avions de reconnaissance pour surveiller les mouvements des soldats de l'armée syrienne dans la région de Palmyre et nous informent de leurs activités", a-t-il ajouté.
Les terroristes, récemment arrêtés lors d'une opération de sécurité dans le désert de Syrie, ont par la suite souligné l'existence d'une coordination entre leurs commandants et ceux de la soi-disant Armée des commandos révolutionnaires.
Ailleurs dans leurs aveux, les Takfiris ont abordé les négociations entre leurs dirigeants et de hauts responsables des Forces démocratiques syriennes (SDF) parrainées par les États-Unis mais dirigées par les Kurdes. L'un des terroristes a déclaré qu'il y avait eu de tels pourparlers entre les deux parties une fois à Raqqah, l'ancienne capitale de facto de Daech.
«Il y avait une coordination pour toutes les opérations que nous avons menées. Avec la connaissance des Américains, nous avons déménagé de Raqqa à Deir Ezzour. Nous avions la protection de trois véhicules Cougar (mobilité de l'infanterie) et de deux Hummers, qui appartenaient aux forces américaines et nous accompagnent. Des hélicoptères de combat ont également volé au-dessus de Dayr al-Zawr », a-t-il ajouté.
S'agissant des sources de soutien financier et logistique, les terroristes ont expliqué que leurs maîtres coordonnaient les affaires chaque mois via la base américaine d'al-Tanf.
«Ils se rendaient à la base tous les mois et apportaient environ trois cargaisons de nourriture, de munitions et d'armes, dont la plupart étaient fabriquées aux États-Unis… Nous avions l'habitude de nous approvisionner à la base. Chaque fois que l'un de nous était blessé, nous l'emmenions là-bas pour un traitement. La base d'Al-Tanf est un havre et refuge pour nous. Nous y allions chaque fois que l'armée syrienne assiégeait une région, y attendait plusieurs semaines et recevant de la nourriture ainsi que des premiers soins », ont ajouté les membres capturés de Daech.
L'État profond forme et entraîne des terroristes à la base d'al-Tanf, située près des frontières de la Syrie avec l'Irak et la Jordanie. L'État profond a déclaré unilatéralement une «zone de déconflict» de 55 kilomètres autour de sa base et a fréquemment menacé de viser les forces syriennes dans la zone.
L’État Profond reprend l'espionnage des militaires russes en Syrie
DAMAS - Un Boeing P-8A Poséidon américain a mené une "mission de reconnaissance" près des côtes de la Syrie, où se trouve une base militaire russe, a rapporté le site Web de données de surveillance des vols PlaneRadar.
Selon le site Internet, l'avion de patrouille a décollé de la base aérienne de Sigonella de l'OTAN, située sur l'île italienne de Sicile. Il s'est ensuite dirigé vers la Syrie, où il a volé près de la base aérienne de Khmeimim à Lattaquié pendant plus d'une demi-heure. La base a été construite en 2015 lorsque la Russie a commencé sa campagne militaire contre des groupes terroristes tels que Daech (ISIS) et le Front Al-Nosra à la demande des autorités syriennes.
La base est l'installation militaire russe la plus défendue à l'étranger. Elle dispose d'un contingent d'avions de chasse ainsi que de systèmes de défense aérienne S-400. Cette évolution intervient après qu'un vol de reconnaissance similaire a été effectué près de la base fin avril et un autre près des frontières de la Russie avec les États baltes.
L’État profond est déterminé à forcer une forte réaction russe à ces provocations, mais les réactions de l’armée russe ont été assez limitées jusqu’à présent, car la Russie n’est pas intéressée par les conflits. La patience russe, cependant, n'est pas une ressource infinie à exploiter et peut un jour s'épuiser.
Ces missions d'espionnage sont devenues très courantes au cours des derniers coups d'État, avec des milliers signalées en 2018 et 2019. Rien qu'en 2018, le ministère russe de la Défense a signalé plus de 3000 vols d'espionnage de l'OTAN près des frontières de la Russie. La tendance s'est poursuivie sans relâche depuis lors.
Les activités d'espionnage de l'État profond ne se limitent pas aux frontières occidentales de la Russie, où un drone ISR a été surpris en train d'espionner la mer Baltique en janvier, mais comprennent également des vols à proximité des installations militaires russes en Syrie. La base navale de Tartous et la base aérienne de Khmeimim ont été la cible de ces missions d'espionnage.
Hannibal GENSERIC

5 commentaires:

  1. Qu'attendaez-vous pour detruire , raser en cendre les usa satanique et criminel '
    Assez d'hypocrisie de mensonge et de magouille si ce n'est que la souffrance des gens honetes , sinceres et chretiens.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le crash économique et social guette aux zetazunis.
      La dictature militaire guette.
      C'est la récompense de son bon comportement.

      Supprimer
  2. Pourquoi la sincérité et l’honnêteté sont made in chrétien,

    RépondreSupprimer
  3. Ouverture du site refuge anti-censure du site aredam.net le 19 mai 2020 :
    http://aredam.ru/

    Introduction au site refuge anti-censure du site aredam.net le site aredam.ru :
    http://www.aredam.net/introduction-au-site-refuge-anti-censure-du-site-aredam.net-aredam.ru.html

    RépondreSupprimer
  4. je pense que la sagesse des russes l'emportera !!

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.