mercredi 13 mai 2020

Israël va annexer les États-Unis

L'ambassadeur "américain" prédit une «connexion approfondie»
Comme les Beatles l'ont dit une fois: «J'ai lu les nouvelles aujourd'hui, ça alors, …»  
On pourrait dire que «ça alors» fait partie intégrante de notre revue médiatique du matin depuis le 11 septembre, mais en fonction des inclinations de chacun, le contenu quotidien pourrait être considéré comme particulièrement déprimant au cours des dernières années. Comme mes lecteurs réguliers le savent, ma perception particulière est que la «relation spéciale» américaine avec l'État juif a été (et est toujours) un désastre pour les États-Unis et pour toute la région du Moyen-Orient, y compris pour Israël lui-même.
Israël a utilisé le soutien américain sans limite dont il jouit depuis l'époque de Lyndon Johnson [1] pour mener des politiques agressives et illégales vis-à-vis de ses voisins, ce qui a entraîné Washington dans des conflits qui auraient pu être évités. Pendant ce temps, il a exploité le pouvoir de son formidable lobby juif américain pour faire saigner le Trésor américain de beaucoup plus que 100 milliards de dollars en subventions directes, auxquels il faut ajouter trois fois plus en accords commerciaux et de coproduction, largement cachés, approuvés par un Congrès asservi et approuvés par des médias sous contrôle juif.[2]
En guise de remerciement et de reconnaissance, ce "meilleur ami et allié" des États-Unis espionne les États-Unis, vole sa technologie, corrompt ses processus gouvernementaux et ment constamment sur ses voisins du Moyen-Orient pour créer un casus belli afin que les Américains aillent se faire tuer dans des guerres inutiles, à la place et pour le bénéfice des Israéliens. L'affaire Lavon et l'attaque contre l’USS Liberty [1], [ainsi que le 11/9] révèlent que le gouvernement israélien n'hésite pas à tuer des Américains à chaque fois que cela lui convient, sachant très bien que les sycophantes de Washington et les médias à dominante juive ne gémiront guère face à ces crimes impunis.
Au cours des trois dernières années, Donald J. Trump a tenu sa promesse d'être «le meilleur ami à Washington qu'Israël ait jamais eu». Il a nommé son propre avocat, qui l'a défendu lors de ses procès pour faillites frauduleuses [3], l’archi sioniste, le juif d’extrême droite, David Friedman [4] ambassadeur des États-Unis. Cet homme qui voit  clairement sa mission comme la promotion des intérêts israéliens au détriment de  ceux des États-Unis. Ainsi, Israël a illégalement exploité le feu vert américain pour déclarer tout Jérusalem comme capitale et Trump a obligé l'ambassade des États-Unis à suivre. L'État juif, qui s'est déclaré juridiquement et exclusivement «juif» et qui ne ressemble plus à une démocratie, a aussi illégalement annexé les hauteurs du Golan syrien occupé et se prépare maintenant à annexer une grande partie de la Cisjordanie palestinienne. L'expulsion de presque tous les Palestiniens restants, même ceux qui sont citoyens israéliens, viendra sans aucun doute ensuite et a en fait été demandée par certains politiciens juifs. L'extrême israélophilie/judéophilie [5] adoptée par la Maison Blanche et le Congrès a, entre autres, signifié une hostilité implacable envers l'Iran et la Syrie, qui ne représentent ni menace ni défi réel pour le peuple américain ou pour les intérêts américains.
Friedman a même déformé l’utilisation de la langue anglaise par le Département d’État, la Cisjordanie «occupée» est maintenant appelée «disputée» ou «contestée». Friedman, qui a méconnu le droit américain en vigueur en contribuant aux colonies de peuplement illégales d'Israël, a toujours été l'apologiste des tireurs d'élite israéliens tirant sur des manifestants non armés à Gaza et des colons juifs racistes et déchaînés détruisant les moyens de subsistance des agriculteurs palestiniens [et coupant leurs arbres centenaires et détruisant leurs cultures avec des produites chimiques].
