vendredi 1 mai 2020

Victimisation==>agression. Les ennemis putatifs de l’Amérique font-ils la queue pour se venger en profitant du Covid-19 ?


En cas de problèmes politiques, les gouvernements invoquent traditionnellement un ennemi étranger pour expliquer pourquoi les choses tournent mal. Quoi que l'on choisisse de croire au sujet du coronavirus, le fait est qu'il a entraîné un contrecoup politique considérable contre un certain nombre de gouvernements dont le comportement a été perçu comme trop extrême ou trop dilatoire.
La Maison Blanche de Donald Trump a subi des tirs des deux côtés et la réponse à la maladie a également été mise au pilori en raison des gaffes répétées du président lui-même. La dernière gaffe du POTUS, désormais qualifiée de sarcasme par l'attaché de presse de Trump, était que l’on pourrait envisager d'injecter aux malades du désinfectant pour traiter la maladie, ce qui pourrait facilement s'avérer mortel.
 
Ainsi, l’administration cherche désespérément à changer le récit et a décidé d’utiliser un vieil expédient, à savoir rechercher un ennemi étranger pour détourner l’attention de ce qui se passe dans les hôpitaux du pays. L'histoire des étrangers malveillants a été reprise par un certain nombre de médias grand public (les Grands Médias Menteurs) et s'est révélée particulièrement titillante car il n'y a pas qu'un seul méchant, mais au moins quatre: la Chine, la Russie, la Corée du Nord et l'Iran.
Le récit accepté est que les ennemis de l'Amérique profitent maintenant d'un moment de faiblesse en raison de la réponse de verrouillage au coronavirus et ont intensifié leurs attaques, à la fois physiques et métaphoriques, contre la nation exceptionnelle sous Dieu. La dernière affirmation selon laquelle les États-Unis sont ciblés concerne un incident à la mi-avril au cours duquel un essaim de canonnières iraniennes aurait harcelé un groupe de navires de guerre américains effectuant un exercice d'entraînement dans le golfe Persique en traversant les arcs et les poupes des navires américains à courte portée. Les manœuvres ont été décrites par la Marine comme «dangereuses et non professionnelles» mais les minuscules vedettes rapides ne menaçaient en rien les navires de guerre beaucoup plus grands .
Trump says US will destroy any Iranian gunboats harassing US shipsPresident Trump orders military to destroy Iranian gunboats ...
Donald Trump a répondu de manière caractéristique à l'incident par un tweet mercredi dernier: «J'ai demandé à la marine américaine de tirer et de détruire toutes les canonnières iraniennes si elles harcelaient nos navires en mer.» 
Bien qu'aucun contexte n'ait été fourni, le président commande les forces armées et le tweet définit essentiellement les règles d'engagement, ce qui signifie qu'il appartient aux commandants des navires de déterminer s'ils sont ou non harcelés. Si c'est le cas, ils pourraient ouvrir le feu et détruire les bateaux iraniens. Bien sûr, il peut y avoir un problème physique à «abattre» une canonnière qui est dans l'eau plutôt que dans les airs.
En Méditerranée, la menace contre les États-Unis consistait en deux chasseurs à réaction russes volant à proximité d'un avion de surveillance sous-marine, un Navy P8-A. Les chasseurs russes ont décollé de la base aérienne Hmeymim en Syrie après que l'avion américain s'est approché de l'espace aérien syrien et des installations militaires russes. L'un des chasseurs, un SU-35, a effectué une manœuvre «dangereuse» lorsqu'il a volé à l'envers à grande vitesse à 25 pieds devant l'avion de la Marine.
Également à la mi-avril, la Corée du Nord a, quant à elle, tiré des missiles de croisière dans la mer du Japon au milieu de rumeurs selon lesquelles son chef d'État Kim Jong Un pourrait être mort ou mourant après une opération chirurgicale majeure. Le président Trump n'était pas préoccupé par les missiles et a également déclaré qu'il avait reçu une "sympathique note" du leader nord-coréen.
Malgré les guerres et les rumeurs de guerres, la Chine reste la principale cible des démocrates et des républicains sur Capitol Hill. Les membres du Congrès du GOP auraient réclamé des sanctions contre la Chine alors qu'il existe déjà un certain nombre de poursuites (pour coronavirus) visant des actifs chinois devant les tribunaux américains, dont au moins une a un prix d'un billion (mille milliards) de dollars. Les théories sur la militarisation délibérée du virus de Wuhan abondent et elles sont également mélangées avec des histoires sur la façon dont Pékin a déclenché ces armes biologiques et est maintenant engagée dans une intervention de médias sociaux à la russe pour promouvoir la notion que les États-Unis se sont révélés incapables de gérer ce qui est devenu une urgence médicale majeure. Cependant, ceux qui poussent l'idée que le parti communiste chinois a déclaré la guerre par d'autres moyens ne parviennent pas à expliquer pourquoi le gouvernement de Pékin serait si désireux de détruire son plus grand marché d'exportation. Si l’économie américaine chute, une grande partie de l’économie chinoise chutera avec elle, en particulier si l’Europe, qui est le deuxième plus grand marché d’exportation de la Chine, souffre aussi.
La folie de ce qui se passe dans le contexte de la perturbation causée par le coronavirus a apparemment augmenté le niveau de paranoïa normal aux plus hauts niveaux du gouvernement américain. Le Pentagone planifie de mener simultanément une guerre avec la Russie et la Chine, déjà évoquée une  première fois en 2018. Il est toujours au travail pour cela, malgré le fait que Washington a moins de cartes à jouer actuellement qu'il y a deux ans. L'économie est en baisse et les perspectives de reprise sont au mieux spéculatives, mais la machine de guerre continue. De nombreux Américains fatigués de la guerre perpétuelle espèrent que les séquelles du virus comprendront des demandes pour un véritable système de santé national qui forcera à couper dans le budget du Pentagone, conduisant à un éventuel retrait de l'Empire.
Malgré l'hystérie, il est important de noter qu'aucun Américain n'a été tué ou blessé à la suite des récentes actions iraniennes, russes, chinoises et nord-coréennes. Lorsque vous stationnez vos navires et vos avions à proximité ou même aux frontières de pays que vous avez étiquetés comme ennemis, il serait raisonnable de s'attendre à ce qu'il y ait une réaction. Et quant à profiter du virus, ce sont les États-Unis qui ont commencé sans vergogne à le faire contre l'Iran et le Venezuela, en exerçant une «pression maximale» sur les deux pays en période de troubles pour provoquer un changement de régime. Si les pays habitués à être régulièrement ciblés par les États-Unis profitent d'une occasion pour diminuer la capacité de l'Amérique à intervenir à l'échelle mondiale, personne ne devrait être surpris, mais c'est un fantasme de faire ces déclarations hystériques que les États-Unis sont maintenant devenus la victime d'une sorte de vaste complot international.
30 avril 2020
Traduction : Hannibal GENSÉRIC

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.