Votre bilan est épouvantable, merci M. Trump.
Mais, pour revenir aux «nouvelles d'aujourd'hui», un article paru jeudi dernier dans le Jerusalem Post a fait renverser ma tasse de café d’incrédulité. Le titre disait: «Friedman: le second mandat de Trump pourrait faire passer les relations américano-israéliennes à un niveau supérieur.» Je ne savais pas du tout si je voulais lire l’article, car je craignais que cela ne m’annonce le transfert probable du Département du Trésor américain à Jérusalem et le placement du Pentagone sous le contrôle direct de Benjamin Netanyahou. Pendant ce temps, nous, Américains, serions obligés de traverser des points de contrôle lors de nos déplacements entre les États américains et nous ne pourrions trouver que du travail pour Untermensch (sous-hommes) cultivant des choux au sein d’un réseau tentaculaire de kibboutz.
Comme il s'est avéré, bien sûr, l'interview de Friedman avec des journalistes du Jerusalem Post concernait Israël, pas les États-Unis, même s'il y avait de vagues absurdités au sujet du soi-disant plan de paix de Trump "mettant fin de manière significative à la plupart des conflits dans la région du Moyen-Orient et bénéficiant ainsi aux Américains". 
Friedman a commencé par «Nous devons maximiser les avantages mutuels de la relation d'une manière qui, je pense, ne s'est pas produite auparavant. Les seules limites sont l’imagination pour savoir où nous pouvons aller. » Si Friedman voulait dire que les États-Unis n’ont récolté aucun des «avantages mutuels», il a sans aucun doute raison, mais je ne pense pas que ce soit son intention. Et il y a certainement eu beaucoup d'imagination dans les stratagèmes aliénés et souvent cachés du lobby juif pour escroquer le contribuable américain au cours des 75 dernières années.
Friedman a décrit la situation avant le déménagement de l'ambassade comme «Nous appliquions une double norme à Israël, par rapport à tous les autres pays du monde. Nous disions à Israël, vous n'avez pas le droit de choisir votre capitale… Et ce n'est pas n'importe quelle capitale; c'est Jérusalem. " Faux, Dave. Le problème avec Jérusalem est que l'État juif voulait sa capitale sur des terres qu'il contrôlait mais ne possédait pas en vertu du droit international et des accords qui ont conduit à la fondation d'Israël. Prétendre qu'il existe un droit spécial à travers la providence divine ne change rien à cela.
Friedman a également fait un commentaire intéressant qui illustre à quel point la vision de Trump sur Israël est faussée. Apparemment, Friedman et le président ont eu des discussions sur le déménagement de l'ambassade avant le jour de l'inauguration «avec certains fonctionnaires prédisant qu'il allait annoncer le déménagement le même jour que son inauguration le 20 janvier 2017. Cela ne s'est pas produit, Friedman a déclaré, car des premières conversations étaient nécessaires dans tous les différents bureaux du gouvernement - Département d'État, Pentagone et plus encore. »  
Le fait que Trump soit disposé à mettre en évidence et à promouvoir un grande soumission au Lobby israélien le jour même de son inauguration est plus que révélateur, c'est bizarre.
Les symboles sont apparemment aussi chers au cœur de David Friedman. «Les Américains qui soutiennent Israël comprennent la signification de Jérusalem. C’est ce que sont la Statue de la Liberté, le Lincoln Memorial, Plymouth Rock et Valley Forge… Parce que l’Amérique a été fondée sur ce type de principes, les Américains comprennent profondément l’importance de Jérusalem pour l’État d’Israël. » Friedman a ajouté que la conservation de symboles comme Hébron, qui est dans «l'ADN biblique» du peuple juif, est également un élément important du «plan de paix» de Trump.
Whaou, David, il est commode de citer l'expérience américaine pour justifier ce qu'Israël fait, mais les États-Unis étaient au moins ostensiblement fondés sur le principe que «tous les hommes sont créés égaux». Israël est par la loi un état d'apartheid basé sur la religion. Et la dernière fois que j'ai vérifié, Hébron était une ville à majorité palestinienne sous occupation militaire pour protéger les colons intrus qui œuvrent dur pour chasser les résidents d'origine. C'est le site du massacre des fidèles palestiniens de la mosquée Ibrahimi en 1994, perpétré par le fanatique juif né à Brooklyn, Baruch Goldstein. Vingt-neuf Palestiniens ont été tués. Oui, «l'ADN biblique» semble parfaitement adapté si l'on considère le sort des Cananéens.
Et Friedman avait quelque chose à dire sur l'annexion prévue le 1er juillet par Israël des «colonies de Cisjordanie, des sites bibliques et de la vallée du Jourdain». Il a donné le feu vert à l'administration Trump disant: «Nous serons prêts à résoudre ce problème si Israël est prêt. En fin de compte, comme l’a dit le secrétaire Pompeo, c’est la décision d’Israël. Ils doivent décider ce qu'ils veulent faire. » Selon Friedman, la «vision de la paix» de l'administration Trump permettrait à Israël d'annexer directement 30% de la Cisjordanie et d'exercer un contrôle sur la majeure partie du reste, qui comprendrait «toutes les colonies et toute la vallée du Jourdain». Les Palestiniens n'auraient aucun contrôle sur les ressources en eau ni même sur leur propre espace aérien. La cartographie des détails précis est actuellement soumise à «des appels de jugement devant le tribunal israélien». Notez que toutes les décisions critiques sont prises par Israël avec le soutien total des États-Unis. Le plan de paix a été qualifié à juste titre de capitulation totale aux intérêts israéliens, les Palestiniens n’ayant pas leur mot à dire sur le résultat.
Friedman a également décrit l'importance d'envoyer un message clair aux Palestiniens les blâmant de tout, y compris le déni des droits humains fondamentaux, qui est en fait une spécialité israélienne. «Si vous dites aux Palestiniens que peu importe ce qui se passe, peu importe à quel point vous êtes récalcitrants, peu importe à quel point vos activités sont calomnieuses, peu importe comment vous ne respectez pas les droits humains fondamentaux de votre propre peuple - avec tout cela, vous obtenez toujours opposer son veto aux droits du peuple juif et de l'État d'Israël et de leur capital incontestable… ce n'est qu'un mauvais signal. »
Et où aller en partant d'ici? Friedman estime que «l'équation des relations américano-israéliennes doit être inversée. Plutôt que de voir les Américains comme aidant Israël, ils doivent réaliser tout ce qu'Israël peut faire pour les États-Unis - par exemple, en mettant d'abord sur le marché des innovations israéliennes révolutionnaires aux États-Unis. » Bien sûr, volez la technologie, donnez-lui un coup de peinture, ajoutez-y une étoile bleue à 6 branches, puis arrangez tranquillement des accords commerciaux avec vos coreligionnaires américains pour la fourguer aux gogos des États-Unis.
L'interview du Jerusalem Post se termine par la prédiction de Friedman selon laquelle «Si Trump est réélu, il y aurait beaucoup plus de possibilités d'approfondir les liens entre les États-Unis et Israël».
Si tout cela est vrai, nous, Américains, pouvons tout aussi bien renoncer à notre souveraineté en ce moment et nous épargner la peine de passer par une autre élection présidentielle corrompue.

Par Philip M. Giraldi , ancien spécialiste de la lutte contre le terrorisme et officier du renseignement militaire de la CIA . Philip est directeur exécutif du Council for the National Interest, un groupe de défense basé à Washington qui cherche à encourager et à promouvoir une politique étrangère américaine au Moyen-Orient conforme aux valeurs et aux intérêts américains.
May 12, 2020
NOTES de H. Genséric
Hannibal GENSÉRIC

1 commentaire:

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.